LES FEMMESLES PORTRAITS RADIOMEDIATHÈQUESUICIDE FMTHÉMATIQUES

Bertille Ameline // Invitée voisin

Extrait de l’émission SUICIDEFM #5

Bertille Ameline, relieuse voisine de la rue chaumont, nous parle de sa passion pour la papeterie et de son atelier de reliure.

Retrouvez son atelier de reliure au 8 ter rue Chaumont 75019 Paris

Bertille Ameline
Son Instagram
Bertille interview part 1
Bertille interview part 2

SUICIDEFM #5


Transcription automatique par transcriptive.com

00:19:07:24
Et nous avons été rejoints par une voisine, notre voisine Berty. Comment vas tu alors? On a pas testé les microbes.

00:19:15:04
Peut être qu’on entendra pas, mais c’est aussi ça le game de cette émission. Comment vas tu, Uberti? Ça va, vient vers eux. Bienvenue. Merci à toi, Birti.

00:19:29:00
Ameline, c’est notre voisine, notre cher voisine de la ruche au monde en 19ième, parce qu’on a plein de schaub, de restaurants et de boutiques intéressants dans cette rue.

00:19:37:23
Plan, c’est un peu comme un bien grand mot, mais quand même.

00:19:41:19
Et donc, Bertille, elle, a un atelier de reliure juste à côté. Oui, si tu veux nous en parler, dire quelques mots dessus?

00:19:48:08
Tout à fait. En fait, c’est un atelier que moi, j’avais déjà cet atelier qui était situé rue de Crimée, dans le 19ème. J’ai déménagé mi novembre dans la petite rue de Chaumont.

00:19:57:14
Très accueillante, très chaleureuse. Chaleureuse. Oui, oui, effectivement, par rapport à la rue de Crimée. C’est plus sympa, c’est beaucoup plus accueillant. C’était assez fou, la différence. Et donc, j’ai un atelier de reliure artisanale où je vais tout faire sur place. Aussi bien des livres, des boîtes, de la papeterie, du café sur place, de façon artisanale, avec mes petites mains, c’est super joli.

00:20:17:24
Et je vous invite d’ailleurs à venir venir la voir parce que l’atelier, déjà, est très beau depuis la rue, puisqu’on voit toutes les machines des machines assez anciennes.

00:20:24:18
En fait, c’est mal vu qu’on est vraiment sur une histoire de reliure artisanale et complètement manuelle. Toutes les machines que j’utilise ont parfois plus d’une cinquantaine d’années, voire plus. D’accord, ce sont des choses un peu. On n’a pas l’habitude de voir. Bien sûr que c’est toujours très intéressant pour les gens qui ne connaissent pas et qui posent plein de questions sur à quoi ça sert comme on coupe. Est ce que vous les utilisez toujours? Ou oui, c’est bien beaucoup de place, c’est certain. Comme on arrive à faire ce métier, du coup, alors plein de façons différentes.

00:20:57:15
Moi, je suis arrivé, j’ai fait des études d’art, donc j’étais toujours au nom de cet environnement là depuis que je suis au lycée. Et ensuite, je me suis un peu perdu dans les études d’art et j’avais une appétence particulière pour la texture et la mécanique et la reliure. Le toucher est très important. Et puis après, on y arrive un peu. Moi, je n’ai pas eu un grand père relieur. J’ai rencontré un artisan qui m’a ouvert la voie et qui, tout d’un coup, m’a fait. Je voyais d’illuminations. Je suis arrivé un peu par hasard, mais avec grand plaisir. Et à ce qu’on appelle de la reliure et de la dorure sur un an, quand on a déjà un autre bac, quand on a déjà un parcours universitaire, ça permet d’avoir une petite découverte. Je pense que sur le fond, il y a un certain pourcentage d’élèves qui ne restent pas. Et quand on commence, que ça nous plaît, ne s’arrête plus.

00:21:49:06
Après moi, je me dis que la reliure fait partie des métiers qui se perdent et qui ne se pratiquent pas forcément. Mais je me demande dans quel pays, justement cette technique sont perpétués. Je pense notamment à la papeterie qui à Florence, qui était grande école là bas. Et effectivement, ils ont beaucoup de talent.

00:22:08:17
Je ne sais pas si on a encore des grandes écoles de reliure en Italie. Finalement, la France est un des pays où on a le plus d’intérêt pour perpétuer les métiers d’art. OK, alors après? Effectivement, en Italie, il y a beaucoup de relieur, mais il y a beaucoup cet amour de la papeterie en terme de scolarité. L’aspect gouvernemental qui va aider à préserver ces métiers formations.

00:22:32:06
12H C’est bien sûr d’accord, parce que moi, la première fois que je suis dans ta boutique, c’était par hasard et j’étais avec une amie qui m’avait dit la veille Il faut que j’achète un carnet parce que je rentre en Australie. Elle s’appelle Gianelli. Elle devait rentrer et passer deux semaines en quarantaine. Elle m’a dit Je trouve un carnet jeudi avec toutes les boutiques sont fermées. Je sais pas où tu vas trouver un carnet en Hollande. Le confinement, c’est ça. Et on est venu voir Xavier par hasard. Et c’était la troisième fois que je venais au bureau, donc je n’avais pas du tout vu qu’il y avait une boutique et on l’a vu. Ce n’est pas possible. On a vraiment reçu ce qu’on demandait.

00:23:03:15
En plus, je venais de m’installer en Corée. C’est dingue encore dans les cartons. C’est dingue.

00:23:08:13
Ouais, c’était super. Et elle a utilisé. Elle m’a dit qu’elle écrivait dessus tout le temps. Et ça, Santarelli, c’était son carnet pendant le confinement d’ailleurs, puisqu’elle a eu deux semaines de quarantaine dans un hôtel pour rentrer en Australie. Moi, je t’avais demandé justement est ce que tu fais du papier à lettres parce que je cherchais du papier à lettres? Tu m’avais dit non, pas encore. Je sais pas si ce sera moche. Ce sera prochainement.

00:23:28:24
En fait, il faudrait que j’en revende parce que le papier à papier à lettre. Moi, j’ai pas le processus de fabrication, mais c’est encore un autre procès, un autre procès, un imprimé ou avoir des machines pour faire chauffer des presses à chaud que je ne vais pas revendre si je trouve des artisans qui ont du travail.

00:23:47:21
Sinon, comment tu vas, Bertille? Je voulais constater que tu passes ton temps à travailler. Pourquoi pas? On doit toujours jamais Fregat dehors. Elle est toujours constante. Elle me dit bonjour.

00:23:59:19
Maintenant, c’est vrai que moi même, c’est parce que j’ai tendance à trop regarder dehors. J’essaye de me concentrer, mais.

00:24:07:00
Je travaille pas mal, mais c’est intense, Wendt, c’est un truc que c’est une passion quand même, ça se voit. Oui, tu dis que tu n’as pas eu d’illuminations, mais un peu quand même.

00:24:13:09
C’est une vieille d’illuminations, mais en tout cas, c’est une passion. Et quand on commence et qu’on se lance de façon seule, soit on 6 trouve, on y va à fond, soit on arrête, car ça vaut pas la peine. Sinon ça vaut pas la peine parce que c’est quand même que tu travailles tout le temps. Tu gagnes très peu ta vie si tu n’es pas par passion, qu’est ce que tu penses de cette rue? Moi, j’y suis arrivé quand même dans une période particulière au milieu du deuxième, confinant ensuite à à le Rustock jamais vraiment ouvert.

00:24:44:10
Enfin, j’ai l’impression bicyclette ou la bicyclette. Oui, j’ai l’impression de rater un peu l’aspect très convivial de cette rue de la rue Chaumont. L’Esprit sympa.

00:24:52:06
Est ce que tu as rencontré Béa ou Christophe?

00:24:55:12
PS C’est la concierge d’à côté. Ah oui? Alors oui, c’est ce que tu penses de Baire parce que c’est Hamit ici. Personne n’ose trop la regarder longtemps dans les yeux, écouter jusque là. Moi, j’ai aucun problème à la Dorin-Habert m’a beaucoup aidé.

00:25:06:24
Oui, et donc aucun problème avec B-A. Et je trouve qu’elle a un look incroyable et génial.

00:25:12:22
On espère la voir un jour, on espère la voir. Il faut qu’on invite Clément et Christophe à rencontrer Christophe, qui s’occupe de la loge de Vincennes. On va l’appeler tout à l’heure s’il ne vient pas nous voir parce qu’il vient nous voir naturellement avant de savoir comment tu vas, peut être qu’on écoute une musique.

00:25:27:19
Ça serait bien de se plonger là à nous envoyer les musiques. Donc, tu voulais écouter plutôt Paris, Vélib ou Buzz comme vous voulez. Mais oui, j’avais choisi Camille Mathieu. Parfait, Xavier.

00:25:38:08
Mais oui, il y a des choses dont on ne parle pas. Il y a des choses qu’on écoute, qu’on vit intensément. Merci d’être avec.

00:25:48:13
Fait du zèle d’Asie.

00:25:59:18
A.

00:26:09:19
Et les voiles sur les matelots lOlympia La grande, lévènement dans les vitrines de magasins de vêtements, les meubles dans les magasins de meubles Lacen.

00:26:40:02
Toto et moi, en vélo.

00:26:46:06
Ces gens.

00:26:52:08
Cette fête du.

00:27:02:05
Bazzi.

00:27:13:07
Et on se croise devant le tableau, on se dit que le Louvre essaie de faire peur à la pyramide alors que c’est la pyramide qui fait peur.

00:27:35:05
L’eau ne se reflète pas dans le Louvre, alors que le Louvre se reflète dans la pyramide. Dans un miroir.

00:27:51:18
On se dira ça et on s’en embrassera.

00:28:05:17
Ces jeunes vous?

00:28:17:05
Nuit du.

00:28:27:10
Si, si, l’affaire, l’hebdomadaire matinal de Tout va bien se passer.

00:28:33:23
Il y a un 1.030, c’est la folie. Les gens nous rejoignent. C’est complètement dingue. Marie nous a retrouvés pour une chronique sur des musiques idéales pour mettre fin à ses jours et nous sommes toujours en compagnie de Birti qui allait nous livrer son son émotion quand cette situation inédite. Birti, toi. Tu penses au suicide souventes à des amis qui sont vraiment dans le deep down?

00:28:57:11
Je crois pas. J’espère pas. En tout cas. Je crois qu’on fait un peu tous comme on peut. Mais moi, j’ai choisi de traverser cette période en plein déni. Alors, je vais un jour à la fois en déni, c’est à dire exister. Pas un peu, tu. J’évite de trop y penser, notamment les répercussions sur le commerce et sur mon activité principale. Et ne pas trop regarder les nouvelles. Ne pas trop m’énerver contre le gouvernement parce que déjà, c’est pourquoi tu serais énervé contre le gouvernement. Je ne sais pas qui. Peut être parce qu’on a l’impression qu’ils prennent ces décisions à la hâte. En tout cas, toujours d’un point de vue professionnel, ça a un gros gros impact. Ca a l’air d’être pris. A la roulette russe, on choisit quelques morceaux qui ecommerce pas comme ça. C’est pas assez clair pour toi, c’est pas assez clair et en tout cas, pour le troisième confinement, on le ressent un petit peu comme une injustice. Quand on est petit artisan, que j’ai 30 mètres carrés, que je sois une personne et que je n’ai pas le droit d’ouvrir, on me donne de l’argent ou pas.

00:29:59:15
Les deux derniers confinement, oui. Là, honnêtement, je suis pas sûr qu’il se fixait sur le chiffre d’affaires de mars 2019. Et moi, mon chiffre d’affaires de mars 2019 a augmenté en 2021, ce qui est encore un peu le but.

00:30:11:17
Quant à une entreprise, c’est d’augmenter son chiffre d’affaires tous les ans et de rester fixe. Sinon, ça a peu d’intérêt. Donc là, je suis pas sûr d’avoir un ça. Ça te fait flipper? Bah oui, oui, tu penses à quoi?

00:30:26:06
Dans ces cas là, tu te dis quoi?

00:30:29:03
On a toujours cette question est ce que c’est vivable? Tu vois ce que tu veux t’en sortir? Est ce que tu vas en ligne ou par ton Instagram? Un petit peu par Instagram, mais pas j’ai. Pas de dettes si ce type de chose, parce que ça nécessite de prendre énormément de temps pour voir les photos. Bien sûr, moi, tous mes carnets sont vraiment différents. Je n’ai pas une gamme de un carnet en papier et 10 carnets différents. Donc, il faudrait que je prenne fin. Quand je fais une nouvelle gamme de papeterie, c’est facilement 200 300 carnets. Ils sont tous plus ou moins différents. Ils prennent tous en photo. C’est un travail énorme. C’est un travail énorme que les gens n’ont pas forcément conscience, en fait, parce qu’après, tu dois répondre, tu devrais pas me permettre de répondre par téléphone, tu peux répondre sur Etsy, sur Instagram, tu dois aller à la Poste et de la papeterie, c’est pas mon activité principale. Mon activité principale, c’est vraiment la reliure. Je n’arrive pas encore à me dédoubler.

00:31:21:16
Du coup, comment les gens peuvent trouver ta boutique? Donc, on le rappelle, c’est au 8 ter, rue Chaumont, dans le 19ème, et elle a un Instagram s’appelle Bertille Ameline. Relieurs. Si vous voulez un peu voir de ces photos, est ce qu’elle fait et comment les gens trouvent du coup sur Instagram, sur Instagram?

00:31:35:15
Je suis sur quand tu tapes sur Paris, je suis là. Et puis, j’ai pas forcément à Paris 19ème. Je suis là et a beaucoup de bouche à oreille.

00:31:47:00
Va, forcément, et ça, ça fonctionne très bien. Et donc, quand tu penses, ça va mettre fin à ton activité. Qu’est ce qui te donne envie de continuer?

00:31:54:11
Je pense pas à mettre fin à mon activité. Je me demande combien de temps ça va être vivable. Ce qui me fait continuer, c’est que je ne me vois pas faire un autre métier.

00:32:03:19
Tout simplement. Et quand tu es face à des gens, des amis, qui se pose cette question fatidique parce que tu le vois clairement sur leur visage, ils sont au bout du rouleau, le mec tu lors du quoi, toi?

00:32:15:10
Je ne sais pas trop. Moi, je n’aime pas trop trop de donner des conseils et donner des conseils et lancer comme ça, je ne sais pas qui appelle qui dit écoute Berty.

00:32:25:12
Moi, je suis au bout du rouleau.

00:32:27:13
Moi, j’ai tendance à renvoyer assez facilement vers des personnels le personnel médical qui est formé pour avoir une réponse qui pourra les aider. D’accord, parce que je suis pas sûr que les miennes soient forcément bonnes.

00:32:38:11
Je vous renvoie sur SOS Amitié.

00:32:40:18
Non, mais alors non, je les écoute. Bien sûr, j’essaye de leur donner des conseils, mais est ce que mes conseils sont pertinents? Je n’en suis pas sûr. Chaque situation est différente et si c’est un gros ou une grosse détresse ou m’emmenaient à parler suicide, moi, je suis pas sûr d’être compétente pour la tête. Tu sors du bureau de ce niveau? Tu raccroche quoi? Bien sûr que non. On va voir le verre, on va en discuter, mais je leur dis qu’effectivement, il faut prendre une aide qui est compétente et professionnelle.

00:33:10:15
Par les suicides, ils sont débordés. Tous les services professionnels, malheureusement, sont sur répondeur.

00:33:16:05
Tu wawel de bruits de chutes, tu peux pas juste leur donner, leur donner des conseils en disant va courir, va boire de l’alcool.

00:33:25:08
Après moi, je me dis quand tu fais un travail manuel, souvent, ça aide à se détendre. Moi, je sais que j’ai toujours beaucoup apprécié de faire quelque chose de mes mains que ce soit. Je ne sais pas tricoter, faire des bijoux, faire faire du jardinage parce qu’il y a un côté méditatif qui permette de sortir de tes pensées comme toi. Du coup, ton travail assez manuel, est ce que tu penses que sa tête du cou a détaché de tes mots un peu émotionnel qui pourrait être perturbé?

00:33:51:11
Oui, c’est une idée, mais oui, non, mais effectivement, il y a certaines phases où ça devient un peu un automatisme, où tu te concentre vraiment sur tes mains et sur le résultat qu’elles doivent fournir. T’es complètement marcé dans ton action et dans ton action. Est ce cas le résultat qu’il doit y avoir? Un côté oublie le reste, ça.

00:34:09:09
Je me suis dit que j’aimerais bien avoir une passion manuelle comme ça. Ça m’aiderait être moins dépressif. Xavier Tricot. Le tricot, c’est sympa, mais au bout de 20 minutes, ça m’embête un peu. Je suis pas comme ma grand mère qui arrive à en faire des arts. Sinon, j’ai des potes.

00:34:23:18
Oui, mais c’est très bien parce que j’adore tout ce qui est activités manuelles et qui détend vraiment de passion qui prend corps. Comme quoi? Comme activité manuelle.

00:34:35:02
Activités physiques et activités manuelles, ce n’est pas la même chose, sauf parfois.

00:34:38:23
Oui, tu peux aller. Qu’est ce que tu penses, toi, de cette situation globale?

00:34:44:03
C’est quelque chose que tu avais imaginé. T’imagines une sortie aussi de cette situation où t’es complètement prostrés? Tu vois rien.

00:34:52:09
Alors, je n’avais jamais imaginé une pandémie à Paris. En tout cas, je pense qu’on était beaucoup à la découvrir et je le suis effectivement assez dans la partie prostrés. Et j’attends que ça passe. D’accord, beaucoup dans l’action n’ont pas du tout. J’attends que ça passe. Et voilà.

00:35:10:15
Qu’est ce que tu penses de ces actions de mobilisation au théâtre? Parce que c’est comme le truc social le plus chaud en ce moment. On a passé un sonore, les invite à les rejoindre chaque jour pour discuter et vendredi à une grande manifestation totu. Tu penses quoi de l’agitation? Tu penses qu’il faut rester prostré? Attendre?

00:35:25:24
Non, pas du tout. Je pense qu’il faudrait pas du tout suivre mon exemple. C’est vrai que c’est long, est mal barré, clairement, mais si je ne fais pas mon exemple, je les trouve extrêmement courageux puisqu’ils sont dans une situation qui est beaucoup plus complexe que la mienne. Et je les trouve très courageux et j’aimerais qu’il y ait plus de choses qui soient faites pour eux.

00:35:46:04
Mais en quoi c’est plus complexe que toi?

00:35:48:18
En tout cas, ils ont vraiment aucun travail et que leur travail dépend complètement des autres. Et moi, j’ai maintenu une activité professionnelle indépendante et tu continues malgré que je voulais travailler.

00:36:01:17
Même pendant le confinement, je travaille et ça te fait dire quoi, ce traitement vis à vis de ce qui est quand même une industrie à la même hauteur que le vin? La culture en France, c’est comme un truc. Qu’est ce que tu penses du traitement?

00:36:15:11
Je le trouve absolument horrible le traitement de la culture, mais. Qu’est ce que ce combat? Voilà ce que je peux faire. Je n’ai pas les connaissances, je suis un peu Guyotat. C’est un peu comme si je commençais à parler sur si tu me demandais comment tu penses qu’on a traité la pandémie d’un point de vue médical. En fait, je n’en sais rien. Oui, c’est pas tondo, c’est pas mon domaine.

00:36:37:20
Tout simplement. C’est vrai, c’est honnête de le dire.

00:36:40:11
Et qu’est ce que tu vas faire? Qu’est ce que tu attends de faire quand? Tout. Même si c’est un peu un terme qu’on peut employer maintenant que ça veut rien dire. Le normal n’existe plus. On va avoir un nouveau normal. Du coup, qu’est ce qui te manque le plus?

00:36:51:21
Ce qui me manque le plus, c’est clairement les soirées dans les bars avec les amis, les soirées dans les bars, avec les amis.

00:36:57:00
Mais il y a encore des endroits. On peut en faire une petite foule irréductibles de fêtards qui ne se laissent pas aller. Qui continue?

00:37:05:12
Oui, mais moi, je suis pas tout à fait d’accord avec ça. C’est sûr que quand tout le monde sera vacciné ou quand on aura un peu dépassé le stade où on peut contaminer tout le monde, peut être vaccinée, toi, je ne sais pas. De toute façon, je serai forcément dans les dernières. Qui s’est proposé? Bien sûr, je pense que j’ai bien le temps pour réfléchir au moment de la libération. Les bars. Première étape, première étape canettes, canettes, canettes, canettes, plutôt soirées avec des amis du bar parce que c’est là qu’on se retrouve. Mais en fait, c’est la soirée où on se retrouve tous tous ensemble. On a passé depuis très longtemps, d’accord.

00:37:38:12
Et là, tout comme le disait Tu penses que ça va être la grande orgie à coups de beef? Le direct, c’est un mec composé la semaine dernière qui dit ça va être complètement dingue. Au moment de la libération, on ne parlera plus. On ira directement avoir des rapports sexuels, non pas avec un peu extrême.

00:37:56:18
C’est surtout que je pense pas qu’il va y avoir une libération du jour au lendemain. Ben tiens, bon bah ouais. Je pense que ça va être de préciser que j’aimerais ça. Maintenant, je pense, ça va être l’orgie totale. C’est Marie qui l’a annoncé.

Cela vous plaît ! Feel free to support me here.
Bouton retour en haut de la page