LES FEMMESLES GENSMEDIATHÈQUESUICIDE FMTHÉMATIQUES

Nathalie Est Brochier // Invité voisin

Extrait de l’émission SUICIDE FM #11

Nathalie nous raconte son confinement entre peinture et balade à vélo. C’est une habituée des bureaux et une amie.

Nathalie
Interview part 1
Interview part 2

SUICIDEFM#11


LA TRANSCRIPTION AUTOMATIQUE AVEC TRANSCRIPTIVE

02:19:00:01
A Night, c’est toi. Salut, merci d’être là très bien. Tu es une invitée, amie des invités amis, comme je disais précédemment avec notre ami Fred Jaillisse il a loof et qui est DJ? Ouf! C’est la difficulté de le présenter. Alors présente toi parce que moi, en tout cas, je ne sais pas te présenter.

02:19:21:09
Mate, parisienne, peintre ou simplement plus parisienne que peintre. Non, je suis autant parisien que peintre. Non, non, des peintres ixième parisiennes, par exemple.

02:19:37:03
On allait etranges à Paris.

02:19:39:19
J’ai vécu mon année Troch. Bien étrange, très étrange. Je pas plutôt bien. Un peu comme tout le monde, je pense, avec des hauts et des bas. Premier confinement plutôt bien tranquille. Moi, ce qui m’a vraiment fait tiquer, en fait, c’était son couvre feu. En fait, c’est comme ça. C’est vrai qu’il me fatigue pendant la journée plus bas. Surtout l’impression de impression. Vraiment de régression. Quoi d’être une préado?

02:20:07:14
Bon ben, à 18 heures, tu rentres, tu vas te coucher, oui.

02:20:15:14
Et du coup, l’absence de possibilité, de spontanéité, c’est à dire? Je ne sais pas. Il est 22h. J’ai envie d’une bière à PTAC. Je vais à l’épicerie où il est une heure du matin. J’ai envie d’un paquet de chips. Je vais à l’épicerie.

02:20:28:20
L’abus d’alcool est dangereux pour la santé, surtout les chips.

02:20:32:14
Et donc, du coup, là, non.

02:20:34:06
Il est 18 heures 5. J’ai pas fait mes courses.

02:20:37:20
Non. Mais autrement, dans l’ensemble, plutôt bien en tant que patriciennes, ça laisse du temps. Bah, c’est ça, c’est ça. C’est que bon, moi, j’ai la chance de ne pas avoir de problèmes de boulot, de pas avoir d’enfants à charge. Donc, effectivement, j’ai récupéré tout mon temps pour ma peinture. Tu t’es lancé dans une production pharaonique? J’ai un peu honte, mais plutôt bien. Ouais, grosse production à venir bientôt.

02:21:05:05
Et la ville de Carty tu la redécouverte pendant ces moments étranges?

02:21:11:17
Oui et non. Oui et non. Parce que moi, je suis cycliste depuis depuis 20 ans. Donc donc, ma ville, je la connais bien, je l’aime beaucoup, j’y suis né et pourtant, j’en suis toujours amoureuse. C’est à dire que je l’aime. Je l’aime, je la touche. Je me balade. Je regarde. C’est vrai, je lève tous. Je m’arrête sur les ponts, je touche la pierre. Et donc, c’est un choix délibéré de ta part de rester en ville? Ben oui, délibérément, puisque premier confinement, on était tous coincés. Donc oui, c’est plutôt un choix. Moi, j’ai des choses à faire en ville. Ça, ça, c’est sûr. Après, comme tout le monde, j’ai besoin de prendre l’air, donc je suis allé prendre l’air. Mais effectivement, moi, j’ai besoin d’être en ville. Effectivement, la campagne, c’est un peu le confinement à 16 heures, 24 sur 24, 7 jours sur 7. C’est beau, non? Oui, c’est plutôt un choix. Et donc, si j’ai redécouvert ma ville, oui, le premier confinement, oui. Je pense qu’effectivement, moi, je pense comme nous tous. Le silence, l’absence de voitures. Moi, j’ai la chance d’habiter en face d’un jardin, dans une impasse. Des oiseaux qui chantaient, mais vraiment en discontinu du matin au soir, c’est un truc, mais en discontinu, vraiment plus avec des oiseaux qu’on n’avait jamais entendu. Enfin, on sentait vraiment que c’était la fête quand le mec qui se clape, quoi? Ca oui, j’ai redécouvert ma ville parce que effectivement, sans les cartes, c’est

02:22:44:11
tout, car de touristes, etc. Oui, on voit la ville différemment. Après, effectivement, au bout de quelques mois maintenant, quand je traverse Paris et que je vois que tout est vide, maintenant, ça me rend plutôt triste. Je me dis effectivement, bon, c’était sympa. Pendant un temps, mais là, moi non plus. Qu’est ce qui me manque le plus? Bah, c’est ça la spontanéité. La possibilité d’être spontané, quoi. Je ne sais pas. Oui, et il est 23h. J’ai envie d’organiser une petite fête avec Tout le monde vient havanes. Pas possible. Voilà ce qui me manque le plus. Les musées, bien sûr, évidemment. Mais bon, les galeries quand même, sont restées ouvertes. Les garçons ont bien pris le relais, donc, essentiellement la spontanéité et les musées.

02:23:29:16
Respecté ce que ton ton posé ou pas, vraiment pas, j’ai respecté sans le faire exprès, quoi?

02:23:41:08
Oui et non. En fait, j’ai respecté oui le masque, bien sûr, les gestes, barrières, etc. Mais depuis le premier confinement, ça ne m’a pas empêché physiquement voir ma famille de voir mes amis faire des apéros et de faire des fêtes. On se débrouille toujours. Voilà, on trouve toujours une petite épicerie derrière un rideau de fer. L’avantage de la ville, voilà les avantages de la ville. À quoi bon, là, ça devient plus difficile. Mais maintenant, je respecté. Je fais juste que j’avais à faire comme tout le monde, et pas des moments de déprime, des coups de mou. Baisse globale. Si, comme je te dis moi, le couvre feu à 18 heures, la l’Asala, ça m’a vraiment plombé. Alors heureusement, c’était l’hiver. J’avais, j’étais bien accompagné. Donc finalement, oui, j’ai passé mon hiver au lit. Quoi, si on peut dire faire du sexe? Mais c’est vrai que ce couvre feu à 18h, là, vraiment, ça m’énervait quoi là? Vraiment, ça va m’énerver. Oui, l’impression d’être une gamine gering, une vieille d’utilitaire comme dans ta chambre. C’est bon, donc. Donc oui, un petit coup de mou aux 18 heures. Et puis, comme tout le monde, je pense des fois des moments de lassitude. Parce qu’effectivement, c’est adjure, parce qu’on sait pas. On ne sait pas quand ça va finir. Est ce que ça va finir? Comment ça va finir? Donc voilà. Mais bon, après, voilà, il suffit de voir ses amis. On rigole, on boit un coup. Et

02:25:06:07
puis voilà quoi, tu as changé psychologiquement? Je ne pourrais pas le dire encore. Je ne pourrais pas le dire encore. Je pense que certainement. Je pense que comme nous tous, certainement certainement. Mais je ne serai pas encore très bien le définir, en fait. Mais je pense que tous un peu, quand on discute, je pense que. Et puis les spécialistes par les médecins disent qu’effectivement, il peut y avoir des répercussions sur tout le monde à moyen, voire à long terme.

02:25:38:13
Ben, c’est un trauma qu’on vit, en fait. On peut l’appeler n’importe comment, mais c’est un traumatisme qui touche plus ou moins. Et je pense qu’on aura des répercussions sur, surtout pendant, bien sûr, mais après également, autant, voire sait ce que c’est, c’est c’est ce qu’ils disent.

02:25:52:06
Alors moi, j’ai la chance effectivement de pas avoir d’abord cru que tout le monde autour de moi allait bien. Alors après, effectivement, voilà, c’est ça. Moi, je parle d’une position un peu privilégiée. Je pense malheureusement aux gens qui ont qui ont souffert de près. Mais oui, les médecins disent qu’effectivement, même, il y a des symptômes après des symptômes de post-traumatiques et que la pitié, pitié se dit je sais pas trop, on verra.

02:26:20:00
En général, après les grandes crises, c’est pendant 2 ans, 2 ans, le taux de suicide augmente, l’effondrement, tout ça et ensuite ça rebondit. Je ne le savais pas. Je ne savais pas que tu aimes Beyoncé. Les morceaux que tu vous a apporté?

02:26:33:00
J’adore Violacée. J’adore. Ce morceau est vraiment un morceau de fête qui ne veut rien dire. Les paroles, c’est frappant. Tes mains tournent sur toi, mais attention, pas renverser l’alcool.

02:36:31:11
Libération Comment envisage la libération? Notes.

02:36:35:17
Franchement, moi, je ne sais pas. J’y réfléchis, mais j’écoute plein d’émissions, des philosophes, des sociologues. Je sais pas, je sais pas. Au début, effectivement, je l’ai envisagé positivement. Je me disais effectivement, le monde va changer. Ça y est, les gens écoutent les petits oiseaux, la nature, etc. Maintenant, on voit quand même qu’il y a de plus en plus d’agressivité. Il y a beaucoup d’incivilités. La libération, je ne sais pas. Franchement, je ne sais pas trop quoi. Je n’y crois pas du tout. Une chose dont je suis à peu près sûr, c’est que le avant, comme on dit, ne reviendra pas. Il n’y a plus d’avant l’avant, ça n’existe plus. Là, on rentre quand même dans quelque chose de nouveau, notamment à mon sens, avec cette loi sécurité globale qui fait quand même une loi de contrôle social digne de la Stasi. Tu peux être fiché pour tes opinions politiques, pour tes préférences sexuelles, etc. Donc je pense que là, on va dans une autre société. Après, je sais pas, j’espère. J’espère qu’on aura des surprises. Bon, mais sincèrement, je ne sais pas. Trop de positif positif, si j’espère. Franchement, j’espère. J’espère, mais je serai pas. Je saurais pas dire. Je ne saurais pas dire. Je saurais pas dire quelque chose que je trouve très positif, par contre, c’est l’arrêt. La réappropriation de la ville, par contre, parlé par la population. Alors ça, ça me ravit. Effectivement, là, comme tout le monde en a marre d’être

02:38:18:07
à l’intérieur de tout le monde, ça, quand on se balade dans Paris, on voit des gens qui dansent un peu partout. Les bruits, les quais sont blindés, les parcs sont blindés, toutes les générations sont mélangées, etc. Ça, ça me plaît. Je trouve ça positif, cette réappropriation de notre ville par nous, ça, oui. Est ce que ça va continuer? Je sais pas. Après, surveillé par des drones, etc. Franchement, je. En même temps, en même temps, je trouve que revenir à l’avant, comme comme tu le dis, n’est pas forcément une bonne idée parce qu’il avait des choses qui ne fonctionnaient pas et qui n’étaient pas forcément viables.

02:38:57:07
J’ai envie de dire, comme par exemple notre surconsommation générale, notre rapport à l’environnement, etc. Donc moi, je trouve que revenir à l’avant, ne pas revenir à l’avant, c’est pas plus mal. Et la vraie question, c’est comment construire l’après et comment? Comment se construire maintenant? C’est de faire des changements positifs. Je suis d’accord. Il y a des menaces de changement pas vraiment réjouissantes, comme cette loi dont tu viens de parler. Mais si je pense, c’est juste peut être que je suis UNEQ de penser ça. Si on se mobilise et si les gens s’expriment clairement par rapport à ces mesures, on peut peut être essayer de changer la donne et au contraire, mettre en place un monde un peu différent et justement, plus ouvert et plus libre.

02:39:38:21
Un peu plus. Je suis d’accord là dessus. C’est qu’effectivement, l’idée centrale, c’est effectivement tous tous ensemble qu’on s’y mette effectivement tous ensemble. Mais quand on voit comment ce virus a encore creusé les inégalités. Est ce que est ce que effectivement, tous les gens qui ont perdu leur argent ont perdu leurs économies, qui ont perdu leur boulot, qu’on a perdu déjà, etc. On va avoir la force, l’énergie de se mobiliser. Je sais pas. Moi, j’ai toujours effectivement été optimiste et j’en sais rien. Je sais pas se mobiliser. Bon, quand on voit maintenant comment les manifestations sont encadrées, comment elles sont réprimées comme on tabasse des pompiers, des infirmières, etc. J’en sais rien. Sincèrement, j’en sais un. Moi, effectivement, je reste pour. De toute façon, si on fait rien, c’est terminé, ça, c’est sûr. Donc, je suis pour qu’on continue à essayer de construire quelque chose de mieux. Effectivement qu’avant, on va voir. Sincèrement, on va voir ce que toutes les prises de conscience qu’il y a eu pendant cette période là vont effectivement avoir fait savoir. Ne peut pas. Ça ne va pas encore tellement les nouvelles générations.

02:41:03:14
Je sais pas. Et toi, ce que tu peux me donner? Une adresse dans laquelle tu vas te rendre à Paris, avec laquelle tu a hâte d’aller pour la première. Premier endroit à Paris, où tu connais des idées. Parce que moi, je viens d’emménager à Paris. Je ne sais pas où aller quand les choses vont ouvrir. En fait, je ne sais pas.

02:41:22:10
Il y a tellement d’endroits, mais un des un, effectivement, où j’irai direct. Je pense que c’est Marmottan, c’est le musée Monet parce que j’ai trop envie de voir certaines toiles. Tous les musées Beaubourg, Beaubourg me manque beaucoup. Mais bon, bon, je crois que ça ferme toute façon. Pour moi, c’est vraiment le musée. Quoi?

02:41:46:06
Voilà pour aller voir des peintures à jamais. Un tee shirt violet aujourd’hui par Beau Yes! Et est ce que c’est en lien avec ta nostalgie d’un certain musicien? Certaines, certaines chansons, certaines couleurs à une transition?

02:41:58:21
Je crois que c’est la meilleure tradition radiophonique du 21ème siècle.

02:42:02:05
Absolument. C’est un hommage à un immense musicien, super beau gosse, hyper sexy, trop talentueux, que j’ai eu la chance de voir en plus en concert pour cette tournée Love Time à Paris. Il y a quelques années maintenant, et qui est disparu aussi il y a quelques années et qui nous manque beaucoup. De par son style, son excentricité et son énergie. Un truc de malade, à l’écouter, c’est pas pour vrai là.

02:42:33:21
Vote American Music Awards, Mountain Tifa You Laclasse. Le mec est mort d’une Audi quand même. C’est un peu difficile du Nodélo.

02:42:44:20
Réfléchissais.

02:42:48:19
Labeaume me dit quand j’ai mon cerveau.

02:42:57:01
Quand? Tapez. D’après. Modélisant.

02:45:23:15
Le temps file. C’est un sacrilège. Merci de nous avoir fait vivre ces minutes de concerts qui font partie des choses qui manque le plus aux gens. Bizarrement, personne ne nous a dit, au travers des micro-trottoir que vous avez entendu pendant cette émission des invités qu’on a pu voir dans cette émission. Vous pouvez retrouver évidemment sur notre site, tout va bien se passer. Comme tout article sont découpés, personne nous a dit J’aimerais bien aller faire du shopping, acheter une voiture ou des trucs comme ça. Peut être parce que finalement, on peut le faire en ligne aussi. C’est pas. Merci Nate.

02:45:55:02
Merci à vous. Merci et bonne journée, tout le monde bonne, j’en ai gardé de pays chips de pitchs et nous allons nous rendre à Londres avec nos tripes de pimpants.

02:46:06:08
Indeed, notre ami. J’ai dit tu portais mal la cravate, ça va. J’ai dit Hava learning french business.

02:46:20:13
Peut être que ça fait ressembler un peu de Toulouse, mais c’est pas mal un petit peu shoulder de Wurtz.

02:46:29:17
Notre bonne attitude. Lateef, ce peut être good.

02:46:38:13
As pas de base Bleuzen. Pochette?

02:46:42:19
Oh ben, comme quand on est mal fait. Spylo, fibrome ou d’Accordéonistes and now ou une langue. C’est une machine. Ouais, ouais. Si ça sonne faux. Space outside.

02:47:24:04
Le second est un autre d’un autre Séguy Rien exciting, Ségolène Royal, de Belzil, Ouest-Est ou Hardwick Stadium, le bus de cochon pas comme une Sainte-Rolende ni de Zeus Homo Homme Madness, Godey Sorelois King SOMMEPROD ou John Roosens Hippo Henman Live in.

02:47:59:14
J’aurai de l’aide sur.

02:48:02:21
Let’s go get we don’t know Toi was because sommes Alépé Pour Mad a tué les mots pipole QuickTime, Alcohol, Windows, Beethoven, Kovy depuis plus d’un.

02:48:26:20
Oui, oui. Oh oui, il se passe des choses.

Cela vous plaît ! Feel free to support me here.
Bouton retour en haut de la page