LA RADIOLES GENSMEDIATHÈQUESUICIDE FM

Thierry Keller // Invité Paris

Extrait de l’émission SUICIDE FM #13

Thierry Keller, journaliste et directeur éditorial du magazine de prospective Usbek & Rica depuis sa création en 2010. Ancien chroniqueur sur Radio Nova (« Le futur c’est maintenant »), il s’intéresse notamment aux effets de la technologie sur les individus et les sociétés, et intervient comme consultant pour des entreprises ou des collectivités.

Thierry Keller
Thierry Keller
Interview part 1
Interview part 2

SUICIDE FM #13


LA TRANSCRIPTION AUTOMATIQUE AVEC TRANSCRIPTIVE

02:13:40:12
Thierry Azali sera le bienvenu, mais ça va bien.

02:13:48:12
Ça fait plaisir à voir ici. On a vu au téléphone Suicidait FM deux ou trois ans.

02:13:55:18
Partie la première émission d’affaires. Ouais, ouais, j’avais parlé de mélisme est un sujet qui était traité aussi dans Ubik, Erika, le psychédélisme.

02:14:04:00
Et comment ça peut traiter la dépression, qui est un sujet qu’on aborde en permanence, comme on est nous mêmes très déprimé, totalement. Toi, tu arrêtes le Xanax, Prozac, Prozac un jour sur deux, sur ton visage, on a vraiment l’impression que tu veux te pendre. C’est aussi pour ça qu’on fait cette émission. Comment s’est passée cette année? Étrange pour toi, Thierry? Bien, c’est à dire? Franchement, pas mal. J’ai emménagé, j’ai fait deux enfants. Je me suis mis à revivre avec mes enfants. Ça, c’est ma vie avec leur mère. Ça, c’était cool. C’était vraiment la bonne nouvelle de l’année. C’est grâce. C’est grâce au confinement. Et puis, en fait, je me dis que il faut. Il ne faut pas lier son état mental à la situation. Tu ne peux pas maîtriser, voilà. Donc il y a un petit côté historiciste là dedans. Est ce que tu peux maîtriser ce qui est ta faute? OK, tu peux t’en prendre qu’à toi même, mais dans une période comme ça, tu sarlet dans ta tente, essaye de faire des trucs. Voilà donc plutôt en vrai. Plutôt pas mal, Jules Kovy. C’était cool. Ah ouais, ouais. Tranquille. Comment ça passe alors? Je lui, en novembre, a des élus, des trucs dont j’ai perdu l’odorat.

02:15:17:12
Ah ouais, moi aussi, j’ai eu ça.

02:15:19:05
C’est vraiment super Wilgaut.

02:15:21:14
J’ai perdu le goût. C’était 10 jours, je dirais 3 semaines, 3 semaines.

02:15:26:15
Du coup, arrêter de laver avec ta partenaire.

02:15:29:09
J’avais goûté le savon. Je m’étais mis à goûter le caractère bizarre pour tester quand tu es partout. J’avais un peu et j’avais fait un peu bizarre. Et le savon? Je n’avais pas goûté le savon assez surpris.

02:15:40:12
Pots d’échappement, c’était bizarre.

02:15:41:21
Ça n’avait pas permis d’air.

02:15:47:08
Plus besoin de te maquiller en même temps. Maintenant, c’est pratique. C’est l’avantage autour de toi. Les gens sont comment déprimés? Ouais, ouais. Ouais, je trouve. T’es le seul heureux, quoi. Mais je ne veux pas. Sincèrement, je ne vais pas me laisser faire quoi? Oui, autour de moi, c’est la première conversation. Maintenant, il y a une autre conversation. C’est ce que t’es vacciné, à quoi t’es vacciné parce qu’il y a quand même la Rolls du vaccin, puis ensuite les prolos du vaccin. Mais dans les conversations, on commence toujours par oui, c’est vrai, c’est dur en ce moment, mais en vrai, ça va, tout va bien. Oui, c’est vrai, c’est vrai, ça va. Je ne veux pas être. Je ne veux pas avoir un volontarisme idiot. Et ça va aussi parce que je n’ai pas de gens autour de moi qui sont morts du Kovy. Mais concrètement, on ne peut pas laisser faire quoi? Il faut trouver. Il faut trouver la voie. Comme disait l’autre. Mais qu’est ce qui est essentiel pour toi aujourd’hui que tu t’es? Tu as pris le temps de refaire ton lit, de t’écouter. Est ce que ton essentiel a changé? Non, non, non, vraiment pas. Non, non, non, non, je ne suis pas ami. Je suis trop vieux pour changer de collège ou j’ai 50 ans dans un mois. La vache, tu lui fais peur.

02:16:57:00
Sympa pour changer. C’est pas vrai, c’est une idée préconçue.

02:17:00:19
Non, non, ce n’est pas une idée préconçue. Je veux bien. Je pense que je peux changer à la marge. Oui, vraiment très à la marge. Profondément et profondément, non. Moi, je suis. Je reste quelqu’un d’assez hédoniste et. Bon, s’il y a peut être des trucs qui ont changé, je regarde le foot à la télé, ça, c’est vachement bien. Ouais, je supporte mon équipe. C’est un vrai aveu. Je suis en train de faire ce qu’elle a.

02:17:24:07
90 Marseille?

02:17:25:20
Ah, mais ça, c’est s’ouvrir à des discussions avec plusieurs matchs en ce moment.

02:17:29:19
Ils sont pas très bons dans les médias, mais je y pas un truc que j’ai un peu abdiqué.

02:17:33:09
Quoi? Peut être qu’a perdu des amis, du coup? Non, j’ai pas perdu d’amis, mais là, il y a un vrai truc, par contre, et on l’avait sortir. Un article dont je bake là dessus sur le site, c’est qu’effectivement on voit mone gens. Et il y a une sorte de dynamique, d’anti dynamique sociale. Et oui, je pense que je vois moins de gens et j’ai peut être moins besoin de voir des gens. Alors, je suis encore très sociable, mais je vois moins de gens, je vois moins de monde et mon cercle restreint.

02:18:07:22
Ma soeur taoïste, qui m’a dit que l’exercice que je devais faire, c’était de réaliser ce dont je n’avais plus besoin et m’en débarrasser. Du coup, j’imagine que c’est ça un peu pour toi. Tu as réalisé ce dont je n’avais plus besoin?

02:18:18:18
Non, non, c’est par inadvertance. Pas. En fait, je me méfie de cette logique. Moi, je n’ai rien contre les masseurs taoïstes. Vraiment pas. Mais je me méfie de la logique du dénuement total. À la fin, il reste quoi, l’essentiel? Ouais, mais bon, on va parler des lumières après, mais vous vous souvenez peut être de vos mémoires du bac français, de ce poème de Voltaire qui s’appelait Le Monde et qui disait que le superflu était une chose très nécessaire. Moi, je crois quand même vachement à ça. Alors c’était sa soeur, pas ma soeur, pas ma soeur. C’est juste une précision pour les gens qui écoutent vraiment ce qu’on raconte.

02:18:57:17
Parenthèse d’un an, c’était un massacre terroriste. Je crois que ta soeur n’a en effet la précision, mais heureusement, le délabrement, c’est du journalisme chirurgical.

02:19:08:22
Reste à côté de rien. C’est important. T’es tu? Une sorte de haine? Est ce que je suis énervé par rapport à ce qui se passe? La privation des libertés? Non, non, non, non, non. Je ne suis pas énervé. Qu’est ce qui m’énerve? J’ai trouvé Irina, Irina, Irina. J’ai été extrêmement intéressée par ce que Irina disait parce que j’ai trouvé une phrase sur deux. J’étais d’accord et l’autre, je n’étais pas d’accord avec. C’était pour ça que c’était une très intéressante et très intelligente chronique. Mais peut être ce qui m’énerve le plus en ce moment, c’est la culture et toutes ces conneries. Je suis un peu le genre Michel de sa chronique, mais j’essaie de me guérir. T’es le boomer, quoi? Merci d’être là. Thierry a choisi un premier morceau qui n’est pas dédié à ta maman, mais un morceau que l’on aime bien. Oui, j’aime bien. C’est quoi? C’est William Sheller. Je crois qu’on n’a jamais passé cette de l’Algérie, mais je crois pas. Ça s’appelle le suicide des femmes. Il vous passez par William Sheller? Rires. Ma maman va faire partie de notre best of. C’est William Sheller. Suicide? Tout va bien se passer.

02:20:20:14
Non, on n’y peut rien, mais ce que nous sommes, c’est qu’elle nous aide au pire quand elle s’envole, on lui tient la main comme un ballon. Des hommes qui viennent chez toi, tu ne dis rien, les gens?

02:20:44:03
Je comprends rien. Quand maman rigole bon afin que si lors de l’école, elle est notre idole, on en a plein la vue.

02:21:16:01
Au lendemain. Certains ne dit rien.

02:21:24:24
Les gens. Je n’y comprends rien. Il n’en est rien, mais je ne veux pas Golazo.

02:21:56:08
Celui ci s’est suicidé.

02:21:58:09
William Sheller, une première dans cette émission par la grâce de Thierry Calaire que nous sommes en train de découvrir, découvrir son rapport pandémiques et son rapport à Paris. Est ce que tu as redécouvert ta ville pendant cette année? Étrange. Alors ouais, j’ai presque plus aimé ma ville qu’avant. Les attentats m’avait fait encore plus ma ville qu’avant. Moi, je suis un provincial, je suis monté à la capitale, mais j’ai passé mon bac là bas. Mais je ne me sens pas provincial du Sud et un sudiste pareil pas emporte la du Sud. Quel rapport? Oui, le rapport à la Ville. Le rapport, c’est que tout le monde s’est cassé cette ville. Et moi, je ne veux pas me cacher. Je ne veux pas l’abandonner. Pourquoi? Pourquoi tout le monde s’est cassé? Pourquoi tu veux rester en ville? Parce que j’aime la ville. Parce que j’ai vécu beaucoup dans des espaces de banlieue de CSP+ pourrie. Parce que parce que ce n’était pas la ville et que j’y suis, j’y reste. C’est un peu ça, l’histoire. Et je ne veux pas quitter Paris parce que je sais que je sais qu’il y a une pulsion de se casser pour m’aider. D’épluchures chouette! Des villes moyennes, la campagne, le calme. Tout le monde a une connexion internet. T’es content et putter, car recentrées ton propre centre où tu la décentrée. Mais en tout cas, tu es le centre de ton propre monde. Mais moi, je ne veux pas quitter

02:23:15:00
Paris parce que. Parce que quand j’avais 18 ans, je regardais un monde sans pitié et que quand je regardais un monde sans pitié, je me disais c’est ça que je veux faire, je veux vivre à Paris et couper du shit avec mes potes. Alors je n’écoute pas de shit, mais je veux rester là et je ne veux pas être expulsé de ma ville. C’est quoi un monde sans pitié? Parenthèse parce que je te rappelle que nos auditeurs en moyenne 30 ans, que je connais pas.

02:23:40:10
Je ne sais pas ce que c’est.

02:23:41:11
Ne pas hésiter à demander Qu’est ce que c’est un monde sans pitié? Un film d’Eric Rochant qui date de 1989 avec Hippolyte Girardot et Yvan Attal. Le sujet, c’est donc le sujet, c’est la glande. La fin des illusions. Et voilà Eric Rochant, c’est le mec qui a fait le bureau des légendes. Ça vous parle? Oui, ça, Millénium. Grâce à l’école, tu disais que t’étais resté en vie, que tu avais apprécié ça? Oui, autant que personne. Pourquoi? Je préfère quand la ville bouge. Je préfère quand il y a du monde. Je préfère quand elle est vivante et je me dis pas ah, c’est vraiment sympa ce silence. Non, je ne suis pas là, quoi? Non, non, je fais quand même. Oui, j’ai fait. J’ai fait ma ville, alors. Oui, je me suis balade dans les rues vides. Je ne suis pas fan des rues vides. Je dois dire, il y a un petit côté Will Smith dans les jeunes.

02:24:33:01
Moi, j’aime bien ça. C’est poétique.

02:24:35:15
Les oiseaux.

02:24:36:09
Ou alors bon, si on parle sérieusement, c’était un peu crade quand même. Et puis, je trouve que tu veux parler des gens qui dormaient dans la rue. Alors je ne parle pas du tout des gens quand je parle de saleté. Merci pour le piège. Cela dit, après ça, c’est clair que bon, après, après le couvre feu, une autre population des villes en profite. Elle a non pas du tout les livreurs des livreurs. C’est le nouveau lumpenprolétariat. Il y a quelque chose de triste et je pense que souvent, c’est des dealers. Ils sont déguisés en délivreront à moi. C’est le mien. C’est la solution qu’il a trouvée. Alors j’ai appris ça. Ouais, c’est ça aux flics.

02:25:16:06
T’es pas emmerdé? Pas du tout.

02:25:21:03
J’attends avec impatience le retour de la vraie vie. J’ai envie de refaire la queue.

02:25:25:02
Qu’est ce qui te manque le plus justement dans la vie d’avant?

02:25:27:21
J’écoutais la chronique sur le véganisme, la chronique de l anorexique gÃnÃral Vigano. Franchement, j’ai envie d’aller rue du Chemin-Vert, rue du Chômage.

02:25:39:14
Aujourd’hui, je suis de Damas.

02:25:41:11
Franchement, si c’est pour avoir des bons brunchs et d’avoir des terrasses, je suis prêt à devenir végane. Ça me dérange pas du tout.

02:25:47:20
Les infos sont sur le site.

02:25:49:05
L’heure où je vous rappelle qu’on découpeuse toutes ces émissions, fragments que nous transcrivant tout ce qui est dit et que vous pouvez vous perdre pendant des heures de subsides puisque nous en sommes à la 13e émission, ce qui fait que je n’arrive même plus à savoir combien ça fait d’heures au total tellement c’est énorme. Je voulais te demander cette question très importante comment tu imagines toi le saut dans l’après? Est ce qu’on va vers une direction, vers une autre movida où on se fait chier? C’est ça un peu. C’est un peu le débat du moment ou quoi? Ouais, moi, je crois pas trop à la Movida. Je pense que à l’espèce de libération d’abord, je pense que ça n’a pas durer assez longtemps pour qu’on ne s’est pas assez fiché pour avoir une explosion de joie. Et j’ai écouté avec attention votre débat sur les délicates l’IVG, mais. Non, je pense qu’il y a peut être par contre des choses qui se sont révélées dans cette crise. C’est le fameux le fameux retour sur le ça. Donc, on est encore là, un peu sur les idées d’une génération qui peut être plutôt bien chez elle. Commander un délivreront justement de Netflix à se faire à bouffer. Clairement, ça s’est bien accroché à un truc que j’ai appris pendant cette année. Ça va faire à bouffer, ça aurait détaler Shibuya. Je penche plutôt vers un monde un peu plus chiant. Je dois dire ouais, ouais, un

02:27:16:12
peu plus aseptisé. Et je trouve que oui, on devrait peut être retrouver davantage le goût de la décadence. Moi, je crois beaucoup à la décadence politiquement, mais j’ai peur qu’on ne soit pas du tout. Heureusement que t’es là. Est ce que toi, tu t’es montré rebelle pendant cette année? Étrange. Est ce que tu as transgressé les règles? La fête n’aurait pas fait de fête. Mais je reconnais que je n’ai pas été hyper hyper straight sur les règles. Alors il y a un nouveau trucs et astuces pour entrer dans les boutiques sans masque. Maintenant, c’est quand tu franchit la porte sans masse, tu dis j’suis vacciné et ça marche hyper bien que mon caviste, mon avocat, me dit que c’était vraiment une escroquerie. Mais ça permet de ne pas porter de masque. Moi, je l’ai vu trois fois. En tout cas très entouré. Tu commences à être belle. Vaut mieux avoir un garde de garde du gouvernement que ça. C’est mieux quand même. Je vois pas le rapport. Moi non plus, toi, tu ne crois pas trop à une espèce de rebellion.

02:28:09:23
Révolution?

02:28:11:02
Non et non. Je pense qu’on a eu une jeunesse qui est un peu pénible, mais encore une fois. GZ.

02:28:16:12
J’essaye depuis dans quel sens? Un peu chiante, un peu un peu un peu pontifiants, passive, un peu pleine de morale. Mais on a tout dit. J’ai 27 ans, mais on a tout vu. Ah bah, tu peux dire que oui, c’est clair qu’on a eu. On a été très gâté très tôt et on a eu l’avantage, lagénération, de ne pas avoir les écrans trop vite. Du coup, on a quand même la fin de l’éducation un peu moins analogique. Ouais, c’est ça. Et je pense qu’effectivement, on a vu l’arrivée de la révolution virtuelle et on est très gâté. On a pas forcément les outils et les habitudes pour questionner le monde et je sais pas ce que je dis. Et c’est pour ça que c’est le moment d’écouter de la musique.

02:28:57:04
D’autant qu’on aborde le sujet qui est le sujet, accessoirement, pour lequel le tir est venu nous parler, c’est à dire les lumières comme nous sommes dans le siècle des lumières de poche. C’est bien de savoir ce que sont les Lumières, ces Black Eyed Peas, Tom Picte, Tyreese chez lui, qui n’est pas touché par quatre jours.

02:29:39:07
Son père? Surtout. Nom Est est celui du West et Maître. Il y a cette question de. L’Abbé Pierre oui, les églises Washi à Wizernes, qui d’imprégner oui à payer. Lydia. Milliard, un milliard.

02:30:29:05
Chaque Gabonais, oui, mais.

02:30:46:11
Il n’y a pas ici Côte d’Ivoire et Guinée sous l’égide d’un d’abbayes couvert pour mettre en échec cet échec. Igor Boycotteurs, un leader. A commandé l’étude. Connaissez Cadenassées, Land’Art! Tout l’été, encore trop dans sa dont le réseau est en mauvais état membre et.

02:31:58:10
Thomas.

02:32:39:22
Là, vraiment, c’est carrément la transpiration. Ça sent ici tellement tout le monde devient dingue. C’est l’effet Thierry queleur. J’avais peur qu’il vienne en studio parce qu’au téléphone, l’influence était moindre. Mais là, en studio, c’est complètement dingue. Il fait chaud. On se croirait dans une espèce de dans un espèce de sauna. Et ça fait du bien aussi. Il fait chaud. Ben moi, je ne l’avais jamais vu. Comme ça, si vous aussi vous regardez sur YouTube, sachez que c’est possible. Si vous ne le saviez pas, eh bien, vous nous auriez vu danser de ouf! Il est temps de rentrer dans le dur. Nous vous le promettons depuis le début de cette émission, c’est la définition des lumières offertes par le lycée Paris Diderot ou l’enseignement. Je suis désolé pour les crédits. J’avais noté ça, mais je l’ai perdu. Mais en tout cas, ce qui est important, c’est de comprendre ce qui est dit. C’est les lumières vu par quand on se projette en 1784. Qu’est ce que les Lumières? La sortie de l’homme de sa minorité, dont il est lui même responsable. Minorité, c’est à dire incapacité de se servir de son entendement sans la direction d’autrui. Minorité dont il est lui même responsable, puisque la cause réside non dans un défaut de l’entendement, mais dans un manque de décision et de courage de s’en servir sans la direction d’autrui.

02:34:00:10
Sapré, Hodder ose penser.

02:34:05:01
Ait le courage de te servir de ton propre entendement. Voilà la devise des Lumières. La paresse et la lâcheté sont les causes qui expliquent qu’un si grand nombre d’hommes. Après que la nature les a affranchis depuis longtemps d’une direction étrangère, reste cependant volontiers leur vie durant mineurs. Et qu’il soit facile à d’autres de se poser en tuteur des premiers. Il est si aisé d’être mineur. Si j’ai un livre qui me tient lieu d’entendre un directeur qui me tient lieu de conscience. Un médecin qui décide pour moi de mon régime, etc. Je n’ai vraiment pas besoin de me donner de peine moi même. Je n’ai pas besoin de penser pourvu que je puisse payer. D’autres se chargeront bien de ce travail ennuyeux.

02:34:58:05
Or, pour ces lumières, il n’est rien d’autre que la liberté.

02:35:04:06
Et à vrai dire, la liberté la plus inoffensive de tout ce qui peut porter ce nom, à savoir celle de faire un usage public de sa raison dans tous les domaines. Mais j’entends présentement crier de tous côtés. Ne raisonnait pas. L’officier dit. Ne raisonnez pas exécuter. Le financier, le percepteur, ne raisonnez pas payer.

02:35:32:20
Le prêtre. Ne résonnait pas, croyez.

02:35:38:03
Il n’y a qu’un seul maître au monde qui dise raisonner autant que vous voudrez et sur tout ce que vous voudrez, mais obéissez, il y a partout. Limitation de la liberté, Mickels limitation est contraire aux Lumières. Laquelle ne l’est pas et au contraire, lui est avantageuse. Je réponds. L’usage public de notre propre raison doit toujours être libre. Et lui seul peut amener les lumières parmi les hommes.

02:36:13:20
Je n’ai pas peur de mourir. Pour ne pas avoir à se suicider l’émission pour rester en vie.

02:36:25:04
Voici le corps et le cœur de cette émission Tyrie, donc un numéro écrit que vous pouvez vous commander sur le site US Becque Erika, je vous le rappelle, c’est le magazine qui explore le futur. Avec cette couverture sur un téléphone portable si mite des lumières, six icônes Montesquieu, Voltaire, Quand qu’on vient de comprendre et Sportiva d’entendre, d’entendre quelqu’un qui parle pour lui Duchatelet, Rousseau et Diderot, monde d’après les lumières à la rescousse. Alors, en quoi les Lumières vont nous aider, Thierry? Parce qu’on vit une période un peu troublée. Ouais, c’est vrai, voilà. Et peut être que c’est bien de savoir où on va se replonger dans certains, danscertains fondamentaux. En l’occurrence, on s’est amusé à faire un dossier sur les Lumières parce que si on s’appelle Ubac, Erika, Beck et Erika sont les prénoms des personnages des Lettres persanes de Montesquieu, dont on fête en 2021 le trois centième anniversaire de la publication en Hollande et de façon anonyme par Montesquieu, puisqu’à l’époque, Montesquieu voulait échapper à la censure. Et qu’est ce qui est dit dans cette lettre? Les Lettres persanes basser donc. Deux personnages qui s’appellent Lubeck, Erika, qui quittent leur pays qui s’appelle la Perse. Personne ne connaît évidemment à l’époque qui serpente à travers l’Europe et qui débarque à Paris et écrivent des lettres à leurs amis restés en Perse. Le fameux Comment peut on être persan? Tu te souviens peut être. C’est en train de réimprimer mes fichiers et essayer une

02:37:56:15
façon à l’époque pour Montesquieu de d’exercer sa critique sociale et puis d’utiliser une méthode qu’on pourrait quasiment appeler une méthode éditoriale qui est le fameux regardaient des regards étrangers sur les choses, le regard, voire le monde, comme si on le voyait pour la première fois. Et quand on quand on entend ce que dit les paroles, quand on se rend compte que c’est bien ça, la question des Lumières, c’est que tout à coup, on ouvre les yeux sur quelque chose qui paraissait aller de soi. Et ce qui allait de soi, évidemment, depuis les siècles des siècles, c’était que l’être humain n’avait qu’à fermer sa gueule, écouter le roi ou le curé et attendre une vie meilleure. Mais après la vie, les lumières, c’est d’abord ça. C’est qu’on ouvre la lumière. On ouvre les yeux sur la possibilité du bonheur et la possibilité, voire l’obligation, d’exercer sa liberté en tuant Dieu quelque part. Alors, une première tentative d’assassinat? On l’a pas formalisé comme ça, on pourra avoir d’abord chez Spinoza, puis évidemment plus tard chez Nietzsche, l’idée d’une possibilité de tuer Dieu Spinoza libeller comme ça, même s’il a été excommunié par sa propre communauté parce qu’il avait tiré un trait d’égalité entre Dieu et la nature en disant qu’il fallait s’affranchir de la nature. On commence effectivement à se dire que Dieu est un problème, mais évidemment, comme le roi, en tout cas dans la monarchie absolue française, est supposé être l’incarnation de Dieu sur Terre.

02:39:34:05
Tuer Dieu. En tout cas, s’en prendre à Dieu. Mécaniquement, c’est aussi s’en prendre au roi. Et là, ça commence à poser un sérieux souci. La guillotine arrive peu après. Alors l’AGS, la guillotine arrive peu après. Les révolutionnaires de 89 ont évidemment lu les philosophes des Lumières. Ils ont été profondément inspirés. Saint-Just dira d’ailleurs Saint-Just, qui était l’un des Jacobins les plus célèbres compagnons de route de Robespierre. Le bonheur est une idée neuve en Europe. On retiendra cette phrase de la Révolution française. Autrement dit, ça veut dire quoi? Ça veut dire que il ne faut pas chercher son bonheur dans la vie éternelle. Ou en tout cas. Peut être qu’on le trouvera, mais que ce n’est pas ça, la question. La question, c’est d’être heureux ici et maintenant et donc d’exercer sa liberté. Et quand on exerce sa liberté de fait, même si tous les philosophes des Lumières n’étaient pas des démocrates, loin s’en faut. On a besoin d’exercer un pouvoir des hommes pour les hommes. On dirait aujourd’hui pour les humains puisque l’homme avec un grand H et affublé de certains certaines parties génitales de certaines parties génitales. Mais l’humanisme, par contre, ne datent pas des Lumières. En tant que tel, l’humanisme date de la Renaissance et par humanisme, on n’entendait pas le règne de l’homme, on entendait la capacité à accéder à la connaissance. Donc, on voit bien que les lumières ne sont pas, ne sont pas nés en 1721 avec Montesquieu, ne sont

02:40:59:13
pas plus nées avec le corps du texte. Qu’est ce que les Lumières Aufklärung en allemand viennent d’un lointain héritage d’accès à la connaissance d’accès, y compris au monde, puisque on identifie le début de la Renaissance à peu près. D’après les historiens ou en tout cas pour des fiches de cinéma en 492. Entre guillemets, découverte de l’Amérique, qui avait évidemment été découverte bien longtemps auparavant par les Indiens, non pas seulement par les premiers hommes à l’époque de la glaciation, avaient été là bas, avaient chez serpentait jusqu’à là bas. C’est bien la preuve qu’un universel est possible puisque nous venons tous de la même souche, même si nous avons peut être encore cinq à dix pourcent d’ADN néandertalien en nous, nous sommes tous des sapience et nous venons tous à peu près du même endroit d’Afrique centrale et donc nous avons serpentait à travers le monde, ce qui prouve bien qu’il n’y a pas de distinction entre les êtres humains, ni entre les hommes, ni entre les femmes, ni entre les couleur de peau, entre les ethnies. Et c’est ça aussi qu’ont voulu mettre en avant les lumières. C’est la notion d’universel. Alors évidemment, on nous dira mais oui, l’universel, c’est un truc qui est né en Europe, chez des hommes, si possible blanc. Ce à quoi un philosophe que j’aime beaucoup, qui s’appelle Steven Pinker, a répondu qu’il fallait bien que ça reste quelque part. Donc, en l’occurrence, les lumières sont nées en Europe, mais on

02:42:35:11
essaie de montrer aussi dans ce dossier que il y a d’autres lumières et que si on considère aujourd’hui les Lumières à trop considérer les lumières aujourd’hui comme un catéchisme, on en perd la saveur. Les lumières sont pour tout le monde puisque tout le monde cherche à s’affranchir de la religion ou des tyrans.

02:42:58:24
Et de publier ce dossier en ce moment, est ce que c’est un moyen de passer le message qu’il faut retrouver la liberté individuelle et collective de savoir?

02:43:07:12
Oui, je pense. Je pense que dans un moment de théorie du complot, dans un moment de retour du religieux, dans un moment où toutes les théories supposément se valent dans le poste réel, dans le post souf, comme disent certains philosophes maintenant voila, je pense qu’il était important de réaffirmer certaines choses la valeur de la science, la quête d’un universel, mais aussi je pense et je crois que c’est ça aussi qu’on a voulu faire avec ce dossier. C’était de dire que les lumières, justement, n’étaient pas un truc de vieux mâles blancs carnivore. On a vu notamment cette philosophe ultra brillante Corinne Polution qui, au point de départ, est une philosophe du vivant et très animalistes, qu’on a beaucoup lu chez quelqu’un qu’on aime beaucoup suivre et qui nous dit que son livre s’appelle Les lumières baloune du vivant. Je crois retrouver tu retrouver en feuilletant et elle nous dit qu’on peut intégrer les questions du vivant. Les questions de déconnexion de l’être humain avec son environnement, avec la nature, et que ce n’est pas pour ça qu’on est moins lumière que les scientifiques, toutes les transhumanistes, d’ailleurs. On essaye de parler d’un des héritiers autoproclamés des Lumières. Comme si il y avait une sorte de ligne directe, ce qui est totalement faux, évidemment.

02:44:42:14
C’est d’ailleurs ça, Rousseau, quand il a publié Les rêveries du promeneur solitaire. Il avait complètement quitté la société et dans son jardin et cultiver son jardin, comme l’écrivait, c’était aussi son jardin personnel et psychologique. Mais c’était aussi son jardin réel et il avait déconnecté de l’âme pour se retrouver avec la nature et se rapprocher de cette dernière.

02:45:02:14
Tout à fait, alors. Entretemps, j’ai évidemment retrouvé le titre pour pas passer pour un analphabète délibèrent à l’âge du vivant. Quant à Rousseau, absolument, tu as raison et Voltaire, d’ailleurs, on se rend compte qu’ils étaient eux mêmes des végétariens. Puisque Voltaire nous disait que il n’y avait rien de plus abominable que se nourrir continuellement de se nourrir continuellement de cadavres. Rousseau disait Si je suis obligé de ne faire aucun mal à mon semblable, c’est moi parce qu’il est un être raisonnable, parce que parce qu’il est un être sensible. Donc, on retrouve là un peu la philosophie du mécanisme qualité qui est commune à la bête et à l’homme doit au moins donner à l’une le droit de ne point maltraiter. Inutile de ne point être inutilement traité par l’autre. Donc, on voit qu’il y a déjà dans les lumières en germe ce qui peut permettre d’aller vers vers un progrès, mais qui serait un progrès qui aurait accueilli des nouvelles acceptions et que les Lumières ne sont pas figés dans le temps. Et encore une fois, ce n’est pas un catéchisme, mais ça reste une très bonne ressource pour vivre ce qu’on est en train de vivre aujourd’hui. Oui, bien sûr. Et puis surtout, c’est un modèle exportable. Nous, en France, on adore se prendre la tête sur laïcité, laïcité, mais enfin, quand on regarde ce qui se passe dans le monde. Les gens ont envie notre laïcité. Quand on dit que la démocratie, c’est

02:46:25:07
un truc d’Occidental, yaka aller voir ce qui se passe à Hong Kong ou dans les dictatures du monde entier pour comprendre qu’en réalité, on est en quête. Mais je me souviens que j’avais d’ailleurs travaillé sur la question tunisienne, Jean-Xavier. C’est vrai, il y a dix ans, il y a eu les printemps pendant les printemps arabes et que les lumières ne sont pas exportables parce que ça voudrait dire que c’est une sorte de produit qui serait né en Occident. Les Lumières sont quelque chose d’universel, donc il faut se servir aujourd’hui pour essayer d’aller vers du mieux. Mais après nous, on est un média plutôt optimiste. Donc on considère plutôt que plus ça va, mieux ça va aller. Merci pour les hiatus. And Lightman pour ce maintenant que tu as fait naître pour tous nos auditeurs qui peuvent se procurer béquet ricains en ligne, il suffit de le commander sur le site. On est plus, on est plus en kiosque, plus écologiquement, plus stable. C’est d’une prints, une demande. Vous aurez totalement numéraux que vous aurez commandé vous même. Merci beaucoup, Thierry Dinciter. Je te propose aussi d’écouter notre première version du complot officiel. On pourra réagir. Ensuite, le temps se raccourcit et s’accélère. Dans 10 minutes, nous devrons arrêter cette émission même si personne ne nous demande vraiment. C’est juste qu’on a d’autres trucs à faire. Voici le complot officiel numéro un. On cache tout. On nous dit patauds. Pourquoi le complot officiel?

Cela vous plaît ! Feel free to support me here.
Bouton retour en haut de la page