Les ÉvénementsLES GENSLes Revenistes

Gabrielle du Festival du Film de Douarnenez

Part 1 / DOUARNENEZ

Son morceau: Uja de Tanya Tagaq

Part 2 / Festival du Film de Douarnenez & Bonnes adresses


Extrait de l’émission:


Transcription automatique par Premiere Pro:

PART 1:

00:00:00:03 – 00:00:01:03
1
Je vous souhaite la bienvenue.

00:00:01:21 – 00:00:04:07
2
C’est le sang des glaçons, le sang des flacons.

00:00:04:16 – 00:00:05:19
1
Soyez le bienvenu.

00:00:08:18 – 00:00:15:20
2
Salut Gabriel, merci d’être avec moi. Merci d’avoir fait le déplacement. Je ne sais pas ou s’en va au bureau, mais j’imagine pas très loin.

00:00:15:20 – 00:00:17:20
1
Pas très très loin. Je suis venu à pied avec.

00:00:17:20 – 00:00:40:03
2
Un nom commun, comme tous nos invités. Ils viennent appuyer avant de parler de ce festival culinaire. Maintenant, on peut le dire 45 ans, tout le monde en a entendu parler ici. Et bien au delà puisqu’il réunit jusqu’à 18 000 entrées. On en parle tout à l’heure, c’est du 19 au 26 août. Si vous voulez avoir déjà des informations, vous pouvez utiliser votre moteur de recherche favori et chercher le festival du cinéma Douarnenez.

00:00:40:13 – 00:00:45:05
2
Alors, Gabriel Gabriel Oui, toi, tu es Douarneniste, tu es une vraie Douarneniste.

00:00:45:05 – 00:00:48:06
1
Je suis né à Douarnenez, À l’époque, on pouvait encore naître à Douarnenez.

00:00:48:16 – 00:00:49:13
2
C’est vrai que c’est plus possible.

00:00:49:18 – 00:01:05:23
1
Oui, oui. Je suis né à Douarnenez. J’ai grandi ici, à Tréboul, très exactement de l’autre côté du pont. Et j’ai été à l’école ici. Ensuite, je suis parti pour mes études, à Lorient notamment. Et puis j’ai eu envie de revenir parce que j’ai l’impression que c’est assez commun à tous les Douarnenistes. On est très attachés.

00:01:06:09 – 00:01:07:04
2
Donc il est revenu.

00:01:07:05 – 00:01:10:01
1
Je suis revenu ici, c’est quand même. Je suis parti six ans.

00:01:10:07 – 00:01:11:20
2
J’étais parti pêcher, était revenu avec.

00:01:12:04 – 00:01:12:18
1
Absolument.

00:01:13:20 – 00:01:14:19
2
Un grand classique du revenu.

00:01:15:21 – 00:01:16:07
1
C’est ça ?

00:01:16:21 – 00:01:20:03
2
Et comment tu définis toi ? Cette ville, c’est quoi pour toi ?

00:01:20:14 – 00:01:45:08
1
C’est une ville qui est c’est une ville, j’ai l’impression. Alors je suis Douarneniste, je viens pas de l’extérieur, donc je navigue. J’ai l’impression qu’elle est assez accueillante. En tout cas, on essaie de de l’être et j’ai vraiment l’impression que les gens viennent ici. Ils isolés, ils ont une vraie expérience de vie à Douarnenez, il y a beaucoup de gens qui viennent notamment.

00:01:45:08 – 00:01:59:13
1
Par exemple pendant le festival de cinéma. Je parle de ce que je connais et qui crient, qui se disent Dis donc, qu’est ce que c’est ? Chouette comme ville, on dirait pas. C’est un petit port tout au bout du monde et puis finalement, qui viennent s’y installer. Donc c’est un petit goût de reviens.

00:02:00:03 – 00:02:01:15
2
Qu’est ce que tu préfères vraiment ici, toi.

00:02:03:07 – 00:02:19:04
1
Moi, j’aime bien passer, passer devant la plage des Dames et devant le bigorneau amoureux. Je me suis rendu compte, quand j’étais parti en fait, que les moments je revenais, que je passais à cet endroit là. Je me disais à la vache, qu’est ce que c’est beau ? Alors que quand j’habitais, je me rendais même plus compte. C’est vraiment il y a un cadre de vie incroyable.

00:02:19:11 – 00:02:39:14
1
Tattoo, quoi ! T’as vraiment tout pour après Evidemment, on n’est pas bon. Il se passe des choses culturellement parlant. Il se passe beaucoup de choses. Il y a beaucoup d’expos, il y a beaucoup. Il y a quand même vachement de concerts et de choses comme ça. Des festivals, il y en a beaucoup pour une ville de cette taille. Après l’hiver, c’est vrai que tu ne vois pas un concert tous les deux jours ou une expo, voire théâtre.

00:02:40:10 – 00:02:42:14
1
Mais ça fait partie aussi du charme de la ville. Quoi ?

00:02:42:17 – 00:02:53:21
2
Un peu moins de l’événement. Salut Aline, merci beaucoup Billy Papier à bientôt. Et quand tu rencontre quelqu’un qui connaît pas Douarnenez du lui dit quoi ? Du coup, c’est plus synthétique, mais.

00:02:54:15 – 00:02:58:00
1
C’est terriblement cliché. Mais j’ai tendance à l’apathie avec le monde de base.

00:02:58:05 – 00:03:01:03
2
Ah oui, avec ça, la prononciation ? Ah oui, en breton.

00:03:03:17 – 00:03:18:15
1
Ouais, ouais. Et voilà, je lui parle. Je lui parle de cette ambiance que moi je trouve très particulière, que je jamais retrouvé ailleurs. Et et de la beauté du cadre. C’est vrai que travailler les bureaux quasi les pieds dans l’eau, voilà, c’est tout le monde n’a pas cette chance. Je trouve que c’est une ville ou vraiment il fait bon vivre.

00:03:19:04 – 00:03:20:22
2
Et les Douarnenistes, tu les décrit comment ?

00:03:21:08 – 00:03:42:17
1
Les Douarnenistes ? Ils sont extrêmement chauvins. Vous avez pu vous en rendre compte en écoutant parler. Ils sont ici aiment leur ville. Crier haut et fort qu’ils viennent de Douarnenez. Ils sont. Ils sont partout. C’est à dire que là, j’ai des collègues qui sont partis au Canada pour préparer l’édition et qui ont rencontré quelqu’un dont l’oncle habitait à Douarnenez ou à Tréboul.

00:03:42:17 – 00:03:49:22
1
Exactement. Les Douarnenistes, ils voyagent et reviennent. Je pense que si elle est définie comme.

00:03:50:19 – 00:03:58:06
2
Eux, ils sont proches de la mer. Donc l’appel du large, c’est quoi la différence entre vivre à Tréboul ou à Douarnenez ? De l’autre côté.

00:03:59:02 – 00:04:04:19
1
Il y a une guerre une guerre historique. Ce n’est pas vraiment une, mais c’est vrai que moi, j’avais encore en attendant ça, oui.

00:04:04:23 – 00:04:07:16
2
J’avais entendu dire que les gens qui possédaient des usines vivaient à Tréboul.

00:04:08:06 – 00:04:11:24
1
C’est un peu je ne possède pas d’usine. Ma famille n’a jamais possédé.

00:04:13:04 – 00:04:15:11
2
Juste la chance d’être à Tréboul. Mais est ce que c’est une chance d’être à Tréboul ?

00:04:16:02 – 00:04:21:20
1
Alors c’est un peu loin. Je vous avoue que pour rentrer le soir, c’est un peu lourd. Mais bon, franchement.

00:04:22:03 – 00:04:23:12
2
Parce que tu te déplaces avec tes baskets.

00:04:24:05 – 00:04:34:01
1
Alors maintenant, j’habite à Poullan. Donc oui, c’est vrai, je suis une exilée. Je suis obligée de prendre ma voiture Mais c’est vrai que c’est aussi une ville qui est vraiment pour moi à taille humaine. C’est trop cool, tu peux avoir tout.

00:04:35:00 – 00:04:44:17
2
Près de toi, fait remarquer des changements récemment. Dans les années des dernières années qui viennent de passer. On parle beaucoup des Neo, des New, du Coville qui a fait que c’est un peu changer de physionomie.

00:04:44:18 – 00:04:49:04
1
Ouais. Alors oui, effectivement, un des nouveaux habitants, je trouve ça pas très mal.

00:04:50:05 – 00:04:50:23
2
Mais ça change quoi ça.

00:04:54:22 – 00:05:17:08
1
Il y a eu un souci en termes de logement. Je pense qu’il y a peut être un lien avec le fait qu’effectivement, avec le Coville, il y a eu pas mal de résidences secondaires d’acheter pour trouver effectivement à louer. C’est un peu compliqué. L’accessibilité au logement était un peu plus compliquée ces dernières années, c’est sûr. Après Je pense qu’il faut faire la différence avec les gens qui viennent vraiment s’installer.

00:05:19:13 – 00:05:35:21
2
Plutôt que des gens de passage ou qui pointe une opération financière. Et c’est quand même un truc très particulier. On va parler des grains avec Steeve, tout à l’heure. Mais il y a ce truc de cette espèce d’étincelle politique et tout entre retenue. Et c’est vraiment le propos de ce festival. Qu’est ce que tu aurais à dire là dessus ?

00:05:35:22 – 00:05:43:13
2
Est ce qu’il y a une entité politique très particulière Il y a un engagement atavique puisque c’est la première vraie ville ou on a eu un maire.

00:05:44:21 – 00:05:58:00
1
Douarnenez, c’est une ville qui est historiquement qui a hébergé des luttes politiques la première grève des femmes, la grève des Sardinière, c’est ce que c’est, un truc qui se ressent. Les gens sont engagés, se mobilisent assez facilement dès qu’il se passe quelque chose.

00:05:58:00 – 00:06:02:23
2
Mais c’est entretenu du remarque ou c’est quelque chose qui marche par vagues.

00:06:03:07 – 00:06:19:23
1
Non, non, j’ai l’impression que c’est toujours un peu là, dans la conscience de tous les gens qui habitent ici. Parce que c’est vrai qu’on a l’habitude de voir dès qu’il se passe quelque chose. Par exemple, on en parlait tout à leur antenne, mais le journaliste Martin avait qui est franco afghan et qui a des attaches très fortes à Douarnenez.

00:06:20:03 – 00:06:32:09
1
Le jour, on a appris qu’il était en en prison à Kaboul. Et spontanément, il y a un rassemblement le jour même qui s’est organisé devant la mairie. Les gens ici ont du mal à rester sans rien faire vraiment ou sans voix.

00:06:32:10 – 00:06:32:17
2
Ils prennent.

00:06:33:14 – 00:06:34:10
1
La parole, beaucoup sont.

00:06:34:22 – 00:06:41:06
2
D’accord et il y a quand même des trucs qui se passent. Tu vois qu’on ne sait pas comment on s’appelle cet abri là. Le grand truc à.

00:06:41:12 – 00:06:42:05
1
L’abri du marin.

00:06:42:05 – 00:06:42:24
2
À l’abri du marin.

00:06:44:18 – 00:06:45:14
1
C’est quand même quand.

00:06:45:14 – 00:06:48:07
2
Même un glissement vers vers un truc un peu plus ?

00:06:48:11 – 00:06:51:07
1
Oui, bien sûr. Bien sûr, tu remarqueras. Oui, oui, on sait.

00:06:51:19 – 00:06:52:10
2
Comment ça se voit.

00:06:53:05 – 00:06:58:12
1
Ben j’ai pas très envie de me lancer là dedans.

00:06:59:01 – 00:07:07:03
2
Et c’est à autre chose avec une musique choisie. Pourquoi tu a choisi cette chanson qui s’appelle Hania.

00:07:07:16 – 00:07:16:05
1
Alors que c’est le nom de l’artiste ? C’est un artiste inuk, inuk. Notre pays, c’est le singulier de Inuite.

00:07:16:14 – 00:07:16:23
2
Ah d’accord.

00:07:17:05 – 00:07:18:05
1
Voilà, donc elle habite.

00:07:18:07 – 00:07:19:20
2
Je ne savais pas que c’était la nuit.

00:07:19:23 – 00:07:20:15
1
Ben oui, encore un.

00:07:20:15 – 00:07:21:20
2
Peu de choses qu’on apprend grâce à son.

00:07:22:15 – 00:07:41:12
1
Très honnêtement, on a dû faire un glossaire cette année pour le festival. D’accord pour que les gens s’y retrouvent un peu dans les noms de peuple. Et les voilà donc c’est une artiste qui pratique le chant de gorge et qui a une pratique traditionnelle qui se fait normalement à deux. Et en fait, elle s’est emparée de cette pratique là pour pour, pour la moderniser.

00:07:41:13 – 00:07:48:20
1
Puis elle a pris sa main et c’est devenu une artiste incroyable qui est devenue très connue. C’est très moderne ce qu’elle fait.

00:07:49:21 – 00:07:57:19
2
Était complètement dingue. Moi, j’ai dit que c’est complètement fou avec toi. Du coup, en préparant bien bien entendu, mon émission et j’ai presque écouté trois fois.

00:07:57:20 – 00:07:58:01
1
En la.

00:07:58:11 – 00:08:03:10
2
Serrant. Ça rend complètement dingue. Et donc, elle fait tout ça avec elle. Se sent elle ?

00:08:03:23 – 00:08:11:13
1
Elle a des musiciens aussi ? Ouais, et elle a fait des collaborations. Elle travaille York, elle travaille. Voilà, c’est devenu une superstar.

00:08:11:24 – 00:08:20:22
2
Parce que c’est tellement particulier. Je vous laisse écouter la voix folle de Dan Itagaki, C’est. Je suis bien.

PART 2:

00:00:00:09 – 00:00:15:17
1
Voici le moment ou tu vas enfin pouvoir faire ton travail parce que tu es, tu es venu pour ça. Ça fait plaisir énormément que tu me parles de toi. Mais maintenant, il faut défendre ce festival du film. Salut ! Et donc 45ᵉ édition, ça fait.

00:00:15:17 – 00:00:17:06
2
Beaucoup mais c’est beaucoup.

00:00:17:18 – 00:00:21:06
1
Et alors ? L’astuce c’est que c’est une boucle qui se boucle, c’est à dire presque.

00:00:21:16 – 00:00:43:05
2
Raconte moi Cesc. Alors en fait, c’est un festival né en 78. Il est né pendant Plogoff, En fait, les organisateurs du festival prenaient part à la protestation qui avait lieu contre l’implantation de la centrale nucléaire. Et puis voilà, ça leur a donné envie d’aller voir un peu les luttes des autres peuples que les luttes bretonnes.

00:00:43:10 – 00:00:46:19
1
Vous appelez ça déjà de l’activisme ou du vidéo activisme ? On est tous comme ça.

00:00:47:09 – 00:01:05:24
2
Alors là, c’est une excellente question. Je pense que vous aimez surtout le cinéma et il avait un vidéoclub à la MJC et c’est parti de là et. Et du coup, ils sont allés voir ce qui se passait ailleurs et ils se sont dit Tiens, on peut peut être rapprocher les luttes des autres de pub pour l’environnement, les langues, pour la diversité des cultures, tout ça.

00:01:05:24 – 00:01:25:09
2
A ce qu’on sait pourquoi on lutte nous ici. Et du coup, la première année, on a invité le Québec, minorité linguistique dans un grand pays anglophone. Et très vite, ils se sont rendu compte qu’il y avait une autre minorité à cet endroit là, dont on n’avait pas trop parlé pendant l’édition du Québec. Et ils sont, il y avait des autochtones.

00:01:26:01 – 00:01:51:15
2
Le Québec existait Et du coup, la seconde édition, en 79, était consacrée déjà aux premiers peuples d’Amérique du Nord qui, à l’époque, n’étaient pas les mêmes termes utilisé. C’était nation indienne, peuple breton, le nom de l’édition officielle. Voilà alors le mot d’Indien, maintenant massivement rejeté par les premiers concernés. Donc on évite de toute façon de les qualifier d’Indiens.

00:01:52:01 – 00:01:58:11
2
C’est le fruit de l’erreur de Christophe Colomb qui s’est planté en riant.

00:01:58:11 – 00:01:59:05
1
Suivi en histoire.

00:01:59:05 – 00:02:00:14
2
Géo, c’est juste ça.

00:02:01:03 – 00:02:06:14
1
l’École, c’est quoi ? Sauf que l’on a baptisé en faisant une erreur va découvrir l’Inde.

00:02:07:06 – 00:02:31:10
2
Mais du coup, du coup, c’est vrai que les autochtones, aujourd’hui plus appelés Indiens que moi, ça n’a aucun sens. Et puis voilà, donc, on réinvite ces peuples là. Alors ça va du coup du sud des États-Unis ou tout le hochet chez les Inuits Une attaque voilà. Évidemment, on va pas parler de tous les peuples d’Amérique du Nord parce qu’il y en a des centaines.

00:02:31:10 – 00:02:35:01
1
Mais c’est à dire ? Vous avez fait une programmation musicale. Qu’est ce qui va se dérouler alors ?

00:02:35:03 – 00:03:08:12
2
C’est surtout en termes de cinéma Alors on a cette année plus de 160 films courts et il y en a des très courts aussi, en tout format confondus. On a on a des débats qui sont plutôt des discussions. On appelle ça des causeries. Cette année, c’est des tables rondes avec des invités qui viennent nous parler de problématiques comme l’environnement, comme la place des femmes dans les sociétés autochtones, comme la spiritualité qui est une une Une branche, une branche LGBT ?

00:03:08:22 – 00:03:29:21
2
C’est pas du tout ça en fait, c’est ça. Ce sont des personnes autochtones, non binaires et c’est quelque chose qui existe depuis toujours chez les autochtones. Et ils avaient souvent un statut bien particulier au sein de la communauté. C’est quelque chose qui a été un peu rejetée après avec la colonisation et qui sont en train de se réapproprier.

00:03:30:10 – 00:03:31:17
1
La spiritualité.

00:03:31:17 – 00:03:32:05
2
Spirituelle.

00:03:32:07 – 00:03:41:08
1
Prenez encore un mot aujourd’hui dans cette émission, c’est infernal. J’ai noté qu’à un moment, j’ai failli perdre un oeil. C’est génial, laissé en plan et qu’au féminisme, c’est ça.

00:03:42:03 – 00:04:07:05
2
Et voilà. Donc, on a tout un tas de rencontres aussi dans des expos. On a notamment l’exposition d’une artiste qui s’appelle Caroline Monet, qui est photographe. Elle est plasticienne, elle fait une expo sur les femmes autochtones, sur les femmes autochtones du futur. Dans le sens se détacher un peu de du regard européen qui est un peu dans l’inconscient collectif de l’Indien qui n’est plus mes pieds.

00:04:07:24 – 00:04:31:04
2
Et puis la montrer la place des femmes fortes dans ces sociétés là est bretonne et elle a de la famille à Douarnenez. Ce qui est quand même assez incroyable. Quand je disais que le Douarneniste était destiné Oui, elle vient. Et puis elle vient présenter aussi son long métrage Bootleggers de fiction, qui est vraiment, vraiment super. Voilà, donc on a un festival vraiment pluridisciplinaire.

00:04:31:05 – 00:04:32:15
2
Il se passe plein de choses pendant huit jours.

00:04:33:06 – 00:04:40:11
1
Et on le disait. C’est énorme cette séance de cinéma qui se sont vendus. Vous prenez d’assaut la ville, en quelque sorte.

00:04:40:11 – 00:04:46:17
2
C’est ça ? Nous accusent de squatter les parkings pendant bien trop longtemps. Mais c’est parce que ça se passe dans tous.

00:04:46:17 – 00:04:49:13
1
Les parkings en plus. C’est vrai que c’est gratuit, c’est gratuit.

00:04:50:10 – 00:05:07:08
2
C’est vrai Mais oui, c’est dans toute la ville. C’est vrai qu’on investit les cinémas, mais aussi d’autres salles de type l’auditorium de Saint-Blaise, du collège il devient une salle de cinéma. Il y a deux choses aussi à la MJC. Il y a des choses au port musée, il y a des choses.

00:05:07:15 – 00:05:09:07
1
Des choses. Pour les enfants, c’est trop tard pour s’inscrire.

00:05:09:07 – 00:05:32:14
2
J’ai regardé le mini festival, ce qu’on appelle le mini festival, avec des ateliers et des films, donc encadrés par des animateurs, etc Toute la semaine, ça y a plus de place. Je suis vraiment désolé en deux minutes, tout est facile. Malheureusement, on aime. Alors on aimerait beaucoup plus de place. Mais en termes de logistique, c’est compliqué. En revanche, il y a aussi des séances jeune public ou les parents peuvent venir avec leurs enfants sans soucis.

00:05:33:11 – 00:05:37:00
1
Avec un prix fixe pour les séances ou c’est normal. Le cinéma.

00:05:37:15 – 00:05:56:21
2
C’est ça, c’est Paris Cinéma. Il y a quelques trucs gratuits On a par exemple des séances hors les murs dans le Cap-Sizun, en partenariat avec la Obra. Et il me semble que cette année, c’est entrée libre. On a trois séances et voilà. Et puis la place par contre, est accessible gratuitement. La place du festival ou c’est vraiment le cœur, le cœur de l’événement, sauf les soirs de concerts.

00:05:56:21 – 00:05:59:09
2
On a du prix libre. Le jeudi et vendredi.

00:05:59:12 – 00:06:00:05
1
Les concerts ont lieu aux.

00:06:00:14 – 00:06:03:01
2
Halles, sur la place du festival, sous le grand chapiteau. Ouais, ouais.

00:06:03:09 – 00:06:07:23
1
C’est bien parce que s’il plaît aussi. C’est super bien vu. Et oui, vas y, continue.

00:06:08:10 – 00:06:19:24
2
Et on a un fest noz ouverture pour accueillir nos invités d’ailleurs en musique bretonne. Qui d’ailleurs cette année, nouveauté, on a un groupe qui fait du chant cygne, c’est à dire qu’il est accessible pour les sourds.

00:06:20:12 – 00:06:28:08
1
Donc ça, c’est très important. C’est quelque chose que vous défendez particulièrement ? Les enfants de L’inclusivité. Et les sourds et malentendants ? Ouais, ouais, bienvenue.

00:06:28:10 – 00:06:53:04
2
Ouais, on a toute une programmation dédiée au monde des sourds, ça fait depuis 2009. Je crois qu’on s’intéresse à cette question, à la culture sourde, parce que c’est vraiment une culture à part entière. Avec une langue, avec un cinéma, avec avec une littérature. Voilà. Et du coup, on a beaucoup de bénévoles sur toutes les rencontres sont signés par des experts, des interprètes de la ville.

00:06:53:05 – 00:07:06:05
2
Donc l’Association française des interprètes en langue des signes qui viennent bénévolement et on les remercie énormément parce que ça ne serait pas possible. Signer toutes les rencontres pour que ce soit accessible aux sourds. Et puis on essaye de faire en sorte qu’un maximum de films le soient aussi.

00:07:08:09 – 00:07:10:13
1
On peut aussi parler des bénévoles parce qu’ils sont nombreux.

00:07:10:18 – 00:07:12:08
2
Ils sont quatre, sont un.

00:07:12:08 – 00:07:12:20
1
Peu placés.

00:07:13:23 – 00:07:31:24
2
Et on les remercie beaucoup parce que c’est vrai que c’est un festival ou le bénévolat est depuis ses débuts ultra et très important. C’est vraiment basé sur cette convivialité, sur sur le bénévolat. Et c’est vrai que sans eux, vraiment pas de festival c’est le cas de beaucoup d’événements, mais je pense que c’est encore plus juste de dire pour le festival de Douarnenez.

00:07:32:04 – 00:07:36:03
1
Alors on peut y manger. Tout est à prix libre. On fait gaffe à ce qui est dans les assiettes.

00:07:36:06 – 00:07:54:06
2
Alors on fait gaffe à ce qui n’est pas un prix libre. Il y a des prix fixe, mais par contre il y en a vraiment. On a plein de propositions de bouffe différentes. Ça va du sandwich au plat complet avec dessert on a des crêpes, on a. Voilà, on essaye de produire bio local au maximum. Voilà, on fait super attention avec qui on travaille.

00:07:54:11 – 00:08:08:24
2
En termes de producteurs, c’est tout. Il y a des propositions végétariennes, évidemment, à peu près partout. Et puis on a même quelques propositions véganes. On essaie de le développer, mais on va y arriver, on y arrive.

00:08:08:24 – 00:08:13:16
1
On m’a parlé d’un dress code dress code, puis en bois. Alors qu’est ce que ça veut bien pouvoir dire ?

00:08:14:03 – 00:08:24:23
2
Je ne sais pas du tout. Je vais faire le plus long bois langue de bois ? Oui, il paraît que oui, on est un peu. On est un peu des hippies. Mais ce n’est pas tout à fait vrai. En vraiment, moi je trouve qu’il y a pas mal de.

00:08:25:07 – 00:08:27:03
1
C’est vraiment une concentration de gens engagés quand même ?

00:08:27:07 – 00:08:29:20
2
Oui, plutôt bien, parce que c’est un festival qui est militant depuis le début.

00:08:29:20 – 00:08:31:14
1
Donc forcément, à ces militants, on n’avait pas employé.

00:08:31:14 – 00:08:33:02
2
Le mot, on n’avait pas employé le mot.

00:08:33:03 – 00:08:35:10
1
Militant qui a un mug, un mot vous qu’on dirait qui date ?

00:08:35:10 – 00:08:48:18
2
Oui, c’est vrai, on n’est pas, on n’est pas Cannes, on passe pas les dernières sorties, on parle, on parle beaucoup de gens qui se battent pour leurs droits, pour leur mode de vie, pour eux, pour des choses qu’ils trouvent juste. Eh oui, effectivement, on a un festival militant c’est vrai.

00:08:49:11 – 00:09:01:05
1
Militant et qui permet de faire plus que du cinéma, c’est à dire de mettre en place des rencontres et de continuer les discussions suscitées par ces travaux de cinéastes et c’est finalement ça qui est important. Ce tissu social, cette relation.

00:09:01:05 – 00:09:02:11
2
Humaine absolument qui dépasse.

00:09:02:11 – 00:09:11:02
1
Et qui transcende les deux dimensions du cinéma. Là, on est dans le cadre d ça sent le plus en bois on mange, on échange, on respire ensemble.

00:09:11:10 – 00:09:36:10
2
On rit, on boit, on chante, on danse. C’est vraiment très particulier dans ce festival ce côté ultra convivial qu’il retrouve pas partout. Et c’est très important pour nous. Et c’est pour ça qu’il y a une place centrale ou tout se passe. On vient échanger sur les gens de voir ou on vient. Les invités sont logés chez l’habitant à Douarnenez. Ils sont, ils mangent sur la place, tu fais la queue aux toilettes à côté du réalisateur du film que tu viens de voir.

00:09:36:10 – 00:09:37:04
2
C’est vraiment super.

00:09:37:20 – 00:09:47:12
1
C’est humain, c’est très, très humain. Et qui de mieux qu’un robot pour résumer le propos de ce festival ? Eh bien, je propose à Alice de s’exprimer.

00:09:47:13 – 00:10:12:21
3
Le festival reprend pour sa 45ᵉ édition le même chemin qu’en 1979. Une année fondatrice qui a permis de nouer des relations durables entre des peuples d’ailleurs et d’ici. Nous vous proposons de rencontrer en 2023 des figures marquantes de la création autochtone, à l’image notamment de Alanis Obomsawin, ou de Joséphine Bacon. Nous recevrons aussi les nouvelles générations de cinéastes et artistes autochtones.

00:10:13:08 – 00:10:22:09
3
Nous vous convions à un partage avec des peuples qui ont traversé une multitude de traumatismes et ont fait face à une pression constante, mais qui demeurent des peuples d’avenir.

00:10:22:10 – 00:10:24:16
1
Merci Alice et interculturelle Gabriel.

00:10:25:06 – 00:10:27:13
2
C’était collectif, mais effectivement, ça sort de nos bureaux.

00:10:28:01 – 00:10:56:00
1
De nos bureaux, festivals, tiré de Douarnenez avec un Z de poing comme c’est le site pour retrouver les informations. Les précédentes éditions pas de doute, mais beaucoup de choses passées et ce qu’il y a à venir. Dernière question quels sont tes adresses favoris à Douarnenez ? S’il te plaît ? Gabriel Le temps que tu y réfléchisse, je vous propose un jingle pour ça.

00:10:56:06 – 00:11:02:07
1
C’est le sens de glace, le sang des glaçons, les trois bonnes adresses de Gabriel, les.

00:11:02:07 – 00:11:26:05
2
Très bonnes adresses. Je pense à la librairie de langue Le Rouge, qui est vraiment super et son super bon conseil. En plus des petits gâteaux et des petits cafés en excellent café. Et ils sont adorables et on est très heureux qu’ils soient. Qui a ouvert leur librairie ? Je pense alors chez Jeanine. C’est tout à fait personnel, mais on y mange toujours très.

00:11:26:05 – 00:11:34:04
1
Bien chez Janine. À partir de cette aide, je vais chez Ninja, c’est chez Jeanine. C’est comme Colette à l’abri du vent, c’est ça ?

00:11:34:10 – 00:11:41:12
2
Tout à fait. À Douarnenez, les bars n’ont pas le nom de bar ? Non, c’est chez Micheline, chez Janine, chez les propriétaires ? Oui.

00:11:42:03 – 00:11:42:11
1
C’est vrai.

00:11:42:24 – 00:11:52:19
2
Et la dernière Tu peux dire que de mon côté, la chose la cabane à cacao, vraiment la.

00:11:52:19 – 00:11:53:13
1
Cabane, le.

00:11:53:22 – 00:12:00:22
2
Luc, la cabane à cacao, le célèbre chocolat douarneniste. Parce que c’est très local. Oui, parce qu’ils font des sardines fourrées.

00:12:01:05 – 00:12:12:18
1
Incroyable Madeleine ! La sardine fourrée au chocolat only in Douarnenez. Tu n’as pas cité le Banana Boat mais le Banana Boat est une légende. Dans cette ville, il faut le le pratiquer.

00:12:13:01 – 00:12:15:14
2
Pour les acheteurs à très bien. On va tenter.

00:12:15:20 – 00:12:21:15
1
Parce que j’ai vu que ce sont les grands qui font qu’il voulaient faire un truc dans le club d’à côté. Donc des after.

00:12:22:12 – 00:12:25:02
2
C’est jamais très officiel. Mais souvent, quand la plateforme se bat.

00:12:25:14 – 00:12:27:14
1
Il a l’avantage d’être monopolistique. Et être le seul.

00:12:27:24 – 00:12:28:15
2
Absolument.

00:12:29:09 – 00:12:44:06
1
Hors du matin. Donc forcément, on y va. Merci beaucoup Gabriel d’être ici pour parler du festival du film de Douarnenez. 45ᵉ édition ça a lieu du 19 au 26 août et je vous rappelle l’adresse internet festival tiré de Douarnenez. Point commun ?

Cela vous plaît ! Feel free to support me here.
Become a patron at Patreon!

Xavier Faltot

Xavier Faltot: Media Mutant, brille par ses images expérimentales, mêlant art, technologie, cinéma et poésie. Dès ses débuts avec l’artiste Shu Lea Cheang, il sait capturer et danser avec le réel. Ses œuvres, à la fois provocantes et captivantes, reflètent une compréhension profonde de la globale culture actuelle. Samouraï virtuel multimedia et pionnier français dans l'utilisation des outils offerts par le web, il attend depuis toujours l'arrivée des intelligence artificielles. Aujourd’hui à l’aise avec les machines qui créent en vrai, il joue et fabrique des mondes animés à la carte ou des univers virtuels inconnus. ////// Xavier Faltot: Media Mutant, shines through his experimental images, mixing art, technology, cinema and poetry. From his early work with artist Shu Lea Cheang, he has captured and danced with reality. His works, both provocative and captivating, reflect a deep understanding of today's global culture. A multimedia digital samurai and French pioneer in the use of web tools, he has always awaited the arrival of artificial intelligence. Now at ease with the machines that create the real thing, he plays with and creates bespoke animated worlds or unfamiliar virtual universes.
Bouton retour en haut de la page