L'ARTLe Point JLE SEXELES FEMMESMEDIATHÈQUESUICIDE FMTHÉMATIQUES

LE POINT J #6: VOYAGE EN ZONE CRITIQUE AVEC SARAH SZE

Extrait de l’émission SUICIDE FM #15

Qu’elle a été votre action-libération ce dernier mercredi 19 mai 2021 ?


J’ai personnellement opté pour une sortie d’intérieur, ce qui ne m’a cependant pas empêché de recevoir trombes d’eau à l’aller comme au retour, heureusement, l’artiste et les œuvres dont je vais vous parler aujourd’hui, m’ont largement fait oublier l’incohérence de la météo de ce mois de mai.
M’abritant au cœur de la Fondation Cartier, ce sont des images en mouvement sur les vitres du bâtiment qui orientent mes pas vers une biosphère de tous les possibles, les plus petits, les plus grands, c’est l’espace de nos espaces, le Twice Twilight qui nous pénètre à coup de bambou, d’acier, de plastique suspendu, un nid de baguettes où l’artiste-oiseau dépose d’autres petits nids, puis des dizaines de petits papiers déchirés, le craquelin de la « zone critique » qui frétillent d’images, le feu en flammes, la mer en bleu, puis ces premières images sur les baies d’arbres elles passent trépassent repassent du fluo vert et jaune, des essaims, des grésillements en moiré, puis mon ombre, un coucher de soleil qui éclaire l’écume, une main qui trace la ligne, des personnages, la vie.

Twice Twilight

Nous sommes en plein planétarium, nous sommes l’œuvre, l’image, balancé par rétroprojecteurs en pyramide, parmi le flux d’images celui-là même qu’interroge Sarah Sze,la matérialité d’une mousse végétale qui pend sur les tiges, de l’eau dans un bol soufflé par un ventilateur, stimulé par une, deux, trois lampes, des branchements de branches démentes, unis par les liens-bricolage sortis tout droit de jaunes mallettes, un bruit aléatoire, quotidien non identifiable, liquide canalisé, un balai sans manche, du virtuel au matériel, oubliez de comprendre, vous êtes planté.es entre le merveilleux et l’inanité, l’objet détient votre mémoire du temps, la mémoire du temps gravée dans l’objet, le temps de l’objet est la mémoire.

Tracing

De l’espace à gauche, je traverse la série Timekeeper, qui contient, entre autres, les deux installations présentent en ce lieu, pour arriver dans l’espace-temps, // le temporel à pendule de Léon Foucault, // une terre à terre tournante sur elle-même, c’est l’œuvre Tracing Fallen Sky, cercle terrestre dans cercle lunaire, dans cercle solaire, dans cercle de sel, entourés de rayons bouteille d’eau, pots de sel sur pots de sel, tour de sel, mont salé, vie humaine en ceinture, un bloc pour qu’on note, un verre mesureur, des galets déguisés, colle blanche balancée aux images déchirées, scotchs accrochés, puis de grosses poussières minérales à balayer, pendule actionné, poids en son centre impossible.
Notre place à sa terre qui de nous, survivra.
Lancez-vous !
C’est un voyage spatio-temporel, où vous y jouerez votre plus belle partie de mikado et danserez autour du plus beau soleil de sel. Aventureuse immersion et joyeuse ritualisation s’achevant sur un tout va bien se passer sur Suicide FM!

Tracing fallen sky

Pour réserver un billet à la Fondation Cartier rendez-vous sur le site: ICI

SUICIDE FM #15

Cela vous plaît ! Feel free to support me here.
Bouton retour en haut de la page