#MEDIAMUTANTGUIDE DU RENARD

Cet homme a créé des embouteillages sur Google Maps en utilisant un wagon rouge rempli de téléphones

En tirant 99 téléphones dans des rues vides, l’artiste Simon Wreckert a fait croire qu’ils étaient bloqués sur Google Maps.

par Matthew Gault
3 février 2020, 16h41

Image : Simon Weckert

L’artiste Simon Wreckert a parcouru les rues de Berlin en tirant un chariot rouge derrière lui. Partout où il allait, Google Maps indiquait un embouteillage. Les utilisateurs de Google Maps voyaient une ligne rouge épaisse indiquant un embouteillage sur la route, même lorsqu’il n’y avait pas de circulation du tout. Chacun de ces 99 téléphones avait Google Maps ouvert, donnant l’illusion virtuelle que les routes étaient encombrées.

“En transportant les smartphones dans la rue, je suis capable de générer un trafic virtuel qui fera naviguer les voitures sur une autre route”, a déclaré Wreckert à Motherboard dans un DM Twitter. “Ironiquement, cela peut générer un véritable embouteillage ailleurs dans la ville.”

Wreckert a dit à Motherboard qu’il avait fait l’installation de hack/art pour faire réfléchir les gens à la place que nous donnons aux voitures dans la vie publique et aux données sur lesquelles nous nous appuyons tous les jours.

“N’est-ce pas fou l’espace utilisé par une voiture dans une ville par rapport à l’usage qui en est fait ? “Le piratage nous montre ce qui est possible avec cette technologie et sur qui nous comptons.”

Pour y parvenir, Wreckert a loué 99 smartphones, tous des appareils Android, et leur a acheté 99 cartes sims en ligne. Il a dit qu’il passerait une heure ou deux à chaque endroit, faisant des allers-retours dans la rue pour générer un embouteillage. “Mon sentiment subjectif était que même ce court laps de temps était déjà suffisant pour changer le trafic dans la rue”, a-t-il dit.

“‘La carte n’est pas le territoire … mais une autre version de la réalité”, a déclaré Wreckert, citant le sémanticien Alfred Korzybski, l’une des plus grandes influences de William S. Burroughs. “Les données sont toujours traduites dans la langue dans laquelle elles pourraient être présentées. Les images, les listes, les graphiques et les cartes qui représentent ces données sont toutes des interprétations, et il n’existe pas de données neutres. Les données sont toujours collectées dans un but précis, par une combinaison de personnes, de technologie, d’argent, de commerce et de gouvernement”.

Les cartes sont leur propre territoire, leur propre réalité objective, pas seulement un reflet du monde réel mais une branche de celui-ci. Wreckert nous montrait à tous comment les données et les cartes peuvent affecter le monde qu’elles sont censées cartographier. “Les cartes ont le potentiel d’être un instrument de pouvoir”, a-t-il déclaré. “Elles remplacent le pouvoir politique et militaire de manière à représenter les frontières entre les territoires et elles peuvent répéter, légitimer et construire les différences de classes et d’auto-compréhension sociale”.

Les données ne sont pas objectives et les cartes elles-mêmes sont biaisées. Montrer comment les données peuvent être piratées et manipulées revient à montrer que l’empereur n’a pas de vêtements.

“Dans ce processus, il souligne le fait que nous sommes très concentrés sur les données et tentons de les considérer comme objectives, sans ambiguïté et sans interprétation”, a déclaré M. Wreckert. “Ce faisant, un aveuglement s’élève contre les processus que les données génèrent et l’hypothèse selon laquelle les chiffres parlent d’eux-mêmes. Non seulement la collecte des données fournit une portée interprétative, mais les processus informatiques permettent également d’autres interprétations”.

“Ainsi, les données sont considérées comme le monde lui-même, oubliant que les chiffres ne représentent qu’un modèle du monde”, a-t-il déclaré.

Coty Levandoski a contribué au reportage.

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

Tags

Xavier Faltot

Xavier Faltot @xavierfaltot @mcmparis @lacontroverse Dans la radio, les magazines, la télé, la rue, le web, et les clubs, en 20 ans, il est passé maître dans l’art du média expérimental. Il joue et compose avec les technologies, les flux et les publics. Hackeur du réel, il travaille à générer des chaos sympathiques, des zones franches où tout se lie et se publie. C’est là qu’il sculpte ses visions d’une société post-capitaliste, post-spectacle. Un endroit où se libérer et briller sans s’éblouir. Il est reporter, gonzo journaliste, VJ Xavier Society for the Blind, le fanzine Le Guide Du Renard, le Xavier de Youtube, le gérant de La Controverse, l’inventeur de La Chambre à Air, le co-créateur de RADIOMARAIS et de gangsterreradio.org ou encore la cellule multi-média de Le Consulat.
Bouton retour en haut de la page
Fermer