LA CHAMBRE À AIRLA RADIOLES ÉMISSIONSLES INTERVIEWS RADIOPRODUCTIONS

Jacob Khrist et Julie Savoye font leur Katharsis sur des chambres à air au Transfo.

Lancement Faltomatique

Katharsis / Installation – Vidéo – Photo / Emmaüs Solidarité participe à cette édition de Nuit Blanche en invitant le photojournaliste Jacob Khrist et la plasticienne Julie Savoye.

https://www.paris.fr/evenements/jacob-khrist-et-julie-savoye-24731

À l’occasion de la #nuitblanche2022 Jacob Khrist me demande de mettre en voix son événement: Katharsis. L’occasion de découvrir le Transfo et de travailler avec Jacob et sa bande.

RETROUVEZ PLUS BAS

PODCASTS, PLAYLIST, TRANSCRIPTIONS

Teaser Vidéo Instagram #Katharsis

Pour Nuit Blanche, Emmaüs Solidarité invite le photojournaliste Jacob Khrist à Transfo – espace culturel établi dans un centre d’hébergement d’urgence -, et propose une découverte de son travail documentaire sur la fête libre.

► Exposition : avec la plasticienne Julie Savoye, Jacob nous invite à voyager dans la galaxie Khrist.

► Emission live : pour analyser ensemble la Katharsis, Jacob n’a pas choisi un divan mais des chambres à air et son complice un peu psy, le journaliste Xavier Faltot (retransmission sur https://bit.ly/3y8qFBB )

► Rejoignez-nous : vous avez une anecdote ? Ce moment où vous avez peut-être croisé le fauve Khrist. Venez-nous raconter !

La page de l’event Facebook.


Le texte de Sophie Blandinières

par Sophie Blandinières



L’ÉMISSION

L’émission intégrale en 56 KBS

CLIQUEZ SUR LES ÊTRES POUR ÉCOUTER

DÉRIVE MICRO VOLANT


LA MUSIQUE

MIX DE BLACK DOG BASTARD
MIX DE MR BONUS
LIVE DE HIMALAYAN GIANTS

LA TRANSCRIPTION PREMIERE PRO

00:00:00:02 – 00:00:03:02
Intervenant 1
Si en réalité, tout allait bien. La chambre à.

00:00:03:02 – 00:00:25:05
Intervenant 2
Air, samedi première octobre, de 19 h à 2 h du matin. Rejoignez nous au Transfo, l’espace culturel Emmaüs ou écoutez nous sur Tout va bien se passer, comme pour participer à la catharsis sur chambre à air de Jacob Christ. Samedi première octobre, exposition photos de fêtes libres. Vidéo, rhéologie, vortex et flash back Seul ou presque. Décision prise sortir ou mourir loin du supermarché ?

00:00:25:05 – 00:00:45:11
Intervenant 2
Aucun club ne pourra me convenir. Boule pleine, énergie sauvage, en train de trouver cette voie qui mène à celle qui entraîne. Chemin sinueux. J’avance envers et avec tous dans cet antre, comme rayé de la carte sous les radars. Je m’en vais dansant, je m’en vais danser. Plus zombie. Enfin le reflet de moi même. J’aime, j’aime cette vue, j’aime cette vie.

00:00:45:11 – 00:01:14:06
Intervenant 2
Face à moi, tous dansent ou se dandine. Masse oscillante gonflée, libre. Je respire et remercie la mégapole et ses brèches entre tout, entre toutes et entre tous. Noir je ferme les yeux et m’oublie, moi, rien que moi en devenir. Diversité, mixité, l’inclusivité. Je me retrouvais sur mes chambres à air, m’apprête à recevoir l’ami, les amis, l’ami Christian, Jacob, Christ, la chose, le fauve, le photographe, ici.

00:01:14:16 – 00:01:30:10
Intervenant 2
70 200 invités ici au Transfo nous allons catharsis avec un cap. 7 h pour lui et tous ceux qui l’aiment, qui aime rêver, qui aime. Nous sommes au 36, rue Jacques Louvel, ici, dans le 10ᵉ, et on est ensemble jusqu’à 2 h du matin.

00:01:33:12 – 00:01:47:06
Intervenant 2
C’est la Nuit blanche, venez. Au programme découverte de l’endroit partagé autour du Christ, de la musique façon Selecta, du live électronique et du DJ set Restez avec nous, rejoignez nous ! Jacob Christ fait sa catharsis sur des chambres à air. C’est parti !

00:01:55:12 – 00:01:57:04
Intervenant 3
Cela ne change rien.

00:02:00:10 – 00:02:02:01
Intervenant 1
Tout va bien se passer comme.

00:02:12:14 – 00:02:13:21
Intervenant 4
J’adore cette étoile.

00:02:50:11 – 00:03:02:06
Intervenant 5
De bar à la foule de bœuf de banane, de banane et à la place.

00:03:02:14 – 00:03:03:19
Intervenant 6
De la première femme, la.

00:03:20:02 – 00:03:21:23
Intervenant 5
Samba. Elle en sera.

00:03:27:12 – 00:03:28:07
Intervenant 6
À son bal.

00:03:28:22 – 00:03:43:10
Intervenant 5
Elle en sera à son bal. Elle en sera à son bal. Elle en sera à son bal.

00:03:43:24 – 00:04:43:19
Intervenant 6
Elle lancera dans un moment moment un moment à son bal, arrangera la samba et lancera la samba et sera à son bal.

00:04:44:12 – 00:05:06:12
Intervenant 5
Elle entrera à son par rapport à son bal et lancera à son pas. Elle entame son bras et lancera la samba.

00:05:07:16 – 00:05:36:22
Intervenant 6
La centrale, la samba et la samba à son avant à son avantage, au bon moment, Quand on évoque un moment on.

00:05:50:17 – 00:06:08:04
Intervenant 5
Est à son bal et à l’entracte, et à son bal, elle est en train Nous cherchons la drogue, bien sûr, puisque nous avons déjà derrière elle en train.

00:06:09:07 – 00:06:14:13
Intervenant 6
À profusion et sur le chemin d’accès et à l’intérieur de la soirée. La samba.

00:06:15:04 – 00:06:27:02
Intervenant 5
Elle en sera à un samba. Elle en train un samba qui, elle, entra.

00:06:28:23 – 00:06:33:22
Intervenant 6
À son Assemblée nationale à la fin.

00:06:34:13 – 00:06:36:08
Intervenant 5
La seule à la nage, à la main.

00:06:37:01 – 00:06:37:17
Intervenant 6
À la main.

00:06:40:02 – 00:06:50:19
Intervenant 1
On a bien se passer comme.

00:06:54:10 – 00:07:16:11
Intervenant 2
Pour nous et Jacob nous a rejoints. Jacob de vous qui venait de nous retrouver. Il est 19 h 26, nous sommes en direct du Transfo c’est le lieu culturel d’accueil d’Emmaüs. Je vais être beaucoup plus précis sur ce point parce que nous allons recevoir le vice président d’Emmaüs pour qui ? Pour nous et je te parle, Jacob Jacob nous a rejoints.

00:07:16:11 – 00:07:39:02
Intervenant 2
Jacob ? C’est le centre, c’est l’agrégateur. Son nom est partout sur les murs ici, puisque cette Nuit blanche lui est dédié à lui et à son amie plasticienne. Sophie, tu dis bonjour à tout le monde. Julie Julie Oui, tu vois, c’est pour ça. C’est pour voir si tu suis Jacob. Christ est avec nous. Jacob Tu encore des choses à préparer, mais c’était bien entendre ta voix avant de commencer les hostilités.

00:07:39:03 – 00:07:39:21
Intervenant 2
Comment vas tu ?

00:07:40:09 – 00:07:41:07
Intervenant 7
Très bien, comme d’habitude.

00:07:41:07 – 00:07:42:11
Intervenant 2
Très bien. Qu’est ce qui te reste à.

00:07:43:23 – 00:07:45:06
Intervenant 4
l’After l’after ?

00:07:45:07 – 00:08:00:07
Intervenant 2
Il paraît qu’il y a un gros after. On parle de détournement on parle de milliers de personnes. On parle de chevaux qui font du patin à roulettes. Ça va être, ça va être complètement dingue. Et est ce que tu peux nous en dire plus pour les gens qui nous écoutent ici ? Qu’est ce que tu as voulu montrer ? Que se passe t il en quelque sorte ?

00:08:00:08 – 00:08:06:12
Intervenant 7
On va garder le mystère pour le mystère. Je pense qu’on va attendre qu’on nous rejoigne un peu plus. On va attendre de boire un peu d’eau ici.

00:08:07:03 – 00:08:11:18
Intervenant 2
Parce que l’alcool est interdit. Nous sommes entrés dans un centre d’hébergement, donc pas d’alcool. Mais finalement.

00:08:12:03 – 00:08:14:19
Intervenant 7
Il y en est interdit du tout. Il y en a contre moi.

00:08:14:19 – 00:08:35:16
Intervenant 2
Je découvre aussi. J’ai rarement fait une émission autant à l’arrache. Je préfère vous prévenir, chers auditeurs, mais c’est aussi ça la marque de fabrique de Jacob Christ. Et c’est aussi la marque de fabrique de la chambre. Donc on est complètement raccord là dessus. Et le texte qui est à la sono est aussi spécialiste du chaos. Nous sommes donc en de bonnes mains et même ce lieu est propice au chaos puisque ce sont souvent des vies chahutées qui se retrouvent ici.

00:08:35:17 – 00:08:59:15
Intervenant 2
Être hébergées, on parlera avec eux tout à l’heure et avec les différents artistes que tu as invités. Une artiste qui est en face de nous. D’ailleurs, elle va venir nous nous rejoindre devant un micro. Julie pour nous présenter aussi ta voix déjà avant d’aller plus loin dans la définition du truc. Donc on retrouve ton travail ici. Pour ceux qui ne connaissent pas, tu es photojournaliste et tu nous présente un travail documentaire qu’on pourrait presque dire exposé ici.

00:08:59:15 – 00:09:03:11
Intervenant 2
Sur les murs sont des photos. Il y a également une vidéo à découvrir dans l’auditorium.

00:09:03:17 – 00:09:08:00
Intervenant 7
L’essentiel, c’est la présence surtout et tout ce que l’on a fait ici. Et ce qui va se passer, c’est ça.

00:09:08:09 – 00:09:15:03
Intervenant 2
C’est l’idée même de cette exposition ? Oui, c’est se ressembler. Comment vas tu Julie.

00:09:16:00 – 00:09:16:05
Intervenant 3
Ça.

00:09:16:05 – 00:09:37:02
Intervenant 2
Marche. Jacob On se retrouve tout à l’heure pour parler plus avec toi et surtout pour écouter beaucoup d’anecdotes de tes amis qui vont nous rejoindre et qui vont peut être nous permettre de comprendre qui est Jacob. C’est aussi ça le processus de la catharsis, c’est sortir de soi pour savoir enfin qui on est. Julie Toi, tu as fait un travail qui est derrière moi, un travail manuel un travail artisanal, on peut le dire ?

00:09:37:15 – 00:09:47:06
Intervenant 3
Oui, complètement. Alors du coup, je présente un ensemble. Mon premier travail a été de parler avec Jacob de.

00:09:47:22 – 00:09:50:13
Intervenant 2
Ce qui est déjà un truc de Jacob. C’est déjà un truc.

00:09:50:23 – 00:09:56:22
Intervenant 3
De trouver une place à son travail. Ça, personne dans le mien.

00:09:57:04 – 00:10:02:19
Intervenant 2
Oui, c’est à dire qu’il est invité. Il est appelé un jour et dit Tiens, on fait la Nuit blanche que ça d’y participer.

00:10:03:10 – 00:10:04:01
Intervenant 4
C’est ça qui s’est passé ?

00:10:04:16 – 00:10:12:05
Intervenant 3
Non, il m’a appelé, il m’a dit le deuxième round ce soir, Je pense qu’on peut faire un truc, ça dit. Et du coup, j’ai dit oui.

00:10:12:20 – 00:10:19:10
Intervenant 2
C’était parti. On va pas en dire plus. Tu es plasticienne. Donc déjà, c’est un mot clé qui peut permettre d’imaginer ce que tu fais ou pas du tout ? Oui.

00:10:19:18 – 00:10:49:19
Intervenant 3
Alors moi, je travaille. Il y a quelque chose qui me touche beaucoup, qui sont la rencontre des lignes dans des rapports de trames et ça, c’est quelque chose qui m’appartient. Et je pense aussi beaucoup à la vie, à la manière dont on se rencontre, on se touche, dont on vit ensemble. Finalement, et j’essaye de représenter ça. Pour ce soir, il y a eu plein de, il y a eu plein d’œuvres possibles et celle qui a été présentée en fait, lundi, ça devait être en murale.

00:10:49:20 – 00:11:01:11
Intervenant 3
Et aujourd’hui, c’est des peintures sur papier. Et l’idée première, c’était de peindre sur place, sous cette verrière Il faut savoir qu’au dessus de nous, il y a les résidents qui sont là.

00:11:03:15 – 00:11:05:16
Intervenant 3
Certains depuis sept ans. J’en ai rencontré beaucoup.

00:11:05:22 – 00:11:10:03
Intervenant 2
Pour une durée indéterminée, mais qui peut être longue et l’endroit pour rebondir.

00:11:10:10 – 00:11:32:03
Intervenant 3
Ils ont une cinquantaine et en fait mon idée de peindre ici, c’était que les gens viennent voir ou regardent depuis leur fenêtre et c’est ce qui s’est passé. Petit à petit, ils ont vu la couleur monter et je suis parti sur le chiffre sept pour faire cette série, donc pour amener de la chance sur le projet parce que je pense qu’il y en avait besoin.

00:11:32:03 – 00:11:53:24
Intervenant 3
D’un peu. Et on ? J’ai créé des couleurs aussi par rapport à la question de la fête ou dedans. Il y a de l’or, de l’argent, du fluo, du phosphorescent. Et c’est l’idée d’avoir des couleurs qui renvoient de la lumière. Un. Parce que travailler avec Jacob, ça se rencontre un peu dans un monde qui est aussi beaucoup celui de la free party.

00:11:54:19 – 00:12:14:04
Intervenant 3
J’étais parti un peu de l’idée que je m’en suis faite, qui était que la partie commence une fois qu’on a le groupe électrogène Et du coup, je trouvais ça intéressant de faire un groupe coloré, jeune, d’avant une peinture ou il y a un ensemble de couleurs qui se rencontrent et qui créent la fête, qui crée le moment. En fait.

00:12:15:14 – 00:12:32:16
Intervenant 2
C’est presque un truc hallucinatoire. Enfin, moi j’ai peu de rapport au hallucinatoire mais déjà c’est un peu plus. Sinon pour peu que tu fixe un point, il y a plusieurs grilles de lecture limite. C’est assez abstrait mais quand même très concret dans l’effet que ça procure c’est à dire que c’est tripant.

00:12:33:09 – 00:13:00:09
Intervenant 3
En fait, il y a 28 grilles différentes et dans chaque carré il y a une peinture différente. Et en fait, chaque peinture a été faite l’une après l’autre. Et l’idée, c’est d’avoir une sorte d’homogénéité dans la constitution des peintures et dans chaque peinture, il y a une forme noire qui représente un peu Jacob, le catalyseur positif, autant positifs que négatifs.

00:13:00:09 – 00:13:08:20
Intervenant 2
Je dirais. Je vais noter les mots clés pour bien définir le personnage, donc catalyseur du dit catalyseur, catalyseur et rajouter un autre point.

00:13:09:03 – 00:13:09:24
Intervenant 3
Autant positifs que.

00:13:09:24 – 00:13:14:00
Intervenant 2
Négatifs, positifs ou négatifs, c’est ça ?

00:13:14:10 – 00:13:25:15
Intervenant 3
C’est comme un jour, il m’a dit Tu peux faire le choix de me haïr ou de me, mais ça ne m’appartient pas.

00:13:25:23 – 00:13:30:23
Intervenant 2
Et j’aime pas quand il fait, ça reste très fort. Énervant.

00:13:30:23 – 00:13:32:02
Intervenant 3
Après 5 h de retard.

00:13:35:10 – 00:13:36:11
Intervenant 2
L’important, c’est la littérature.

00:13:38:00 – 00:13:50:07
Intervenant 3
C’est tranquille. Mais du coup, pour moi, c’est le truc important en fait. C’est pour ça qu’on est là. Jacob En fait, c’est le truc qui fait qu’on va ailleurs. C’est le truc qui fait que on dépasse nos limites.

00:13:51:02 – 00:13:51:08
Intervenant 4
Ouais.

00:13:52:01 – 00:14:00:00
Intervenant 3
Qui est de trop et qui est manquant à la fois. S’il n’est pas là, il y a un problème. S’il est là, il y a un problème, il change tout quoi.

00:14:00:12 – 00:14:01:18
Intervenant 2
C’est vrai qu’il a une grosse énergie.

00:14:02:04 – 00:14:02:08
Intervenant 4
Oui.

00:14:02:19 – 00:14:03:24
Intervenant 3
Mais il est assez révélateur.

00:14:05:05 – 00:14:08:04
Intervenant 2
Révélateur, catalyseur. Ça peut pareil. Mais il y a des catalyseurs.

00:14:08:05 – 00:14:09:04
Intervenant 3
Catalyseurs, c’est bien.

00:14:09:07 – 00:14:09:21
Intervenant 2
OK.

00:14:11:01 – 00:14:11:11
Intervenant 3
Chimiste.

00:14:11:24 – 00:14:21:15
Intervenant 2
On vous invite à venir voir vous même ce travail de Julie Savoye. Comment on la voit ? Ça va tout simplement. Je dis ça moi aussi. Un Grec.

00:14:22:08 – 00:14:22:12
Intervenant 4
Oui.

00:14:23:02 – 00:14:25:14
Intervenant 3
Mais tu peux dire ça. Voyez comme je dis.

00:14:25:14 – 00:14:44:21
Intervenant 2
Ça vaut un peu. Si ça voit ça devant moi, ça me va. Si je dis oui, ça te va super, je lis ça. Vous êtes avec nous et pouvez contempler son travail ici ou y passer des heures à regarder. C’est une sorte de déploiement algorithmique multicolore et on est structuré une semaine entre deux amis pour faire ça.

00:14:45:15 – 00:14:53:20
Intervenant 3
Deux jours et quelques heures parce que le temps est là. Il est pas, il n’est pas là avec nous, mais nous, on l’a pris.

00:14:54:20 – 00:14:57:15
Intervenant 2
Tu disais que tu avais passé une semaine ici Pourquoi ?

00:14:57:17 – 00:15:04:14
Intervenant 3
Oui, alors je suis venu lundi pour voir ce qu’on pouvait faire. Je suis revenu mardi pour voir ce qu’on pouvait pas faire. J’ai commencé mercredi et on est samedi.

00:15:04:23 – 00:15:26:21
Intervenant 2
Ok. Et nous avons. Le vice président d’Emmaüs France qui est avec nous. Il va nous rejoindre après ce morceau, il est prêt. Je vais prendre le temps de discuter un peu avec lui, histoire de ne pas dire n’importe quoi. Je vous rappelle que cette édition est faite sans protection. Nous sommes sur un long fil d’Ariane duquel nous n’allons jamais tomber.

00:15:27:15 – 00:15:47:07
Intervenant 2
Merci d’être avec nous, vous écouter. Tout va bien se passer comme et nous sommes sur les chambres d’air. Et je me suis dit que Thomas Bangalter, avec What You Do était un bon morceau après les Daft Punk. Finalement, ils ont pas mal fait déverser le son électronique, le son rêve sur notre beau pays. Merci, merci merci d’être là, n’hésite pas à nous rejoindre.

00:15:47:09 – 00:15:53:00
Intervenant 2
C’est au 36 rue Jacques Louvel, dans le 10ᵉ arrondissement de Paris, et c’est la Nuit Blanche 2022.

00:15:54:00 – 00:16:05:21
Intervenant 8
À chaque acte, chaque acte a atteint sa taille.

00:16:08:17 – 00:16:24:20
Intervenant 8
Attaque Anne Hathaway. Atteinte à Addis Abeba, à chaque Abeba a atterri à Accra À chaque passage.

00:16:25:23 – 00:16:35:02
Intervenant 6
À chaque matin, à quatre H du stade atteint, au stade du matin, au stade.

00:16:50:13 – 00:17:23:18
Intervenant 8
À chaque matin, accueille chaque année à quinze H attaque. Ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah ! A chaque matin, à chaque attaque, à chaque attaque, chaque attaque, attaque.

00:17:24:03 – 00:17:46:09
Intervenant 6
Attaque, attaque, à la hausse. Du tac au tac, tic tac, tac au tac, au tac, au tac, au tac, au coude à coude, à coude, à coude, à coude, à coude, à coude, à coude, à coude, à coude.

00:17:47:13 – 00:18:16:01
Intervenant 8
À donner. Le Dieu à la main, à gogo. Le duc à la tête du Alain Juppé, Alain Juppé, Alain Alain Juppé. Alain Juppé. Alain Jacques.

00:18:18:12 – 00:18:45:20
Intervenant 8
Alain Juppé. Alain Juppé, Alain Juppé. Alain Juppé. Alain Alain Juppé. Alain Juppé. Alain Juppé.

00:18:50:09 – 00:19:08:01
Intervenant 8
Alain H.

00:19:10:09 – 00:19:10:23
Intervenant 8
Sarkozy.

00:19:16:02 – 00:19:21:24
Intervenant 8
Tous. Alain Alain.

00:19:25:05 – 00:19:25:13
Intervenant 8
Alain.

00:19:40:07 – 00:20:07:16
Intervenant 2
La chambre air, toujours en direct du transfo. Ce lieu d’hébergement et de culture, un lieu hybride et gersois. Il s’est assis en face de moi. Le directeur général adjoint d’Emmaüs Solidarité, parce que c’est un projet qui est piloté par Emmaüs Solidarité. Plusieurs entités. Plusieurs notions, c’est bien, mais rejoint Lofti Bernard. J’espère que je n’ai pas écorché ton nom.

00:20:07:16 – 00:20:13:10
Intervenant 2
Prénom est avec nous. Merci de nous rejoindre. Merci de prendre du temps. Merci de nous accueillir parce qu’on est un peu chez toi.

00:20:13:24 – 00:20:14:20
Intervenant 4
Merci beaucoup.

00:20:15:13 – 00:20:17:17
Intervenant 2
Bienvenue. On est très content de vous recevoir.

00:20:17:17 – 00:20:24:18
Intervenant 4
Ce soir pour la Nuit Blanche et vous êtes à Transfo, un lieu ouvert pour la culture, le public à l’extérieur.

00:20:25:09 – 00:20:42:22
Intervenant 2
Alors c’est un lieu qui existe depuis une quinzaine d’années, qui a été complètement refait à neuf il y a dix ans et repeint ainsi récemment parce que tout et tout est blanc. Est ce que c’est une bonne idée de faire un événement ? Jacob Alors tout vient d’être refait On verra bien dans quelques heures. J’espère qu’il saura se tenir. C’est pas garanti parce que ça fait partie aussi du pack.

00:20:43:11 – 00:20:48:03
Intervenant 2
Le chaos et donc le projet qui est piloté ici il consiste en quoi ? Alors ici.

00:20:48:03 – 00:20:49:04
Intervenant 4
Il y a 50 personnes.

00:20:49:04 – 00:21:08:19
Intervenant 2
Qui sont hébergées. On est dans un centre d’hébergement d’urgence qui accueille des publics en grande précarité, des personnes qui ont connu la rue des exilés, des jeunes et moins jeunes. Et l’idée ici, c’est de leur ouvrir des droits, c’est de les accompagner dans leur parcours de vie. Et on a eu l’idée, il y a une dizaine d’années effectivement, de mixer l’hébergement.

00:21:08:19 – 00:21:12:23
Intervenant 4
Avec un lieu culturel. Pourquoi un lieu culturel ? Parce que c’est un axe fort.

00:21:12:23 – 00:21:20:19
Intervenant 2
De l’association de dire que la culture a une place dans l’accompagnement social global qu’on propose. Ce n’est pas la cerise sur le gâteau.

00:21:21:05 – 00:21:24:12
Intervenant 4
C’est parfois le gâteau. Ça débloque des choses, ça permet aux.

00:21:24:12 – 00:21:49:05
Intervenant 2
Personnes de s’exprimer, de s’ouvrir sur l’extérieur. Et puis, la culture n’est pas réservée aux salons bourgeois. Exactement. C’est ouvert à tout le monde. C’est une capacité humaine quand même. Parce que les fourmis ont peu de culture. Ils savent pas lire, écrire. Ils savent communiquer. Mais nous, êtres humains, on a fait ce truc génial qui est la culture. Et finalement, c’est une vertu fondamentale qu’est ce qui se passe quand vous organisez des ateliers, des rencontres, une exposition ?

00:21:49:05 – 00:21:54:15
Intervenant 2
Comment est ce que tu aurais des moments précis ? Ou peut être en général, qu’est ce qui se passe alors ?

00:21:54:15 – 00:21:56:20
Intervenant 4
Il se passe. Il se produit des choses.

00:21:56:20 – 00:22:03:01
Intervenant 2
Puisque c’est un double, je dirais. C’est un double sens. Il y a un sens ou les gens découvrent, apprennent.

00:22:03:10 – 00:22:06:05
Intervenant 4
En fait, sur la culture Qu’elle soit.

00:22:06:11 – 00:22:27:05
Intervenant 2
Ici en France ou étrangère. Mais de l’autre côté, les artistes aussi s’inspirent de ce lieu. C’est ça qui est intéressant. C’est dire que nous, on part du principe que chaque personne, chaque être humain, a des potentialités. Il peut aussi enrichir l’autre. Donc quand un artiste y vient, il a certes un savoir faire, il a une technicité. Il y a un art à transmettre, un savoir faire, mais il part avec aussi des visages, des sourires.

00:22:27:09 – 00:22:30:24
Intervenant 2
Il s’enrichit de tout ça. Est ce qu’aujourd’hui on a des gens qui viennent de partout, qui ont.

00:22:30:24 – 00:22:33:02
Intervenant 4
Passé, qui ont un savoir ? Il faut savoir que nous, on.

00:22:33:02 – 00:22:37:09
Intervenant 2
Accueille 6000 personnes aujourd’hui. En Ile de France et en Loir et Cher. On a des artistes.

00:22:37:16 – 00:22:39:22
Intervenant 4
On a des talents dont nous hébergeait, qui ont.

00:22:39:22 – 00:22:47:02
Intervenant 2
Malheureusement connu des parcours difficiles mais qui sont sensibles à ça. Et il nous arrive aussi régulièrement d’organiser ici une expo.

00:22:47:09 – 00:22:48:09
Intervenant 4
Des personnes accueillies.

00:22:48:15 – 00:22:51:00
Intervenant 2
Aussi. En fait, il y a un double sens.

00:22:51:00 – 00:22:52:04
Intervenant 4
Et c’est ce que.

00:22:52:07 – 00:23:14:24
Intervenant 2
Partager, savoir partager pour voir ce que tu disais tout à l’heure, c’est que la culture aussi, ça va en double sens. C’est pas juste une culture descendante. Nous, on veut un lieu ouvert, accessible aux gens. Et là, ce soir, ce qui se passe, c’est chouette. Il y a des riverains, des Parisiens, des non Parisiens qui viennent ici, certes pour Jacob Christ, mais ils viennent aussi découvrir à Emmaüs, fait de l’hébergement c’est quoi l’hébergement d’urgence ?

00:23:15:00 – 00:23:23:00
Intervenant 2
C’est quoi ces personnes là ? Et ça crée quelque chose, une chouette histoire. Alors comment on se retrouve à être hébergé ici ? Qui est accueilli à l’accueil ici ?

00:23:23:00 – 00:23:26:19
Intervenant 4
Inconditionnel. Donc ça passe par le SIAO.

00:23:27:00 – 00:23:29:04
Intervenant 2
Le 115 qui nous aurons des personnes.

00:23:29:09 – 00:23:33:01
Intervenant 4
Mais on accueille tout le monde. L’accueil de notre.

00:23:33:01 – 00:23:38:00
Intervenant 2
Notre de vie, c’est vraiment un accueil inconditionnel, peu importe la nationalité, peu importe les papiers.

00:23:38:01 – 00:23:42:22
Intervenant 4
Le parcours, les, les papiers, l’accueil est inconditionnel. Dans le secteur de l’hébergement d’urgence.

00:23:43:06 – 00:23:47:09
Intervenant 2
Et l’objectif ici, c’est d’ouvrir les droits, de faire un accompagnement.

00:23:47:10 – 00:23:49:05
Intervenant 4
Santé et salue la.

00:23:49:05 – 00:23:55:07
Intervenant 2
Présence de la présidente Marie-France et prêcheur qui est présente ici avec nous en sa qualité de présidente et médecin.

00:23:55:12 – 00:23:57:11
Intervenant 4
Puisque la santé est un axe important.

00:23:59:01 – 00:24:05:00
Intervenant 2
On accompagne aussi sur l’emploi, sur la remobilisation. Ça, c’est très intéressant et on s’est dit.

00:24:05:04 – 00:24:06:08
Intervenant 4
Logement, emploi.

00:24:06:08 – 00:24:20:14
Intervenant 2
Santé, c’est très bien. Mais il faut aller encore plus loin et plus loin. C’est la vie, c’est la citoyenneté, c’est la culture, c’est les loisirs. C’est le sport, tout simplement. Vivre, sortir de sa chambre. Voilà exactement notre logo, notre image solidarité. C’est de la rue à la vie, de la rue à la vie.

00:24:20:23 – 00:24:23:00
Intervenant 4
Donc on essaye de.

00:24:23:00 – 00:24:23:07
Intervenant 2
Mettre.

00:24:23:23 – 00:24:25:01
Intervenant 4
Les moyens et une équipe.

00:24:25:01 – 00:24:49:03
Intervenant 2
Pluridisciplinaire pour accompagner ces personnes. On espère qu’on pourra avoir des entretiens, des rencontres avec ces gens que j’ai invité hier pendant qu’on installé. Et n’hésites pas si tu les croise à leur dire de venir passer, nous faire peut être même leur demander. Alors c’est toujours un peu étrange. J’ai vraiment l’impression d’être un petit bourgeois dans ce cas là, même si j’aime bien aller dans des salles interdites et dangereuses que de demander à quelqu’un qui est dans cette situation.

00:24:49:03 – 00:24:58:13
Intervenant 2
Qu’est ce que tu penses de la fête par exemple, alors que non, ce n’est pas complètement délirant puisque ça fait partie de l’existence. Et ça peut être un billet d’ouverture et de rencontre aussi, de reprise de vie ? Tout à.

00:24:58:13 – 00:25:00:01
Intervenant 4
Fait. Il y a quelques curieux qui commencent.

00:25:00:01 – 00:25:14:12
Intervenant 2
Déjà à descendre et voir qui ont prié. Ils ont l’habitude parce que c’est un centre ici culturel et ouvert. Mais je trouve que c’est justement ce qui est chouette. C’est ce mélange entre des riverains et des gens qui se connaissent pas, qui leur attention est retenu par une photo, par une image, par un instant.

00:25:14:12 – 00:25:14:22
Intervenant 4
Et c’est ça qui est.

00:25:14:22 – 00:25:38:15
Intervenant 2
Intéressant à capter aussi pour l’artiste. Et c’est au 36, rue Jacques Louvier Tessier. J’ai réussi, c’est ça ? Louvel, Tessier, Louvel, Tessier. Je suis ici dans le 10ᵉ arrondissement de Paris. Je vous le rappelle, cette émission commence. Nous sommes ensemble jusqu’à 2 h du matin. Les choses vont se préciser. Ce vortex souple, laïcisé, on va inventer des mots, même si on se sait, c’est possible.

00:25:38:15 – 00:25:57:12
Intervenant 2
Alors n’hésitez pas à nous rejoindre ou simplement restez avec nous. Merci. Lofti n’hésite pas à revenir nous parler si tu veux, mais avant que tu t’en aille tout de même, j’aimerais, parce que c’est le but de cette émission, la catharsis. Mais finalement, c’est un peu la psychanalyse. Ou tout au moins cette ambition de comprendre qui est Jacob. Christophe, tu es quoi de Jacob ?

00:25:57:12 – 00:25:59:06
Intervenant 2
Christophe ? C’est un artiste.

00:25:59:11 – 00:26:01:09
Intervenant 4
Déjà connu, reconnu.

00:26:02:08 – 00:26:03:10
Intervenant 2
Moi, j’aime bien ce qu’il capte.

00:26:03:17 – 00:26:07:20
Intervenant 4
Il arrive à capter des instants, des moments uniques et magiques. Et c’est ce que je trouve ça.

00:26:07:20 – 00:26:18:08
Intervenant 2
Force est de les mettre en avant et en lumière. Et souvent, des choses se passent dans un regard, dans un sourire, dans une émotion. Je me suis peur. Il se qu’ils arrivent à bien.

00:26:18:08 – 00:26:22:02
Intervenant 4
Faire sortir ça. Et justement.

00:26:22:02 – 00:26:26:23
Intervenant 2
Il va chercher. Il va dans des lieux alternatifs uniques, pas souvent, peut être.

00:26:27:05 – 00:26:28:13
Intervenant 4
Pas toujours autorisé. C’est ça qui est.

00:26:28:13 – 00:26:41:18
Intervenant 2
Intéressant c’est qu’il arrive à chercher des émotions, à capter des choses et les mettre en lumière. Quand on a dit qu’il allait exposer ici cet été, on était super content. On connaissait déjà quoi ? On le connaît évidemment et c’était plutôt une, je dirais, une belle rencontre.

00:26:42:02 – 00:26:47:01
Intervenant 4
Et je trouvais intéressant parce que c’est. Il aurait pu choisir d’autres lieux.

00:26:47:15 – 00:26:50:06
Intervenant 2
Il avait certainement d’autres propositions. Il a choisi Emmaüs.

00:26:51:03 – 00:26:54:10
Intervenant 4
Il a beaucoup travaillé avec Vincent Sabourin. Chez nous.

00:26:54:16 – 00:26:56:24
Intervenant 2
Il a dit On va le faire ensemble. C’est chouette.

00:26:58:19 – 00:27:00:17
Intervenant 3
Merci l’artiste. Ah !

00:27:00:23 – 00:27:03:15
Intervenant 4
Merci beaucoup. Vous êtes chez vous ici tout.

00:27:03:15 – 00:27:14:15
Intervenant 2
À l’heure et vous êtes bien avec nous. Samedi, première octobre, de 19 h à 2 h du matin. Rejoignez nous au Transfo, l’espace culturel Emmaüs ou écoutez nous sur Tout va bien se passer comme.

00:27:14:15 – 00:27:16:03
Intervenant 1
Tout va bien se passer, comme.

00:27:16:03 – 00:27:18:19
Intervenant 2
Pour participer à la catharsis sur Sambre à Aire de Jacob.

00:27:18:19 – 00:27:19:04
Intervenant 5
Christ.

00:27:19:06 – 00:27:21:09
Intervenant 3
Quand on vient consulter, c’est qu’on a quelque chose à dire.

00:27:21:11 – 00:27:26:02
Intervenant 2
Samedi première octobre exposition photos de fêtes libres, vidéos, rigologie, vortex.

00:27:26:02 – 00:27:26:10
Intervenant 4
Et flash.

00:27:26:10 – 00:27:28:02
Intervenant 5
Back. La fête continue pendant.

00:27:28:02 – 00:27:35:06
Intervenant 2
Cette heure, avec le public et nos invités, nous allons voyager dans la galaxie Christian Jacob qui fait sa catharsis sur des chambres.

00:27:35:06 – 00:27:36:11
Intervenant 3
À air, la chambre à.

00:27:37:00 – 00:27:47:16
Intervenant 2
Air. C’est en direct de 19 h à 2 h du matin, sur Tout va bien se passer, comme dans la vraie vie. Ou presque. l’Espace culturel insolite d’Emmaüs Solidarité, au 36, rue Jacques Tessier, dans le 10ᵉ à Paris.

00:27:49:23 – 00:27:50:10
Intervenant 5
A séduit.

00:27:53:00 – 00:27:54:20
Intervenant 3
Deux de Noailles.

00:27:57:12 – 00:28:14:15
Intervenant 6
De Diane von Bergen, que, bien des trois jihadistes. Mais le.

00:28:19:11 – 00:28:20:24
Intervenant 3
Terme. Son quinquennat.

00:28:22:23 – 00:28:42:08
Intervenant 6
L’un des thèmes la du bien fondé de la chaîne d’info des lois Thierry se lève indique le bien fondé de la lutte.

00:28:46:07 – 00:29:02:01
Intervenant 3
De un, deux, trois quart des petites têtes de toutes les têtes du du.

00:29:03:04 – 00:29:05:03
Intervenant 8
Petit, toutes les têtes.

00:29:05:15 – 00:29:06:05
Intervenant 3
De toutes.

00:29:09:23 – 00:29:11:20
Intervenant 6
Des deux côtés, des.

00:29:12:08 – 00:29:13:04
Intervenant 3
Deux côtés.

00:29:13:08 – 00:29:24:15
Intervenant 6
Têtes du député, des de toute l’étendue du TTP.

00:29:24:15 – 00:29:30:11
Intervenant 4
Du côté du député de Alain Juppé, du temps fougueux.

00:29:30:11 – 00:29:37:17
Intervenant 6
De la gauche une et on garde une arme.

00:29:39:14 – 00:29:39:22
Intervenant 5
Politique.

00:29:40:09 – 00:29:46:17
Intervenant 6
Qui fait un bien pour garder la.

00:29:47:07 – 00:29:50:08
Intervenant 5
Direction du pouvoir.

00:29:55:07 – 00:29:56:18
Intervenant 3
Plein pot Gardena.

00:29:56:21 – 00:30:23:18
Intervenant 6
Du bug du sondeur un artiste bien rodé qui soulève bien le feu vert de la direction régionale et tient la route presque.

00:30:24:13 – 00:30:31:08
Intervenant 2
Samedi première octobre, de 19 h à 2 h du matin. Rejoignez nous au Transfo, l’espace culturel Emmaüs ou écoutez nous sur Tout va bien se passer comme.

00:30:31:08 – 00:30:32:09
Intervenant 1
Tout va bien se passer.

00:30:44:18 – 00:31:10:17
Intervenant 2
C’est le moment, le moment ou on prend le temps. On prend le temps de parler avec les amis, les collaborateurs, les proches de Jacob Christ. Et nous sommes avec Emmanuel Perret. Bonjour Emmanuel Bienvenu. Je prends ce ton chaloupé puisque nous sommes tous les deux sur cette place centrale de ce centre d’hébergement. Toi, tu es venu parler parce que tu es proche de Jacob.

00:31:10:17 – 00:31:19:11
Intervenant 2
Et ce qu’on veut faire ici, c’est comprendre Jacob. Ce qui n’est pas facile, c’est une sorte de coup de coude, un diamant multifacettes, le plus grand diamant du moulin caché.

00:31:19:15 – 00:31:20:02
Intervenant 4
Voilà.

00:31:20:14 – 00:31:32:19
Intervenant 2
Et qu’il faut raffiner. Je pense qu’il va falloir des décennies pour le raffiner. Tu le connais depuis dix ans ? Vous êtes rencontrés dans une teuf privée. Vous avez fait la chenille et tu vas nous en dire plus sur Jacob ? Toi, tu ? Tu penses quoi de cet animal ?

00:31:33:17 – 00:32:00:07
Intervenant 4
Ecoute, je pense. Comme beaucoup de gens, j’ai découvert Jacob en soirée et cet ovni tout de suite attiré. On s’est vu, on s’est revus et à l’époque, on va dire chroniqueur. Et il se trouve que moi, je fais de la photo mais de manière sérieuse mais mercantile. Et puis je me suis dit il faut quand même faire de ce talent photographique que Jacob a peut être du mal à faire rémunérer.

00:32:00:20 – 00:32:09:09
Intervenant 4
Moi, je t’en bar ou je fais des prestations pour des pour des sociétés, on fait des photos, que l’on fait des portraits d’entreprises. C’est pas toujours sexy, mais il y a toujours un moyen de s’amuser.

00:32:09:12 – 00:32:10:11
Intervenant 2
C’est ça qui le fait bouffer.

00:32:11:20 – 00:32:21:09
Intervenant 4
Ou c’est réciproque parce que sans lui, c’est moi qui suis, moi qui suis un photographe daltonien. Qui sait par toucher les photos, qu’il n’y a son regard et j’ai besoin de lui. Donc voilà, on s’est trouvé.

00:32:21:11 – 00:32:27:21
Intervenant 2
Vous êtes unique, l’homme ? Je ne connaissais pas ce binôme continue Norman.

00:32:27:24 – 00:32:35:06
Intervenant 4
Je pense qu’il y a des binômes. Il y a tellement de binômes de trinôme de Quadri Unum avec Jacob que tu vas en découvrir d’autres.

00:32:35:12 – 00:32:40:24
Intervenant 2
C’est vrai que c’est un peu la partouze généralisée quand il s’y met. Et qu’est ce que tu en dirait du coup.

00:32:41:07 – 00:32:41:24
Intervenant 5
Comment tu ?

00:32:42:08 – 00:32:44:08
Intervenant 2
Je prends des mots clés sur cette chambre à air.

00:32:44:21 – 00:32:49:24
Intervenant 4
C’est toujours un peu de l’inconnu. Faire que moi j’ai besoin d’avoir des.

00:32:50:13 – 00:32:51:05
Intervenant 2
Surprises alors.

00:32:52:04 – 00:33:12:23
Intervenant 4
Qu’ils amènent de la surprise tout en étant un a une vraie fiabilité. C’est sûr que c’est quand on est sur un domaine, on facture des gens pour faire des photos, donc ils s’attendent à ce qu’on les rende et à ce qu’on fasse un travail le plus propre possible. Et Jacob répond toujours présent, mais toujours en amenant un petit son, son grain de folie, son décalage et son humanité.

00:33:13:04 – 00:33:21:20
Intervenant 4
Oui, aussi Au début, j’ai des bus avec, des fois je frissonné un peu, puis maintenant j’ai plus peur. J’attends ça, j’attends qu’ils me surprennent. Il y a toujours quelque chose.

00:33:22:02 – 00:33:38:09
Intervenant 2
Moi, je pense qu’il m’a rapproché de lui. C’est qu’il me Au départ, il me faisait peur pour mon intégrité physique. Ensuite, il m’a fait peur pour son intégrité physique. Et c’est là que j’ai commencé à l’aimer. Je pense parce qu’il avait peur pour lui. J’avais peur qu’il se fasse mal mais en fait, il est un funambule et il sait rester sur sur le fil, c’est vrai.

00:33:38:18 – 00:33:55:17
Intervenant 4
Oui, c’est vrai que des fois, on peut s’inquiéter pour lui. C’est un réflexe un peu un peu normal. Et moi, par rapport à moi, il m’a peut être toujours trouvé un peu sage. Moi, j’ai toujours trouvé très bienveillant et m’a toujours jamais emmené. Il m’a attiré en disant Il regarde, c’est peut être des limites. Est ce que tu veux aller au delà ?

00:33:55:22 – 00:34:05:16
Intervenant 4
Il a toujours été respectueux de ça et donc petit à petit, je pense qu’il peut emmener très loin il faut pouvoir le suivre. Moi, j’y vais à petites doses.

00:34:05:21 – 00:34:09:01
Intervenant 2
En tant que photographe, est ce que tu peux nous décrire le travail photographique qui est mis en place ici ?

00:34:11:22 – 00:34:36:08
Intervenant 4
C’est toujours impressionnant. Moi qui connaît quand même beaucoup ce qui fait que je découvre toujours des choses, je vois toujours des nouvelles histoires. Je suis toujours J’en prends toujours plein les yeux pour certaines photos, un ensemble de photos. Donc ici, ce qui présente, c’est à la fois à la fois la fête et à la fois ce que moi j’appelle de l’underground, parce que c’est un peu loin de ma façon de faire la fête à moi.

00:34:36:18 – 00:34:49:10
Intervenant 4
Mais c’est toujours la même chose sans être jamais sans être la même chose. Je trouve toujours des histoires différentes et moi sommes à chaque fois. Je me régale. Il te fait voyager quoi ? Ben oui, oui, oui, c’est un peu ton copain, c’est un copain.

00:34:49:10 – 00:34:50:22
Intervenant 2
Les copains, c’est fait pour ça finalement.

00:34:51:15 – 00:34:52:11
Intervenant 4
Oui, exactement.

00:34:52:16 – 00:34:53:22
Intervenant 2
Tu veux lui dire merci que tu l’aime ?

00:34:54:19 – 00:35:00:17
Intervenant 4
Bien sûr, mais je lui dis tout le temps Je fais des petits bisou, même dans des bars avec des gros barbus. On se fait des câlins, c’est cool.

00:35:01:03 – 00:35:07:04
Intervenant 2
Je savais qu’il avait un penchant LGB puisqu’il se glisse un truc un peu ouvert, un peu positivement.

00:35:07:04 – 00:35:08:04
Intervenant 4
Jacob deux.

00:35:09:24 – 00:35:11:09
Intervenant 2
Merci beaucoup Emmanuel.

00:35:11:15 – 00:35:12:06
Intervenant 4
Et Xavier a.

00:35:12:06 – 00:35:27:11
Intervenant 2
Tout à l’heure n’hésite pas à revenir si tu as d’autres idées, nous envoyer des gens également qui puissent nous parler. On va faire aussi un tour en micro volant pour se balader dans des espaces tout à l’heure. LaTeX fait la gueule mais ça va être possible. Merci d’être avec nous. C’est la chambre à air. Tout va bien se passer.

00:35:27:14 – 00:35:32:19
Intervenant 2
Un Comme nous sommes en direct du transfo 36, rue Jacques Louvel Tessier, dans le 10ᵉ.

00:35:49:09 – 00:36:01:13
Intervenant 9
Bien face à ces événements, pas de boy Booba. Ce qui se remet là, se Robert qui risquerait de sauver le magasin.

00:36:02:04 – 00:36:08:21
Intervenant 6
Du Renard de Bègles.

00:36:09:07 – 00:36:54:02
Intervenant 9
Ça va barder Parce que le décor va gaiement dans son fortin. Le tueur sauveur devant Audard. Il n’y a pas le dernier mais vous pensez vous jouer dans le bain de Port du Port durant ou en pleine nuit ?

00:36:59:10 – 00:37:19:20
Intervenant 9
Curieuse Bravo. Bah oui, le bad boy, ça ira. Regarde Mario dans l’histoire, sauve Aldo. Même si son.

00:37:19:20 – 00:37:39:12
Intervenant 6
Propre arrivée soit le même bien. Y’a pas de surprise pas non.

00:37:39:12 – 00:37:40:10
Intervenant 9
Plus au même.

00:37:43:21 – 00:38:15:18
Intervenant 6
Rien, moins bien vilain bonhomme dans mon.

00:38:15:18 – 00:38:46:15
Intervenant 9
Tour parce que je me souviens de bonne guerre une semaine toi, tu Harvey. 20 ans de suite. Scénario pour ce soir la hache de guerre. Yes when you you. D’abord, nous n’avons pas main de Monsieur Turin.

00:38:46:20 – 00:38:48:24
Intervenant 6
On a eu toute la.

00:38:50:11 – 00:39:00:16
Intervenant 9
Ça sort un heure 21 là bas, Pas de Serge de Bethune. Pas vu un.

00:39:03:11 – 00:39:54:16
Intervenant 6
Zeiss et même du matos mais quand deux du nord a pris la vocation de Justin fait.

00:39:55:23 – 00:40:00:16
Intervenant 9
Ses armes, c’est vraiment un peu le vivre dans la peau de Julien Gadamer.

00:40:03:01 – 00:40:21:19
Intervenant 9
l’Armée essaye de nous rapprocher ce que synthèse du projet Gundam Ring avec bas vers la fin et à son apogée Mieux, il se.

00:40:22:00 – 00:40:26:18
Intervenant 6
Vide et s’en remet à Napoléon.

00:40:26:20 – 00:40:35:04
Intervenant 9
Reste d’abord celui d’un hôtel ayant du format rectangulaire, du câble de.

00:40:37:19 – 00:41:18:11
Intervenant 6
Weygand à Berlin, du gala d’un détenu devant le canon fait deux du fait du havre de paix ouvert du nord par un pilote hors.

00:41:20:10 – 00:41:24:00
Intervenant 9
Bloqué durant la seconde.

00:41:44:21 – 00:42:02:21
Intervenant 2
D’hier. Chambre à air, toujours en direct du Transfo. C’est dans le 10ᵉ à Paris, 36, rue Jacques Louvier Tessier. Il faut que je note, je vais le noter. Je pense que ça va être beaucoup plus simple ici, dans le 10ᵉ, et c’est un lieu qui peut encore accueillir beaucoup de gens. Tout comme toi qui m’a rejoint. Cyril Badet est avec nous, il est photographe.

00:42:03:05 – 00:42:17:05
Intervenant 2
Vidéaste et documentaliste. Merci d’être avec nous. Cyril Oui, oui, très bien, merci. C’est bien qu’il soit là parce qu’il y a deux choses fondamentales des photographes professionnels. Donc tu vas pouvoir nous présenter le travail de Jacob que tu es, que tu as vu sans trop en dire. Parce qu’il faut quand même que les gens viennent le voir. En même temps, il n’y a pas d’images.

00:42:17:10 – 00:42:33:23
Intervenant 2
Peut être envie de voir suite à ce que tu viens de dire quand tu la décris. Et l’autre chose, c’est que tu travailles le jour avec Jacob. Et ce qui est aussi le cas d’Emmanuel qui était avant toi assis ici. Et ça, c’est bien des gens qui connaissent Jacob le jour parce que finalement moi je peux vous vu le jour ou très tôt.

00:42:34:06 – 00:42:49:22
Intervenant 2
Et c’était donc plus le jour. C’est ce qu’on appelle le matin. C’est une autre dimension du jour qui est beaucoup plus mélangé finalement. Qu’est ce que tu peux dire de lui comme ça ? De but en blanc, toi qui l’a rencontré alors que vous faisiez votre formation de photojournalisme en 2011 ? Oui, voilà.

00:42:49:22 – 00:43:08:13
Intervenant 4
C’était une rencontre de reconversion professionnelle puisque tous les deux ans, avaient intégré une formation de photojournalisme à Paris. Et on avait des profils un peu atypiques par rapport aux petits jeunes qui se présentaient dans cette formation.

00:43:09:06 – 00:43:12:04
Intervenant 5
Et alors ? Je ne sais pas si c’est ça qui nous a rapprochés.

00:43:12:04 – 00:43:16:20
Intervenant 4
On avait aussi un parcours dans l’informatique qui nous a précédé.

00:43:17:09 – 00:43:25:13
Intervenant 5
Donc voilà, ça crée un peu un quelques liens. En même temps, c’était quand même un gars qui sortait.

00:43:25:13 – 00:43:26:15
Intervenant 4
De l’ordinaire et.

00:43:27:15 – 00:43:29:15
Intervenant 5
Qui faisait presque un petit peu à moitié.

00:43:29:15 – 00:43:38:22
Intervenant 2
Peur. Alors on va en parler au présent parce que soudain, j’ai l’impression qu’on est en train de faire une veillée funéraire, que le mec est plus là. Donc on va parler de Léo ce jour là. Tu veux dire qu’à.

00:43:38:22 – 00:43:40:01
Intervenant 4
L’époque, à l’époque.

00:43:40:20 – 00:43:43:08
Intervenant 2
À l’époque et du passé ? Sinon, on en reste au présent.

00:43:43:08 – 00:43:44:18
Intervenant 5
A l’époque, il faisait un peu peur.

00:43:46:03 – 00:43:47:10
Intervenant 2
Ça a changé. On verra.

00:43:47:10 – 00:43:50:08
Intervenant 4
Ça va changer. Je vais pas. Je crois pas que ça ait changé, mais voilà.

00:43:51:06 – 00:43:51:12
Intervenant 5
Une fois.

00:43:51:12 – 00:43:51:22
Intervenant 2
Qu’on connaît.

00:43:51:22 – 00:43:52:13
Intervenant 4
L’animal.

00:43:53:20 – 00:43:55:18
Intervenant 2
Qui a suivi, vous avez su vous apprivoiser ?

00:43:55:18 – 00:43:56:09
Intervenant 5
Exactement.

00:43:57:08 – 00:43:59:03
Intervenant 2
Son travail qui est exposé ici, t’en penses quoi ?

00:43:59:23 – 00:44:06:20
Intervenant 4
Alors moi, je connaissais en partie son travail parce qu’il a fait ça pendant des années et des nuits et des nuits. Je ne connaissais pas tout.

00:44:07:02 – 00:44:08:10
Intervenant 2
C’est formidable de voir un.

00:44:08:13 – 00:44:12:09
Intervenant 5
Peu ça exposé en grand plutôt que de voir.

00:44:13:05 – 00:44:14:15
Intervenant 4
La majorité des photos sur son.

00:44:14:15 – 00:44:25:16
Intervenant 5
Ordinateur régulièrement. Donc c’est vrai que c’est assez pour moi. C’est assez un peu.

00:44:25:16 – 00:44:26:16
Intervenant 2
Énigmatique vu.

00:44:26:16 – 00:44:30:06
Intervenant 4
Que je connais pas de manière générale la vie la.

00:44:30:06 – 00:44:32:13
Intervenant 2
Nuit. Tu vas pas te mettre des races dans des grèves ?

00:44:32:19 – 00:44:37:05
Intervenant 4
Je participe pas du tout venant et je n’ai jamais participé. Et de savoir que.

00:44:37:05 – 00:44:38:08
Intervenant 2
Jacob y participe.

00:44:38:16 – 00:44:39:13
Intervenant 4
Alors que je.

00:44:39:13 – 00:44:40:04
Intervenant 5
Ne l’ai jamais vu y.

00:44:40:04 – 00:45:00:08
Intervenant 4
Participer. Donc tout ça, c’est un peu mystérieux. Pour moi. Et malgré tout, quand je vois comment il travaille avec moi le jour puisqu’on travaille ensemble régulièrement, son grain de folie, on sort son côté très décalé. Je vois bien tout ce qui.

00:45:00:12 – 00:45:03:09
Intervenant 5
Peut amener avec ce travail de la nuit quoi.

00:45:04:00 – 00:45:10:03
Intervenant 2
J’ai noté un grain de folie décalé nous avons mystérieux aussi. C’est vrai.

00:45:10:16 – 00:45:27:06
Intervenant 5
Et c’est ça que j’aime chez lui aussi. Parce que moi, à la limite, je suis quelqu’un trop sérieux. Dans le boulot et peut être même dans ma vie généralement. Et donc voilà le profil de Jacob aide à faire un duo comme ça, qui.

00:45:28:06 – 00:45:30:00
Intervenant 2
Qui garantit le frisson dans les deux sens.

00:45:30:09 – 00:45:32:00
Intervenant 5
Exactement, exactement un vrai beau.

00:45:32:15 – 00:45:52:24
Intervenant 2
Un vrai beau partage. Merci beaucoup Cyril d’avoir pris du temps pour nous. Je te laisse continuer ta déambulation ici et on m’informe que merci, merci à toi. Qu’il y a un DJ qui s’est installé au sous sol dans l’amphithéâtre. On va le diffuser tout à l’heure. Finalement, je vais arrêter ma sélection musicale et on diffusera le son des DJ. Mais ce n’est pas pour tout de suite.

00:45:53:00 – 00:46:08:09
Intervenant 2
Rassure toi le texte, le texte qui réalise cette émission et installe tout ce qui concerne la technique donc. Samedi première octobre, de 19 h à 2 h du matin. Rejoignez nous et transfo, l’espace culturel Emmaüs ou écoutez nous sur Tout va bien se passer comme.

00:46:08:09 – 00:46:10:01
Intervenant 1
Tout va bien se passer, comme pour.

00:46:10:01 – 00:46:12:13
Intervenant 2
Participer à la catharsis sur chambre à air de Jacob.

00:46:12:13 – 00:46:12:23
Intervenant 5
Christ.

00:46:13:00 – 00:46:14:06
Intervenant 3
Quand on vient consulter, c’est qu’on a.

00:46:14:06 – 00:46:19:22
Intervenant 2
Quelque chose à dire. Samedi première octobre exposition photos de fêtes libres, vidéos, rigologie, vortex.

00:46:19:22 – 00:46:20:04
Intervenant 4
Et flash.

00:46:20:04 – 00:46:21:13
Intervenant 5
Back. La fête continue.

00:46:21:13 – 00:46:29:00
Intervenant 2
Pendant cette heure, avec le public et nos invités, nous allons voyager dans la galaxie Christian Jacob qui fait sa catharsis sur des chambres.

00:46:29:00 – 00:46:30:05
Intervenant 3
À air, la chambre à.

00:46:30:14 – 00:46:41:11
Intervenant 2
Air. C’est en direct, de 19 h à 2 h du matin sur que tout va bien se passer. Comme dans la vraie vie ou presque. l’Espace culturel insolite d’Emmaüs Solidarité, au 36, rue Jacques Louvel Tessier, dans le 10ᵉ à Paris.

00:46:43:18 – 00:46:44:05
Intervenant 4
Un samedi.

00:46:51:02 – 00:47:00:05
Intervenant 10
Nous cherchons la droite, bien sûr, puisque nous avons déjà des témoignages qui nous ont indiqué que la drogue se vendait à profusion et sur le chemin d’accès et à l’intérieur de la.

00:47:00:05 – 00:47:00:14
Intervenant 5
Toile.

00:47:07:09 – 00:47:35:21
Intervenant 5
Puisqu’un web de crowdsourcing world par excellence Web change tous les processus. We are the whole men’s health. Rien se la surcharge l’écran ne semble pas. What else ? What else ?

00:47:39:21 – 00:48:42:20
Intervenant 5
On est une proche de tous. Nous nous faisons tous rien n’est possible se souvient Walter White, faisant référence à la seule à Wall Street de l’essence à la recherche de la réinsertion sociale et plus économique, du pivot de la vie. Non, mais Robert peut mener une vie de geek joyeuse et j’ai vu un lieu écrit du massacre. Howard Winston Churchill en train.

00:48:43:13 – 00:48:45:15
Intervenant 6
De tuer des gens enrôlés de force.

00:48:48:07 – 00:50:15:12
Intervenant 5
Mais au fil des j’ai, l’écrivain et les employés je dois les envoyer tous les ans, explique Paul, faisant un centre de santé saturé. Sa chance, Papy de éclater. Axl Rose, un homme bouillant va t il une médecin, même si sa deuxième fiche Boris Vian, alias flash back. S’il y a un virus et la glace qui traverse les joueurs pour un jour personne faisant l’éloge de massacres de masse, il se souvient de son génie de City, le saint des Saints le coach, le génie.

00:50:16:10 – 00:50:17:24
Intervenant 5
Jusqu’à ce qu’il sera.

00:50:21:20 – 00:50:25:06
Intervenant 6
À l’hôpital qui lui vaut d’être confronté à.

00:50:26:15 – 00:50:33:16
Intervenant 5
La pire ennemie de saint Georges.

00:50:36:01 – 00:50:39:02
Intervenant 5
De la guerre Un exploit.

00:50:39:09 – 00:50:48:20
Intervenant 6
Estime le maire sait qu’il a refusé.

00:50:50:21 – 00:50:59:03
Intervenant 5
Le challenge Le mieux était aujourd’hui mes limites, mais j’ai préféré Marion en hommage aux malades.

00:51:00:22 – 00:51:06:07
Intervenant 6
Rappelle Patrick En gagnant gagnant, je n’en sais rien. C’est à toi.

00:51:08:01 – 00:51:09:05
Intervenant 5
De mieux examiner les.

00:51:09:05 – 00:51:18:10
Intervenant 6
Moindres faits. Avec un de chance en qui soit.

00:51:19:11 – 00:51:26:03
Intervenant 5
En santé, en chirurgie, soit un.

00:51:31:18 – 00:51:32:19
Intervenant 6
Seul joueur d’échecs, soit.

00:51:33:20 – 00:52:33:03
Intervenant 5
Un ménage. Des centaines de places sont mises aux riches. Ça ne change rien puisqu’au blues Aubry a remis un chèque qu’il faut faire en achetant à brève échéance un homme de 50 ans pour tourner une page d’histoire du film Ways My Way to Hell You and Mail de cette Le Bye Bye Bye bye.

00:52:33:11 – 00:52:39:13
Intervenant 6
Tyler a refusé vendredi 25 sur 21.

00:52:40:11 – 00:52:50:19
Intervenant 5
Juin de une virée de juin sur streaming au même moment, mais depuis.

00:52:55:19 – 00:53:07:23
Intervenant 6
De sa mieux possible. Si vous avez un besoin dans la vraie vie.

00:53:10:07 – 00:53:29:02
Intervenant 5
Richard Gere je sens que Sciences Po m’a dit qu’il faisait les dernières sorties scolaires au mois de juillet parce que je suis aujourd’hui blonde.

00:53:49:19 – 00:54:49:06
Intervenant 5
Ou être juif ou être juif.

00:54:58:12 – 00:55:40:01
Intervenant 6
Du du Turc du du.

00:56:11:09 – 00:56:11:21
Intervenant 5
Ou des jours.

00:56:11:21 – 00:57:05:24
Intervenant 6
Paspébiac du du du du et du du.

00:57:22:07 – 00:57:54:14
Intervenant 5
Mois de juillet, presque jour au mois de juillet, a poursuivi.

00:58:20:06 – 00:58:54:17
Intervenant 2
Du Je suis un brillant, tout va bien se passer. Point com. Merci d’être avec nous. Cette émission continue. 20 h 18 Nous sommes en direct pour cette nuit blanche 2022 et nous sommes au transfo dans le 10ᵉ à Paris. N’hésitez pas à nous rejoindre, nous sommes jusqu’à 2 h. Il m’a rejoint Jean-Nicolas Dhygiène. Il est vidéaste et monteur et il travaille avec Jacob.

00:58:54:17 – 00:59:06:08
Intervenant 2
Vous le savez, c’est aussi et surtout le propos de cette soirée essayer de rentrer dans l’âme, dans le crâne et mettre des mots pour essayer de comprendre enfin ce coup de coude intitulé Jacob Christ ça va ?

00:59:06:10 – 00:59:07:22
Intervenant 4
Jean-Nicolas, ça va bien. Et toi.

00:59:08:04 – 00:59:25:08
Intervenant 2
Je suis super chaud. Je me rends compte que je parle de plus en plus. J’espère que c’est pas trop, c’est pas trop pesant pour vous qui nous écoutez. Mais c’est aussi ça l’enthousiasme. Et puis le fait de faire une émission presque dans le vide. Ils sont trois quatre à nous écouter. Merci d’être là. N’hésitez pas à nous écouter avec des casques parce qu’il y a des casque sans fil.

00:59:25:15 – 00:59:37:01
Intervenant 2
Prêté par Life on Mars David, on t’embrasse au passage. Si vous nous écoutez d’en bas, n’hésitez pas à monter pour discuter avec nous de Jacob toi, comment ça s’est passé ? La rencontre avec Jacob ?

00:59:37:21 – 00:59:41:06
Intervenant 4
Écoute, c’était inattendu. On était avec mon.

00:59:41:06 – 00:59:42:03
Intervenant 2
Équipe vidéo.

00:59:42:11 – 00:59:48:03
Intervenant 4
À préparer. Notre a tourné les images pour un anniversaire du Passage. Et là, on croise ce photographe vraiment.

00:59:48:06 – 00:59:49:17
Intervenant 2
Atypique qui se baladait.

00:59:49:17 – 00:59:55:19
Intervenant 4
Partout dans la pièce et qui est venu nous voir et qui a commencé à dire qu’on bosse ensemble, qu’on fasse des projets, etc.

00:59:55:19 – 01:00:07:09
Intervenant 2
Et puis alors on va déployer le mot atypique parce que finalement, c’est un mot fourre tout. Qu’est ce que ça veut dire ? Donc là dessus, tu es au bar et tu vois donc cet être atypique ? Que se passe t il ? Qu’est ce qu’il fait ?

01:00:07:13 – 01:00:34:20
Intervenant 4
Anecdote concrète alors première chose, c’est que c’est que je le connaissais de tête depuis longtemps. Je le voyais passer dans Les Oiseaux, Festival Concrète, Peacock, etc Et là, de le voir juste à côté de moi, c’était assez unique à voir et il y avait. Il a vraiment cette façon d’aller et venir entre différentes personnes ayant un amour de la communication et du contact, avec avec eux, avec l’humain.

01:00:34:21 – 01:00:35:18
Intervenant 4
De manière générale.

01:00:35:18 – 01:00:36:15
Intervenant 2
J’ai noté arch.

01:00:37:07 – 01:00:39:03
Intervenant 4
Arch. OK, ok.

01:00:39:18 – 01:00:40:08
Intervenant 2
On continue.

01:00:41:09 – 01:00:42:18
Intervenant 4
Et bah voilà ce que.

01:00:43:10 – 01:00:50:18
Intervenant 2
Tu dis. Atypique, il était en train de sauter par terre, il braillé, il se déplaçait vite. C’est des choses qu’il est capable de faire. Qu’est ce qu’il faisait à ce moment là ? Il se déplaçait.

01:00:50:18 – 01:00:51:04
Intervenant 3
Rapidement.

01:00:51:04 – 01:01:09:17
Intervenant 4
Effectivement, et surtout, on dirait qu’il a toujours l oreille à l’oreille. Ouverte à 360 degrés, il se fait appeler partout, dans tous les sens. Et chaque fois, il entame une conversation. Puis, après break, il en entame une autre à quelqu’un d’autre. Etc C’est vraiment un débit très très marrant à voir.

01:01:09:18 – 01:01:13:14
Intervenant 2
Ça s’appelle le cocktail, le fric C’est quelqu’un qui y a plein de conversations cocktails.

01:01:13:23 – 01:01:14:03
Intervenant 4
Et.

01:01:14:07 – 01:01:20:24
Intervenant 2
Qui est capable de les arrêter à n’importe quel moment. Parce que c’est aussi ça le principe de la conversation cocktail. Tu as pu échanger des mots avec lui ce soir là ?

01:01:20:24 – 01:01:38:05
Intervenant 4
Ouais, totalement. Et c’est là qu’on a commencé à se dire d’emblée qu’il faudrait qu’on fasse des projets ensemble. Etc. Et donc moi, moi, j’avais eu l’occasion de voir brièvement faire ponctuellement de temps en temps sur son travail et ça me donnait vraiment envie Et dès les premiers contacts, c’est au delà de ce côté, de ce côté conversation ponctuelle que j’évoquais à l’instant.

01:01:38:05 – 01:01:39:00
Intervenant 4
Il y a toujours.

01:01:39:00 – 01:01:42:00
Intervenant 2
Cette intensité qu’on ressent dès le début c’est plus que du cocktail.

01:01:42:00 – 01:01:45:01
Intervenant 4
Ouais, plus que des cocktails. Totalement d’accord. Eh ouais.

01:01:45:16 – 01:01:47:09
Intervenant 2
Et donc tu t’es laissé prendre par son charme ?

01:01:47:10 – 01:01:48:14
Intervenant 4
Ouais, ouais, absolument.

01:01:48:16 – 01:01:58:01
Intervenant 2
Et là, vous êtes dit tiens, si on faisait des trucs ensemble, ça va assez vite avec Jacob, un peu à l’anglo saxonne, il prend pas de détours, on y va. Et puis il est dans l’hindouisme, il fait totalement.

01:01:58:02 – 01:02:13:13
Intervenant 4
Ouais, c’est exactement ça. Et puis dans la foulée, apprend on s’est revus à l’occasion d’une paire, je crois. Et là, on a commencé un petit peu plus parler. Et puis il a commencé à me parler de projet, de monter ce qu’on appelle une pub. Donc c’est un petit œuvre multimédia. Donc c’est en gros comme un diaporama photo ou gros.

01:02:13:14 – 01:02:16:19
Intervenant 4
J’avais fait un montage mettant en avant plusieurs de ces photos qui.

01:02:16:19 – 01:02:17:16
Intervenant 2
Avaient été diffusées.

01:02:18:08 – 01:02:29:22
Intervenant 4
À l’occasion d’un événement. Et ça s’est reproduit aussi à l’occasion du début de l’exposition électro qui avait eu lieu à la Philharmonie il y a quelques années. Et là également, on a eu la chance de retravailler ensemble.

01:02:30:03 – 01:02:37:17
Intervenant 2
Alors il y a des gens qui nous écoutent. On soit des twitts, des avalanches de tweets. J’ai extrait deux tweets, plutôt un qui nous demande qu’est ce que le passage ? Qu’est ce que la Very Bad.

01:02:38:02 – 01:02:39:10
Intervenant 4
À leur passage ? C’est un.

01:02:39:10 – 01:02:42:01
Intervenant 2
Collectif qui organise des teuf depuis.

01:02:43:04 – 01:03:16:08
Intervenant 4
2013 2014, je crois. Et qui a vraiment eu un impact assez fort dans le paysage de la teuf parisienne. Et alors ? La Lapeyrie ? Pas. Je ne suis pas la personne la mieux placée pour définir, mais c’est une suite, une série de soirées qui ont eu lieu pendant plusieurs années, notamment à la porte de la Villette, dans un lieu ou c’est un lieu qui se voulait vraiment libertaire et qui changeait des conventions habituelles et ou les gens venaient se retrouver oublier leurs problèmes du quotidien, etc Et c’est un univers que j’aimais beaucoup.

01:03:16:12 – 01:03:17:00
Intervenant 4
Personnellement.

01:03:18:00 – 01:03:21:00
Intervenant 2
Tu est bien corporate quand tu parles de l’apéro de pâtes ?

01:03:21:04 – 01:03:22:06
Intervenant 4
J’ai trouvé. Oui.

01:03:22:14 – 01:03:45:21
Intervenant 2
Il n’y avait pas de mots clés type sale type c’est brut, type brut pas mal brut aussi. Donc ce sont des soirées déglinguées pour employer un terme des années 90 assez poussé. Et comment s’est passée la collaboration pour la vidéo qu’on peut donc voir ? C’est à l’auditorium, donc au rez de chaussée de ce centre d’accueil. Comment s’est passé que tu peux nous dire sur cette vidéo ?

01:03:46:23 – 01:04:01:03
Intervenant 4
Il y a eu il y a une semaine. Je crois que c’est tellement vrai ça. Il y a Jacob qui m’appelle et qui me dit oui. J’organise un événement à l’occasion de la Nuit blanche dans une semaine. Est ce que ça intéresserait de faire un montage avec différentes vidéos ? J’avoue que j’ai que j’ai filmé au fil des différentes offres que j’ai faites.

01:04:01:18 – 01:04:24:02
Intervenant 4
Et moi, sur le moment, j’avais un petit doute parce que j’ai une semaine, je me suis dit ça va être un peu short. Mais bon, je me suis dit à l’évasion, on fonce. Et dans la foulée, du coup, on a pu. Enfin, j’ai pu récupérer ces fameuses images et du coup, j’ai fait une montage vidéo de neuf minutes avec, en essayant de dynamiser un peu ça et donner un peu de de.

01:04:24:17 – 01:04:46:20
Intervenant 2
De sexy, de sexy. Exactement le faire vivre, c’est diffuser en bas, accompagnée par un DJ set ou plusieurs DJ set qui vont se succéder, qu’on entendra sur cette antenne dans pas longtemps puisqu’on a mis en place grâce à LaTeX, un système qui nous permet de diffuser ce qu’on entend à la radio sur la planète entière. Il faut savoir donc que Jacob filme systématiquement dans toutes les soirées ou il a été c’est une rareté.

01:04:46:20 – 01:05:10:20
Intervenant 2
Peu d’images finalement sont prises dans ces événements ou c’est des images au téléphone portable, plutôt à l’arrache. Et là, on est sûr de la bonne qualité d’image. On est sur du format HD filmé au marque trois cinq D, avec un objectif qui fait quand même la différence de son travail. On aurait pu en parler avec les photographes qui parce qu’il chute en 70 de son et je pense pour moi, c’est vraiment le premier mec que j’ai vu sortir dans ce genre d’événement avec un bon 70 200 qui vaut une fortune.

01:05:11:03 – 01:05:26:21
Intervenant 2
Le Mark trois vaut une fortune et il fait n’importe quoi. Ça c’est bien sûr, mais à l’époque personne ne faisait ça et je pense que c’est aussi ça qui explique la qualité des photos et c’est ce regard qu’il a. Est ce que est ce que tu es d’accord avec moi ? Cyril Le fait qu’il vient il y avait un micro.

01:05:26:21 – 01:05:41:13
Intervenant 2
Cyril Juste pour confirmer ça, parce que finalement c’est un point de vue technique, photographique. Et c’est vrai que c’est agréable de travailler ce genre de vidéo quand la qualité est si bonne. Et puis finalement, c’est du contenu assez rare. Tu confirmes donc Cyril, le 70 de 100 ?

01:05:42:01 – 01:05:47:01
Intervenant 5
Oui, oui, il a beaucoup cette focale pour le boulot aussi. Et je disais que voilà.

01:05:48:20 – 01:05:50:04
Intervenant 4
Dans ses pérégrinations.

01:05:50:04 – 01:05:52:15
Intervenant 5
Il a cassé aussi pas mal de matériel. Ah oui, quand même.

01:05:52:15 – 01:06:13:11
Intervenant 2
Je me demandais mais je l’ai vu tomber avec ces trucs parce que ça pèse son poids aussi dans 70 de son et c’est un objectif qui est assez lourd. Et de faire un kilos cinq à truc comme ça, donc à se trimballer en faisant des pirouettes, des sauts et des conditions. Il fait humide, tu peux te prendre un mec qui crache de l’alcool en feu.

01:06:14:02 – 01:06:23:00
Intervenant 2
Tout est possible quand la nuit devient sauvage, il faut être motivé. C’est ça Et toi donc ? T’as fait peut être avec combien d’heures de rush alors ?

01:06:23:15 – 01:06:31:19
Intervenant 4
Il y en avait cinq à peu près je crois. Et sachant que Jacob avait déjà fait un premier gros, très il y en avait. Je prends un peu plus de 40 heures. Il m’avait dit donc qu’il m’avait fait une bonne partie du boulot.

01:06:31:21 – 01:06:32:17
Intervenant 2
Est ce de la censure ?

01:06:33:24 – 01:06:35:14
Intervenant 4
Non. Oh non.

01:06:36:09 – 01:06:40:04
Intervenant 2
Ça m’étonnerait. Un peu. Toi, tu es bien corporel quand même. Je reste.

01:06:41:00 – 01:06:43:02
Intervenant 4
J’y vais pas trop de vagues.

01:06:43:10 – 01:06:45:20
Intervenant 2
Mais c’est bien, c’est bien aussi. Faut, il faut prendre ses distances.

01:06:45:23 – 01:06:47:18
Intervenant 4
Parfois par rapport aux.

01:06:47:18 – 01:06:52:20
Intervenant 2
Sujets qu’on traite. Et donc d’autres projets en prévision pour pour vous deux ?

01:06:53:01 – 01:06:59:02
Intervenant 4
Alors ? Pas pour l’instant. Mais qui sait de quoi demain sera fait ? C’est toujours un plaisir de travailler avec lui en tout cas.

01:06:59:10 – 01:07:10:14
Intervenant 2
Et c’est un appel qui est fait quelque part. Ouais Jacob, si tu en tongienne il te parle, il a envie de continuer de travailler avec toi.

01:07:10:14 – 01:07:11:19
Intervenant 4
Merci pour cette chaleur humaine.

01:07:11:20 – 01:07:37:13
Intervenant 2
Merci à toi et merci pour ton temps. Vous qui êtes ici, vous qui êtes chez vous, n’hésitez pas à nous rejoindre. C’est au premier étage du centre d’hébergement Emmaüs Solidarité. C’est au 36, rue Jacques Louvel, Tessier, dans le 10ᵉ. À Paris, c’est la Nuit Blanche 2022. Et la musique reprend ses droits. Je vous propose un morceau. Avant qu’on écoute le DJ, qu’on ne connaît pas, on n’a pas son nom non plus.

01:07:37:14 – 01:07:42:17
Intervenant 2
Je vais faire une balade aussi. Je vais me balader dans ce lieu. C’est à venir. 20 h 30 déjà. Dites donc.

01:07:42:17 – 01:07:43:15
Intervenant 4
Incroyable !

01:07:44:04 – 01:07:45:20
Intervenant 1
Tout va bien se passer comme.

01:08:14:18 – 01:08:15:06
Intervenant 5
Ça quand même.

01:08:15:10 – 01:08:17:20
Intervenant 6
MEC qui avoue manquer tout ça.

01:08:38:00 – 01:08:47:01
Intervenant 3
Catharsis, installation vidéo, photos, images, solidarité. Participe à cette édition de Nuit blanche en invitant le photojournaliste Jacob Christ et la plasticienne Julie Savoie.

01:09:06:23 – 01:09:08:11
Intervenant 3
C’est à dire l’intégration.

01:09:10:18 – 01:09:12:08
Intervenant 5
À son action.

01:09:13:10 – 01:09:17:19
Intervenant 6
Dans son sens, en fonction dans la compréhension.

01:09:17:24 – 01:09:38:06
Intervenant 3
Jacob pousse la tête à fond le grec ancien. Vérification. Séparation du groupe avec le mauvais est un rapport à l’égard des passions. Un moyen de les convertir selon la philosophie aristotélicienne relative à la rhétorique, à l’esthétique et à la politique. De nos jours, on analyse à la suite de Sigmund Freud. La catharsis est tout.

01:09:38:06 – 01:09:39:11
Intervenant 1
Autant une remémoration.

01:09:39:11 – 01:09:55:23
Intervenant 3
Affective qu’une libération de la parole. Elle peut mener à la sublimation des pulsions. En ce sens, elle est l’une des explications données aux rapports d’un public, à un spectacle en particulier au théâtre La catharsis permet de se purger de ses passions. En psychanalyse, la catharsis est un concept.

01:09:55:23 – 01:09:56:24
Intervenant 1
Apparu pour la première.

01:09:56:24 – 01:10:21:21
Intervenant 3
Fois en 1893 dans la communication préliminaire qui servira de premier chapitre aux Études sur l’hystérie en 1895 de Joseph Bruyère et Sigmund Freud. C’est la prise de conscience par laquelle un sujet se remémore un événement traumatique passé le revit puis le dépasse dans le cadre d’une cure psychanalytique. La catharsis repose sur la réaction des affects liés automatisés, c’est à dire la décharge émotionnelle qui accompagne la prise de conscience.

01:10:22:11 – 01:10:42:17
Intervenant 3
La catharsis est ainsi le processus parfois émotionnellement violent, au travers duquel le sujet se libère du refoulement. La catharsis est le premier pas nécessaire d’une mise à distance ou d’une objectivation du trauma qui peut aboutir à un véritable processus de paix, d’élaboration de l’événement, c’est à dire son intégration par les moyens du langage. Dans l’histoire du sujet.

01:10:43:15 – 01:10:45:08
Intervenant 1
Tout va bien se passer comme.

01:10:48:05 – 01:11:48:23
Intervenant 6
Si on se berce du du du subversion, du son, du souvenir du.

01:12:09:02 – 01:12:50:04
Intervenant 5
Son dans la tension entre son sont dans la tension qui sont en augmentation constante dans le temps. En attendant, dans le temps, dans son ensemble, son action, son champ d’action son champ d’action sans son champ d’action ou son intervention On action.

01:12:50:09 – 01:13:13:13
Intervenant 6
On entend son action sans son vendredi 15 avril 1943.

01:13:13:14 – 01:13:33:11
Intervenant 3
Trois de l’après 12 h. J’ai été obligé d’interrompre mon travail et de rentrer à mon domicile, étant pris d’une agitation importante accompagnée de léger laisse à la maison, je m’y attendais et sombrer dans un état d’intoxication pas déplaisant, caractérisé par une imagination aiguë. En fermant les yeux, je me sentais comme dans un rêve, la lumière du jour.

01:13:33:12 – 01:13:34:04
Intervenant 1
Ayant un éclat.

01:13:34:04 – 01:13:45:03
Intervenant 3
Désagréable. Je voyais défiler comme dans un kaléidoscope, une suite ininterrompue d’images fantastiques, de formes incroyables et d’un jeu de couleurs extraordinaires. Après 2 h, cet état disparut peu à peu.

01:13:46:13 – 01:13:48:04
Intervenant 1
Tout va bien se passer, point comme.

01:13:50:23 – 01:13:53:21
Intervenant 5
Un langage off page sur la.

01:13:53:21 – 01:13:54:11
Intervenant 4
Plaie.

01:13:56:15 – 01:14:12:05
Intervenant 5
En main. Pourquoi la vitesse étoile peut, de part faire un tour de table ou de wise pi, continue You. Mais les deux séquences.

01:14:20:11 – 01:15:21:19
Intervenant 2
Semblent d’ailleurs tout va bien se passer pour une commande directe du Transfo C, 36, rue Jacques Louvel Tessier, dans le 10ᵉ arrondissement de Paris, n’hésitent pas à nous rejoindre. Les gens commencent à être nombreux ici, il y a une jauge. Alors si vous voulez faire partie de notre groupe, de notre communauté de résistants rêveurs, rejoignez nous maintenant c’est aujourd’hui.

01:15:21:24 – 01:15:25:00
Intervenant 5
C’est en effet le grand événement.

01:15:27:14 – 01:15:31:05
Intervenant 6
La formation qui.

01:15:31:22 – 01:15:34:11
Intervenant 5
A toujours pour bien.

01:17:16:17 – 01:17:21:17
Intervenant 1
C’est ce qui nous rapproche Toi et moi, on est des survivants.

01:17:21:17 – 01:19:32:08
Intervenant 6
C’est une suite c’est une ivresse littéralement sortie tout droit de.

01:19:33:05 – 01:19:33:23
Intervenant 2
La nature.

01:19:33:23 – 01:19:38:11
Intervenant 4
Avait à l’époque interdit aux clubs anglais de poursuivre leur soirée après les 3 h du matin.

01:19:38:17 – 01:19:46:01
Intervenant 2
La jeunesse londonienne refuse de se coucher si tôt, désertent alors les boîtes de nuit au profit de rassemblements clandestins dans des forêts.

01:19:46:06 – 01:19:53:15
Intervenant 4
Ou des usines désaffectées. Un nouveau concept est né et dans ce genre de soirées, rien n’est interdit. Les délires les plus sont possibles.

01:19:54:24 – 01:20:09:01
Intervenant 2
Peut être. C’est peut être ce qui va se passer ici. Des délires de plus en plus dingues. En tout cas, ils sont de plus en plus nombreux. Ceux qui sont autour de nous, ça va les gars ? Vous êtes deux. Vous voulez vous rapprocher ? Vous voulez parler de Jacob qui voulait parler de ce qui se passe ici ? Approchez vous, prenez un micro.

01:20:09:01 – 01:20:25:20
Intervenant 2
Non, ils me font non de la tête. C’est malheureux, toi qui ne fait pas non de la tête, veux tu venir me parler ? Ça ne l’intéresse visiblement pas. Il ne montant pas, ce n’est pas du déni, c’est juste qu’il ne m’entend pas. Quelqu’un désire t il évoqué des choses ? Je crois, je crois. Le texte qui va être temps.

01:20:26:03 – 01:20:32:11
Intervenant 2
Il va être temps de passer de passer par ce moment ou nous allons nous déplacer. Déplacé dans cet espace.

01:20:32:14 – 01:20:39:00
Intervenant 4
Je n’ai pas peur de mourir. J’ai peur de ne pas avoir assez vécu. Et oui.

01:20:39:14 – 01:20:54:07
Intervenant 2
C’est ça qu’on se dit aussi ici, c’est qu’il ne faut pas perdre de temps. Tout va très vite, tout va très vite. Les gars, la vie file, vous rendez même pas compte. Et quand vous passez du temps dans une rave, dans une fête illégale et pas le temps, il devient simple, il devient chewing gum, il devient coulant sous vos pieds.

01:20:54:07 – 01:21:28:11
Intervenant 2
Vous ne savez plus quelle heure il est exactement et ce n’est pas uniquement dû aux produits stupéfiants qui soi disant, tourneraient dans ces environnements. Non, c’est juste que vous prenez le temps pour vous de vous oublier dans la musique, votre corps vous guide à droite, à gauche, vous ne pensez plus du tout à qui vous êtes. Vous êtes tout simplement C’est le temps qui.

01:21:28:11 – 01:21:28:19
Intervenant 4
Passe.

01:21:30:20 – 01:21:40:20
Intervenant 2
Dans la machine. Quand tu danse, quand tu danse dans la machine et que tu te demande bien ce qui se passe, et optimale se remette à bouger, tu deviens dingue, tu deviens complètement dingue.

01:21:50:14 – 01:22:06:01
Intervenant 2
J’utilise souvent Wikipédia pour repréciser le propos, pour nous dire de quoi exactement on parle. C’est pourquoi j’ai décidé d’extraire la définition de la rêve sur Wikipédia pour donner un peu de contenu, de corps, de profondeur à cette émission.

01:22:06:06 – 01:22:07:09
Intervenant 1
Une rave party ou.

01:22:07:09 – 01:22:16:16
Intervenant 3
Simplement rave est un rassemblement autour de la musique électronique underground habituellement organisée en pleine nature ou dans des lieux déserts, entrepôts désaffectés, usines.

01:22:16:16 – 01:22:17:09
Intervenant 1
Abandonnées.

01:22:17:09 – 01:22:47:23
Intervenant 3
Etc, Les genres musicaux joués lors de rave party incluent notamment aux musiques new beat, techno, hard, techno, hard core, trance, trance, goa, trance, psychédélique, tribe, trip core, drum and bass breakbeat, bref core, minimal, industriel, techno, spector et autres formes de heavy bass music. Sans oublier les genres représentés sur le chill out, espace d’une rave consacrée à la musique électronique douze qui inclut ambient aussi bien du glitch, trip hop, etc.

01:22:51:23 – 01:23:15:14
Intervenant 2
Voilà donc pour la définition précise de Wikipédia de la rave c’est la REV. Cet endroit ou les choses ne sont pas comme ailleurs, cet endroit de liberté ou tout est possible Tu peux te rapprocher de l’autre. C’est vrai que s’il te tape deux fois sur l’épaule, ça veut dire qu’il ne veut pas de toi. Mais le reste du temps, tout est possible.

01:23:16:07 – 01:23:20:05
Intervenant 2
Le rapprochement l’amour, l’humour.

01:23:20:20 – 01:23:22:16
Intervenant 4
La fête et Jacob s’installent à.

01:23:22:22 – 01:23:30:08
Intervenant 9
L’ombre des oiseaux caressés. Sabots ailes bronzées au lait de coco.

01:23:30:15 – 01:23:39:07
Intervenant 4
C’est pour toi, Jacob, l’ombre des oiseaux. Caresser ça pour un bon œil au lait de coco. Coco Jacob.

01:23:47:22 – 01:24:14:06
Intervenant 2
Instant porn. Ici, les gens se divertissent parce qu’être nus, finalement, c’est rien. Quand tu es bien avec toi même, quand tu es bien avec les autres et que face à toi, personne ne te juge. Oui, tu as des grands pieds et c’est pas grave. Oui, tu aimes danser sur un pied, c’est pas grave. Oui, tu n’as plus de cheveux, c’est pas grave, tu as de Lang, ce n’est pas grave.

01:24:16:16 – 01:24:35:15
Intervenant 2
Tu aimes le lait de coco. C’est pas grave car Jacob est là. Et quand Jacob est là, tout se passe en général bien même si certains vont dire que c’est pas bien passé. Lui, il le sait, tout s’est bien passé à Stanford, tout va bien se passer comme.

01:24:35:18 – 01:24:36:12
Intervenant 4
Chambre à air.

01:24:38:20 – 01:24:43:02
Intervenant 6
De nombreux oiseaux.

01:24:44:00 – 01:24:44:15
Intervenant 4
Carnassiers.

01:24:44:15 – 01:25:23:09
Intervenant 6
Sa grand mère au lait de coco du et au lait de coco.

01:25:40:02 – 01:25:56:16
Intervenant 2
Eh bien, c’est fini, non ? Les gens sont rapprochés. C’est l’avantage d’une musique feu de bois. Antoine, par exemple, est en face de moi. C’est un ami de Jacob. Jacob est également présent, mais il repart. Il a toujours un micro sur lui. Il va s’adresser à nous. Quelle chance nous avons ! Ça va, Antoine ? Super merci. Merci d’être avec nous.

01:25:56:17 – 01:26:05:01
Intervenant 2
Merci de passer ce temps avec nous. Est ce que tu peux nous dire comment ça s’est passé cette rencontre avec l’animal triste ?

01:26:06:05 – 01:26:08:16
Intervenant 4
Oui, bien sûr. La première rencontre.

01:26:08:23 – 01:26:11:00
Intervenant 2
Alors parle bien devant le micro stp. Merci.

01:26:11:13 – 01:26:13:12
Intervenant 4
La première rencontre, je l’ai rencontré en soirée.

01:26:13:24 – 01:26:15:13
Intervenant 2
Et quelle soirée !

01:26:15:21 – 01:26:19:05
Intervenant 4
C’était c’était au hasard.

01:26:19:13 – 01:26:28:03
Intervenant 2
Oui, elle parle bien devant le micro. C’était la toute première fois et je me suis demandé qui est de cette personne. C’est à dire ? Qu’est ce qu’il faisait pour qu’il puisse te demander cela.

01:26:28:17 – 01:26:30:24
Intervenant 4
Avec des roulades ?

01:26:31:17 – 01:26:39:07
Intervenant 2
Avec son appareil photo ? Avec son appareil photo ? Toujours avec son appareil photo. Et je me suis dit c’est qui cette personne ? Et puis la soirée se.

01:26:39:07 – 01:26:43:16
Intervenant 4
Passe et je vais en after et en after. Je le retrouve alors after.

01:26:43:16 – 01:26:47:02
Intervenant 2
Pour ceux qui n’ont pas forcément de culture logique C’est le moment.

01:26:47:03 – 01:27:07:05
Intervenant 4
Après une soirée dans un appartement et faisait très très chaud, très très beau. Et là, j’ai rencontré Jacob et on a commencé à discuter, etc et j’ai trouvé que c’était une personne hyper intéressante. Je descends de la terre pour m’en aller et j’habite très loin de lui. Dans 91, After est d’être dans le nord de Paris Ouais.

01:27:07:16 – 01:27:09:22
Intervenant 2
Et du coup je descends. Il arrive quelques minutes.

01:27:10:01 – 01:27:31:09
Intervenant 4
Après une femme qui suivait. Je rentrais chez moi et j’étais sûr. J’ai Je vais essayer en tout cas. Bon bah si tu veux, viens chez moi. Et puis tu vas dormir tranquillement. Je vais te faire à manger. Tu vas dormir tranquillement Et là, on a commencé à discuter. Etc. Et puis. Et puis voilà qu’on est devenus amis. Puis on a continué à faire des soirées, à se voir.

01:27:32:05 – 01:27:52:13
Intervenant 2
Donc c’était le déclic. C’est le moment des mots clés. Comment tu te définirais ce personnage ? Justement parce que je fais une liste de mots clés. Je peux d’ailleurs faire un premier résumé. On a artistes surprises, humains, ailleurs. Dépasser les limites. Catalyseurs négatifs ou positifs. Sniper bienveillant, mystérieux, décalé, grain de folie.

01:27:52:13 – 01:27:54:08
Intervenant 4
H Je dirais intense.

01:27:54:09 – 01:28:05:13
Intervenant 2
Intense, pas mal, il fallait le dire. Intense, je note. Ouais, et qu’est ce que tu t’es pas dit que c’était louche ? Il a de faire un plan chelou, t’amener chez toi parce que finalement, des gens aussi ouverts, c’est rare, non ?

01:28:08:06 – 01:28:14:08
Intervenant 2
Oui, mais non. OK, ça s’est bien passé dans ses yeux. On a senti que le feu de cheminée n’était pas loin.

01:28:15:01 – 01:28:16:07
Intervenant 4
Exactement, exactement.

01:28:16:09 – 01:28:18:16
Intervenant 2
Et je suis aussi très ouvert.

01:28:18:16 – 01:28:20:15
Intervenant 4
Aux rencontres avec les humains. Donc ça se.

01:28:20:15 – 01:28:21:02
Intervenant 2
Voit dans tes.

01:28:21:02 – 01:28:21:09
Intervenant 4
Yeux.

01:28:22:16 – 01:28:36:00
Intervenant 2
Tu as l’air, tu as l’air bonbon. Tant mieux Bonjour Jacob, puisque tu as un micro et un sandwich industriel. Je ne parle pas dans le sandwich industriel, c’est un sandwich suédois.

01:28:36:07 – 01:28:42:24
Intervenant 7
Voilà un peu comme moi plus je me souvenais plus du tout.

01:28:43:21 – 01:28:44:22
Intervenant 2
De cette rencontre. Ouais.

01:28:45:15 – 01:28:50:05
Intervenant 7
C’est vrai, pour moi, c’était juste avant. J’avais donné mon lit à manger tout seul.

01:28:50:14 – 01:28:55:05
Intervenant 2
Il y a beaucoup de moments que tu récupères comme ça par le biais d’autres personnes. Tu as beaucoup de d’absences ?

01:28:56:04 – 01:29:01:00
Intervenant 7
Ben non, mais c’est vrai qu’il y a beaucoup trop de richesse. Et puis on oublie aussi D’ailleurs, si on est là ce soir, c’est pas pour l’oubli.

01:29:01:10 – 01:29:02:07
Intervenant 2
L’oubli, c’est à dire ?

01:29:02:08 – 01:29:10:20
Intervenant 7
Voilà pour passer à la suite et du coup couper avec le passé. Et du coup, non, pas avant tout. On a aussi une belle Red qu’on a fait un jour après un.

01:29:11:15 – 01:29:12:17
Intervenant 2
Apéro devenu apéro.

01:29:12:17 – 01:29:13:12
Intervenant 7
Twitter.

01:29:13:23 – 01:29:16:22
Intervenant 2
Voit ça parce que ça court alors ?

01:29:17:07 – 01:29:18:02
Intervenant 7
Je n’avais pas payé pour ça.

01:29:19:03 – 01:29:23:05
Intervenant 4
Et donc je crois que c’est la suite de cette rencontre.

01:29:23:15 – 01:29:26:19
Intervenant 7
Si le lendemain, en fait, on est allé à l’apéro tout nu après le soir.

01:29:27:07 – 01:29:28:07
Intervenant 2
Qu’est ce qu’on avait retenu ?

01:29:28:10 – 01:29:30:14
Intervenant 7
C’est Aladin, mais il faut en parler. Aladin, il est.

01:29:30:23 – 01:29:31:18
Intervenant 2
Il est plus loin d’être dans.

01:29:31:18 – 01:29:32:12
Intervenant 5
Le coin, ok.

01:29:33:03 – 01:29:47:24
Intervenant 7
Et oui, on est parti avec Max. Après, dans une dans une free partie du champ de la machine ou il y a pas mal de personnes. Ce soir, ils sont là puisqu’ils ont mis leurs moyens à disposition et on est parti, on est parti. Superlol à 91 ans et Robert et tout traverse une forêt pour finir dans un bunker.

01:29:48:10 – 01:29:50:16
Intervenant 7
Ça c’était, c’était assez fou et épique.

01:29:50:16 – 01:30:06:19
Intervenant 2
On dirait une fois de plus ces jours de soirée que tu passes souvent toi Antoine. Les soirées aussi surprenantes quand tu racontes que t’as fait teuf dans un bunker, c’est pas tout le monde qui va dire ça non plus. Ni les apéros tout nus d’ailleurs. D’accord, c’est vrai non plus. Moi, par exemple, je n’ai jamais fait d’apéro tout nu.

01:30:06:21 – 01:30:08:01
Intervenant 4
C’est quelqu’un d’extrêmement.

01:30:08:01 – 01:30:08:12
Intervenant 2
Pudique.

01:30:08:19 – 01:30:25:22
Intervenant 4
De base. Enfin, je peux complètement finir en caleçon dans une soirée, mais au delà de ça, pas du tout. Donc tout nu, c’est vraiment une étape extrême et je me réveille le matin et Jacob me dit d’aller faire un apéro tout nu chez Ah ok, bon, c’est la veille de mon anniversaire, c’est dans un squatt.

01:30:25:22 – 01:30:26:06
Intervenant 2
C’est pas.

01:30:26:06 – 01:30:27:03
Intervenant 4
Dans un lieu.

01:30:27:11 – 01:30:33:21
Intervenant 2
Libertin, échangiste, etc. Donc je me suis dit si une occasion il était super chaud, c’était la canicule, c’est l’occasion.

01:30:34:14 – 01:30:39:09
Intervenant 4
Donc voilà on est parti faire ça. C’est une très très bonne expérience. Et effectivement, c’est grâce à Jacob.

01:30:39:21 – 01:30:51:02
Intervenant 7
Je crois qu’on est arrivé sur la scène de la pub, mais c’est vrai que moi ça ne m’intéresse pas trop trop. Les trucs, c’est ce que je reproche aujourd’hui. Si on en parle plus tard à la fête entre guillemets, qui a un peu récupéré le côté un peu Jacquie et Michel de la fête, je m’en fous un peu.

01:30:51:06 – 01:31:15:14
Intervenant 2
Ça, c’est le supermarché isation des zones d’autonomie, temporaire en quelque sorte. Voilà ou il y a des espaces de garde, ou il y a des espèces de prix et des espèces de maintenant, c’est le clubbing et très très hardcore. En termes de sécurité, j’ai l’impression que c’est difficile de sentir libre dans les clubs actuellement. Donc c’est une vraie soupape c’est free party.

01:31:17:01 – 01:31:32:23
Intervenant 7
Ça dépend à Paris de se sentir libre et ça dépend pour qui. Je ne sais pas trop. C’est pas si ça a vraiment changé aussi. Enfin, en tout cas, sur l’apéro tout nu, je crois qu’on était arrivé sur la fin pour y revenir et que la liberté, on l’a eue après en partant tout nu dans l’Essonne. Non, pas du tout.

01:31:33:17 – 01:31:35:12
Intervenant 7
Mais plus on était vraiment heureux, je ne sais plus.

01:31:35:21 – 01:31:36:07
Intervenant 2
Si on était.

01:31:36:07 – 01:31:36:15
Intervenant 7
Tout nu.

01:31:38:09 – 01:31:38:24
Intervenant 2
C’est obligatoire.

01:31:39:18 – 01:31:49:02
Intervenant 7
Ouais, c’est ça, dans la rue aussi. Je sais pas. Ce n’était pas le but de l’objet. D’ailleurs, ce soir, on n’était pas venu là pour ça. Et puis on ne sait pas comment ça va finir. Ce n’était pas le cas.

01:31:49:02 – 01:31:51:23
Intervenant 4
L’enchaînement des événements, qui était assez intéressant, parle.

01:31:51:23 – 01:31:52:21
Intervenant 2
Bien de Menthon micro-société.

01:31:52:22 – 01:31:56:20
Intervenant 4
Enchaînement des évènements qui était qui était intéressant de toutes.

01:31:56:20 – 01:31:58:04
Intervenant 2
Ces rencontres et ces lieux différents.

01:31:58:04 – 01:32:05:08
Intervenant 4
Qu’on a pu voir quand on est passé du club, squatte à la rive, dans les bois. Et aussi le parcours qu’on a fait dans la.

01:32:05:08 – 01:32:06:23
Intervenant 2
Forêt aussi avec des gens que je ne connaissais.

01:32:06:23 – 01:32:10:22
Intervenant 4
Pas ou on s’est réveillé. Les gens ont trouvé plus notre chemin. C’était.

01:32:11:09 – 01:32:13:01
Intervenant 2
On est allé en taxi aussi à cette trêve.

01:32:13:12 – 01:32:35:17
Intervenant 7
Donc c’était en fait illustre surtout le fait de faire des rencontres vraiment dans la nuit et d’aller jusqu’au bout, de se permettre de rentrer dans des Etats ou on vit. On va aller jusqu’au bout et le bout, pour moi, ce n’est pas un rapport sexuel ou je ne sais quoi consommer. En tout cas, c’est vraiment d’aller au bout pour mettre en pratique finalement tous les rêves, tout ce qu’on a lu, entendu dans la littérature, dans les filles, dans la vie.

01:32:35:17 – 01:32:44:19
Intervenant 7
C’est ça que pour moi, c’est un laboratoire. Et si on change d’état de conscience, si on prend des choses qui vont nous faire oublier la fatigue ou les choses comme ça, on va pouvoir vraiment aller jusqu’au bout.

01:32:44:23 – 01:32:52:17
Intervenant 2
C’est une sorte de carnaval. Tu fais le carnaval dans ta tête à toi, quoi. C’est à dire qu’il renverse les rôles, que tu retournes les situations. Tu es, tu es libre quelque part, symboliquement ?

01:32:52:18 – 01:33:09:13
Intervenant 7
Pas forcément. Tu peux tout explorer, donc il n’y a pas, il n’y a pas de finalité, tu ne sais pas. Ça va dépendre, ça dépend de ce que tu vis à ce moment là aussi. Et c’est en ça que tu peux argumenter beaucoup de choses et réfléchir. Moi, ça a toujours été en accord avec ce que je disais en parallèle, ce que j’écoutais, ce que la société vivait.

01:33:09:14 – 01:33:14:07
Intervenant 2
Je lui parlais de Dorian Gray. Tu veux parler d’Oscar Wilde ? Tu parles de quelle lecture.

01:33:14:11 – 01:33:26:18
Intervenant 7
Donne aujourd’hui Le Figaro et Le Figaro ? Beaucoup plus large, je plaisante. Mais tu fais de la veille dans tous les domaines. Quand t’es dans la société, ton immersion possède le journal de Mickey aussi.

01:33:27:00 – 01:33:36:24
Intervenant 2
D’accord, ça veut dire que dans cet espace free party rêve fêtes illégales tu vas te ressourcer aussi en termes du dire tu vas te nourrir.

01:33:36:24 – 01:33:44:04
Intervenant 7
Tu vas vivre et en fait, peu importe ou tu es quoi. C’est le but. C’est quand même d’une quête de liberté pour moi à la base, Et ou est ce que tu la trouble ? La liberté.

01:33:44:17 – 01:33:46:06
Intervenant 2
Donc ce qui.

01:33:46:19 – 01:33:51:09
Intervenant 7
Va peut être en étant en étant ici, mais parce qu’on a construit, on a construit la chose, la vigueur.

01:33:51:23 – 01:34:04:16
Intervenant 2
Il y a beaucoup de gens qui vont dans des rêves comme ça. Ici, vous êtes, vous êtes tous familiers avec ce qu’est une rêve. Comment ça s’organise et tout ça ? Oui, on me dit oui, plutôt, on est face à une vraie assistance. Logique quoi.

01:34:04:23 – 01:34:24:07
Intervenant 7
Je pense qu’il n’y a pas de moi. Je voulais pas tomber là dedans, être porte parole de quoi que ce soit. Il y a beaucoup de rôles qu’actuellement et depuis des années sur des sujets avec des gens qui débattent, etc Et je trouve ça extrêmement pauvre souvent parce que justement, on peut sortir des il y a quand même des quelques vérités, quelque angle intéressant.

01:34:24:19 – 01:34:36:02
Intervenant 7
Mais globalement, souvent, ce sont des personnes qui parlent de leur point de vue, qui enferme les choses. C’est comme ça que j’ai arrêté d’appeler les gens, les gens, puisqu’il n’y a pas de gens, on va à la rencontre de chaque personne et chaque personne est un être. Et du coup.

01:34:36:02 – 01:34:37:11
Intervenant 2
Il est loyal. Alléluia !

01:34:38:02 – 01:34:38:10
Intervenant 7
Mais chaque.

01:34:38:11 – 01:34:39:10
Intervenant 2
Personne est un aidant, mais il y.

01:34:39:16 – 01:34:57:02
Intervenant 7
En avait et en dehors de ça. C’est plutôt comme ça que je mets les choses. Et les gens, c’est quand même en disant on ou les gens, etc C’est comme ça que je me suis rendu compte que je mettais aussi la dans toutes mes peurs. Toute tentation d’une espèce de conglomérat pas possible alors que finalement la teuf, la défonce et tout ça, ça m’a permis d’exacerber plutôt des sensibilités, de réfléchir, de les digérer.

01:34:58:03 – 01:35:13:00
Intervenant 7
Et justement de casser avec ce truc là Après, je peux pas venir. J’ai toujours cherché une forme de justesse. Je ne peux pas venir ici pour globalement enfermer tout un tas de choses et dire voilà, je peux parler d’expérience, faire rencontrer des personnes et on ira danser.

01:35:13:01 – 01:35:28:19
Intervenant 2
Mais elle est intéressante cette expérience, parce que toi, tu ne viens pas particulièrement du milieu de la nuit. On parlait de reconversion avec l’un de tes collègues qui passait tout à l’heure nous parler de toi. Tu peux nous parler de ce passage. On a parlé avec Emmanuel et Cyril, avec qui il a fait cette formation de photojournaliste.

01:35:28:19 – 01:35:30:02
Intervenant 7
Après ce qui est intéressant, c’est que.

01:35:30:02 – 01:35:31:07
Intervenant 2
C’est ce que je te demande qui est intéressant.

01:35:31:08 – 01:35:32:13
Intervenant 7
Jack Ouais, mais ça.

01:35:32:13 – 01:35:32:24
Intervenant 2
Que je te demande.

01:35:34:12 – 01:35:51:22
Intervenant 7
Oui, mais justement, chacun a sa propre vérité. Il y a plusieurs lectures. Tu vas voir les personnes qui pour moi, vont voir effectivement le fauve, les trucs comme ça. Et je pense que ça, je l’ai bien joué. Après, en parallèle, je vais pas forcément toujours me dévoiler, me mettre à nu aussi, dans la plus grande sensibilité. Et des fois même, je me suis rendu compte avec beaucoup d’être et sans jugement de valeur.

01:35:52:05 – 01:36:04:24
Intervenant 7
Mais finalement, qui ne n’était pas du tout sensible à ça, qu’il entendait même pas. Et je me suis aussi beaucoup rendu compte, en exposant toutes ces dernières années, que finalement je n’étais pas mal exposée. On ne retenir que l’on voulait bien retenir aussi ou voir.

01:36:05:03 – 01:36:05:19
Intervenant 2
L’étiquetage.

01:36:05:21 – 01:36:20:09
Intervenant 7
Alors. Mais quand ? Des fois, et j’ai souvent été quand même dans une certaine énergie et une certaine. Finalement, une certaine violence de devoir se fait autant d’énergie ou de choses comme ça, ça peut marcher, ça peut choquer, ça. Je peux tout à fait le entendre, mais c’est pour ça que je vais pas. Oui, partir plus encore des lieux.

01:36:20:09 – 01:36:21:02
Intervenant 7
Là, tu.

01:36:21:02 – 01:36:26:14
Intervenant 2
M’aimes encore ça réellement je ne sais pas qui s’énerve comme ça. Je pense tu à choquer des gens en fait.

01:36:27:05 – 01:36:28:23
Intervenant 7
Donc on a vécu ensemble avec un gourou.

01:36:30:06 – 01:36:30:12
Intervenant 2
Ou ils se.

01:36:30:12 – 01:36:38:03
Intervenant 7
Rappellent pas quand on est dans le confinement. Faire une séance de méditation avec un gourou qui disait un gourou nazi.

01:36:39:24 – 01:36:42:18
Intervenant 2
Et pas de côté pour comprendre cette reconversion. Jacob Qu’est ce que.

01:36:43:03 – 01:36:44:06
Intervenant 7
Il y a eu ? Mais il n’y a pas eu de reconversion.

01:36:44:18 – 01:36:47:05
Intervenant 2
Parce que tu étais quand même dans le secteur informatique de communautés.

01:36:47:05 – 01:36:48:04
Intervenant 7
Absolument pas.

01:36:48:04 – 01:36:48:17
Intervenant 2
À plaindre.

01:36:49:03 – 01:37:06:18
Intervenant 7
Oui, je suis né un jour et depuis ce jour j’ai grandi et j’ai fait une recherche. Et dans cette quête de recherche, il y a des rencontres, il y a des réflexions. Et donc tu t’intéresses à plein de choses. Ça, c’est être défini par un métier ou une activité et d’avoir fait du hacking, de me passionner pour ça, de faire de la musique, de faire ce que tu feras de bon.

01:37:07:00 – 01:37:09:20
Intervenant 7
Qu’est ce que tu fais ? Tu t’es reconverti.

01:37:09:22 – 01:37:11:23
Intervenant 2
Moi, j’essaye de te faire dire.

01:37:12:10 – 01:37:20:02
Intervenant 7
Ce que tu risques autant que t’as envie d’entendre des choses. Voilà comme tout un tas de personnes qui veulent enfermer la parole. D’une certaine manière, on laisse libre cours, le.

01:37:20:02 – 01:37:23:24
Intervenant 2
Genre, le gens ou lettres comme tu l’appelles, qui nous écoute, qui se dit tiens.

01:37:23:24 – 01:37:39:24
Intervenant 7
Mais on en a rien à foutre, il n’a qu’à venir. Ce qui est important, c’est ce qu’on va vivre ici, on en a rien à foutre. Ce qui est intéressant, c’est que tu peux notamment laisser une trace aussi et oral. Et moi, ce que je veux laisser et c’est pendant des photos, j’en ai rien à foutre. C’est simplement au moins de pouvoir effectuer des choses justes et notamment pour les enfants.

01:37:39:24 – 01:37:48:11
Intervenant 7
C’est le futur. Pour les choses comme ça, c’est tout mais j’ai rien. Je n’ai pas à m’imposer, je préfère m’effacer et par contre avoir qu’on nourrisse quelque chose de beau ou de lumineux.

01:37:48:14 – 01:37:51:03
Intervenant 2
Mais c’est ce qui est normalement le positionnement d’un photographe mais.

01:37:51:03 – 01:37:56:08
Intervenant 7
Je ne suis pas photographe Jacob. Et ça, c’est mon ami Alexandre qui vient d’arriver. Super ! Et justement.

01:37:56:10 – 01:37:57:14
Intervenant 2
Vincent, Bienvenu Vincent.

01:37:57:24 – 01:37:58:04
Intervenant 7
Oui.

01:37:58:24 – 01:38:00:21
Intervenant 2
Je ne suis pas photographe, je suis Jacob.

01:38:00:21 – 01:38:01:08
Intervenant 5
Je note un.

01:38:01:11 – 01:38:04:12
Intervenant 2
Casque parce que ça tue. Pas obligé de mettre le casque du corps d’Abel tu.

01:38:04:14 – 01:38:05:17
Intervenant 5
Alexandre Bienvenue.

01:38:05:17 – 01:38:07:18
Intervenant 2
Alexandre. Comment tu connais Jacob ?

01:38:07:21 – 01:38:09:17
Intervenant 5
Déjà tout.

01:38:09:17 – 01:38:11:03
Intervenant 2
Neuf ? C’est toi ou neuf.

01:38:11:08 – 01:38:12:18
Intervenant 5
Spin off spin off ?

01:38:12:19 – 01:38:15:06
Intervenant 2
Ah oui, j’ai vu ça. J’ai vu que tu me suivait sur mes story.

01:38:15:11 – 01:38:15:15
Intervenant 5
Et.

01:38:16:07 – 01:38:26:20
Intervenant 2
Je suis Jacob. Je note les plus grandes phrases toi t’es rajouté intense comme mot clé. Antoine Merci beaucoup, donc tu me rappelle ton prénom parce que tout va vite et j’imprime très mal le prénom.

01:38:27:04 – 01:38:29:03
Intervenant 7
Alex Alex Bienvenue à Alex !

01:38:29:03 – 01:38:30:14
Intervenant 2
Alex Le bienvenu.

01:38:31:01 – 01:38:32:00
Intervenant 5
Spin off, le.

01:38:32:00 – 01:38:35:09
Intervenant 2
Spin off, le nom d’artiste. Est ce que tu as joué en bas déjà ?

01:38:36:13 – 01:38:39:20
Intervenant 5
Pas encore. Je viens d’arriver et je suis en train d’appeler Jacob sur le porte.

01:38:39:20 – 01:38:55:03
Intervenant 2
OK, alors là de toi. Pour ceux qui viennent de nous rejoindre, n’hésitez pas à vous asseoir sur ces chambreurs. Je parlais aux personnes qui sont dans cette pièce qui se remplit de plus en plus et je suis très content que ça se passe comme ça. Si vous êtes chez vous, n’hésitez pas à nous rejoindre. Il reste encore des places et ce serait dommage de passer à côté de cette exposition.

01:38:55:12 – 01:39:02:00
Intervenant 2
36, rue Jacques Louvel Tessier, dans le 10ᵉ arrondissement de Paris. C’est le transfo l’Espace d’accueil culturel.

01:39:02:11 – 01:39:05:15
Intervenant 7
Si vous avez des posts, ramenez des posts. On a oublié les posters pour les gens.

01:39:05:24 – 01:39:07:04
Intervenant 2
Qui viennent de refaire la peinture.

01:39:07:10 – 01:39:07:15
Intervenant 4
Oui.

01:39:08:13 – 01:39:12:02
Intervenant 2
Alex la rencontre avec l’animal, comment ça se passe ?

01:39:13:07 – 01:39:35:09
Intervenant 5
Mauvaise soirée. Champs libres avec mes deux trois potes. Les soirées que sont les photos qui sont diffusées en bas d’ailleurs. OK, que je n’ai jamais eu l’occasion de voir, donc que j’avais jamais vu ici aller voir surtout. Mais du coup, c’est trop cool. Facile. Il y avait déjà une édition avec Red Bull etc il y a quelques années, j’ai vu quelques photos du pays.

01:39:35:09 – 01:39:35:15
Intervenant 5
Pas.

01:39:36:24 – 01:39:37:16
Intervenant 2
On travaille pour Red.

01:39:37:16 – 01:39:39:22
Intervenant 5
Bull et non Jacobs.

01:39:42:00 – 01:39:43:05
Intervenant 7
Parce qu’on a l’impression que le monde.

01:39:43:05 – 01:39:43:17
Intervenant 5
Se doit.

01:39:44:13 – 01:39:49:24
Intervenant 7
De balancer enfin. L’histoire n’est pas tout à fait la même histoire collective de ta vie, de toi qui vient de Bretagne.

01:39:50:01 – 01:39:51:04
Intervenant 5
Je ne vais pas parler de Red Bull pour.

01:39:51:18 – 01:39:55:00
Intervenant 7
La médaille, mais on s’en va après. Au contraire, Red Bull ça.

01:39:55:00 – 01:39:55:15
Intervenant 5
Donne des ailes.

01:39:56:19 – 01:40:12:04
Intervenant 2
Alors faut pour garder un fil rouge, j’aimerais déployer une notion qui est quand même importante. C’est cette difficulté à voir les photos que Jacob fait. Jacob les photos qui sont exposées ici, le choix délibéré qui a été fait d’en mettre autant sur une seule image, c’est parce que tu a eu des problèmes de classement. Il faut savoir que Jacob quand il rentre, il range ses photos.

01:40:12:04 – 01:40:13:04
Intervenant 2
Après il a des problèmes.

01:40:13:04 – 01:40:13:19
Intervenant 5
D’ordinateur.

01:40:14:00 – 01:40:17:00
Intervenant 2
Et comme il y a des problèmes d’ordinateur, les photos ne sont plus classées, donc on les voit jamais.

01:40:17:04 – 01:40:26:16
Intervenant 5
Un peu comme le mur, le mec qui fait, qui filme tout cela. Je compare souvent Jacob à lui qui empile les cassettes non triées.

01:40:26:24 – 01:40:31:12
Intervenant 2
Mais Mr Brainwash et le documentaire Faites le mur de Banksy. Regardez les chiffres.

01:40:31:19 – 01:40:48:13
Intervenant 7
Pour le coup c’est parce que ça c’est parce que pour moi, l’essentiel dans ce que je fais, c’est surtout de vivre et qu’aller en soirée pour juste être en soirée, tu te fais chier. Donc j’ai toujours cherché quand même un truc un peu ludique à faire. Donc bon, il y a ce drogué, mais bon. Mais sinon, c’est quand même de réfléchir, de faire des trucs, d’écrire.

01:40:48:14 – 01:40:52:17
Intervenant 7
Si ma manière d’exprimer sensibilité avait été le texte, ça aurait été ça. Mais c’est faire de l’image.

01:40:52:22 – 01:40:56:07
Intervenant 2
Comment a découvert que c’était l’image qui permettait d’exprimer Jacob ?

01:40:57:22 – 01:41:08:14
Intervenant 7
Comment faire en le faisant quoi ? C’est comme toute de formation, mais ça me permet de m’exprimer au même titre qu’autre chose. Et il y a un moment ou il faut passer à autre chose.

01:41:09:08 – 01:41:18:14
Intervenant 2
C’est le tourisme, ça fait partie de ton mode de fonctionnement. Tu fais partie de ces gens qui font plutôt que de parler, ce qui est pas mal. On revient à ta soirée. Alex La rencontre.

01:41:18:14 – 01:41:20:00
Intervenant 7
Comme la guerre, approche dans d’autres, la guerre.

01:41:20:09 – 01:41:41:06
Intervenant 5
La guerre. Mais non, dans la rencontre, et la rencontre. Alors là ou il a vraiment fait partie de ma vie, est ce que je pense que je l’avais rencontré avant ? Inconsciemment, mais là ou il a vraiment commencé à faire partie de ma vie, c’est quand il avait sauvé un meilleur ami dans un jeu. La sortie du Rex et.

01:41:42:08 – 01:41:45:09
Intervenant 2
Récit de l’angle toxicomanie à Carnegie Hall c’est.

01:41:45:18 – 01:41:47:11
Intervenant 5
De surconsommation.

01:41:47:24 – 01:41:48:23
Intervenant 2
C’est quand il tombe par terre.

01:41:49:05 – 01:41:52:24
Intervenant 5
Sinon que c’est absolument pas drôle. On est en 2015 2014.

01:41:53:09 – 01:41:57:10
Intervenant 2
C’est ce qui nous rappelle qu’il ne faut pas boire dans le verre de l’autre ou non.

01:41:57:11 – 01:42:02:19
Intervenant 5
Je pense qu’il en avait pris volontairement une, mais il ne savait pas ce qu’il allait faire.

01:42:03:09 – 01:42:04:18
Intervenant 2
Donc le mec géologue.

01:42:05:01 – 01:42:15:11
Intervenant 5
Et la victime qui apparaît sous la pluie devant le Rex et qui qui a sauvé carrément notre pote à ce moment là, qui l’a fait revenir à.

01:42:16:15 – 01:42:16:18
Intervenant 2
Ses.

01:42:17:03 – 01:42:17:10
Intervenant 5
Toilettes.

01:42:19:08 – 01:42:33:03
Intervenant 7
C’est marrant parce que moi j’ai une très bonne mémoire, vraiment des choses qui se passent dans ces moments là et souvent c’est l’adrénaline. En fait, ce qui se passe, c’est que je vous emmerde et un peu tout le monde. Après la phrase en direct on m’appelle et on me dit tu sais faire du sujet, rien que ça. Et donc on m’appelle et je rigole pas.

01:42:33:03 – 01:42:44:00
Intervenant 7
Et il n’était pas bien du tout quoi. Il n’était pas assez éduqué. Ils ont en commun un peu tout ça. Après, après, j’ai comme dit qu’il fallait appeler ça au chaos. Mais avant ça, j’ai bonne idée que j’ai quand même fait un petit peu. J’ai pris.

01:42:44:16 – 01:42:45:08
Intervenant 5
Avec Alain.

01:42:45:09 – 01:42:50:15
Intervenant 7
Et je lui ai parlé et on lui fait des points d’acupuncture. On le met en tout en.

01:42:50:16 – 01:42:53:08
Intervenant 2
Fait bien des trucs et astuces. Si vous avez des copains qui fassent qu’ils font un homme.

01:42:53:20 – 01:43:10:10
Intervenant 7
Je pense que la première chose est ce qu’on peut voir dans ses dents. C’est dans ces mondes. On se met quand même vraiment en danger et on peut aussi expérimenter le fait d’être plus que bienveillant. Finalement, c’est vraiment, humainement parlant, de toucher et d’apporter vraiment une présence, d’être là. Et moi, ça a été un peu en laboratoire aussi.

01:43:10:10 – 01:43:31:09
Intervenant 7
Là dessus vont clairement de se mettre dans des situations et de voir des gens qui se mettent dans les situations que c’est dur. C’est très, très dur. Moi, je suis un auditeur sur ta sensibilité. Est ce que tu vois ce que tu ressens ? C’est que non, on ne sait pas. C’est pas rigolo. Et du coup, si tu as dans la démarche aussi de finalement détracteurs et ou t’es pas rémunéré pour ça, c’est pas ça, tu as été humain.

01:43:31:24 – 01:43:34:12
Intervenant 7
Et bien c’est aussi une expérimentation humaine. Et tout.

01:43:34:21 – 01:43:36:17
Intervenant 2
À l’élu. Il y a un système.

01:43:37:03 – 01:43:48:19
Intervenant 7
Et après on est parti dans un squad d’ego qui était juste à côté du Rex ou un pote essaie de l’ouvrir. Ça c’était bon ça ? Ouais ouais, mais avec la sécurité pour nous laisser rentrer, on est entré à dix comme ça. Il y a des mecs en fait qui gardaient.

01:43:48:19 – 01:43:50:07
Intervenant 2
Pour essayer d’ouvrir le mec et des.

01:43:50:14 – 01:43:58:03
Intervenant 7
Nanas. On essayait d’ouvrir ça en fait, des mecs de la Sécu, de nous laisser de passer pour qu’on aille dans la partie qui était encore squattée. C’était un truc énorme.

01:43:58:13 – 01:44:00:08
Intervenant 5
Ça, ça ne me souvenais pas. Mais j’ai.

01:44:00:08 – 01:44:03:20
Intervenant 7
Des photos, mais c’est pareil. Dans quels cas tu veux vraiment de ces photos là ? Non.

01:44:04:13 – 01:44:29:24
Intervenant 5
Si, si. D’ailleurs il y a une photo alors qui est très drôle pour la petite histoire, c’est que, au moment ou mon ami s’est vraiment réveillé de son coma, il est venu avec un regard et un petit sourire bizarre. Jacob l’a photographié à ce moment là et ses parents ne savaient pas. Au fait, qu’est ce qui s’était passé avant cette photo et l’ont imprimée parce qu’il jouait à Carnac pour la famille et ils avaient utilisé cette photo officielle à toute la famille, mais ils n’ont pas acheté.

01:44:30:10 – 01:44:34:02
Intervenant 5
Alors qu’en fait, j’ai rêvé d’un bon.

01:44:35:12 – 01:44:36:03
Intervenant 7
Verre mais du.

01:44:36:03 – 01:44:40:22
Intervenant 5
Coup, il a été affiché en tout cas un avec cette photo pendant tout un été au de et tout.

01:44:43:14 – 01:44:47:11
Intervenant 7
Chandelles de Jarnac Bon, on va rester entre nous.

01:44:48:06 – 01:44:48:13
Intervenant 5
Et.

01:44:50:02 – 01:44:55:04
Intervenant 2
Non, on va faire un break pour se poser une question c’est est ce que ça a vraiment existé tout ça ?

01:44:55:19 – 01:45:06:05
Intervenant 5
Alors Qui a couru sur cette plage ?

01:45:07:03 – 01:45:08:08
Intervenant 2
Elle a dû être très belle.

01:45:09:14 – 01:45:10:24
Intervenant 5
Est ce que son sable était blanc.

01:45:16:07 – 01:45:19:05
Intervenant 2
Est ce qu’il y avait des fleurs jaunes dans le creux de.

01:45:19:05 – 01:45:25:20
Intervenant 5
Chaque J’aurais bien aimé toucher du sable une seule fois entre mes doigts.

01:45:28:01 – 01:45:28:19
Intervenant 5
Qui a nagé.

01:45:28:19 – 01:45:29:15
Intervenant 2
Dans cette rivière ?

01:45:30:22 – 01:45:42:18
Intervenant 4
Vous prétendez qu’elle était fraîche et descendait de la montagne Est ce qu’il y avait des galets dans le creux de chaque cascade ?

01:45:43:21 – 01:45:59:03
Intervenant 5
J’aurais bien aimé plonger mon corps une seule fois dans une rivière Dites ne me raconter pas d’histoires. Montrez moi des photos pour voir si tout cela a vraiment existé.

01:46:02:10 – 01:46:04:22
Intervenant 5
Vous m’affirmer qu’il y avait du sable.

01:46:05:14 – 01:46:16:10
Intervenant 6
Et de l’herbe, et des fleurs et de l’eau et des pierres et des arbres et des oiseaux. Alors ne vous moquez pas de moi.

01:46:25:19 – 01:46:26:18
Intervenant 5
Qui a marché dans.

01:46:26:18 – 01:46:43:19
Intervenant 6
Ce chemin ? Vous dites qu’il menait à une maison et qu’il y avait des enfants qui jouaient autour. Vous êtes sûr que la photo n’est pas truquée ? Vous pouvez m’assurer que cela a vraiment existé. Des morts ? Alors on ne me racontait plus d’histoires.

01:46:44:21 – 01:46:45:13
Intervenant 5
J’ai besoin de.

01:46:45:13 – 01:47:01:01
Intervenant 6
Toute aide, car pour y croire vraiment, c’est vrai, le sable était blanc. C’est vrai qu’il y avait des enfants et des pierres, des chemins, des cailloux, des maisons. C’est vrai, ça a.

01:47:01:01 – 01:47:02:03
Intervenant 5
Vraiment existé.

01:47:04:10 – 01:47:16:16
Intervenant 6
Entraînant des crises de 29 morts de.

01:47:21:02 – 01:47:38:15
Intervenant 11
Mon rêve, c’est que j’ai plein d’amis lorsque mon jour de ma mère, que je n’avais pas d’amis, de tout en 2003, mais que je me demande aujourd’hui si.

01:47:39:00 – 01:47:40:16
Intervenant 1
Tout va bien se passer comme.

01:47:49:21 – 01:47:56:00
Intervenant 6
Pour rien sur le cœur que.

01:47:56:21 – 01:48:33:04
Intervenant 2
L’ambiance se crispe. J’ai l’impression que certains sont en pleine Certains commencent à voir les yeux qui se dilatent. Certains commencent à danser étrangement avec leurs jambes et leurs mains. J’ai comme l’impression que nous sommes en rêve. J’ai comme l’impression que nous sommes dans cet espace temps libre ou les corps ne sont plus enchaînés. Déchaînés, ils se débattent ils se meuvent au milieu d’une assistance complètement débridée, délurée, Toi aussi, tu as chaud, toi aussi, tu as envie de danser.

01:48:33:04 – 01:48:55:08
Intervenant 2
Toi aussi, tu as envie d’échanger, discuter. Rigologie, rejoins nous, rejoins nous au 36, rue Jacques Louvel Tessier dans le 10ᵉ à Paris. Tout à l’heure, plus que des mots, il y aura de la musique avec Himalaya de James qui vont nous rejoindre à 22 h et Monsieur Bonus fera une sorte de conclusion musicale de cette émission qui sera pas complètement la conclusion.

01:48:55:08 – 01:49:20:15
Intervenant 2
Ce sera vers 0 h. Monsieur Bonus, si tu nous écoute, il est temps de nous rejoindre et à venir donc une balade dans ce lieu en micro sans fil, nous allons déambuler pour voir à vous qui nous avait rejoint quitte les à air dans ce lieu, dans cet espace et on espère pouvoir discuter avec des gens, des pensionnaires. Ici, c’est la chambre à air.

01:49:20:22 – 01:49:24:13
Intervenant 2
C’est la fête de la musique, j’allais dire, mais pas du tout, c’est la Nuit blanche 2020.

01:49:24:13 – 01:49:25:13
Intervenant 5
Deux et nous sommes.

01:49:25:19 – 01:52:07:07
Intervenant 2
En direct. Merci d’être avec nous Non.

01:52:10:23 – 02:00:27:19
Intervenant 6
Non, tout du du titre ce sont du type du Paris Première.

02:00:27:19 – 02:00:53:07
Intervenant 2
Octobre. Samedi première octobre, 21 h 20. Nous sommes en direct du Transfo qui est un centre d’accueil Emmaüs qui mélange cultures et accueil. Un endroit que je vous invite à pratiquer ce soir. Nous sommes ensemble jusqu’à 2 h du matin et ils se relaient. Ils sont de plus en plus nombreux à être là, derrière notre micro, devant notre micro. D’ailleurs, Léa Filoche nous a rejoints.

02:00:53:07 – 02:01:16:00
Intervenant 2
Justement, elle est adjointe à la mairie de Paris, en charge des solidarités et donc elle gère tout ce qui est dur et dur de la pauvreté. J’ai l’impression soudain d’être un hyper bourgeois. Quand je parle de ça, ça me paraît si loin. Même si je viens à Stalingrad et que je la vois la pauvreté tous les jours et je me demande même parfois pourquoi ces gens sont à la rue.

02:01:16:01 – 02:01:18:00
Intervenant 2
Mais ce n’est pas si simple, n’est il pas ?

02:01:18:10 – 02:01:19:02
Intervenant 3
Ah oui, un.

02:01:19:03 – 02:01:19:24
Intervenant 2
Bonjour, ça va ?

02:01:20:00 – 02:01:39:13
Intervenant 3
Bonjour, ça va bien ? Ecoutez, on est effectivement dans un bel endroit qui arrive à allier la culture et la solidarité. Et c’est ce qu’on essaye de faire vivre au quotidien à Paris pour des publics qui sont effectivement soit sans solution d’hébergement, soit juste au dessus, mais qui peuvent avoir des choses un peu précaires, qui peuvent dormir chez des tiers, dans une bagnole ou dans un parking.

02:01:40:21 – 02:01:56:21
Intervenant 3
Et on se dit que la question de l’insertion dans la ville, elle passe aussi par le fait que c’est public. Au delà de la question de la survie et de l’accès à des douches ou de l’aide alimentaire, ils puissent aussi accéder à un peu de plaisir, un peu de culture, un peu de sport, un peu de loisirs.

02:01:57:01 – 02:02:00:24
Intervenant 2
Un peu de vie, un peu de vie, sortir de la subsistance, rentrer dans l’existence.

02:02:01:07 – 02:02:07:01
Intervenant 3
Exactement ça. Et c’est ça qu’on essaye de mener. Ce lieu là le permet vraiment. Il le traduit vachement bien.

02:02:07:21 – 02:02:15:06
Intervenant 2
Qu’est ce qu’il y a de vraiment ? C’est stupide comme question, mais d’essentiel. Dans la culture quand on veut se réinsérer.

02:02:16:17 – 02:02:18:02
Intervenant 3
Déjà, il faut savoir pousser la porte.

02:02:18:15 – 02:02:18:17
Intervenant 4
Des.

02:02:18:17 – 02:02:28:17
Intervenant 3
Lieux culturels. Ce n’est pas facile parce qu’en fait, une grande partie des publics qui sont un peu exclus osent même pas pousser une porte parce qu’ici ils s’auto interdisent et pensent que c’est pas pour eux.

02:02:28:23 – 02:02:29:06
Intervenant 2
C’est ça.

02:02:29:07 – 02:02:49:16
Intervenant 3
Et donc tout notre enjeu, il est de leur permettre de pousser la porte. Alors il y a deux manières de le faire. La première, c’est de faire des portes ouvertes. Donc de leur rappeler que les portes, les fenêtres, c’est ouvert et qu’il faut venir. Donc on le fait de plusieurs manières. On installe des dispositifs, par exemple d’aide alimentaire dans des lieux culturels la Gaîté-Lyrique, le Pompidou ou même la MP2.

02:02:49:16 – 02:03:15:11
Intervenant 3
Art On ouvre des petits déjeuners solidaires tous les hivers depuis deux ans et on s’est rendu compte qu’en travaillant avec ces espaces culturels à des actions un peu spécifique, à destination de ces publics là. En fait, non seulement les professionnels de la culture qui sont dans ces lieux découvrent des personnes qui sont tout à fait prêtes et tout à fait aptes à participer, à créer des actions culturelles.

02:03:16:14 – 02:03:27:14
Intervenant 3
Et puis que des personnes qui elles mêmes n’avaient jamais osé pousser la porte et qui sont juste venues pour manger, boire un café un matin, en fait, sont restées, voire même sont revenues. Et donc ça, ça fonctionne hyper bien.

02:03:27:15 – 02:03:28:13
Intervenant 2
Et ce sont oublier.

02:03:28:17 – 02:03:29:17
Intervenant 4
Dans la création.

02:03:30:11 – 02:03:50:02
Intervenant 3
Si on a fait des trucs, on a fait des podcasts avec eux, on a fait la photo, on a fait juste des déambulations ou des visites privées rien que pour eux. Et ça, rien que ça. Ça a été juste, ça a été très très fort pour tous ces publics. Et puis d’autres choses qu’on essaye de faire, c’est de faire de la levée, c’est à dire de faire sortir la culture de ses murs pour être dehors.

02:03:50:02 – 02:03:50:21
Intervenant 3
Aussi au quotidien.

02:03:51:01 – 02:04:01:20
Intervenant 2
Excuse moi, c’est un mot technique de là vers parce que comme ça, on se dit qu’est ce que ça veut dire ? Ce mot, c’est un néologisme. Mais non, parce que ces deux mots, c’est aller vers les vers exactement comprennent exactement.

02:04:01:20 – 02:04:23:15
Intervenant 3
Et on sent qu’on sort un peu des murs. Alors on le fait pour la culture, mais aussi pour plein d’autres dispositifs. Mais la culture a vocation aussi à s’exprimer à l’extérieur. Et, du coup, à être accessible sans qu’il y ait de portes à pousser à des publics qui s’interdisent encore une fois de pouvoir y accéder. Donc le fait de pouvoir faire sortir la culture de ces lieux habituels est aussi très précieux.

02:04:23:15 – 02:04:34:19
Intervenant 3
Et donc on fait ça dehors. Donc on fait des événements culturels de l’art au quotidien qui ont vocation à s’adresser aussi au public en rue mais aussi des lieux de solidarité dans lesquels on installe de la culture comme celui ci.

02:04:35:11 – 02:04:53:21
Intervenant 2
Et ça fonctionne les gens. Souvent, on attend toujours que des résidents ici viennent nous parler. C’est un appel pour ceux qui ont des cases que j’en vois, qui regardent les photos et n’hésitez pas à venir nous parler. Nous avons envie d’aller vers vous et j’espère que vous allez aller vers nous toi même. Léa Toi, tu vas en rêve ?

02:04:54:15 – 02:05:07:18
Intervenant 3
Non, moi, je suis pas une grande, je ne suis pas une grande nocturne. Moi, la nuit, je dors parce que je fais des choses compliquées et difficiles. En journée, parce que j’ai un mandat, un mandat politique et local qui me prend beaucoup, beaucoup d’énergie et.

02:05:07:18 – 02:05:08:24
Intervenant 2
Qui est interdite aux drogués aussi.

02:05:09:10 – 02:05:11:00
Intervenant 3
Alors chacun fait ce qu’il veut.

02:05:12:15 – 02:05:15:03
Intervenant 2
Il y a ton dealer qui n’a pas.

02:05:15:03 – 02:05:17:11
Intervenant 4
Une grande nocturne. C’est bon, on arrive.

02:05:17:13 – 02:05:18:13
Intervenant 5
De l’autre côté.

02:05:20:02 – 02:05:21:13
Intervenant 3
Par là, sur ça, je n’ai pas d’avis.

02:05:21:15 – 02:05:34:22
Intervenant 2
En revanche, le parallèle, parce que du sait bien utiliser les mots pour parler de ce qui se passe concrètement en terme de culture, le parallèle ici avec cette exposition et le lieu, comment tu le hisserait ?

02:05:36:06 – 02:06:03:11
Intervenant 3
Je pense qu’on a une partie de nos publics qui sont aujourd’hui dans la grande exclusion, qui ont aussi connu des moments festifs et des moments de vie nocturne tels qu’on peut les voir dans les photos qui sont exposées ici. Et que pour certains, ça ne mène pas à la grande exclusion, mais pour d’autres, ça peut le mener. En tout cas, nous, on sait que dans nos publics que nous accueillons dans les lieux de solidarité, il y a des gens qui sont issus aussi de ce milieu là et pour qui les choses ne sont pas bien passées.

02:06:04:04 – 02:06:14:12
Intervenant 3
Ça arrive dans tous les milieux et donc c’est aussi bien qu’on puisse parler à ce public là et leur dire que nos lieux ne sont pas seulement des lieux austères, tristounets.

02:06:15:03 – 02:06:15:21
Intervenant 2
C’est pas la fin de la vie.

02:06:16:12 – 02:06:35:16
Intervenant 3
Et qu’on peut aussi s’amuser, s’éclater encore une fois en respectant les règles de vie collective. C’est il y a quand même des contraintes dans ce type de lieux, mais en essayant de garder de bons, de bons souvenirs et de faire vivre le meilleur de ce qu’ils ont pu passer dans leur vie précédente.

02:06:36:02 – 02:06:39:15
Intervenant 2
Et puis retrouver aussi une forme de hasard dans la rencontre ?

02:06:39:19 – 02:06:40:06
Intervenant 4
Complètement.

02:06:40:07 – 02:06:43:23
Intervenant 2
Qu’ils ne soient pas non plus que des gens qui ont un parcours difficile.

02:06:44:08 – 02:06:47:05
Intervenant 3
Et qu’on puisse mélanger. Il faut mélanger les genres.

02:06:47:15 – 02:06:49:20
Intervenant 2
Mélanger les genres, mélanger les genres la nuit.

02:06:50:01 – 02:06:50:06
Intervenant 3
Tout le.

02:06:50:06 – 02:07:07:09
Intervenant 2
Temps. Partage des pouvoirs partage des savoirs. On a beaucoup à apprendre. C’est horrible de dire, comme dit Jacques, pas ces gens ni ces personnes de ces êtres. En termes de survie aussi. Oui, et ça, il n’y a pas encore de savoir universitaire là dessus et c’est encore un peu gâché.

02:07:07:14 – 02:07:24:10
Intervenant 3
C’est un peu étudié quand même. Nous, on a. On organise chaque année à la Ville de Paris ce qu’on appelle la Nuit de la solidarité. Alors c’est moins festif que ce qu’on a ce soir. C’est un décompte des personnes sans solution d’hébergement à un instant T, une fois par an pour savoir combien de places d’hébergement il faut créer.

02:07:25:08 – 02:07:50:05
Intervenant 3
Et ça nous permet aussi dans l’année. On a un petit questionnaire, on a un échange avec les personnes qu’on croise, on compte. On les compte entre 22 h et 1 h du matin. Et en fait, cet échange là, il nous permet d’avoir un petit questionnaire, d’avoir un petit, un profil un peu qui qui se dégage et de savoir un peu quels sont les parcours et surtout quels sont les moyens de survie que ces personnes là sont capables de mettre en place pour pouvoir se protéger se protéger.

02:07:50:05 – 02:08:04:09
Intervenant 3
Parce que la vie dehors, c’est dur. Et donc comment ils organisent le fait d’accéder à leurs droits, d’accéder à de l’aide alimentaire, d’accéder à des bains douches, comment ils organisent éventuellement de temps en temps de se mettre au chaud chez des copains ?

02:08:05:19 – 02:08:06:24
Intervenant 2
Pas facile de rentrer aux bains douches.

02:08:08:17 – 02:08:11:09
Intervenant 3
Et nous, on en a 17. Un des bains douches à carrément.

02:08:11:15 – 02:08:12:10
Intervenant 2
Ils sont déployés.

02:08:13:13 – 02:08:14:14
Intervenant 3
Et sont ouverts tous.

02:08:14:14 – 02:08:16:00
Intervenant 2
Les jours. Sacré David Guetta !

02:08:17:04 – 02:08:18:12
Intervenant 3
Et plein de ressources Ouais.

02:08:19:00 – 02:08:20:07
Intervenant 2
Le mec a changé la planète.

02:08:20:08 – 02:08:34:04
Intervenant 3
Des Bains-Douches, c’est un lieu ou les gens peuvent se doucher, mais aussi ils peuvent retrouver un cadre de dignité. Si c’est hyper précieux, c’est très rare dans une ville de métropole comme Paris de trouver un réseau de bains douches aussi importants et aussi costauds. C’est 900 000 entrées par an.

02:08:34:07 – 02:08:39:24
Intervenant 2
Comment ça fonctionne ? Les bains douches, c’est gratuit. C’est tout simplement qu’il y a un nom de rien. Il y a une carte quelque part à récupérer.

02:08:40:14 – 02:08:49:04
Intervenant 3
Sur elle et sur le site de la Ville. Vous le retrouverez, vous la retrouverez, mais on y tient beaucoup. Moi, j’étais à Marseille il y a quelques jours. Ils ont ouvert leurs premiers bains douches.

02:08:49:09 – 02:08:54:12
Intervenant 2
D’accord, oui. C’est un truc qui est assez répandu. Beaucoup plus répandu encore à Paris. Avant, il y en a beaucoup qui ont fermé quelques uns.

02:08:54:12 – 02:08:57:18
Intervenant 3
Mais en fait, on a quand même gardé un vrai réseau. OK, ok, c’est exceptionnel.

02:08:57:19 – 02:09:19:12
Intervenant 2
Super bon à savoir. Pour terminer, je pense que c’est d’actualité. Est ce que le nombre de personnes qui ont besoin de vos services est exponentiel ? Est ce qu’on voit en ce moment puisque il m’arrive parfois un vieux réflexe du xx siècle de regarder la télévision ? Et je constate apparemment que c’est carrément la merde quoi pour plein de gens.

02:09:19:22 – 02:09:21:02
Intervenant 2
Est ce que toi tu vois ça ?

02:09:21:02 – 02:09:41:01
Intervenant 3
C’est vrai ? Malheureusement oui. La situation sociale s’est beaucoup, beaucoup dégradée. Non seulement pour les publics qui étaient déjà en situation d’exclusion, qui ne voient plus du tout le bout du tunnel, mais c’est aussi dégrader pour les gens qui étaient juste au dessus et qui sont pas encore tombé dedans, mais qui voient bien que ça ne va pas. L’hiver ne va pas bien se passer.

02:09:41:07 – 02:10:07:21
Intervenant 3
Les factures d’énergie, l’inflation, tout ça a des effets au quotidien pour les publics. Pour qui ? 5 €, c’est important. Et donc oui, la situation sociale et dramatique, les dispositifs de solidarité sont globalement saturés. Donc on n’a pas de lieu de les mettre à l’abri. J’ai encore aujourd’hui procédé à une mise à l’abri d’une centaine de dame avec enfants qui s’étaient installés sur le parvis de l’hôtel de ville.

02:10:08:05 – 02:10:39:23
Intervenant 3
On a dû ouvrir un gymnase parce qu’il y a il n’y a rien de disponible. Donc c’est vrai, c’est une vraie inquiétude. C’est une vraie angoisse et ce n’est pas une angoisse qu’à Paris. Je tiens à le dire. C’est partagé par pas mal de mes homologues dans les grandes villes de France. Ou le désengagement de l’Etat vis à vis de l’hébergement et du logement ont des effets dramatiques sur des milliers de personnes sur des personnes qui sont primo arrivantes, donc des gens qui viennent d’arriver sur le territoire, certes, mais sur des personnes qui sont là depuis longtemps et qui rencontrent de grandes difficultés au vu de la situation sociale.

02:10:39:23 – 02:10:42:10
Intervenant 3
Donc, on est honnête, je suis très très inquiète.

02:10:43:10 – 02:10:46:11
Intervenant 2
Tout va bien se passer, j’espère. Est ce qu’on.

02:10:46:11 – 02:11:04:16
Intervenant 3
Se bat tous les jours ? Je ne veux pas finir sur ça. Effectivement, on est très inquiets mais on se bat tous les jours pour que le plus dur n’arrive pas. Le plus dramatique n’arrive pas. On n’est pas beaucoup entendus par l’Etat, mais par contre, on est beaucoup entendu par les Parisiens. Par les citoyens, par les associations qui sont très mobilisées, très investis sur les questions de solidarité.

02:11:04:21 – 02:11:09:17
Intervenant 3
Et ça, c’est une vraie force pour qu’on puisse se dire qu’en fait, ça va bien se passer.

02:11:10:03 – 02:11:11:18
Intervenant 1
Tout va bien se passer comme.

02:11:11:22 – 02:11:18:11
Intervenant 2
Et alors Jacob, t’as vu son travail ? Qu’est ce que tu en a pensé dans les escaliers ? Et dans ce lieu, dans ce transfo ?

02:11:18:13 – 02:11:43:07
Intervenant 3
Encore une fois moi j’étais pas très, je ne suis pas très de vie nocturne, mais par contre sur qu’elle est très représentative, je pense de ce qui se passe dans la vie nocturne et je trouve ça très intéressant. Le regard qui porte sur la vie nocturne, on peut y boire, on peut y dormir, on peut y manger, on peut y danser, on peut y parler et on le retrouve beaucoup danser dans ces photos et je trouve cela très très représentatif de la vie.

02:11:43:12 – 02:12:07:16
Intervenant 2
Je suis en quête de mots clés. Les aurais tu a ou deux mots clés à me donner ? Concernant le je dis plus l’animal, je dis plus le fauve, je dis l’être. Jacob tu vois, je note les mots clés, ce que je peux te dire. Quelques uns bienveillants Mister Sniper dépassé les limites de l’enfant. Insertion, insertion, insertion, insertion.

02:12:07:16 – 02:12:10:17
Intervenant 4
Je rajoute un film OK.

02:12:10:18 – 02:12:11:12
Intervenant 3
Solidarité.

02:12:11:23 – 02:12:16:01
Intervenant 2
Ça, tu dis ça ? Pour Jacques et Jacob, il est dans la solidarité. Je note il y a toujours.

02:12:16:01 – 02:12:18:03
Intervenant 3
Beaucoup de monde et c’est un enfant.

02:12:18:13 – 02:12:19:01
Intervenant 2
C’est un enfant.

02:12:19:01 – 02:12:21:10
Intervenant 3
Jacob mais je ne sais pas si ma fille qui descend a.

02:12:21:11 – 02:12:38:08
Intervenant 2
C’est un enfant. Jacob Tu dis toi ? Comme d’habitude, je dis je lui dis prend le micro. Tu dis que Jacob tu parles de Jacob quand tu dis que c’est un enfant, pourquoi tu le connais ? Ne me dis pas que tu vas en rêve à huit ans, à neuf ans, à dix ans. Je sais pas quel métier tu en douze ans, ma part en rêve.

02:12:38:24 – 02:12:48:18
Intervenant 2
Si tu vas en rêve une fois, il faut appeler le numéro. Là, pour toi, tu es en même temps rêve du vas pas. Au plus, c’est à petit que tu allais pas en rêve parce qu’il y a des supérieurs qui dégoûtent. Tu ne vas pas en rêve, tu ne vas pas en rêve.

02:12:48:19 – 02:12:49:05
Intervenant 4
Je ne sais pas.

02:12:49:08 – 02:12:52:15
Intervenant 2
Voilà très bien. Bon, alors, pourquoi tu dis que Jacob est un enfant ?

02:12:53:04 – 02:13:04:21
Intervenant 11
Je n’ai pas envie de faire garder un peu et il y a plein de couleurs. Etc C’est joyeux, on va dire. Donc moi, ça me fait un peu penser à quand on est enfant, on va.

02:13:04:21 – 02:13:09:06
Intervenant 2
Dire que c’est ça être ouvert c’est rigoler un peu de tout faire, d’aller faire des.

02:13:09:06 – 02:13:13:23
Intervenant 11
Blagues pour rien. Mais ça, c’est pas pour savoir quand on est enfant, mais quand même.

02:13:13:23 – 02:13:16:06
Intervenant 2
Après, les gens l’oublient, c’est quand tu deviens salarié.

02:13:16:13 – 02:13:17:17
Intervenant 11
Certains pour certaines personnes ?

02:13:18:14 – 02:13:34:22
Intervenant 2
Non, il faut rester forts. Soyez forts, vous qui nous écoutez, vous laissez pas faire. Vous qui êtes ici, vous laissez faire. Merci pour ce mot d’enfant pour qualifier Jacob. Triste d’enfants. Léa Filoche. Merci beaucoup. Ou peut on trouver plus d’informations sur sur ta mission ? Sur le site.

02:13:34:22 – 02:13:37:05
Intervenant 3
Internet de la Ville de Paris, Et puis moi, je suis sur les réseaux.

02:13:37:05 – 02:13:37:24
Intervenant 4
Sociaux, de réseaux.

02:13:37:24 – 02:13:46:11
Intervenant 2
Sociaux, de ouf ! Léa Filoche pour les harceleurs, de questions pour ceux qui veulent des vraies réponses sur la solidarité.

02:13:46:22 – 02:13:47:14
Intervenant 3
La chose.

02:13:48:02 – 02:14:09:12
Intervenant 2
Est rare et nous continuons en musique avant. Cette fois, on va vraiment le faire, on est prêts, on va se balader dans ce lieu, on va demander aux gens ce qu’ils pensent des photos ici, on est prêts pour pour faire ce décrochage en direct avant de diffuser le son qui est diffusé dans l’agora ou dans l’amphi. Thorium. Comment s’appelle maintenant le rez de chaussée ?

02:14:09:17 – 02:14:31:14
Intervenant 2
Ou un DJ se produit. D’ailleurs, nous serons rejoints d’ici une demi heure. A priori, si tout va bien par email, himalayennes qui nous proposerons. Ils sont deux, un live électronique et Monsieur Bonus à 0 h. Pour un DJ set, je ne sais pas le nom du DJ qui joue en ce moment en bas, mais on va le découvrir. Tout à l’heure, on repart en musique avec relaxation body, c’est remasterisés.

02:14:31:14 – 02:14:43:06
Intervenant 2
Autant dire que le son et mettez la sono chez vous. C’est la chambre à air en direct du Transfo C, 36, rue Jacques Louvel Tessier, dans le 10ᵉ arrondissement. C’est la Nuit Blanche 2022. Si, si.

02:14:47:02 – 02:14:49:03
Intervenant 5
Autour de la zone.

02:14:49:03 – 02:15:02:19
Intervenant 6
Centrale nucléaire mais comment un pays peut survivre à tout laisser mourir les pieds au dessus de l’Ukraine ?

02:15:06:08 – 02:15:06:23
Intervenant 5
Avec des murs.

02:15:09:23 – 02:15:12:09
Intervenant 6
Sur le lieu.

02:15:24:03 – 02:15:25:17
Intervenant 5
Occupé ? Que Dieu sort.

02:15:28:02 – 02:17:18:07
Intervenant 6
De cet événement L’ambassade des au sous estimez vous toujours, selon vous, le non, pas pour la nature, pas les mots ou les sites industriels et en mode normal, mais au global, le survol global, le marketing global pour un survol pour un survol de voitures du pays, conduire seul et cetera une mobilité du pays au bord dont le sous sol instable nécessite une plus grande distance Je regrette sur les mots le le bol au bord du monde rural global mais il ne faut pas aller plus loin sur une nouvelle entrée au gouvernement wallon.

02:17:18:07 – 02:19:19:17
Intervenant 6
En réalité, depuis son accident le plus haut depuis l’accident de voiture sans voiture, pas moins du même par all you will be able to be Dans le langage courant depuis plus de 90 pour le rail, nous le sommes aujourd’hui au Luxembourg. Le vote global, le vote, le mou du rail ou plutôt le ras le bol perdu pour la gauche que ce soit la Corée du Nord disent pareil, ça c’est quand même stop, ça ferait aux pays du Nord, même si je puis dire à l’état plus instable du c’est du pipeau.

02:19:22:08 – 02:19:34:16
Intervenant 6
Peu la bonne blague You feel good peut un ou plusieurs lieux.

02:19:34:18 – 02:19:35:06
Intervenant 5
De le de.

02:19:35:13 – 02:19:39:20
Intervenant 6
Open B à 20.

02:19:44:16 – 02:20:03:00
Intervenant 2
Chambres à air. Nous commençons à être au complet, non pas au complet dans ce lieu, mais au complet. Concernant les acolytes de Jacob Christ. Ceux qui sont proches, ceux qui ont envie comme lui, que les choses se disent, que les choses se fassent et surtout que ça aille dans le sens de l’ouverture du rapprochement et de la sensibilité.

02:20:04:02 – 02:20:28:10
Intervenant 2
Jacob a beaucoup d’amis talentueux et parmi ses amis, il y a Sophie Blandinières. Sophie Blandinières signe un texte qui fait plus long que tous les podcasts aux plus courts. Que tous les podcasts résument exactement l’état d’esprit de notre ami Jacob Christine. Elle est avec nous, elle est arrivée, elle est face à son texte et elle va nous le dire.

02:20:28:12 – 02:20:32:04
Intervenant 2
Sophie Blandinières S’il te plaît, c’est à toi.

02:20:33:24 – 02:21:01:11
Intervenant 3
Ce n’est pas une histoire de fête, mais une histoire de fou, de primitif, d’enfants rampant autour d’un seul tuteur. La lumière, celle qu’on cherche ou celle qu’on tue, celle qu’on fabrique ou celle qu’on abîme. Jacob a incarné cette histoire autant qu’il l’a gravée sur du papier photo. Jacob a laissé Krist se transfigurer partout. Là ou le béton écrase et sépare.

02:21:02:03 – 02:21:28:06
Intervenant 3
Dans les territoires laissés pour s’abandonner, pour s’abriter. Maintenant que nous sommes tête nue pour être en ombre, un homme seul et cogné Parce qu’il faut reprendre ses droits d’humains comme des mauvaises herbes qui deviendraient des arbres aux ramures sans limite dans un ciel ou les lumières artificielles, on fait taire les étoiles. Jacob s’est fourvoyé. Il s’est lancé comme une grenade sur des voies de garage, dans des lieux d’oubli de soi.

02:21:28:06 – 02:21:57:02
Intervenant 3
Dans l’autre dans des foules hirsutes et à le tonte, dans des sentiers abattoirs ou l’on reconstitue sa viande ou les vibrations de la danse, de la drogue, du son et d’autres qu’à d’autres corps, réparent le moment, lui rendent son absolu, son élasticité, la sensation de son existence. Jacob a fait un pèlerinage dans tous les temples dessinés au sol, au sous sol, ou se célèbrent des dieux sans religion ou s’attaquent.

02:21:57:10 – 02:22:22:19
Intervenant 3
Et se transgresse tous les toutes les bienséances ou s’agrègent le temps d’une nuit des adeptes sans espoir et sans promesse de ces fulgurances nyctalope Il reste des traces saisies par Jacob des photos comme des stigmates, des reflets de secondes ou la lumière est box. Les uns retombent sur les autres, cherche les outres noires de la marge. Julie, à l’inverse, extrait de ses couleurs.

02:22:22:19 – 02:22:48:05
Intervenant 3
La lumière est reproduit symboliquement par ses combinaisons de papier, les assemblages à l’oeuvre dans la fête l’unité temporaire, la communauté qui se forme et se déforme à l’intérieur, qui se construit et se reconstruit en se projetant à l’extérieur De l’autre côté du trait, à côté de la société. À sa lisière, on dehors, mais tout au cœur. On y est de passage, le temps d’une fête ou d’une mauvaise passe.

02:22:48:20 – 02:23:01:04
Intervenant 3
On y va ou on en vient, on en rêve ou on en cauchemarde. On s’en sort. On y reste. On ne sait pas si on sait peut Sophie.

02:23:01:04 – 02:23:21:02
Intervenant 2
Merci beaucoup Sophie Blandinières pour ce texte qui résume vraiment, vraiment, vraiment très très très bien les choses. Sophie Puisque tu as le micro, tu peux t’asseoir sur une chambre et te répondre à quelques questions quant à ta rencontre. Parce que tu sais, c’est un peu un mariage ici, pour ne pas dire un enterrement. Parce qu’à un moment, on parlait de lui au passé.

02:23:21:03 – 02:23:35:23
Intervenant 2
J’ai dit arrêtez les conneries, c’est le présent. Donc on est dans un mariage qui nous lie. C’est l’amour de Jacob. Evidemment, cette expo, il ne la fait pas seule, mais quand même, c’est son idée, la catharsis. Toi, tu tues. On commence par le début de la rencontrer ou Jacob ?

02:23:35:23 – 02:23:58:07
Intervenant 3
Je l’ai rencontré il y a longtemps et on a passé une soirée ensemble. C’était sur Facebook en fait. Le premier contact, tu crois ? Et je lui ai écrit et on a eu une conversation qui était hyper profonde. Très vite, on aurait et on s’est donné rendez vous dans un théâtre à Odéon. Il avait des places pour une pièce absurde, fin, très, très intello.

02:23:58:16 – 02:24:25:19
Intervenant 3
En norvégien, je ne me souviens plus très bien et ils arrivaient dans un état bizarre. C’était au théâtre de l’Odéon, dans un contexte complètement là, qui était un peu décalé. Et on a beaucoup ri pendant toute la pièce puisqu’on ne comprenait rien. Moi, j’essayais de intellectualiser en comprenant rien, en inventant un autre langage. Bref, et on a fini la soirée d’une manière très alcoolisée et en riant, beaucoup ont fait de ces acquis dont je me souviens.

02:24:25:22 – 02:24:39:24
Intervenant 2
Alors j’ai en quête de mots clés et tu en a donné plein dans ce texte. C’était difficile parce que j’ai dû écrire des choses. Et suite à la lecture de ce texte, tu avais accaparé beaucoup de mots clés très forts lesquels tu garderais pour le définir ?

02:24:40:13 – 02:25:06:15
Intervenant 3
Il y en a un que je n’ai pas utilisé, que je n’aie pas écrit, mais qui résume assez bien est paradoxe. Noé plus que Jacob. D’une certaine manière, il est hyper connecté avec l’actualité, avec ce qui se passe dans le monde, avec la réalité objective entre guillemets, parce qu’il n’y a pas de réalité objective. Mais bon. Et donc il est là, il n’est pas à côté de ce qui se passe et de son époque et de son ton et de.

02:25:06:15 – 02:25:28:24
Intervenant 3
Et du monde. Et en même temps, il est dans un espace temps qui est complètement satelliser, qui est dans des espaces qui sont oui à la marge, qui sont parallèles et dans lesquels il y a des hommes comme des espèces de nuit, pas comme des tuyaux dans lesquels on serait des rats lumineux. Mais il y a un côté très lumineux donc ça, c’est le premier paradoxe.

02:25:28:24 – 02:25:59:12
Intervenant 3
Et puis l’autre paradoxe, c’est qu’il est aussi créateur que destructeur, aussi constructif que destructif. Aussi chaotique que structuré. Aussi fiable que non fiable. Aussi aéré que terrestre. Aussi il est très déchiré. Le côté christique, je trouve que là, il a bien travaillé dans l’étirement. Sur les quatre points cardinaux, vers les quatre points cardinaux, il y a les larrons en plus à côté, en toi par exemple, et d’autres avec lesquels il fait la fête.

02:25:59:12 – 02:26:00:03
Intervenant 3
Il oublie.

02:26:00:03 – 02:26:01:23
Intervenant 2
L’oublie. Moi je suis le gang des grilles.

02:26:02:06 – 02:26:02:13
Intervenant 4
Ouais.

02:26:03:00 – 02:26:03:16
Intervenant 2
Les joyeux drilles.

02:26:04:20 – 02:26:22:16
Intervenant 3
Et oui à l’autre paradoxe, il fait la fête et il fait n’importe quoi. Il est fou. C’est à la fois pour oublier, en même temps, pour se souvenir et c’est en même temps un temps d’éternité. En même temps, un temps qui dure, pas quoi. C’est le temps d’une luciole, c’est un temps de luciole.

02:26:23:18 – 02:26:26:04
Intervenant 2
Un temps chez vous pour digérer ce qui vient d’être dit.

02:26:28:01 – 02:26:28:03
Intervenant 3
Une.

02:26:28:24 – 02:26:29:19
Intervenant 2
Respiration.

02:26:30:05 – 02:26:30:22
Intervenant 4
Sans dégâts.

02:26:33:05 – 02:26:36:00
Intervenant 2
Et alors, cette expo dans la pensée, quoi de ces photos ? Tu les avez vu déjà ?

02:26:36:21 – 02:26:56:04
Intervenant 3
Non, il en fait beaucoup. C’est hyper. Justement, c’est un peu Jacob ça aussi. C’est un monde de photo. On marche sur du sur, du papier photo, on vit dans du papier photo. Il y a dans son ordinateur, il y a je ne sais combien de photos et je ne sais combien de disque dur. Il y a un truc grande bibliothèque, grande bibliothèque.

02:26:56:04 – 02:27:19:23
Intervenant 3
Jacob, crisse de photos. Et là, c’est très beau. D’abord, les formats sont ouf. J’aime l’idée que ce soit du papier qu’on puisse les toucher. Toucher des œuvres, c’est toujours mieux les faire agréables. Ça va bien avec le fait de s’asseoir sur une chambre à air et et j’aime bien le côté narratif aussi un peu roman photo, mais son texte dans des panneaux, il y a un peu comme des planches contacts, mais.

02:27:21:00 – 02:27:21:17
Intervenant 4
En roman photo.

02:27:22:03 – 02:27:33:24
Intervenant 2
Excellent. Je garderais ton contact pour la description des événements, c’est très précis. C’est joliment lettré et. Et Senghor ? Jacob a pris le micro. Ce n’est pas pour faire la bise aux gens qui voulaient intervenir ?

02:27:34:03 – 02:27:43:13
Intervenant 7
Oui, mais il y a Alexandra Tanenbaum qui vote chaque balance. Un serveur qui vient d’arriver et ça me fait aussi superviser la Sophie qui est là et avec qui je voulais converser. Une petite demi heure avec vous ?

02:27:43:15 – 02:27:45:00
Intervenant 2
Oui, bien sûr, n’hésite pas. On a le temps, la.

02:27:45:08 – 02:27:46:03
Intervenant 7
Phrase, ma phrase.

02:27:46:15 – 02:27:52:08
Intervenant 2
J’ajoute qu’il m’a la Diane qui vient d’arriver. C’est le live électronique qui se prépare d’ici une vingtaine de minutes.

02:27:53:13 – 02:28:11:21
Intervenant 7
Non, je suis très très très heureux aujourd’hui que Sophie soit là, puisque Sophie, c’est une histoire de là. C’est une histoire de vie. Qui est importante et notamment comme avec pas mal d’être. Le fait qu’elle soit présente dans tout ce que je fais. Et du coup, c’est ça que ça m’a nourri. D’une certaine manière. Mais des fois, les gens n’ont rien à faire.

02:28:11:21 – 02:28:23:04
Intervenant 7
Ils existent au travers simplement des échanges de ce qu’ils sont et ça me nourris. Ça me porte un peu partout. C’est déjà plus facile d’avoir des amis, un roi pas comme ça et qui sont aussi forts que des fois de voir des gens au quotidien, c’est beaucoup plus périlleux aussi.

02:28:23:22 – 02:28:39:00
Intervenant 2
Moi, j’aimerais bien travailler sur une formule de livre les plus grandes phrases de Jacob Rice, parce que pas mal, il y a quand même pas mal de philosophie, de clés comme ça pour posséder sur la vie. Je vous rappelle que chaque personne est un être et que, comme le dit Jacob, je suis né un jour.

02:28:40:10 – 02:28:41:23
Intervenant 7
Alors je n’ai pas dit qu’un jour.

02:28:42:18 – 02:28:57:11
Intervenant 2
Là, il prend des photos. C’est le bruit des photos parce que Jacob n’arrête jamais de chuter. Pour vous qui nous écoutez, qui peut être n’avez jamais entendu parler de Jacob Christ ? Eh bien, rejoignez nous, vous le verrez en vrai, il est là, il a enlevé sa combinaison culte. Ah non, c’est une salopette grise qui lui permet tout type.

02:28:57:17 – 02:29:00:03
Intervenant 7
C’est le seul truc que j’ai trouvé. Est ce que j’ai vole dans un.

02:29:00:22 – 02:29:03:08
Intervenant 2
État devenu culte quand même ? Je t’ai vu 1000 fois avec ce truc.

02:29:03:10 – 02:29:23:20
Intervenant 3
Il y a un truc qu’on a oublié. C’est pour ça que c’est bien qu’il y a des photos dans l’escalier. On pourrait les regarder en courant en montant et en descendant. Il a un côté très athlétique. Moi, j’ai souvent l’impression d’être en Grèce à l’époque des Jeux olympiques. Il y a un côté lutteur, il y a un côté aussi. Parfois, immonde quand même. C’est du béton, mais il monte dans les arbres.

02:29:23:22 – 02:29:24:17
Intervenant 3
Il a un côté très.

02:29:25:16 – 02:29:26:04
Intervenant 2
Très sportif.

02:29:26:24 – 02:29:48:21
Intervenant 7
En fait, les joueurs juste là, je n’ai pas fait une exposition de photos, on a pas fait une exposition de photos. Globalement, je m’en fiche un peu, mais bon, c’est une porte d’entrée. Les voix ont des moments pour nous, des photos des photographes. Tu sais, les gens projettent beaucoup, pour reprendre l’expression des gens. Et là, par contre, il y a Alexandra Tanenbaum qui vient d’arriver et qui est une amie par contre, qui elle travaille justement dans le micro et dans l’édition.

02:29:48:21 – 02:30:05:01
Intervenant 7
Et les choses comme ça et qui m’ont apporté et qui m’ont apporté un regard autre. Et je veux dire a posteriori, il pourrait y avoir un travail, un travail de restitution, un travail journalistique, de restitution des images et avec des textes et tout. Mais aujourd’hui, ce n’est pas le moment et les choses que je veux exprimer. Ce c’est pas du bus, c’est pas du tout ça.

02:30:05:04 – 02:30:24:14
Intervenant 7
Qu’est ce que tu fais là ? Il y a une vidéo visiblement qui a été faite avec des roches, des roches qui que j’ai pris dans toutes les soirées ou j’allais un petit peu de vidéo avant la mémoire, la mémoire du son, des lieux et quand je m’allonger par terre pour voir ce qui se passait en bas et le filmer. Et du coup, là, je montre surtout ça.

02:30:24:14 – 02:30:26:12
Intervenant 7
Donc le film qui embarque a été monté cette.

02:30:26:12 – 02:30:27:18
Intervenant 2
Semaine par JN Jean-Nicolas.

02:30:28:01 – 02:30:38:07
Intervenant 7
Avec ce qu’on avait et comme on pouvait, et qu’avec des lieux parisiens à des heures pas possible tout le temps. Et voilà qui montre un peu cette dynamique d’être, qui se retrouve à d’autres moments, qui construisent aussi ensemble.

02:30:38:17 – 02:30:44:20
Intervenant 2
Etc on reçoit des tweets de Clermont Ferrand, des gens demandent s’il sera publié en ligne parce qu’ils ne peuvent pas venir. Ils sont actuellement la nuit blanche de Clermont.

02:30:45:08 – 02:30:53:20
Intervenant 7
Maintenant, comme tout le reste ne sera pas publié, c’est la fin d’un cycle puisque maintenant je veux retourner travailler pour les laboratoires pharmaceutiques et sauver l’humanité.

02:30:54:12 – 02:31:09:07
Intervenant 2
Merci Jacob de s’impliquer dans la sauvegarde de l’humanité. C’est super sympa. Il faut bien qu’il y ait des gens, qu’ils le fassent parce que sinon je me demande bien ou on va aller. Ou va t on encore plus loin ? Jamais. Pourquoi pas ? C’est la chambre à air.

02:31:09:24 – 02:31:13:01
Intervenant 7
Moi je voulais revenir. On voulait revenir sur le texte de Sophie.

02:31:14:03 – 02:31:17:03
Intervenant 2
N’hésite pas là pour parler de toi. Donc venir.

02:31:17:06 – 02:31:19:08
Intervenant 7
Jouer ? Tout à fait. Écoute moi, je m’écoute aussi.

02:31:19:20 – 02:31:21:15
Intervenant 2
Écoute toi et Jacob, écoute toi.

02:31:21:15 – 02:31:33:18
Intervenant 7
Bien. Non mais Alexandra voulait prendre la parole Alexandre a quand même un petit peu. On a fait nos musiques. Je vais faire un peu de musique Après la musique pour la musique. Après la musique.

02:31:34:09 – 02:31:37:13
Intervenant 2
Alors excusez moi, est ce qu’on parle avec quelqu’un ? On ne parle pas de quelqu’un, mais.

02:31:37:13 – 02:31:38:08
Intervenant 7
On en parle avec toi même.

02:31:38:12 – 02:31:58:20
Intervenant 2
Je parle avec moi même. Pour vous, dire que nous sommes bien au Transfo, 36, rue Jacques Louvier Tessier ou Tessier Louvier, dans le 10ᵉ arrondissement de Paris. C’est le centre d’hébergement d’urgence et le lieu culturel d’Emmaüs. C’est dans le 10ᵉ arrondissement. Nous sommes de plus en plus nombreux. Merci Sophie. Je vous l’avais promis, il y a déjà maintenant un petit bout de temps.

02:31:58:22 – 02:32:16:01
Intervenant 2
Nous allons faire une balade dans ce lieu en migrant en micro sans fil et nous allons également diffuser le son des DJ qui se produisent en bas. Il y a deux canaux grâce à l’iPhone marseillais le casque sans fil. On peut écouter le haut et le bas. Mais avant ça, on va écouter de la musique et surtout, on va avoir un live puisqu’ils sont arrivés himalayennes.

02:32:17:00 – 02:32:24:16
Intervenant 2
Donc, comme prévu, rien ne se passe comme prévu. C’est aussi ça la chambre à air. Et je vous le rappelle, tout va bien se passer.

02:33:00:19 – 02:33:02:11
Intervenant 6
Un loyer aura la durée.

02:33:04:02 – 02:33:04:18
Intervenant 1
Et une.

02:33:05:11 – 02:33:53:03
Intervenant 6
Demi heure arrive à l’antenne. Les repères un horizon de rêve dans lequel mon cher et cher sont chers.

02:33:58:04 – 02:33:59:23
Intervenant 5
Un noyau a la durée.

02:34:01:19 – 02:34:02:11
Intervenant 4
On aura au.

02:34:02:11 – 02:34:07:06
Intervenant 11
-2 tiers après la baisse.

02:34:09:13 – 02:34:10:09
Intervenant 4
Mais j’en.

02:34:10:10 – 02:34:20:10
Intervenant 6
Retiens environ 20 dans l’académie Robert à Rennes.

02:34:23:06 – 02:34:44:09
Intervenant 6
Et au centre.

02:34:55:13 – 02:34:57:05
Intervenant 3
Un loyer aura la durée.

02:34:59:03 – 02:34:59:14
Intervenant 1
Et non.

02:34:59:15 – 02:35:10:22
Intervenant 6
Un revenu de retraite. Arrive à l’antenne. Ça devrait faire un maker faire.

02:35:11:19 – 02:35:13:04
Intervenant 1
Et je ne serais.

02:35:17:11 – 02:35:22:07
Intervenant 3
À l’antenne tellement un week end rêve.

02:35:25:01 – 02:37:16:02
Intervenant 6
Peut être pas papa papa Un loyer aura la durée on devrait faire un rêve, mais ça Michèle Richard qu’environ 20 raconte Robert I riverain de Rennes dans lequel Michel a l’oeil pour aller de Rennes on en arrive à la baisse dans lequel.

02:37:19:05 – 02:38:38:01
Intervenant 3
Il est arrivé vers 21. Rien de tel un week end, mais un week end FIP.

02:38:38:09 – 02:38:43:15
Intervenant 4
Il est 14 h 30, de très bel après 12 h à Paris. Sous le.

02:38:43:15 – 02:38:45:12
Intervenant 2
Soleil démoniaque de la.

02:38:45:12 – 02:38:46:18
Intervenant 12
Canicule automnale.

02:38:48:21 – 02:38:50:21
Intervenant 2
Le programmateur musical a complètement craqué.

02:38:51:20 – 02:38:53:22
Intervenant 4
Tous ces mots clés avaient choqué.

02:38:54:02 – 02:39:15:10
Intervenant 2
Il avait décidé de faire redescendre l’atmosphère, de se dire que non, la rêve, ce n’était pas la vie. La vie, c’était l’ascenseur et le calme. Je suis enfin en micro sans fil. Je suis redescendu au rez de chaussée. Peut être qu’il y a des micro-coupures. Je ne vais pas aller très loin pour commencer cette exposition avec une série de photos.

02:39:15:10 – 02:39:22:21
Intervenant 2
Plus personne ne les regarde. Je vais les rejoindre parce que je ne suis pas super bon pour décrire les images. Finalement, les images parlent pour elles mêmes. C’est assez difficile de.

02:39:23:09 – 02:39:24:07
Intervenant 5
Les décrire.

02:39:24:07 – 02:39:38:09
Intervenant 2
Mais il y a des grands formats, des petits formats. Messieurs dames, vous qui êtes là, vous êtes sur une fréquence. Vous m’entendez pas ? Toi, tu m’entends ? Qu’est ce que tu penses comme tu dis ? Bonjour Guillaume, qu’est ce que tu penses de ce travail ? Qu’est ce que tu fais là ? D’abord En fait, je suis.

02:39:38:09 – 02:39:48:02
Intervenant 4
Venu ce que je connais. Jakub et ma copine a aidé à monter. On est là pour revoir un peu le travail de Jacob.

02:39:49:05 – 02:39:58:08
Intervenant 2
Tout ça. C’est marrant parce qu’en fait, au moment ou je switch n’arrive pas exactement, je l’ai vu. Je me suis dit que ça allait être surprendre. Et que tu allais passer un super début de soirée. Et tu l’as rencontré à quelle occasion ?

02:39:58:13 – 02:40:01:22
Intervenant 4
Jacob ou je ne sais pas.

02:40:01:23 – 02:40:09:15
Intervenant 2
Je crois que c’est dans un cadre assez classique. Petite soirée ou petite soirée, pas d’apéro nu, rien de rien de sensation. Juste un truc.

02:40:10:04 – 02:40:11:15
Intervenant 4
Tout à fait en comparaison, là.

02:40:11:16 – 02:40:14:12
Intervenant 2
Non ? Classique. Et toi, tu rêves à fond ?

02:40:14:20 – 02:40:24:16
Intervenant 4
Non du tout. J’ai fait une ou deux péripéties à tous, voilà, mais peut être micro-climat alors. Mais mes pas pas torse nu encore.

02:40:25:07 – 02:40:40:19
Intervenant 2
C’est le début. C’est tout un monde qui se déploie devant toi. C’est magnifique. Je suis très content que tu sois qu’au début du parcours, tu vois c’est vraiment le meilleur moment. Qu’est ce que tu pourrais me dire de ces images ? Parce que je suis très mauvais en description d’images. C’est Guillaume. Descripteurs d’image.

02:40:41:14 – 02:40:46:23
Intervenant 4
Descripteurs d’image, non ? Oui, c’est un underground. Le froid, le béton.

02:40:48:07 – 02:40:49:01
Intervenant 2
C’est souvent le béton.

02:40:49:07 – 02:40:53:00
Intervenant 4
Le béton brut, c’est ça le brut. C’est ça que ça que j’aime bien.

02:40:53:15 – 02:41:03:11
Intervenant 2
Mais c’est comme des lieux qui sont comme des lieux qui ne devraient pas être là. On se dit que c’est un peu rayer de la carte. C’est comme si c’est comme des graffitis. En fait, ça faisait des êtres humains.

02:41:05:10 – 02:41:06:05
Intervenant 4
Afin que je réponde à ça.

02:41:06:15 – 02:41:11:02
Intervenant 2
Non ? C’est vrai qu’il y a rien à dire, c’est vrai. Je pouvais partir suite à la phrase punchline, comme on dit.

02:41:11:20 – 02:41:19:14
Intervenant 4
Nono Oui, c’est les lieux devraient pas être là que déjà c’est des lieux squattés souvent. Mais non, ce que j’aime bien, c’est vraiment le côté dans le côté brut.

02:41:21:23 – 02:41:27:01
Intervenant 4
Après Graff, oui, il y en a plein, mais après ce que les personnes sont des graff et tout ça, ça par compte, je ne sais pas.

02:41:27:07 – 02:41:35:16
Intervenant 2
Question Vous pouvez poser chez vous un être humain peut il devenir un graffiti ? C’est assez sexy quand même. Ces photos, je trouvais ça, ça suinte le sexy.

02:41:36:09 – 02:41:37:14
Intervenant 4
C’est les gens. Justement.

02:41:37:23 – 02:41:39:08
Intervenant 2
C’est le principe de la fête libre.

02:41:39:08 – 02:41:52:02
Intervenant 4
Que j’aime bien chez tout ce qui est perché, pattes et compagnie, c’est que c’est vraiment le côté. On vient, c’est gratos. Et puis si c’est le bordel, c’est exactement ça. C’est moi. C’est humide.

02:41:52:18 – 02:41:55:04
Intervenant 2
Comment tu définit une fête libre ? Ça veut dire quoi une fête libre ?

02:41:55:23 – 02:42:01:15
Intervenant 4
Ben justement, c’est ça. En fait, c’est par exemple par rapport au fait qu’on peut faire en club. Déjà les plans.

02:42:01:16 – 02:42:09:14
Intervenant 2
L’entrée, l’habillement, la sécurité. Déjà ça avant de rentrer. Donc pas de pas de chèque, pas de casting, pas de pression, pas de jugement.

02:42:09:24 – 02:42:12:19
Intervenant 4
Pas de pas de pas de chiffres, pas de.

02:42:13:12 – 02:42:14:10
Intervenant 2
Prix hallucinants.

02:42:14:10 – 02:42:17:19
Intervenant 4
Déjà. Et puis après, derrière, à l’intérieur, il n’y a pas de.

02:42:18:16 – 02:42:19:14
Intervenant 2
C libre dans le sens ou.

02:42:19:14 – 02:42:20:13
Intervenant 4
Il y a aucun contrôle quand.

02:42:21:11 – 02:42:22:00
Intervenant 2
On fait ce qu’on veut.

02:42:22:10 – 02:42:26:15
Intervenant 4
Exactement Mais ça veut, on fait ce qu’on veut et et.

02:42:26:15 – 02:42:29:03
Intervenant 2
C’est ça. En fait, c’est vraiment comme une fête qu’on peut faire chez soi.

02:42:29:03 – 02:42:31:12
Intervenant 4
Mais peut être comme une énorme crémaillère.

02:42:32:06 – 02:42:33:20
Intervenant 2
Sauf que dans un appart, de 600 mètres carrés, quoi.

02:42:34:03 – 02:42:36:22
Intervenant 4
C’est ça exactement ? Exact.

02:42:37:05 – 02:42:54:17
Intervenant 2
Merci beaucoup Guillaume. Tu reviendras, tu était bon. Moi je suis content de l’avoir croisée. Est ce que ça, on est en direct sur tout va bien se passer, point comme je suis. Xavier J’anime cette émission jusqu’à 2 h du matin de la station, donc c’est parfait. Tout va bien se passer pour comme et figure toi qui sait ce qui va exactement se passer Merci à toi.

02:42:54:17 – 02:43:07:18
Intervenant 2
Continue la balade et n’hésite pas à revenir. Tu m’as pas vraiment parlé de Jacob, mais finalement on a parlé de son travail et c’est pas mal. Vous venez d’arriver ? Oui, tu débarques oui, c’est pas le bienvenu. Comment tu t’appelles Matthieu ? Matthieu Si on se recroise, tu me parlera de ce que tu as vu. D’accord, c’est pas le bienvenu.

02:43:08:21 – 02:43:27:05
Intervenant 2
Et l’eau est super bonne ici. C’est un des avantages, alors beaucoup de gens sont dehors. Je vais voir si je peux y aller avec le micro ou si sa coupe Himalaya de ski qui sent la coupe un peu sa coupe rapproche. Toi Himalaya de James parce que on parle avec un des deux himalayen de James qui s’appelle Artur.

02:43:27:18 – 02:43:31:16
Intervenant 2
Ça va très bien. Ecoute. Alors tu as une requête, tu veux plus jouer à 22 h ?

02:43:32:01 – 02:43:34:18
Intervenant 4
Non, je préfère on va faire la clôture 1 h ou.

02:43:35:01 – 02:43:48:18
Intervenant 2
2 h, 1 h, 2 h. Ça veut dire qu’il y a deux heures de musique pour terminer cette émission. 1 h de mix de Monsieur Bonus qui se termine par un live Vasco. Alors attends, tu parles sans que j’entende vraiment ce que tu dis parce que tu n’avais pas le micro. Excuse moi. Si on attend, Orphée se.

02:43:48:18 – 02:43:51:16
Intervenant 4
Joindra à nous, on aura une chorale, on a un road trip.

02:43:52:16 – 02:44:08:15
Intervenant 2
Et Vasco, c’est quoi ? Un road trip ? Road trip ? Il va venir faire l’artiste, un trip artiste. Il y a du. Il y a du name dropping ce soir, one trip annoncé à un heure du matin avec Himalaya. C’est du lourd. Merci d’être là les gars. Donc vous allez attendre un peu. Vincent Tu n’as pas le droit de parler ?

02:44:09:05 – 02:44:09:16
Intervenant 5
C’est vrai.

02:44:09:23 – 02:44:18:06
Intervenant 2
Merci Vincent. Il y a des gens comme ça. Alors quand ça se passe, je suis le seul tour que je vais faire. Je pense comme ça, un peu freestyle. Toi Julie, ça se passe bien ?

02:44:18:15 – 02:44:20:09
Intervenant 4
Ouais ouais, ça se passe bien.

02:44:20:17 – 02:44:22:08
Intervenant 2
Qu’est ce que tu as à rajouter par rapport à tout à l’heure ?

02:44:25:17 – 02:44:31:04
Intervenant 3
Non mais c’est rigolo. Mais en fait, je ne sais pas par rapport à l’expo Jacob.

02:44:31:12 – 02:44:34:01
Intervenant 2
Par rapport à tout point global.

02:44:35:00 – 02:44:35:17
Intervenant 4
Je vais en faire un.

02:44:36:02 – 02:44:36:20
Intervenant 2
T’es pas obligé non plus.

02:44:37:06 – 02:44:57:20
Intervenant 3
Ah oui, c’est vrai. Pas d’obligation par rapport à l’exposition, mais ça se passe bien. On a tout fait dans les temps et tout est visible tout le monde est touché, donc ça c’est cool. Et après, je me disais par rapport à Jacob pour moi, c’est la personne la plus vivante que j’ai rencontré. C’est ça que je voulais dire.

02:44:58:11 – 02:45:04:04
Intervenant 2
Wow, ça c’est du compliment. Merci pour lui. La personne la couette a dit la personne.

02:45:04:22 – 02:45:05:19
Intervenant 3
La plus vivante.

02:45:05:22 – 02:45:13:07
Intervenant 2
La plus vivante. Tu te rends compte ? Une meuf de dix sept est le mec le plus vivant que je connaisse. Il y a déjà une meuf ou un mec qui l’a dit et la personne la plus vivante que je connaisse.

02:45:14:11 – 02:45:15:16
Intervenant 5
Ah non, plutôt dit l’inverse.

02:45:15:23 – 02:45:16:13
Intervenant 4
Ah bah bravo.

02:45:16:16 – 02:45:18:03
Intervenant 2
Alors je rentre dans la salle.

02:45:18:05 – 02:45:21:08
Intervenant 4
DJ à toi.

02:45:21:08 – 02:45:26:01
Intervenant 2
Apparemment à des souvenirs de la période. Oui, c’est pas obligé, tu peux donner un faux prénom. Comment tu t’appelles.

02:45:26:09 – 02:45:28:01
Intervenant 4
Cécilia ? Pas de soucis.

02:45:28:05 – 02:45:32:19
Intervenant 2
Silvio. Alors qu’est ce que tu fais comme anecdote ? On est dans la salle. DJ C’est ça que vous entendez derrière nous ? C’est le DJ, c’est techno.

02:45:33:18 – 02:45:35:18
Intervenant 4
Pardon, je comprends bien le français.

02:45:36:00 – 02:45:36:19
Intervenant 2
Tu veux parler anglais ?

02:45:37:04 – 02:45:38:03
Intervenant 4
On en a en français.

02:45:38:15 – 02:45:43:04
Intervenant 2
Est ce que tu aurais des souvenirs à nous donner ? Parce que Vincent nous a dit qu’il avait des souvenirs supers de la période.

02:45:44:02 – 02:45:49:00
Intervenant 4
Je peux pas te dire qu’il a pleuré pas. C’est ça le truc. Il faut rien dire. Ça reste dans la tête.

02:45:49:07 – 02:45:50:06
Intervenant 2
C’est comme le Fight Club ?

02:45:50:16 – 02:45:58:21
Intervenant 4
Exactement. C’est là, entre les gens qui vont plus fort, rien dire ça. Entre les gens, ça se partage par mémoires.

02:45:59:18 – 02:46:03:12
Intervenant 2
Holy shit, la pairie passe donc à découvrir. Il y a plus de péripéties, c’est fini.

02:46:04:01 – 02:46:04:16
Intervenant 4
Malheureusement.

02:46:05:00 – 02:46:11:03
Intervenant 2
C’est fini. Malheureusement, vous l’avez raté, mais vous pouvez retrouver des moments répètes en photo, non ? On retrouve des moments perpète en photo ici.

02:46:11:06 – 02:46:14:21
Intervenant 4
Oui, c’est ça qui m’a donné des bons souvenirs coquins.

02:46:15:03 – 02:46:20:19
Intervenant 2
Merci beaucoup. Je m’approche des enceintes pour que vous sentiez le. Sont diffusées ici.

02:46:24:12 – 02:46:37:24
Intervenant 2
Si vous entendez bien. Mais je vais me brancher de manière directe. Tech, c’est le signal pour envoyer un morceau. Tu peut remettre Herbie Hancock en guise de transition et je vais passer en mode DJ. C’est quoi ton nom ?

02:46:37:24 – 02:46:39:12
Intervenant 4
DJ Black Dog.

02:46:39:12 – 02:46:39:22
Intervenant 5
Bastard.

02:46:40:10 – 02:46:41:18
Intervenant 2
Black Dub Bastards ?

02:46:42:03 – 02:46:42:14
Intervenant 4
OK.

02:46:43:04 – 02:46:45:20
Intervenant 2
C’est ton AT. On peut te retrouver sur un site à Meuh. J’ai tout avec ça.

02:46:45:22 – 02:46:46:14
Intervenant 4
Je regarde.

02:46:46:17 – 02:46:47:09
Intervenant 2
Sur Instagram.

02:46:47:19 – 02:46:48:12
Intervenant 4
C’est pas grave.

02:46:49:05 – 02:46:49:19
Intervenant 2
Comment tu dis.

02:46:50:15 – 02:46:53:03
Intervenant 4
Black Dog Bastard de Black Dog Bastard.

02:46:53:03 – 02:48:44:09
Intervenant 2
Donc un mix juste après cette transition, c’est pour des problèmes techniques ? Plutôt pour une une bonne compatibilité technique que nous faisons. Ce break, c’est maintenant la texture Tout va bien se passer comme 22 h zéro huit en direct du Transfo, 36, rue Jacques Louvel Tessier, dans le 10ᵉ à Paris. Et nous repartons sur un mix techno. C’est celui qui vient de ce lieu, en bas de l’auditorium.

02:48:44:19 – 02:48:47:15
Intervenant 2
C’est au rez de chaussée, ça tabasse, se souvient du nom du DJ Index.

02:48:48:03 – 02:49:02:06
Intervenant 4
Et voilà plus ça à l’ambiance. Bon, c’est bien quand c’est certain que la véritable, c’est de voir ce que je peux faire. C’est voir ce que tu nous demande. Sinon, quel est ton morceau.

02:49:02:06 – 02:49:02:18
Intervenant 2
Préféré.

02:49:02:21 – 02:49:03:13
Intervenant 4
d’Ursula ?

02:49:03:15 – 02:49:06:23
Intervenant 5
Si tu es bouche allez, on.

02:49:06:23 – 02:49:19:10
Intervenant 2
Part en musique techno pour un temps indéterminé et nous reprenons la parole ici sur ces chambreurs. Ils sont de plus en plus nombreux à être installés. Peut être vont ils libérer leur parole à notre micro.

02:49:19:11 – 02:50:06:16
Intervenant 4
Qui sait Nous cherchons avant.

02:50:06:16 – 02:50:15:02
Intervenant 10
L’ouverture, puisque nous avons déjà des témoignages qui nous ont indiqué que la drogue se vendait à profusion et sur le chemin d’accès et à l’intérieur de la.

02:50:15:02 – 02:50:15:10
Intervenant 5
Soirée.

02:50:15:20 – 02:50:17:11
Intervenant 1
Tout va bien se passer comme.

02:50:23:14 – 02:53:49:11
Intervenant 6
La fête continue à cause de cette tragédie car il reste le black out sur sa soirée. Ex Absolute Mass avec un groupe de rap Light Break l’année prochaine car il reste We CAN, un festival russe. Chaque jour sur scène, un match hors d’atteinte. Rien n’est -5 mètres même cinq chaque matin. Ça c’est un challenge maxi comme ça.

02:53:51:20 – 02:53:52:07
Intervenant 5
Marseille.

02:53:52:13 – 02:54:05:00
Intervenant 6
Ça ça n’a regarde Tag Marine tout ou rien.

02:54:07:20 – 03:06:13:20
Intervenant 6
Cela reste Marseille, cinq 500 Marseille, ça vient chaque jour sur ce spectacle rien n’est plus ou moins juste à l’autre qu’on a décroché du du du du challenge du.

03:06:39:12 – 03:06:41:02
Intervenant 1
Tout va bien se passer. Pas comme.

03:06:45:14 – 03:06:46:20
Intervenant 4
De retour sur le.

03:06:46:20 – 03:07:04:22
Intervenant 2
Plateau, au cœur du transfo. Alors mettons, casque en position vers le haut, comme ça tu entendra ce qui se passe en haut. Nous avons deux canaux grâce à la technologie l’iPhone mars que je remercie au passage David Fox. Merci, merci. Merci beaucoup et il nous a rejoints. C’est un.

03:07:06:02 – 03:07:06:16
Intervenant 4
Artiste.

03:07:06:18 – 03:07:19:08
Intervenant 2
C’est un parisien, c’est un, c’est un être, un être comme on dit. Jacob parle bien devant le micro ses maîtres de Paname et Mehdi me dit toi, tu es suivi par Emmaüs depuis pas mal de temps.

03:07:19:08 – 03:07:49:01
Intervenant 4
Ouais ouais, ouais, ouais, totalement. En fait, c’est grâce à eux que je me suis sorti de la galère. J’étais cinq ans SDF à la rue et grâce à eux, j’ai 48 ans, donc ça fait 25 ans que je suis suivi par eux. Donc j’ai bon ? Ils m’ont aidé, tout simplement. J’ai un peu harcelé de temps en temps pour qu’il me trouve une place dans leur centre d’hébergement d’urgence.

03:07:49:05 – 03:08:17:09
Intervenant 4
Tout simplement. Ce qu’on appelle maintenant, c’est à eux, là ou vous êtes actuellement là. Ce bâtiment là qui, justement, qui vous accueille, c’est un bâtiment ou on réinsère, on fait de la réinsertion sociale, tout simplement. Donc on peut aider les gens, que ce soit pour leurs papiers ou tout simplement pour leur donner à manger, pour leur donner un logement.

03:08:19:00 – 03:08:22:05
Intervenant 4
Tout ce que l’abbé Pierre avait dans son cas, en fait.

03:08:23:07 – 03:08:34:14
Intervenant 2
Et toi, ça te fait du bien ? Visiblement, t’as bonne mine d’être là. Et alors ? On parle de ce parallèle culture réinsertion, réinsertion ? Et toi, t’es le parfait exemple que ça fonctionne. Pourquoi ?

03:08:35:01 – 03:08:57:23
Intervenant 4
Bien. Au fait, je pense que il faut que ça vienne de ça vienne de soi même, tout simplement. En fait, si tu veux t’en sortir dans la vie, là bas, il faut que ça vienne de toi même. Tu ne peux pas forcer quelqu’un de se sortir de sa galère. En fait, il faut vraiment que ça vienne de lui même.

03:08:58:05 – 03:09:31:22
Intervenant 4
Et je pense que Emmaüs et il t’apporte ce truc. En fait, tu as le droit à t’en sortir, tu as le droit. Je parle bien de droit parce que le droit, en fait, c’est quelque chose que beaucoup de gens oublient. Ça peut être un droit juste pour tes papiers, un droit juste pour un logement, un droit de pouvoir te nourrir correctement.

03:09:32:00 – 03:09:35:24
Intervenant 2
Donc ils vont te donner des ressources pour que toi, tu es le déclic pour accéder à tout ça.

03:09:36:05 – 03:09:36:20
Intervenant 4
Exact que.

03:09:36:20 – 03:09:38:19
Intervenant 2
Tu disais peut être que c’était pas pour toi.

03:09:39:01 – 03:10:01:10
Intervenant 4
Exactement. Et peut être que moi je n’aurais même pas eu l’idée de demander à ces personnes là au même une assistante sociale ou tout simplement une assistante sociale. Tu vas l’avoir à la mairie de Paris ne va pas forcément te dire oui, ben tu peux te diriger vers telle structure ou telle structure. Il n’y a pas que Emmaüs, bien sûr.

03:10:01:23 – 03:10:23:06
Intervenant 4
Il y a d’autres organisations, d’autres associations, organisations on se trouve face aux associations. Mais oui, c’est c’est. C’est là ou la France est très importante dans les cultures Moi, je vais dire.

03:10:23:06 – 03:10:23:19
Intervenant 2
Social.

03:10:23:23 – 03:10:31:07
Intervenant 4
Oui, social et et d’autres pays.

03:10:31:20 – 03:10:44:16
Intervenant 2
D’assistance aussi. Mais la baseline d’Emmaüs France sur la page Wikipedia, qui nous aide beaucoup ce soir ne pas subir, toujours agir, donc. Une association loi de 1901 créée en 85 par.

03:10:45:01 – 03:10:45:15
Intervenant 4
La 900.

03:10:45:22 – 03:10:52:00
Intervenant 2
Tu te rends compte, ça c’est le statut d’association. 1901, c’est la création. C’est en 1985, par.

03:10:52:03 – 03:10:53:09
Intervenant 4
1985, de.

03:10:53:09 – 03:10:53:22
Intervenant 2
L’abbé Pierre.

03:10:55:03 – 03:11:00:01
Intervenant 4
Il fallait l’abbé Pierre pour qu’il y ait ce genre de loi là. Tu vois, c’est les.

03:11:00:01 – 03:11:08:12
Intervenant 2
Bons côtés du catholicisme, contrairement aux autres, dévoyées récemment. Bien sûr, il y a quand même une belle énergie derrière cette forme de monothéisme.

03:11:08:12 – 03:11:27:12
Intervenant 4
Je ne suis pas du tout, je suis complètement athée, je suis complètement raté, je crois pas. Bref, chacun a droit de croire au rêve. Et mais c’est un bel exemple de solidarité entre les personnes qu’on ont vraiment besoin.

03:11:27:24 – 03:11:33:07
Intervenant 2
Mais ça paraît surréaliste même de parler de ça comme ça, comme si ce n’était pas naturel.

03:11:33:09 – 03:11:35:00
Intervenant 3
En fait, ça a toujours existé.

03:11:35:18 – 03:11:41:13
Intervenant 4
Alors je vais peut être avoir un petit discours un peu extrême.

03:11:42:16 – 03:11:43:19
Intervenant 2
N’est il pas on est là pour ça.

03:11:44:01 – 03:11:47:01
Intervenant 4
Je je suis.

03:11:47:17 – 03:11:48:16
Intervenant 3
De Lutte ouvrière.

03:11:49:11 – 03:11:55:21
Intervenant 4
Je sais que l’ouvrier n’aura jamais le gain de cause.

03:11:56:22 – 03:12:01:01
Intervenant 2
Si, quand il y aura plus besoin d’ouvriers, il y aura des robots suffisamment efficaces pour.

03:12:01:01 – 03:12:02:01
Intervenant 4
Quand il y aura des robots.

03:12:02:17 – 03:12:13:20
Intervenant 2
Ça vient en harmonie et on est presque en dérive un peu la culture toi ? Dans quelle mesure ? Ça a fait beaucoup progresser, évoluer. Est ce que tu as pratiqué des ateliers qui étaient proposés par Emmaüs ? Des choses comme ça ?

03:12:13:21 – 03:12:24:14
Intervenant 4
Oui, bien sûr. Tout à fait. J’ai participé à un atelier qui s’appelle Beït et donc qui est totalement européen.

03:12:25:04 – 03:12:26:16
Intervenant 2
Ah oui, c’est du Suédois, c’est quoi ?

03:12:26:17 – 03:12:54:22
Intervenant 4
Ben non, alors beh, c’est la première lettre de l’alphabet hébreu à qui veut dire maison. D’accord. Et c’est aussi une signification aussi arabe aussi. Oui, mais aussi ça veut dire maison aussi. OK, donc on a travaillé avec les enfants et on a eu des ados, des ados de seize ans comme des gens de onze ans.

03:12:55:07 – 03:12:57:02
Intervenant 2
Alors tu as travaillé avec des enfants.

03:12:57:08 – 03:12:59:10
Intervenant 4
Alors on a travaillé sur les traces.

03:12:59:13 – 03:13:00:07
Intervenant 3
Historiques.

03:13:00:20 – 03:13:01:11
Intervenant 4
Les cicatrices.

03:13:01:11 – 03:13:03:14
Intervenant 3
Les cicatrices de la ville.

03:13:04:22 – 03:13:40:24
Intervenant 4
Ou on était du quartier. On était donc on était dans le quartier du 10ᵉ, par exemple, dans le quartier du 10ᵉ. Par exemple, ici et ou on a demandé aux enfants d’observer les cicatrices de la ville ça peut être des graffitis, ça peut être des plaques de commerces de commémoration, des portées, ça peut être. Il y a un artiste qui fait des photos au niveau au niveau de l’hôpital Saint-Louis.

03:13:41:17 – 03:13:43:04
Intervenant 4
Tout un mur, des photos.

03:13:43:22 – 03:13:44:24
Intervenant 2
Donc. C’est quoi ces balades ?

03:13:45:09 – 03:13:46:11
Intervenant 4
Les balades dans la rue.

03:13:46:11 – 03:13:50:05
Intervenant 3
Pour captiver la curiosité des.

03:13:50:05 – 03:13:50:13
Intervenant 4
Enfants.

03:13:51:05 – 03:13:55:24
Intervenant 2
Et toi, qu’est ce que ça t’apporte ? De captiver la créativité des enfants ou la curiosité des enfants ?

03:13:56:18 – 03:14:06:05
Intervenant 4
En fait, c’est assez curieux, c’est quelque chose qui en fait ça et ça me donne de l’espoir.

03:14:08:04 – 03:14:09:08
Intervenant 2
Parce que les enfants sont sympa.

03:14:10:07 – 03:14:10:24
Intervenant 4
Pas seulement.

03:14:11:15 – 03:14:11:22
Intervenant 5
Que.

03:14:12:08 – 03:14:13:24
Intervenant 4
Les enfants possèdent. Les enfants.

03:14:14:14 – 03:14:14:21
Intervenant 3
Ne sont pas.

03:14:14:21 – 03:14:22:13
Intervenant 4
Toujours par les ados, surtout les gens. Ça va, ça passe, mais les ados.

03:14:22:13 – 03:14:24:05
Intervenant 3
Sont très très très.

03:14:25:07 – 03:14:29:16
Intervenant 4
Très très percutants. Mais les ados, oui, y sont.

03:14:30:09 – 03:14:33:19
Intervenant 3
Ils se posent des questions. Pourquoi cette cicatrice ?

03:14:33:19 – 03:14:45:16
Intervenant 4
Pourquoi à ce moment là, dans l’histoire de cette ville là ? Pourquoi est ce cette maison là ? Elle est là, tout simplement.

03:14:46:08 – 03:14:48:11
Intervenant 3
Pourquoi cette maison là date de 1008.

03:14:48:11 – 03:14:50:09
Intervenant 4
166, par exemple ?

03:14:50:15 – 03:14:52:04
Intervenant 2
Et en quoi ça remue toi tout ça ?

03:14:52:20 – 03:15:15:04
Intervenant 4
Donc ça me remue parce que et les enfants, en fait, ils sont Ils sont trop curieux et c’est parce que ça me fait des émotions assez assez bizarre en fait. Et je pense que l’avenir vient de ces enfants là, en fait, j’espère. Sinon, l’avenir y vient d’eux.

03:15:15:04 – 03:15:27:06
Intervenant 3
Parce qu’ils sont tellement curieux, tellement intelligents qu’ils peuvent. Ils peuvent nous mener à des choses vraiment surprenantes.

03:15:27:24 – 03:15:31:07
Intervenant 2
Innovantes, inédites. On est sortis de nulle part.

03:15:31:17 – 03:15:33:08
Intervenant 3
Ouais, carrément.

03:15:33:13 – 03:15:45:15
Intervenant 2
JSA et Nomade made in Paname, c’est ça ? Et in the house ? Merci beaucoup pour ces témoignages. Qu’est ce que t’as vu ? Qu’est ce que tu en a pensé ? Des images ici visibles.

03:15:47:06 – 03:16:21:05
Intervenant 4
C’est un travail incroyable. Déjà, on braille Je viens pas d’ici, mais je connais très bien la structure et franchement, en une journée à peu près. Vous avez fait un travail incroyable Vous êtes formidables toutes vos équipes. Là, il faut vous remercier. Mais ouais. Et le monsieur qui est derrière la régie ? Et attention sur le contenu du web. J’ai juste un fichier avec la.

03:16:22:03 – 03:16:26:14
Intervenant 2
Le mec est expert en sécurité. Tant d’accord que ça déconne pas quoi.

03:16:26:19 – 03:16:27:19
Intervenant 4
OK d’accord.

03:16:28:07 – 03:16:45:08
Intervenant 2
Je suis content que ça été plus C’est hyper hyper bien d’être venu. Merci pour ce temps et ça me donne envie avant de repasser sur le de rêve. Peut être ensemble de se rappeler que tout est possible. Quand on peut changer les choses.

03:16:45:23 – 03:16:47:03
Intervenant 4
Il faut changer les choses.

03:16:47:03 – 03:16:48:22
Intervenant 2
On peut changer les choses, il faut changer les choses.

03:16:48:22 – 03:16:49:09
Intervenant 4
Changer les.

03:16:49:09 – 03:16:50:09
Intervenant 2
Choses. Elles changent tout le temps.

03:16:50:20 – 03:17:05:20
Intervenant 4
Et c’est ça qui est important dans l’avenir de l’être humain. C’est qu’on est tous de culture différente. Mais rien ne nous empêche d’avancer ensemble. Mais ouais, parce que toi.

03:17:05:20 – 03:17:15:23
Intervenant 2
Et toi et toi et moi, on peut faire des trucs de ouf. Exact, on peut supplanter le réel, on peut voir n’importe quoi dans le ciel et le faire descendre à travers son cœur dans la réalité.

03:17:16:16 – 03:17:18:20
Intervenant 4
C’est clair, c’est clair et net.

03:17:19:14 – 03:17:23:09
Intervenant 2
C’est ça l’existence Mais dites Paname, super, merci d’être venu.

03:17:23:16 – 03:17:25:06
Intervenant 4
OK, ça a marché, mais je crois que.

03:17:25:15 – 03:17:28:00
Intervenant 2
C’est le moment, peut être ensemble, d’entonner l’hymne de la chambre.

03:17:28:00 – 03:17:31:23
Intervenant 4
R La chambrer. C’est quoi l’hymne de la chambre à air ?

03:17:32:03 – 03:17:51:03
Intervenant 2
C’est un hymne qui est perdu dans les âges, qu’on fait remonter un peu chaque année. Un peu plus, c’est c’est c’est un endroit entre ciel et terre. C’est un endroit qui s’appelle la chambre à air. Parce que oui, il y a un endroit, il y a un endroit qui existe entre ciel et terre. Un endroit ou tout est possible. Cet endroit s’appelle la chambre à air.

03:17:51:17 – 03:18:02:19
Intervenant 2
Et toi aussi, à ta place. Toi comme toi et toi et toi et toi. Et tout le monde a sa place parce que c’est possible de s’en sortir. C’est possible si t’as envie d’aller plus loin, ça marche. Cet endroit s’appelle.

03:18:02:19 – 03:18:08:13
Intervenant 4
La chambre à air. Ça me plaît bien vraiment. Vers moi et moi, on peut.

03:18:08:13 – 03:18:10:13
Intervenant 2
Vraiment le faire.

03:18:13:17 – 03:18:17:13
Intervenant 5
C’est vraiment vraiment super.

03:18:18:03 – 03:18:19:00
Intervenant 4
Comme moi d’être.

03:18:19:00 – 03:18:20:22
Intervenant 2
Sur une chambre à air. Merci. Mais dites.

03:18:20:22 – 03:18:22:13
Intervenant 4
Panam, que ça marche, y’a.

03:18:22:13 – 03:18:24:07
Intervenant 2
Pas à le faire. Va guérir, c’est tout un monde.

03:18:24:14 – 03:18:33:00
Intervenant 4
En bref, je vais essayer soit meilleure pour toi pour toi.

03:18:33:12 – 03:18:35:13
Intervenant 6
Pour toi je connais. Toi.

03:18:36:09 – 03:18:36:23
Intervenant 4
Ça va à.

03:18:36:23 – 03:18:51:20
Intervenant 2
La terre sur la feuille de temps en temps. Or, dans le monde de la techno, redescends sur le dance floor pour une session. Merci Mehdi de Paname. Merci pour ton temps. Merci à vous qui êtes ici et vous qui nous écoutez chez vous. 22 h 38 Vous avez encore le temps de nous rencontrer, de nous découvrir, de voir les photos de Jacob et nous parler de lui.

03:18:51:20 – 03:19:05:17
Intervenant 2
Si vous l’aimez, vous le connaissez bien. C’est au 36, rue Jacques Louvel Tessier, dans le 10ᵉ arrondissement de Paris. C’est Paris et la Nuit Blanche 2022. Et on est là jusqu’à 2 h du matin. C’est reparti dans la grosse techno mondiale.

03:19:06:14 – 03:19:30:04
Intervenant 6
Du chef du marché à tout prix.

03:19:32:15 – 03:20:48:16
Intervenant 6
Qui va la faire disparaître pas du du.

03:21:52:07 – 03:21:53:09
Intervenant 4
Les rêves de la petite.

03:21:53:09 – 03:21:57:17
Intervenant 2
Ou littéralement partie délire arrivent tout droit de Grande-Bretagne. Margaret Thatcher avait à.

03:21:57:17 – 03:22:03:03
Intervenant 4
L’époque interdit aux clubs anglais de poursuivre leur soirée après 3 h du matin. La jeunesse londonienne.

03:22:03:03 – 03:22:03:18
Intervenant 2
Refuse de.

03:22:03:18 – 03:22:06:15
Intervenant 4
Se coucher si tôt, désertent alors les boites de nuit.

03:22:06:20 – 03:22:09:13
Intervenant 2
Au profit de rassemblements clandestins dans des forêts.

03:22:09:18 – 03:22:17:00
Intervenant 4
Ou des usines désaffectées. Un nouveau concept est né et dans ce genre de soirées, rien n’est interdit. Les délires les plus sont possibles.

03:22:17:18 – 03:22:19:09
Intervenant 1
Tout va bien se passer comme.

03:22:45:11 – 03:22:45:16
Intervenant 5
Si.

03:22:48:22 – 03:22:50:01
Intervenant 3
La chambre à.

03:22:52:17 – 03:23:04:07
Intervenant 2
Saucisse en direct du 36 rue Jacques Louvel, était si c’est le transfo. C’est dans le 10ᵉ rejoint il est 22 h 42, tout est encore possible.

03:23:04:15 – 03:23:06:07
Intervenant 4
Lâche, c’est Ships village.

03:23:06:07 – 03:23:10:03
Intervenant 2
Cette classe sort de chez toi. Viens danser, bouge ton corps, sinon.

03:23:10:10 – 03:23:24:22
Intervenant 4
Tu vas crever Le plus proche est toujours tout croche.

03:23:26:12 – 03:24:26:07
Intervenant 6
Du coup, la direction du Musée du qui a mis la main sur quelqu’un samedi matin, s’inquiète de la forme de son chômage et personnel au chômage structurel.

03:24:50:19 – 03:24:59:07
Intervenant 6
C’est bien et cette personne de l’atmosphère n’est pas la seule à.

03:25:00:18 – 03:25:08:11
Intervenant 2
Faire les choses frétille de plus en plus. Ici, une contre teuf s’organise devant le lieu. Et ça danse de.

03:25:08:11 – 03:25:08:21
Intervenant 3
Ouf.

03:25:09:03 – 03:25:23:00
Intervenant 2
Dans l’endroit ou sont disposés les DJ leçons que vous entendez d’ailleurs, je ne suis pas descendu pour savoir quel était le DJ qui a signé ce set. Mais si vous voulez découvrir, rejoignez nous. 36, rue Jacques Nouvel Teyssier, dans le 10ᵉ arrondissement à Paris. Elle s’est installée sur une de nos chambres à air, un peu comme d’autres gens ici.

03:25:23:00 – 03:25:26:00
Intervenant 2
Mais elle avait envie de parler. C’est nous. Ça va nous ?

03:25:26:10 – 03:25:28:08
Intervenant 3
Ça va, ça va. Et toi, ça va bien.

03:25:28:08 – 03:25:28:24
Intervenant 2
Qu’est ce que tu fais là ?

03:25:29:00 – 03:25:53:17
Intervenant 3
Noir Alors pour le coup, comme chaque année, je me chauffe à sortir pendant la nuit, la nuit blanche. Découvrir un peu les installations et voilà le programme que la Ville de Paris a proposé. J’avais. J’avais vu que qu’il y avait ce lieu là et du coup, je suis venu. Et voilà, moi qui adore la musique, qui adore toute cette ville.

03:25:53:17 – 03:25:55:01
Intervenant 3
Bla bla. Pour le coup.

03:25:55:13 – 03:25:55:21
Intervenant 2
C’est quoi.

03:25:55:24 – 03:25:56:12
Intervenant 4
Cette ville ?

03:25:57:20 – 03:26:09:10
Intervenant 3
Alors je ne saurais dire quel type de musique, ça c’est quel type de musique. Mais tout ce qui est genre qui peut potentiellement être un the ground jette un frais.

03:26:10:15 – 03:26:13:04
Intervenant 2
De la musique électronique sans paroles qui tabasse un.

03:26:13:04 – 03:26:19:23
Intervenant 3
Peu. Oui, j’aime Dirty, Technorati, techno. Donc voilà à ce techno, tout ce qui est techno.

03:26:20:03 – 03:26:21:10
Intervenant 2
J’aime bien tu te drogues ?

03:26:21:24 – 03:26:22:15
Intervenant 3
Absolument pas.

03:26:23:04 – 03:26:30:21
Intervenant 2
Tu n’étais pas là, tu peux, t’as pas de visage. En entendant la radio, n’hésite pas à parler de liberté. On peut dire n’importe quoi, on est, on est libre de dire non.

03:26:31:10 – 03:26:32:16
Intervenant 3
Non, non, absolument pas.

03:26:32:20 – 03:26:35:05
Intervenant 2
C’est très bien. Moi, je suis heureux d’entendre ce genre de réponse.

03:26:35:11 – 03:26:48:24
Intervenant 3
C’est juste que c’est bizarre. C’est bizarre. Certaines personnes trouvent ça bizarre, mais je ne bois pas. Je ne consomme pas de substances quand je fais en une soirée, seule la musique et la lumière suffit. Parce que tu pendant.

03:26:48:24 – 03:26:53:18
Intervenant 2
Tout ce temps sous la douche ou prend des substances ailleurs, mais pas en soirée. Jamais.

03:26:54:02 – 03:26:55:24
Intervenant 3
Jamais en soirée, jamais ailleurs.

03:26:56:04 – 03:27:20:08
Intervenant 2
Tu sais que les gens qui me font le plus flipper, qui prennent rien à rien. C’est des gens qui ont une énergie sidérante, la presque envie d’arrêter, tout arrêter tout. Tu vas boire que de l’eau et tu vas devenir magique. Tu es un très bel exemple de de la réussite en prod. Merci pour cet exemple. Alors toi, qu’est ce que tu aimes quand tu sors sans rien prendre avec ta bouteille d’eau ?

03:27:20:09 – 03:27:22:02
Intervenant 2
Quand tu sors la nuit venue dans les soirées ?

03:27:22:03 – 03:27:31:09
Intervenant 3
Endroit la vibe et la bienveillance qu’on peut retrouver dans ce type de soirées. Parce que j’avoue.

03:27:31:21 – 03:27:34:22
Intervenant 2
Ça c’est l’extase. Si tu sais que les zones t’aimes pas.

03:27:34:23 – 03:27:35:04
Intervenant 5
Et.

03:27:35:12 – 03:27:36:16
Intervenant 2
Juste qu’ils sont défoncés.

03:27:37:12 – 03:27:58:24
Intervenant 3
Mais vraiment à la bienveillance. Les gens qui sont vraiment, qui, qui se parlent, qui sont vraiment là. Si jamais il y a un problème ou non. Donc j’ai eu la chance aussi d’assister à des soirées, voire des grosses teuf comme ça, ou il y avait vraiment beaucoup de bienveillance. Je ne pense pas que c’est le cas de toutes les soirées, mais tout ce qui est un the ground à la dernière minute, on te donne le lieu.

03:27:59:19 – 03:28:01:09
Intervenant 3
On sait à peu près qui va être là.

03:28:01:10 – 03:28:02:18
Intervenant 2
C’est quoi des réseaux pour être informé.

03:28:04:21 – 03:28:06:12
Intervenant 3
Pour le coup, il y a possession.

03:28:07:03 – 03:28:10:02
Intervenant 2
Possession, c’est un site. Passer une soirée que c’est un.

03:28:10:13 – 03:28:11:10
Intervenant 4
Pass Instagram.

03:28:11:10 – 03:28:12:02
Intervenant 2
Machin ok.

03:28:12:06 – 03:28:18:00
Intervenant 3
C’est ça Et sinon, des potes ? Moi je suis jeune, on me dit il y a ça, on attends le lieu.

03:28:18:07 – 03:28:25:11
Intervenant 2
Let’s go et hop, Alice au pays des merveilles arriva. Tout était beau, tout gentil. Était complètement clair. C’est fantastique. Et tu danses.

03:28:28:17 – 03:28:37:18
Intervenant 3
Alors ? Je ne sais pas danser, je ne sais pas. Je n’aime pas danser. Je vis apparemment. Je sais danser, je sais bien vibes, mais.

03:28:38:19 – 03:28:41:00
Intervenant 2
Tu a carrément des absences. C’est que tu.

03:28:41:14 – 03:28:41:16
Intervenant 3
Sais.

03:28:41:24 – 03:28:47:10
Intervenant 2
Il y a des choses que tu oublies. Quand tu te mets à danser, toi, ton corps prend toute son énergie. Et du déconnecte.

03:28:47:18 – 03:28:51:12
Intervenant 3
J’avoue que je ferme les yeux et je vibre sur la musique.

03:28:51:12 – 03:29:01:07
Intervenant 2
Et quand on dansait, c’est synonyme quand même. On pourrait traduire par exemple si quelqu’un se demandait tiens, quelle est la traduction de Verbe danser va danser, c’est vous ?

03:29:01:23 – 03:29:05:20
Intervenant 3
Je pense. C’est vraiment ressentir la musique dans son corps.

03:29:05:21 – 03:29:07:14
Intervenant 4
Là bas, parce que c’est la cause.

03:29:07:15 – 03:29:15:04
Intervenant 3
Parce que c’est que ça tabasse ou non. Juste justement, c’est comme s’il y avait des ondes qui entraient dans le corps et.

03:29:15:18 – 03:29:17:19
Intervenant 2
Un je disais pas de ta base disait Bah, c’est la basse.

03:29:17:23 – 03:29:18:14
Intervenant 4
Il y a un bassin.

03:29:18:18 – 03:29:26:15
Intervenant 2
Par le ventre, la base par le ventre. Et puis, effrayée parfois. Donc, tu es ce genre de personnage qui va se mettre à côté des enceintes. Ça, j’ai jamais compris les mecs.

03:29:26:15 – 03:29:28:08
Intervenant 3
Proches des enfants. Oui, ça, tu fais ça ?

03:29:28:08 – 03:29:28:21
Intervenant 2
Oui, oui.

03:29:29:17 – 03:29:34:14
Intervenant 3
D’accord. Donc vraiment, on peut me retrouver soit proche des enceintes, soit juste en face.

03:29:34:14 – 03:29:35:10
Intervenant 2
Je sais que c’est dangereux.

03:29:35:14 – 03:29:37:14
Intervenant 3
Donc oui, c’est pour ça que.

03:29:37:14 – 03:29:45:11
Intervenant 2
C’est la prévention en permanence. Alors je provoque. Je parle un peu de drogue, mais je fais de la prévention, ne te met pas trop longtemps à côté des enceintes, mais tu mets des trucs dans les.

03:29:45:15 – 03:29:47:24
Intervenant 3
Et jamais c’est long.

03:29:47:24 – 03:30:13:00
Intervenant 2
Je n’en vois pas même des effets hyper hyper bien. Il faudrait que tu fasses un guide de sorties scène ça serait génial. Il faudrait que Jacob te suivent une nuit pour éditer ce guide. T’as des conseils ? Peut être pour les gens qui ont peur de sortir, qui se disent je me drogue pas, je bois pas ce machin. Et qu’est ce que tu dirais à ces personnes qui ont un peu peur de ce milieu, même s’ils sont intrigués ?

03:30:13:03 – 03:30:27:04
Intervenant 3
Alors je ne sais pas. Du haut de mes 22 en n’étant pas à jour, la plus grosse personne qui fait la Top Gear toutes les semaines, je ne sais pas, mais il y a un groupe sur Facebook. TECHNO copine.

03:30:27:24 – 03:30:30:19
Intervenant 2
Techno, copine, techno, copine.

03:30:31:13 – 03:30:33:08
Intervenant 3
Du coup, il y a la fin.

03:30:34:03 – 03:30:36:01
Intervenant 2
C’est que pour les copines ou mixtes.

03:30:36:17 – 03:30:56:14
Intervenant 3
Non, c’est que pour les comme pour les femmes ou pour les personnes, qui est juste juge femme. Et du coup, des personnes lambdas postent des objets. Cette soirée là, j’aimerais bien y aller avec des gens ou si jamais il y a des gens là bas, si je peux entrer en contact avec eux, que ce soit un cercle.

03:30:56:21 – 03:31:00:14
Intervenant 2
D’infos là dessus, de la première question que tu dis, c’est comment je m’habille ?

03:31:01:14 – 03:31:02:08
Intervenant 3
Absolument pas.

03:31:02:12 – 03:31:11:07
Intervenant 2
Tu flippe ? Tu dis comment ? Comment je m’habille ? Je vais à une fête techno underground, comment je m’habille ? C’est pas la question, c’est juste une question. Il faut pas se poser. On se pose pas cette question. Tu t’habilles comme une envie de s’habiller.

03:31:12:16 – 03:31:16:08
Intervenant 3
Habillé généralement en noir. Donc voilà, je reste habillé en noir, ça suffit.

03:31:16:10 – 03:31:28:23
Intervenant 2
Donc tu prends pas de risque. Est habillé en noir. Claque parisienne, classique, boum fashion de style, pas de prise de risque. Noir, d’accord. Alors qu’est ce qu’on pourrait se dire ? Comment j’y vais ? Tu te demande comment tu y vas ? Après, il y a des transports en commun, il y a tout ça.

03:31:29:09 – 03:31:30:03
Intervenant 3
Qu’est ce qui n’est pas le.

03:31:31:05 – 03:31:32:04
Intervenant 2
Cas des grandes peurs qui.

03:31:32:04 – 03:31:33:13
Intervenant 3
Peuvent traverser ex.

03:31:33:23 – 03:31:54:05
Intervenant 2
Matrix matrice OK donc rétro 90. Qu’est ce qu’il y a comme peur qu’on peut avoir avant de sortir en club ? On va se dire c’est vraiment ce que je te disais. C’est à dire ? Ben oui, moi, moi, moi, si je ne sortais pas au début quand je sortais pas, quand mes parents m’ont laissé dans la rue à douze ans, j’y suis allé J’avais peur.

03:31:54:21 – 03:32:11:12
Intervenant 2
Direct. Moi, j’ai fait un peu comme toi. Je me suis mis directeur. Hop hop, tu randolph pas dans le club, tu rentres dans la table. Donc il faut savoir que dans les neuf types répartis, il n’y a pas de videur. Déjà, donc tu rentres quoi après ? Tu ne sais pas danser. Qu’est ce que tu ne sais pas danser ?

03:32:11:12 – 03:32:15:11
Intervenant 2
Là, tu ferme les yeux et la tu du comment tu disais.

03:32:15:11 – 03:32:15:20
Intervenant 4
Tu.

03:32:17:04 – 03:32:33:14
Intervenant 2
Vas là, tu vas tu ? Voilà quelqu’un des questions à poser pour. Si vous avez peur d’aller en fête parce qu’on a nous avec vous, faire avec nous enfin ensemble. Vallée Là, il y a des solutions Personne n’a peur de sortir ou se pose des questions. En fait, il n’y a que moi qui me pose ce genre de question.

03:32:33:14 – 03:32:46:02
Intervenant 2
D’accord. Nour Beaucoup pour pour tous ces conseils. Cette assistance à clubbeurs ou rêveurs patentés, c’est facile de sortir. Donc on peut le dire si tu as envie de te faire.

03:32:46:21 – 03:33:03:20
Intervenant 3
Je souffre il faut faire attention. Il y a des points ou il y a potentiellement des gens qui font de la R-D. Et si jamais un problème de la réduction des risques et si jamais un problème base allait vers ce point là, il y en a de plus en plus dans les dans les temps et les soirées ou ça devient de plus en plus.

03:33:04:02 – 03:33:05:00
Intervenant 3
Donc voilà, c’est.

03:33:05:10 – 03:33:09:10
Intervenant 2
Avec le consentement et tout ça va bien. Les trucs et astuces pour reconnaître ces personnes là.

03:33:10:13 – 03:33:13:05
Intervenant 3
C’est généralement des gros stands avec des grosses pancartes.

03:33:13:13 – 03:33:30:00
Intervenant 2
On ne peut pas le rater. N’ayez pas peur de sortir, c’est évident. Il y a aucun risque à prendre. Ça me donne envie de repartir au tout début parce que samedi première octobre, de 19 h à 2 h du matin. Rejoignez nous au Transfo, l’espace culturel Emmaüs. Ou écoutez nous surtout va bien se passer comme.

03:33:30:00 – 03:33:31:17
Intervenant 1
Tout va bien se passer, comme pour.

03:33:31:17 – 03:33:34:15
Intervenant 2
Participer à la catharsis sur chambre à air de Jacob Christ.

03:33:34:17 – 03:33:36:20
Intervenant 3
Quand on vient consulter, c’est qu’on a quelque chose à dire.

03:33:36:22 – 03:33:41:13
Intervenant 2
Samedi première octobre exposition photos de fêtes libres, vidéos, rigologie, vortex.

03:33:41:13 – 03:33:42:06
Intervenant 4
Et flash back.

03:33:42:09 – 03:33:43:05
Intervenant 5
La fête continue.

03:33:43:05 – 03:33:46:15
Intervenant 2
Pendant cette heure, avec le public et nos invités, nous allons voyager dans la galaxie.

03:33:46:15 – 03:33:47:03
Intervenant 5
Christian.

03:33:48:09 – 03:33:50:16
Intervenant 2
Jacob qui fait sa catharsis sur des chambres.

03:33:50:16 – 03:33:51:22
Intervenant 3
À air. La chambre à.

03:33:52:06 – 03:34:03:02
Intervenant 2
Air. C’est en direct de 19 h à 2 h du matin. Tout va bien se passer comme et dans la vraie vie, ou presque. l’Espace culturel insolite d’Emmaüs Solidarité, au 36, rue Jacques Tessier, dans le 10ᵉ à Paris.

03:34:05:12 – 03:34:12:05
Intervenant 2
On ne peut pas être plus clair, on repasse sur le dancefloor d’en bas. Nous n’allons plus diffuser de musique.

03:34:12:08 – 03:34:13:05
Intervenant 4
Qui nous.

03:34:13:11 – 03:34:32:17
Intervenant 2
Ont choisi nous mêmes On écoute le DJ dont on ne sait pas le nom, la rebaptiser le DJ Demba qui joue actuellement. Si vous avez envie de danser sur cette musique, n’hésitez pas à nous rejoindre. 36, rue Jacques Nouvel et dans le 10ᵉ arrondissement. Ces Nuits blanches 2022 et c’est le transfo, l’espace Emmaüs d’accueillir une solidarité culturelle s’invente des formulations.

03:34:32:17 – 03:34:35:18
Intervenant 2
Parce que je ne l’ai pas noté, mais c’est aussi ça la chambre à air.

03:36:07:22 – 03:42:32:24
Intervenant 5
En soulignant du du radio techno et grosse baisse pour vous.

03:42:33:00 – 03:42:34:01
Intervenant 2
Les chiffres sont.

03:42:34:01 – 03:42:40:01
Intervenant 5
Là pour l’année civile. Mettre à donf ce soir. Lance Why ? C’est trop la teuf, c’est trop la teuf.

03:42:41:18 – 03:42:51:14
Intervenant 2
Merci. Voici revenu le temps de la discussion de la parole. Aude a pris la décision de me parler, de nous parler, de vous parler de Jacob Kristeva.

03:42:51:14 – 03:42:53:03
Intervenant 3
Aude Oui, salut.

03:42:53:13 – 03:43:05:21
Intervenant 2
Merci d’être avec nous. Toi aussi tu es photographe. Même schéma de questions et d’interviews qu’avec les autres amis de Jacob. C’est la première question comment as tu rencontré Jacob alors ?

03:43:05:21 – 03:43:09:23
Intervenant 3
Jacob J’ai rencontré lors d’une soirée.

03:43:10:10 – 03:43:11:04
Intervenant 2
Comme par hasard.

03:43:13:06 – 03:43:21:08
Intervenant 3
Je pense que c’était un Ménilmontant. Ah ouais, je sais pas. Il y a quatre ou cinq ans, cinq ou six peut être.

03:43:23:01 – 03:43:24:07
Intervenant 2
Ce qu’on appelle la bonne époque, à.

03:43:24:07 – 03:43:30:17
Intervenant 3
La bonne époque. Et j’ai vu arriver un fou furieux.

03:43:31:08 – 03:43:36:05
Intervenant 2
Fou furieux, Jeannette, on m’appelait. Ah ouais ? C’est à dire ? Qu’est ce que ça veut dire ? Parce que c’est un mot.

03:43:36:06 – 03:43:37:01
Intervenant 3
Une pile électrique ?

03:43:37:13 – 03:43:39:12
Intervenant 2
Oui, mais qu’est ce que, en images, ça donne quoi ? Tu vois.

03:43:39:12 – 03:43:52:02
Intervenant 3
Quoi alors ? Non, non, mais je vois alors quelqu’un qui photographie toujours avec. Effectivement le boitier qui bouge dans tous les sens avec parfois i. Mais je ne sais pas qu’est ce qu’il met devant son appareil. Mais qui.

03:43:52:02 – 03:43:52:17
Intervenant 2
Fait un miroir.

03:43:52:17 – 03:44:05:21
Intervenant 3
Avec son bras. Là il fait et cetera. Il raconte, avait parlé et raconte sa vie. J’ai allongé des voilà donc ça a été. C’était très sympa la première rencontre, je me souviens très bien.

03:44:06:01 – 03:44:07:05
Intervenant 2
Et depuis il fréquente encore.

03:44:07:11 – 03:44:10:07
Intervenant 3
Voilà. Et on a beaucoup échangé sur l’argentique.

03:44:11:04 – 03:44:21:05
Intervenant 2
Alors l’argentique, pour tous les gens qui ne connaissent pas les technologies analogiques. C’est donc un moyen de prendre des photos sans ces sujets numériques. Voilà, c’est l’analogique de la photographie.

03:44:21:10 – 03:44:26:00
Intervenant 3
C’est historique. Historiquement, c’est une invention française. Bien sûr.

03:44:27:02 – 03:44:33:00
Intervenant 2
Monsieur Photo, accompagné de madame Photo Nicéphore Niépce pote avec quelle année ?

03:44:33:00 – 03:44:33:10
Intervenant 3
Quelle année ?

03:44:33:22 – 03:44:44:00
Intervenant 2
C’est du 1894. Quelque chose comme ça va de 9829. La photo exactement Ou d’ailleurs, tous les peintres ont été choqués que quelqu’un d’autre puisse faire ce travail.

03:44:44:00 – 03:44:47:14
Intervenant 3
Et pourquoi il trouvait ça ? Baudelaire, par exemple, trouvait ça pornographique et trouvait ça.

03:44:47:14 – 03:44:56:24
Intervenant 2
Trop descriptif, cru. C’est ça, il y a trop de choses trop réalistes. Et donc le travail photographique à proprement parler de Jacob Christ. Toi, tu le définirais ?

03:44:56:24 – 03:45:09:07
Intervenant 3
Comment y arriver ? Moi, je pense que c’est c’est un prolongement de sa vie, c’est à dire que c’est vraiment un des photographes que je connais qui est le plus loin dans la prise de vue, on va dire.

03:45:09:11 – 03:45:16:01
Intervenant 2
Donc, c’est quoi ? C’est l’impressionnisme photographique ? Ouais, ou les chiites, c’est assez ? Deep deep side of.

03:45:16:10 – 03:45:16:17
Intervenant 3
Deep.

03:45:16:17 – 03:45:18:21
Intervenant 2
Side vous chers auditeurs, en 3 h zéro cinq.

03:45:20:00 – 03:45:29:01
Intervenant 3
Nan mais c’est vrai, il y a quelque chose. Et peu importe après le réel finalement. Moi je suis très contente parce que je crois que je n’ai jamais vu autant de photos imprimées.

03:45:29:15 – 03:45:30:07
Intervenant 2
De lui ou de.

03:45:30:07 – 03:45:30:12
Intervenant 3
Lui.

03:45:30:12 – 03:45:30:23
Intervenant 4
En vrai.

03:45:31:12 – 03:45:33:05
Intervenant 2
J’ai envie de les voler. On est un coup là, on va.

03:45:33:06 – 03:45:41:09
Intervenant 3
Faire diversion et je veux en voir plus. Oui mais aussi franchement et en plus grand Bien sûr, une rétrospective Jacob.

03:45:41:22 – 03:45:42:17
Intervenant 2
Mais on y pense, on y.

03:45:42:17 – 03:45:44:00
Intervenant 3
Pense, ce n’est pas ça. Je suis.

03:45:44:16 – 03:45:45:00
Intervenant 5
Aussi.

03:45:46:06 – 03:45:52:03
Intervenant 3
Aidé. Je trouve qu’effectivement il faut il faut travailler à ça.

03:45:52:11 – 03:46:05:05
Intervenant 2
Merci beaucoup Aude pour ton témoignage. Nous avons les imminents organisateurs de la toilette dans les parages. Ils sont jumeaux, ils sont beaux, ils sont face à moi. Je vais leur parler dans un instant.

03:46:05:21 – 03:46:06:02
Intervenant 4
Et.

03:46:06:22 – 03:46:29:05
Intervenant 2
Ils sont avec le cultissime Parce qu’il y a des. Il y a des gens cultes dans la fête. Ici, c’est Aladin. Aladdin porte sur ses genoux un des deux organisateurs de la toilette à la toilette. Venez, rejoignez nous ! Venez, c’est le moment, ces magnifiques jumeaux Artur et là aussi Artur, prince en exil qui jouera donc ? Il était prévu à 22 h pour Himalayenne.

03:46:29:22 – 03:46:41:15
Intervenant 2
Il jouera à 0 h. Il a l’air très détendu une fois de plus. Artur, ça va. Pendant que j’appelle les gens de la toilette, il y a matière à ce qu’ils arrêtent.

03:46:41:19 – 03:46:42:02
Intervenant 4
D’abord.

03:46:43:00 – 03:46:44:23
Intervenant 2
C’est pas Matthias. Ils ne veulent pas Matthias.

03:46:45:08 – 03:46:51:13
Intervenant 4
Si tu t’appelles Matthias, attend. Je m’appelle Cédric Matthias, le curateur au pas mat.

03:46:51:20 – 03:46:54:16
Intervenant 2
C’est pour ça que j’avais retenu Matthias. Oui, monsieur.

03:46:54:16 – 03:46:55:06
Intervenant 3
Photo.

03:46:55:18 – 03:47:22:24
Intervenant 2
Et bien bienvenue Merci d’être là. Tu voudras parler de Jacob plus tard ? N’hésite pas. Je parle avec un des artistes qui se produira. Merci À 1 h du matin, après le mix de Monsieur Bonus, c’est notre ami Artur. Artur, ça va prendre le micro parce que toi, tu n’es pas vierge dans l’univers festif et tu viens de me l’apprendre, tu allais participer aux 80 ans de l’invention du LSD pour la Fondation Hoffmann.

03:47:22:24 – 03:47:25:09
Intervenant 2
Autant dire que la fête est le produit. Ça te connaît.

03:47:26:13 – 03:47:28:07
Intervenant 4
C’est vraiment cool. C’est très.

03:47:28:07 – 03:47:36:10
Intervenant 2
Bien. N’hésite pas à me parler avec des yeux. Je pourrais traduire ensuite Si tu le désir, vas y Quand.

03:47:36:10 – 03:47:38:23
Intervenant 4
On ne comprend rien au fond.

03:47:38:24 – 03:48:01:16
Intervenant 2
Moi je suis très heureux. J’ai un peu peur quand même pour cela. On a mis en place une nouvelle formule. Je suis peut être sur vous, ça va fonctionner. En revanche, je suis très confiant concernant le public qui, je pense, va tomber dans mon joue. Grâce aux nouvelles sonorités qu’on a développées qu’on a dit Merci Artur, merci, bravo pour cette expression populaire qui tue toi, toi, je t’ai vu tout à l’heure.

03:48:01:16 – 03:48:22:19
Intervenant 2
Comment tu appelles Bonjour à Frédéric Hocquard. C’est le maire de la nuit ? À peu près. Je plaisante, je sais, à quinze, ça va. Oui, bien bienvenu. Merci. Ou en est la nuit ? Pas mal. Le jour de nuit blanche en général. La nuit, ça va quoi ? Tout est ouvert. On peut se balader partout. Là, ça va. Après, il y a des moments peut être un peu moins.

03:48:22:19 – 03:48:23:13
Intervenant 2
Mais là, non, ça va.

03:48:23:18 – 03:48:27:20
Intervenant 5
Ce soir, c’est plutôt pas mal. Et puis l’expo.

03:48:28:10 – 03:48:36:00
Intervenant 2
Est bien là. VIDÉO Je disais ça à Jakob. Ouais. Qu’est ce qu’on en dit ? Ben j’aime bien parce que c’est une tranche.

03:48:36:09 – 03:48:36:20
Intervenant 5
De la.

03:48:37:16 – 03:48:38:21
Intervenant 2
Nuit parisienne.

03:48:39:17 – 03:48:41:00
Intervenant 5
Il y a plein de.

03:48:41:00 – 03:48:48:01
Intervenant 2
Collectifs, d’endroits différents, de lieux. Pas que dans Paris d’ailleurs, puisque j’ai vu quelques endroits en dehors du périphérique ou sous le périphérique, puisque.

03:48:48:07 – 03:48:48:16
Intervenant 4
Je répète.

03:48:49:02 – 03:49:05:09
Intervenant 2
La fameuse pierre I-Pad. Alors est ce que c’est pas justement toutes ces fêtes que la préfecture aimerait ne plus voir ? C’est pas toujours la préfecture, pas la préfecture, qui décide de ce qui se passe la nuit à Paris. Heureusement d’ailleurs, parce que peut être que ça sera un peu triste. Mais non, mais ce que je disais, c’est qu’il y a.

03:49:05:16 – 03:49:05:24
Intervenant 5
Il y a des.

03:49:05:24 – 03:49:09:12
Intervenant 2
Lieux qui ouvrent des nuits, qui ferme d’autres. Il y a par exemple.

03:49:10:05 – 03:49:11:16
Intervenant 5
Dans le.

03:49:11:16 – 03:49:13:24
Intervenant 2
Même type de fête qui n’est pas là.

03:49:13:24 – 03:49:15:07
Intervenant 5
Parce que c’est ce qu’elle est. Ça.

03:49:15:16 – 03:49:26:15
Intervenant 2
C’est fini. Maintenant, il y avait le rond Orchard par exemple. L’année dernière, on parlait de ça. Donc il y a régulièrement des choses. C’est un peu comme un phénix. C’est à dire que il y a des lieux, des collectifs. Ça ouvre, ça ferme, ça se déplace.

03:49:27:07 – 03:49:27:22
Intervenant 5
C’est quand même.

03:49:28:01 – 03:49:40:05
Intervenant 2
Des choses importantes. C’est un peu aussi la dynamique d’une ville. C’est un peu comme le graffiti en fait. Ouais, c’est qu’il faut continuer à avoir ce genre de moment, ce genre de temps. Alors il y a des choses légales, il y a des choses illégales.

03:49:41:03 – 03:49:41:08
Intervenant 5
Dans.

03:49:41:18 – 03:50:00:15
Intervenant 2
La vidéo qu’on voit. Là, il y a la concrète ou il y a des choses qui étaient, qui sont un peu à la marge, à la marge. Moitié légale, moitié légale, comme la pâte des choses complètement illégale. Mais est ce que dans une ville, on n’a pas aussi besoin de ce temps de respiration parce qu’on n’a pas besoin que tout à l’heure il y avait la personne avec qui vous vous discutez ?

03:50:00:15 – 03:50:23:03
Intervenant 2
C’est que ce qui est important, je trouve dans la nuit, dans la fête, c’est aussi qu’on ait ce moment qui soit, ce moment de permissivité, de lâcher prise. On est comme dans une société extrêmement normée, dans lequel on renvoie des clichés, des formes d’organisation sociale, des dominations. Et si on n’a pas des moments de la vie nocturne, qui sont pas ces moments ou on oublie un peu ça c’est le carnaval, le temps du carnaval ?

03:50:23:22 – 03:50:38:13
Intervenant 2
Ouais, mais le carnaval, c’est la journée. Le carnaval, c’est aussi l’inversion des rôles dans le carnaval. Le bouffon devient roi, le roi devient bouffon. Là, c’est pas simplement ça. Dans la fête, ce qui est important, et notamment dans cette fête là, c’est l’égalité entre le tout entre tous. Il n’y a pas de roi, il n’y a pas de hasard.

03:50:38:19 – 03:50:56:17
Intervenant 2
Tout le monde est à égalité et on est dans une société on n’est pas à égalité, on est dans une société ou on renvoie toujours des hiérarchies. Quand vous êtes à 4 h du matin dans un de ces lieux, il y a un égalitarisme qui se fait entre tout le monde et je trouve que c’est important. Il y a aussi besoin de ces moments là après, mais dans des lieux comme ça.

03:50:57:02 – 03:51:15:12
Intervenant 2
Parce qu’ensuite, quand tu te retrouves dans des lieux privés ou publics, légaux, souvent il y a une verticalité mise en place juste pour raisons de sécurité. Ou alors il y a des carrés VIP. Il y a une consigne des bouteilles de champagne qui sont à 400 €. Bref, là, on rétabli une hiérarchie. Là, il y a.

03:51:15:19 – 03:51:16:00
Intervenant 7
Une.

03:51:16:16 – 03:51:35:20
Intervenant 2
Sorte d’égalitarisme qui me semble bienveillant parce qu’on dit la bienveillance et pas simplement la bienveillance entre les individus, parce qu’ils sont sympa les uns avec les autres. C’est aussi parce qu’il y a une forme d’égalité qui est cultivée là. C’est important d’avoir ça dans une société et dans une ville. Ta définition de la fête libre ? Bah, c’est justement ça. C’est à dire que c’est une fête rousseauiste.

03:51:35:23 – 03:51:51:08
Intervenant 2
Je vais faire un peu de philosophie, mais il y a une célèbre lettre de Rousseau à d’Alembert dans lequel il décrit la fête. Il l’oppose au théâtre, ce qui n’est pas mon cas, mais lui l’oppose au théâtre en disant Dans le théâtre, vous avez des spectateurs sur une scène et tous les gens dans la salle regardent les spectateurs et dis la fête, c’est le contraire.

03:51:51:17 – 03:52:01:02
Intervenant 2
Si tout le monde est à la fois acteur et spectateur des uns des autres parce qu’on se regarde danser soi même, on danse. Et il y a cette forme d’égalité et la forme de la fête. À mon sens.

03:52:01:11 – 03:52:02:02
Intervenant 4
C’est ça, c’est.

03:52:02:02 – 03:52:16:15
Intervenant 2
L’égalité entre les uns et les autres. C’est ce moment qu’est ce moment ou les barrières s’estompent. Il y a le lâcher prise, il y a de la permissivité et on oublie un peu les carcans et domination de la société. Et le travail de Jacob que tu as pu apercevoir, c’est assez rare qu’on puisse le voir imprimé. T’en penses quoi ?

03:52:16:15 – 03:52:37:01
Intervenant 2
Tu t’es baladé un peu ? J’adore. C’est ici. Heureusement qu’il est là parce que c’est vrai qu’il n’y a pas souvent d’images de tout ça. Ou alors c’est des images de gens, des postes Instagram ou des trucs comme ça. Qui rester et qui en général sont mal foutu. Lui, il y a un vrai travail artistique. Et dans 30 ans, dans 40 ans, dans 50 ans ?

03:52:37:01 – 03:52:54:00
Intervenant 2
Quand on dira c’était qu’est ce qui se passait dans la nuit parisienne à ce moment là ? On prendra les photos de Jacob Christ, ça restera dans l’histoire. Les chiites dédicacent des boucliers parce que je suis à la quête de mots clés pour définir ou qui ne connaissent que le diamant brut. Jacob Christ, qu’est ce que tu dis ? Tu veux, tu touches du feu, je peux te refaire une liste.

03:52:54:00 – 03:53:22:22
Intervenant 2
Ça fait longtemps que je n’ai pas ecoute ça. Jacob. C’est un artiste un monde de photos surprises, humains ailleurs. Dépasser les limites, catalyseurs négatifs ou positifs. Sniper, décalé, bienveillant, et mystérieux. Grain de folie intense. Arche créateur destructeur, aérien terrestre. Insertion, solidarité, enfants. Paradoxe marges. Pile électrique. Fous furieux, tu rajoutes. Libre. Libre. Je n’avais pas vie libre sur toi.

03:53:23:03 – 03:53:24:00
Intervenant 2
Libre, mais il est libre.

03:53:24:01 – 03:53:24:17
Intervenant 4
Pourquoi libre ?

03:53:25:06 – 03:53:28:15
Intervenant 2
Parce que Libé hybride n’est pas du tout il est libre. Après.

03:53:29:07 – 03:53:29:23
Intervenant 5
Il est des fois.

03:53:29:24 – 03:53:36:08
Intervenant 2
Un peu fou. Mais la liberté, c’est aussi un peu la folie quand même. Mais on est en plein dans The Square avec Jacques Gamblin. Voilà, ça, c’est l’histoire de ouf !

03:53:36:17 – 03:53:37:02
Intervenant 7
Qu’est ce que c’est ?

03:53:37:02 – 03:53:38:23
Intervenant 2
La folie à Jacob Christ ?

03:53:39:05 – 03:53:45:05
Intervenant 7
La folie, c’est l’oracle. C’est juste de l’incompréhension de certains, mais qu’on va ranger dans la folie, faire le fou, sinon la folie, c’est ça.

03:53:45:14 – 03:53:46:02
Intervenant 2
La folie, c’est.

03:53:46:02 – 03:53:46:06
Intervenant 4
Ça.

03:53:46:06 – 03:53:52:05
Intervenant 7
Je rêve de vraiment n’importe quoi. Ouais, donc, qui est ce qu’on a là par ici ?

03:53:53:18 – 03:54:00:02
Intervenant 2
Il y avait les gars de la toilette, les gars de la toilette qui voulaient parler. Merci beaucoup de la mère pour ton temps et cette intervention.

03:54:00:02 – 03:54:19:03
Intervenant 7
Merci d’être avec deux minutes. On est sur Canal qui interdit vers Nana Afrique qu’il a un rôle aujourd’hui quand même. C’est vrai, il est un porte parole de certaines choses, mais ça a été et ça c’est pour moi intéressant dans les rapports avec les êtres. C’est quelqu’un qui a pratiqué et qui évolue avec son époque et tout ça. Et c’est souvent et c’est ce que j’ai souvent dit, c’est moi.

03:54:19:03 – 03:54:21:17
Intervenant 7
Ce qui m’intéresse, c’est la personne en tant que personne, en tant qu’homme.

03:54:22:00 – 03:54:22:10
Intervenant 2
En tant qu’être.

03:54:22:20 – 03:54:38:15
Intervenant 7
C’est tout. Non, je ne vais pas sortir Mais non, mais c’est vrai, c’est vraiment ça. Et il y a des moments. On est dans certains rôles, on porte certaines positions en fin de oublier le faire. Mais il y a vraiment de garder au fond de soi toujours ce côté quand même, d’être libre. Et c’est ça qui est important.

03:54:39:07 – 03:54:41:09
Intervenant 3
Mais qui te plaisent.

03:54:41:21 – 03:54:42:17
Intervenant 4
For you.

03:54:43:01 – 03:54:53:04
Intervenant 7
Et c’est comme ça que tu peux d’ailleurs te Bayer, ça me rappelle un truc de mettre Bayer en cascades dans le bois de Vincennes. Non, Boulogne, pas avec toi, mais tu en précise.

03:54:53:04 – 03:54:54:24
Intervenant 2
Mais c’est un moment de fraîcheur.

03:54:54:24 – 03:54:55:17
Intervenant 7
Après la clairière.

03:54:55:17 – 03:54:56:13
Intervenant 2
Au petit matin.

03:54:56:21 – 03:54:57:05
Intervenant 7
C’est doux.

03:54:57:16 – 03:55:24:03
Intervenant 2
Alors que le son des basses résonne encore au fond de cet rêve qui tout doucement s’éteint. Le soleil se lève et les êtres ambitieux mais heureux avancent vers leur destin. Jacob Christ, non Non, ils sont nombreux maintenant à me regarder balancer les bras en l’air sans rien dire. Tu connais le mythe Aladin ? Parce qu’on a quand même le mythe Aladin qui est avec nous.

03:55:24:11 – 03:55:27:07
Intervenant 2
Est ce que tu pourrais venir nous parler ou tu.

03:55:27:17 – 03:55:28:08
Intervenant 5
Veux pas exister ?

03:55:28:09 – 03:55:30:07
Intervenant 7
Aladin Non, mais c’est.

03:55:30:09 – 03:55:30:20
Intervenant 2
Pas lui.

03:55:31:01 – 03:55:31:08
Intervenant 4
A chaque.

03:55:31:08 – 03:55:33:04
Intervenant 7
Fois, on nous parle des paroles du Bouddha, mais on.

03:55:33:04 – 03:55:34:21
Intervenant 2
Confond parce qu’on sait jamais qui c’est vraiment.

03:55:35:17 – 03:55:37:07
Intervenant 7
Il était dans un dans collectif.

03:55:38:21 – 03:55:57:12
Intervenant 2
Excuse moi, je confonds tout le monde et je ne sors plus depuis 22 ans. Alors merci beaucoup c’est en direction des gens brillants. Nous sommes 36 dans ce collège. Jacques Louvel. Ici, c’est dans le 10ᵉ arrondissement, c’est la Nuit blanche 2022. Merci d’être avec nous. Comment a battu Laurent ? Laurent Tu vois, tu n’es pas du tout Aladin ? Non mais bon, c’est personne qui Aladin.

03:55:57:17 – 03:56:00:11
Intervenant 4
Merci, mais sois le bienvenu.

03:56:00:15 – 03:56:03:15
Intervenant 2
Laurent Pourquoi parles tu à ce micro ? Laurent.

03:56:03:21 – 03:56:04:09
Intervenant 4
Je ne sais.

03:56:04:09 – 03:56:05:03
Intervenant 2
Pas moi non plus.

03:56:05:07 – 03:56:07:07
Intervenant 7
Donc Laurent de la toilette Nord.

03:56:08:21 – 03:56:12:12
Intervenant 4
J’étais à l’alto à Paname du début, jusqu’à cette année.

03:56:12:13 – 03:56:17:18
Intervenant 2
On peut repréciser. Pour les novices, c’est un collectif parisien qui se produisait.

03:56:18:23 – 03:56:23:00
Intervenant 4
En banlieue et plus récemment sur Paris.

03:56:23:10 – 03:56:26:24
Intervenant 2
Donc un collectif qui fait quand même des choses pour que cette banlieue parisienne.

03:56:27:06 – 03:56:30:09
Intervenant 7
Mais ce qui nous intéresse surtout, c’est Laurent. Oui, c’est vrai sur tout ça, c’est l’individu.

03:56:30:09 – 03:56:32:09
Intervenant 2
On l’est du collectif Sinon.

03:56:33:00 – 03:56:36:06
Intervenant 4
Je n’ai pas attendu le collectif pour exister et c’est tant mieux.

03:56:37:13 – 03:56:38:14
Intervenant 7
Donc c’est Laurent.

03:56:38:18 – 03:56:46:13
Intervenant 2
Laurent. Qu’est ce que tu a comme rapport avec Jacob ? Parce que c’est un peu sa catharsis. Si ça, Jacob, on se connaît depuis un petit bout de temps. Effectivement, bien avant.

03:56:48:14 – 03:56:51:15
Intervenant 4
Mais même pendant plusieurs années.

03:56:52:13 – 03:56:53:01
Intervenant 7
On est rodé.

03:56:53:11 – 03:56:56:10
Intervenant 2
On en a pas mal rodé, on a pas mal poncé. Le parquet.

03:56:56:18 – 03:56:56:21
Intervenant 4
Des.

03:56:56:21 – 03:56:58:01
Intervenant 5
Dancefloor Ouais.

03:56:58:21 – 03:57:09:01
Intervenant 2
Alors vous roder, vous vivez pas vous ? Raï, des pas vous roder. On a pensé penser français, penser par cœur, penser le monde a des parquets de bal, c’était ça à l’époque.

03:57:09:01 – 03:57:10:07
Intervenant 4
On appelait ça des parquets de bal.

03:57:10:15 – 03:57:10:22
Intervenant 2
Pendant.

03:57:11:05 – 03:57:14:02
Intervenant 4
C’est un peu musette et toujours.

03:57:14:18 – 03:57:21:03
Intervenant 2
On ne se prend pas au sérieux. On pensait le parquet Est ce que c’est pas ça qui fait justement la différence de ces fêtes ? C’est ce truc de ne pas se prendre au sérieux ?

03:57:21:11 – 03:57:23:15
Intervenant 5
Complètement penser ça.

03:57:23:15 – 03:57:33:00
Intervenant 2
On me répondit Ouais, mais toi Jacob, t’as assez parlé à sécher complètement. C’est bien de ne pas se prendre au sérieux ou justement d’y aller comme ça. Il n’y a pas de physio, il n’y a rien.

03:57:33:03 – 03:57:36:12
Intervenant 4
Tout habillé comme tu viens dans l’état ou t’as envie d’être plus Voilà.

03:57:37:24 – 03:57:38:18
Intervenant 5
Ce qui compte, c’est que.

03:57:39:01 – 03:57:45:05
Intervenant 2
Tu sois là et que tu te libère. Il y a une libération quand tu fais ces événements, c’est pas terrible.

03:57:45:05 – 03:57:50:18
Intervenant 4
Changeons Non, pas forcément. Les gens, justement, on nous a l’Altair, ce n’était pas ça. Les gens ne venaient.

03:57:50:18 – 03:57:53:23
Intervenant 2
Pas forcément pour suer, venaient pour parler, se poser.

03:57:54:09 – 03:57:55:05
Intervenant 7
Se défoncer.

03:57:55:05 – 03:57:57:00
Intervenant 4
Surtout ouais, mais ça.

03:57:57:08 – 03:57:59:05
Intervenant 2
Ne vous rappelle rien ? L’abus d’alcool est dangereux pour la santé ?

03:58:00:11 – 03:58:10:01
Intervenant 4
Non, non. Du coup, les choses se faisaient très naturellement. Aussi simplement que ça a pu s’appuyer, exister, que c’était ça qui est intéressant.

03:58:10:16 – 03:58:13:00
Intervenant 2
Et le travail de Jacob, c’est que tu en a vu ?

03:58:13:20 – 03:58:19:10
Intervenant 4
Moi, j’adore. Mais bon, après moi, j’aime Jacob. Au delà du volet de son travail.

03:58:20:00 – 03:58:23:17
Intervenant 2
En général, tu aurais des mots clés à me donner parce que je collecte les mots clés pour les mots clés.

03:58:23:20 – 03:58:24:02
Intervenant 5
Ouais.

03:58:25:10 – 03:58:33:01
Intervenant 2
Jacob est partout, partout. OK, c’est vrai que c’est assez impressionnant. Et c’est beau.

03:58:34:00 – 03:58:34:15
Intervenant 5
D’en rajouter.

03:58:35:09 – 03:58:37:22
Intervenant 7
Donc le message à faire passer la barre à bord a l’air Paname.

03:58:38:24 – 03:58:39:14
Intervenant 2
J’en suis plus.

03:58:39:23 – 03:58:47:06
Intervenant 7
Ben justement, c’est le bon moment quoi. Mais bon, il y a eu Conforama. Moi j’ai pas vu venir.

03:58:47:12 – 03:58:48:17
Intervenant 4
Je n’y ai pas été deux ans.

03:58:48:18 – 03:58:50:08
Intervenant 7
Je suis allé. J’ai fait les poubelles.

03:58:51:05 – 03:58:55:00
Intervenant 2
Alors Laurent, il y a quelqu’un qui veut parler derrière toi. Qui est un frère.

03:58:55:02 – 03:58:56:04
Intervenant 4
Ah voilà.

03:58:56:07 – 03:59:20:02
Intervenant 2
Donc laissons la parole et derrière toi, regarde. Il est là. Salut, tu veux prendre le micro ? Tu me rappelle ton prénom s’il te plaît ? Vassili Vassili est grec. Est un anti-russe. Bien sûr, on adore. Alors c’était juste pour dire qu’au Moyen Âge, il y avait des super fêtes dionysiaques. À l’époque. En fait, ces fêtes là étaient représentatives de la seule manière d’avoir de la musique en direct puisqu’il n’avait pas de phonographe ou d’enregistrement.

03:59:20:02 – 03:59:24:18
Intervenant 2
On était obligé d’avoir l’orchestre qui jouait devant toi au moyen âge, notamment dans les.

03:59:24:18 – 03:59:25:12
Intervenant 4
Châteaux, n’est ce pas ?

03:59:26:03 – 03:59:30:23
Intervenant 2
Et il se trouve que c’était royal. En fait, c’était très rare d’avoir des vrais concerts. Si c’était pas dans le.

03:59:30:23 – 03:59:33:00
Intervenant 4
Château du duc, du roi ou de toi.

03:59:33:12 – 03:59:41:15
Intervenant 2
Et donc sinon le reste c’était que de la musique un peu. Et c’est là ou la rêve est arrivé avec les fest noz. Eh ouais, alors attends.

03:59:41:15 – 03:59:42:17
Intervenant 4
Parce qu’en fait, entre.

03:59:42:18 – 03:59:45:13
Intervenant 2
1988 et 1993.

03:59:45:20 – 03:59:46:10
Intervenant 4
Ça s’arrête là.

03:59:46:10 – 03:59:57:23
Intervenant 2
Après, parce qu’après ces dérives, on a eu droit à des repas, à des reproductions ultramodernes, des fêtes qui avaient lieu au Moyen-Âge. Et donc on retrouve le rythme.

03:59:59:14 – 04:00:02:01
Intervenant 4
Et attention, parce que c’est très complexe, en fait.

04:00:02:09 – 04:00:10:05
Intervenant 2
Là, j’ai l’impression que ça s’est arrêté en 93, entre 89 et 93. On était au Moyen-Âge du XXᵉ siècle.

04:00:10:10 – 04:00:10:16
Intervenant 4
Ouais.

04:00:11:06 – 04:00:14:23
Intervenant 2
Je te suis complètement mais la musique était plus touristique.

04:00:15:20 – 04:00:23:12
Intervenant 4
Ouais, et c’est cette musique là que j’aimerais que j’aimerais qu’il y ait une mémoire.

04:00:24:15 – 04:00:30:01
Intervenant 2
N’oubliez pas, n’oubliez pas Beethoven.

04:00:30:01 – 04:00:30:16
Intervenant 4
Tout ça, c’est.

04:00:30:16 – 04:00:41:03
Intervenant 2
Un autre truc. En fait, ce qu’il faudrait, c’est ne pas oublier que la rêve, c’est la musique qui a pas supplanté le rock’n’roll, mais qui a été la.

04:00:41:03 – 04:00:43:16
Intervenant 4
Suite de ce qu’on.

04:00:43:16 – 04:00:56:19
Intervenant 2
Avait vécu dans les années 60, c’est à dire l’autre période médiévale du XXᵉ siècle, le grand psychédélisme rock and roll, notamment les années 60-70. Et c’est là ou ça s’est arrêté. On est revenu sur un truc qui était encore plus médiéval. C’est avec le rythme.

04:00:56:23 – 04:00:59:19
Intervenant 4
Comme on est en train de faire, tu vas. Ouais, et en fait, ce truc là.

04:01:00:15 – 04:01:21:08
Intervenant 2
C’est ne pas oublier. Parce que j’ai l’impression qu’entre 93 et 2022, il y a un grand black out. J’ai l’impression que tout à coup, d’abord, ça a été interdit. Tout à coup, les pouvoirs publics sont arrivés, ont fait ou non la musique répétitive entendue. Ils ont envoyé la gendarmerie et tout. C’est génial que tu parles de savoir. Et le truc, c’est que Pourquoi ?

04:01:21:09 – 04:01:27:23
Intervenant 2
Parce qu’en fait, c’est tellement puissant. Parce que c’était la musique qui était jouée à l’époque médiévale dans le château du roi. Et c’est pour ça que ça vieillit ?

04:01:27:23 – 04:01:32:18
Intervenant 4
Pas exactement à la vache, c’est génial. Si vous voulez organiser une rave, j’aurais aimé.

04:01:32:24 – 04:01:38:01
Intervenant 2
Savoir par cœur ce que tu viens de dire. Non, ce n’était pas de mettre des tentures médiévales dans votre partie. C’est là ou.

04:01:38:01 – 04:01:39:14
Intervenant 4
Vous allez me dire. Est au fait.

04:01:40:09 – 04:01:42:17
Intervenant 2
Depuis des siècles, on va te prendre pour un royaliste.

04:01:42:23 – 04:01:44:02
Intervenant 4
Ou alors attends.

04:01:44:07 – 04:02:03:05
Intervenant 2
Ça n’a rien à voir avec le système. Je parle juste de la musique. Oui, le fait qu’elle ait pu avoir lieu, alors il y a encore des pays dans le monde de nos jours, notamment des continents comme l’Indonésie. Tu vois, en Indonésie, tu n’as pas le droit de jouer de musique sans autorisation. Du gouvernement. C’est un truc de dingue.

04:02:03:06 – 04:02:05:20
Intervenant 2
Ecoute, tu nous a fait tellement apprendre de choses que je propose.

04:02:06:15 – 04:02:06:19
Intervenant 4
Un.

04:02:06:20 – 04:02:08:18
Intervenant 2
Secondes de silence rien que pour intégrer ce que tu as dit.

04:02:09:02 – 04:02:12:22
Intervenant 4
Tu avait y tien et je passe le mec tellement intense le mec.

04:02:14:11 – 04:02:42:14
Intervenant 2
On applaudit Vassili supplémentaire Basile pour les intimes. Basile dit Vassili. Ecoute, après ça, je suis à deux doigts de remettre du Michael Jackson carrément quoi. Je mets un thème de clubbing qui est bien aussi pour, pour attendre qu’il se passe à autre chose d’autre gens. Merci beaucoup. D’autres gens veulent intervenir dans cette émission, sachant que il est 23 h 22, il nous reste à peu près 40 minutes.

04:02:42:15 – 04:03:10:09
Intervenant 2
On va parler après ça va partir en musique. On va arrêter de se poser des questions. Si vous avez des choses à dire, c’est le moment. Personne viens, tu veux parler, n’en parlez, vous êtes pas obligé en même temps. Richard Richard vient Richard. Tu vas voir les Richard. Je veux parler Richard vit ici alors que les gens sont en train de rebondir sur les chambres à air, utilisant ces divans de rue comme des trampolines, il se défoule et il danse à la verticale.

04:03:11:21 – 04:03:33:16
Intervenant 2
C’est la fête du livre. Merci, merci de nous écouter, merci d’être avec nous. C’est la chambre à air surtout va bien se passer comme en direct du Transfo C, 36, rue Jacques Tessier. Joël, ou plutôt Jacques Louvel Tessier. C’est dans le 10ᵉ arrondissement de Paris. Vous pouvez nous rejoindre ? Je viens de vous le dire, nous sommes ensemble jusqu’à 2 h du matin.

04:03:33:17 – 04:03:42:04
Intervenant 2
C’est Nathan, Fexhe, Skywalker, Ping. Je me suis dit que c’était cultissime et que c’était bien d’écouter ses rêves au club. Mais c’est bien pour danser.

04:03:42:05 – 04:16:32:04
Intervenant 6
Merci Vous vous les du du Tout va.

04:16:32:04 – 04:16:33:10
Intervenant 1
Bien se passer au point comme.

04:16:34:03 – 04:17:02:05
Intervenant 2
De retour sur la chambrée. Nous sommes au premier étage du Transfo 36, rue Jacques Tessier, Louviers ou Louviers. Ici et maintenant. Je les mélange parce que je l’ai maîtrisée et quand tu maîtrises un moment, tu ne maîtrise plus. Et je suis rejoint par deux éminences Emmaüs, Étienne Yvon et Gaëtan Yvon et coordinateurs socio culturels. Ici, au Transfo, et Gaëtan est conseiller, j’ai écrit un coordinateur coordinateur.

04:17:02:05 – 04:17:13:09
Intervenant 2
Tu vois rien, mais le zizi, regarde ça, c’est illisible. On dirait cet âge, ça ne veut rien dire. Et vous, vous participez à ce lieu ? Qu’est ce que vous pensez de ce qui se passe actuellement ? Maintenant.

04:17:13:21 – 04:17:36:09
Intervenant 12
Je pense que c’est une parfaite réussite par rapport à l’objectif qu’on s’était fixé. Nous, notre objectif à transfo, c’est à la fois de toucher les publics d’Emmaüs Solidarité et d’ouvrir ce lieu aux riverains. Ou à la ville d’une façon globale. Et ce que nous visons, c’est la mixité des publics. Et pour une réussite, c’est une véritable réussite ce soir.

04:17:36:16 – 04:17:55:16
Intervenant 2
Moi, souvent, j’ai à faire quand je parle avec des techniciens de bureau, bureaucrate du social. C’est toujours des mots hyper compliqués, enrobés Toi, tu, tu parles normalement. Donc je suis très heureux et je pense qu’ils sont bien choisis. Du coup, pour la coordination. Donc continue parce que c’est agréable d’entendre parler de.

04:17:55:19 – 04:18:22:05
Intervenant 12
Non mais moi ce que je voudrais dire, c’est parler un peu de transfo de ce qu’on souhaite faire. On fait déjà depuis quinze ans déjà. Le lieu existe depuis longtemps. C’était un dispositif culturel un peu en sommeil avec le vide. Et depuis dix mois, on réfléchit beaucoup à l’identité du lieu et ce qu’on veut en faire. Et nous, nous souhaitons aller dans une direction qui est la citoyenneté, l’engagement, l’art et l’engagement, l’art et la société.

04:18:22:17 – 04:18:56:16
Intervenant 12
Et je trouve que cette soirée autour de l’œuvre de Jacob Christ de ces photos, de la musique, enfin des lumières, etc ça colle parfaitement avec ce qu’on se doit de faire. On veut ouvrir les débats, on veut provoquer des conversations, des rencontres, Pas forcément immense, mais la proximité nous paraît quelque chose d’essentiel, de telle sorte que nos publics puissent prendre la parole aux côtés de riverains de personnes de la société civile et que chacun ici, puisse tout à coup poser les questions qui les traversent, agir par la parole et se redresser par la parole.

04:18:56:22 – 04:19:13:13
Intervenant 2
Alors on a pas eu la chance de recevoir beaucoup de gens. Du coup, aucun. Aucune des personnes qui vit ici. Je vais rencontrer Richard hier et qui était à peu près chaud. Mais finalement, quand on se rend compte qu’on va vraiment parler, ça ne marche pas. Il y a Maître de Paname qui nous a parlé tout à l’heure et c’est le seul.

04:19:13:13 – 04:19:27:20
Intervenant 2
Mais il vit pas ici. Il survit, il vit même. Il existe grâce à Emmaüs depuis de nombreuses années. C’était vraiment touchant. Son témoignage ? On n’a pas eu la chance d’avoir les échos des gens ici. Mais toi, qu’est ce que tu sembles ? Que ça provoque chez eux ? Ce genre d’événements.

04:19:28:04 – 04:19:39:20
Intervenant 12
Je crois qu’ils sont extrêmement touchés par le fait qu’il y ait un public très différent dans les lieux. Je crois qu’ils sont heureux parce qu’ils ne perçoivent qu’ils ne sont pas retirés de la société, qui ne sont pas à côté de la société.

04:19:39:20 – 04:19:41:03
Intervenant 2
Richard et qu’ils sont, c’est vrai.

04:19:41:03 – 04:19:44:00
Intervenant 12
Tellement dans une rencontre avec.

04:19:44:05 – 04:19:48:16
Intervenant 2
En moins visuel, il dit que c’est vrai. Je crois qu’il va prendre le micro, mais au moins visuelles et valides.

04:19:48:16 – 04:19:49:12
Intervenant 12
Avec des personnes.

04:19:49:15 – 04:19:54:06
Intervenant 2
Voilà juste en fait ce trouvez normal quoi ? Oui, absolument. C’est aussi.

04:19:54:06 – 04:20:13:13
Intervenant 12
Ça. Moi, j’en ai vu plein J’ai fait des photographies de chacun à chaque fois, de telle sorte qu’on ait une trace de ce moment là. Effectivement, ça transite. Pas nécessairement par la prise de parole ici ce soir, mais ça va transiter sans doute dans la mémoire. Les gens vont parler demain au petit déjeuner, au déjeuner, au dîner. Et je crois que ça participe vraiment à la réalité de ce lieu.

04:20:13:16 – 04:20:20:08
Intervenant 2
Et c’est ce qui va continuer parce que finalement, cette œuvre exposée ici n’est pas pérenne. En revanche, Jacob va revenir pour une année.

04:20:20:12 – 04:20:21:20
Intervenant 12
l’Expo dure un mois.

04:20:22:03 – 04:20:25:00
Intervenant 2
À quand même ? Oui, oui, c’est vrai. Je pensais que c’était juste pour cette soirée d’expo.

04:20:25:00 – 04:20:46:06
Intervenant 12
Les deux artistes, Julie et Jacob, seront présents dans notre espace pendant un mois. Et nous, ce que nous désirons faire au cours de ce mois, c’est d’inviter des rencontres à des rencontres ici ou nous pourrons parler de la musique, des fêtes, d’avoir des échanges de points de vue autour de tout cela. Pas nécessairement simplement le côté festif mais aussi l’aspect sociétal.

04:20:46:12 – 04:20:58:03
Intervenant 12
Questionner la société par rapport aux festivités. Questionner la solitude qui concerne vraiment notre public par rapport à ce qu’il voit en termes d’image, etc C’est ce qu’on va essayer de générer au fil de ce mois.

04:20:59:01 – 04:21:08:24
Intervenant 2
Excellent. Donc le rendez vous est noté pour vous qui n’avez pas pu vous déplacer, qui nous écoutait toujours en mangeant de la glace chez vous. Eh bien, sachez que vous pouvez venir voir cette expo, mais aussi participer à des ateliers.

04:21:08:24 – 04:21:27:15
Intervenant 12
Absolument. C’est ouvert au public aussi, c’est ouvert au public. On a des partenariats qu’on va engager dès la semaine prochaine avec le Centre Pompidou. On accueille ici une œuvre de Didier Faustino qui s’appelle La Tablée. C’est une table, une table mobile modulaire autour de laquelle, pendant six mois, on va générer des rencontres, des ateliers, etc.

04:21:27:16 – 04:21:28:18
Intervenant 2
Un peu comme une table de ping.

04:21:29:01 – 04:21:31:07
Intervenant 12
Oui, en plus grand et en plus.

04:21:31:15 – 04:21:32:13
Intervenant 2
Grande table de ping, une.

04:21:32:13 – 04:21:45:06
Intervenant 12
Grande table de cantine. Et puis on a aussi réalisé un projet de création d’un prix Emmaüs Solidarité pour la création contemporaine. On a réuni un jury de personnes accompagnées par l’association.

04:21:45:09 – 04:21:50:00
Intervenant 2
J’ai l’impression que c’est de plus en plus cool. Emmaüs. Ce n’est pas ce qui se passe. Il y a une espèce de truc là. Les Français.

04:21:50:00 – 04:21:50:21
Intervenant 4
Définitivement.

04:21:50:22 – 04:22:06:00
Intervenant 12
Ce n’est pas que c’est plus cool, c’est simplement ce que c’est. C’est l’expression de ce qu’on fait tous au quotidien. Tous dans les centres, on travaille au contact des gens, on est dans un rapport au vrai monde humain et de relations très proches, très intime. Est ce que c’est le prolongement au transfo ?

04:22:06:04 – 04:22:30:19
Intervenant 2
Non, mais je trouve ça hallucinant et je l’ai déjà dit au moins deux fois dans cette émission, que tout ce qu’on dit c’est comme si c’était nouveau ou quelque chose qu’on proposait. Alors que de dire que les êtres humains sont bienveillants, qu’on peut être accueillants, qu’on peut être ouverts. Et comme si c’était un truc qui avait complètement disparu. Et soudain, il y a l’abbé Pierre et Emmaüs qui nous rappellent que oui, c’est possible.

04:22:30:24 – 04:22:33:17
Intervenant 12
Mais c’est le boulot qu’on fait Gaëtan On pourrait en.

04:22:33:17 – 04:22:34:08
Intervenant 2
Parler, mais oui.

04:22:34:08 – 04:22:36:21
Intervenant 4
Gaëtan Ouais, ouais, c’est vrai que c’est pas beau. Je peux au contraire venu d’ailleurs.

04:22:36:21 – 04:22:39:11
Intervenant 2
Je vois du fait des bruits de bouches sur toi, tu n’as pas peur. C’est pour ça que.

04:22:39:21 – 04:22:57:01
Intervenant 4
J’ai un long passé de beat boxing. C’est pour ça que ça, non ? Pour dire clairement oui, c’est ça. Mais après, c’est aussi la société dans laquelle on vit qui nous tend justement à oublier certaines choses. Mais mais c’est vrai que c’est clairement les valeurs qu’on souhaite développer à Emmaüs. Et c’est.

04:22:57:01 – 04:22:57:09
Intervenant 2
À dire.

04:22:59:09 – 04:23:02:16
Intervenant 4
La solidarité déjà, et est le fait de la.

04:23:02:16 – 04:23:04:16
Intervenant 2
Bienveillance, le fait de faire des.

04:23:04:16 – 04:23:05:15
Intervenant 4
Choses en communauté.

04:23:05:21 – 04:23:07:04
Intervenant 2
Voilà tout un peuple d’êtres humains, quoi.

04:23:07:06 – 04:23:10:00
Intervenant 4
Ouais, ça va complètement Et non sans.

04:23:10:00 – 04:23:25:05
Intervenant 2
Argent, tu vois ces trucs, pas d’argent qui ont des rapports financiers alors que quand t’as de l’argent, mais en fait, tu peux te permettre d’être un enculé. C’est ça qui est vrai finalement, quand on tombe dans la pauvreté, on est obligé. Ouais, c’est ça que j’aime bien. Quand ça m’arrive souvent, c’est des cycles comme ça ou je n’ai plus rien.

04:23:25:16 – 04:23:32:00
Intervenant 2
Mais je te rends compte qu’ils sont tes amis sur qui tu peux compter et comment tu es dépendant de cette bienveillance.

04:23:32:12 – 04:23:41:23
Intervenant 12
Mais tu sais, les gens sont toujours très surpris quand ils viennent à nos rencontres ou à ce que nous faisons ici. Ils s’attendent à voir un public ou des personnes vivant dans ce lieu désespéré.

04:23:42:05 – 04:23:42:11
Intervenant 2
Zoo.

04:23:43:22 – 04:24:03:22
Intervenant 12
Et la première réaction qu’ils ont souvent, c’est c’est la surprise Au fond, les gens leur parlent tout à fait normalement. On les regarde tout à fait normalement, peuvent tenir des débats, des conversations très multiples et variés et ils sont toujours très surpris. Et lui, l’humain, ce n’est pas quelqu’un qui est hébergé dans un lieu, c’est infiniment plus vaste.

04:24:03:23 – 04:24:33:24
Intervenant 12
Des histoires, des centaines, des milliers d’histoires tristes, des milliers d’histoires qui circulent dans nos espaces et dans nos dispositifs. Je rappelle simplement qu’on accueille 6000 personnes sur Paris et un peu en Île de France. 6000 personnes dans différents dispositifs des barreaux, des accueils de jour, des pensions de famille, des centres d’hébergement d’urgence, du logement adapté, etc. Et ces 6000 personnes, s’ils étaient simplement des décommander, personnes simplement hébergées ou accompagnées.

04:24:34:03 – 04:24:41:03
Intervenant 12
La vie serait tragique pour nous tous. Heureusement, la vie est là et la complicité et la solidarité sont là.

04:24:42:12 – 04:25:08:12
Intervenant 2
Allez, Louis a insisté il est toujours en vie. Dans ces moments là de jouer ce morceau parce que finalement, c’est le morceau qui est l’hymne de la chambrée. Je sais pas si, si, vous connaissez cette chanson, c’est cette chanson qui est qui désespère. LaTeX parce que LaTeX, il n’a plus foi en l’humanité. LaTeX pour lui, la vie, c’est des pétards, c’est du in, c’est du RC à celui qui célèbre.

04:25:08:13 – 04:25:30:11
Intervenant 2
Tu vois, ce n’est pas la bienveillance, c’est pas le don. C’est pas tout ça. Pour lui, c’est de l’impôt output, c’est du flux, alors que l’être humain sait le regarder dans les yeux. C’est prendre le temps de déceler la fragilité, de lire en lui les opportunités le faire ensemble, le s’ouvrir, aller vers. Et c’est pour ça que je suis content d’être là.

04:25:31:01 – 04:25:50:04
Intervenant 2
Je suis content d’être là avec mes chambres à air pour se dire que oui, il y a un moment, il y a un espace entre ciel et terre ou tout ça, c’est possible. C’est possible d’aller sur l’autre, c’est possible de le recevoir, c’est possible de l’aider. C’est possible de donner, c’est possible de s’en sortir. Ils vont. Merci beaucoup. Merci Gaëtan. Merci quand même.

04:25:50:04 – 04:26:14:18
Intervenant 2
On a une surprise avec notre Camille national qui a travaillé pour nous et avec nous et qui a écrit un texte. Attention tu viendras dans 50 secondes après ce rappel global. Samedi première octobre, de 19 h à 2 h du matin. Rejoignez nous au Transfo, l’espace culturel Emmaüs ou écoutez nous sur Tout va bien se passer comme.

04:26:14:18 – 04:26:16:24
Intervenant 1
Tout va bien se passer, comme pour participer.

04:26:16:24 – 04:26:19:08
Intervenant 2
À la catharsis sur chambre à air de Jacob Christ.

04:26:19:10 – 04:26:20:15
Intervenant 3
Quand on vient consulter, c’est qu’on a.

04:26:20:15 – 04:26:21:04
Intervenant 4
Quelque chose à.

04:26:21:04 – 04:26:26:06
Intervenant 2
Dire. Samedi première octobre exposition photos de fêtes libres, vidéos, rigologie, vortex.

04:26:26:06 – 04:26:26:14
Intervenant 4
Et flash.

04:26:26:14 – 04:26:27:23
Intervenant 5
Back. La fête continue.

04:26:27:23 – 04:26:35:06
Intervenant 2
Pendant cette heure, avec le public et nos invités, nous allons voyager dans la galaxie Christ Jacob Christ fait sa catharsis sur des chants.

04:26:35:06 – 04:26:36:15
Intervenant 3
De la chambre à.

04:26:36:24 – 04:26:47:21
Intervenant 2
Air. C’est en direct de 19 h à 2 h du matin, sur Tout va bien se passer comme et dans la vraie vie ou presque. l’Espace culturel insolite d’Emmaüs Solidarité, au 36, rue Jacques Tessier, dans le 10ᵉ à Paris.

04:26:50:02 – 04:26:59:19
Intervenant 4
Un samedi J’adore cette boîte moins bien fréquentée. Service impeccable. L’atmosphère se déplace.

04:27:00:11 – 04:27:02:21
Intervenant 1
À tout va bien se passer comme.

04:27:03:12 – 04:27:10:12
Intervenant 2
Et Camille est avec nous. Alors tu aimes la nuit ? Tu es plutôt récente à Paris, tu as écrit et on est là.

04:27:10:17 – 04:27:12:12
Intervenant 4
Oui, ça va ça.

04:27:12:12 – 04:27:12:23
Intervenant 2
Va. Et toi ?

04:27:13:04 – 04:27:14:23
Intervenant 3
Ecoute, ça va te faire plaisir de vas.

04:27:15:03 – 04:27:15:23
Intervenant 2
Tu passer un bon moment ?

04:27:16:07 – 04:27:28:11
Intervenant 1
Je viens d’arriver donc pour l’instant, ça va. Je connaissais pas ce lieu. Je découvre petit à petit. C’est assez assez chouette ce qu’ils font ici. Et ainsi, le lieu est très beau. Je passais souvent en vélo devant et je ne savais pas ce qui avait l’inter.

04:27:28:18 – 04:27:29:02
Intervenant 4
Mais voilà.

04:27:29:14 – 04:27:38:20
Intervenant 2
Tu sais tout. Maintenant, je sais aussi qu’avec cette émission chez vous, j’espère d’ailleurs que vous passez un excellent moment et que vous avez appris des choses avec nous. Alors c’est à toi, Camille.

04:27:43:23 – 04:28:05:00
Intervenant 1
Je ne vois plus mes rêves. Je suis endormie pourtant. Et j’ai beau ouvrir mes yeux en grand, ils sont achevés par mes larmes de sang. Tandis que je tâtonne sans fin dans le vent. Peut être que si je rêve à l’envers, la lumière ne sera plus étrangère. Peut être que si j’accepte un amant dans mon lit près de moi, les couleurs de mes songe brûleront, excitées par nous.

04:28:05:00 – 04:28:23:15
Intervenant 1
Et moi, je n’arrive plus à voir mes rêves. Pourtant, j’ai si peur du noir perché en haut dans ma tour d’ivoire. J’ai peur de ce qui viendra après le noir, après la peur, après la sueur, après la douleur, lorsque mon âme aura enduré tout ce qu’elle peut endurer. Je sens ma longueur cogner contre la porte de mon cœur.

04:28:24:01 – 04:28:47:13
Intervenant 1
Jack rip la chair de mon sang qui palpite dans la rancœur. J’entends les étoiles tomber sur cette terre carbonisée alors que le serpent sordide, gonflé d’orgueil, se tortille, langoureux par sa caresse suave, je livre mon dernier râles de plaisir langoureux. Voilà que je suis seul, emmuré dans ma tristesse opaque. Mes pupilles sont trouées, effacées, dérobées. Et la souffrance est un art comme le reste.

04:28:47:13 – 04:29:10:06
Intervenant 1
Et je m’y révèle particulièrement doué, la langue pendue, la bouche mordue. Je vais ondulante, sensuelle, rencontrer les ténèbres. Puisse t il être plus doux et plus aimant que mes amants d’antan. Dans ce monde sans raisons, ignorance innocente, avenir sans joie, je rêve d’être belle et de trouver mon roi. Une reine peut être aux cheveux noirs d’ébène, au creux de l’oreille du hasard.

04:29:10:10 – 04:29:38:09
Intervenant 1
Je le chanterai, je le suis sur, je lui châtré. Dis moi dans quelle langue tu rêves, toi ? Franchement, je ne sais pas. Je lui dirai ou me trouver. Et là, je l’attendrait dans cette nuit dévorée par l’espoir, éclairé par une bougie à demi consumé. Je serai dans les veines de la lune, drapée de braise et de plumes. Je serai aux bras des ombres bohémienne et dansante, les yeux bandés dans la brume, et je peu de confiance secret.

04:29:39:07 – 04:29:54:23
Intervenant 1
J’ignore quand l’aube viendra, mais lorsque son feu brûlera, je rêve de me réveiller. Aveuglé par la beauté de la clarté, je ne vois plus mes rêves. Et toi, dis moi, qu’est ce que tu vois ?

04:29:56:07 – 04:29:58:07
Intervenant 2
Camille Pellicer. Merci.

04:29:59:09 – 04:30:22:08
Intervenant 11
Merci. Vie Mon rêve, c’est que j’ai plein d’amis. Mais un jour, je ne dois à ma mère que je n’avais pas d’amis et de temps. Depuis que je rêve d’angoisse, de jalousie.

04:30:23:00 – 04:30:24:16
Intervenant 1
Tout va bien se passer comme.

04:30:26:20 – 04:30:35:09
Intervenant 2
Si monsieur Bonus était prêt à intervenir parce qu’il va officier en tant que DJ d’ici une dizaine de minutes dans le dance floor qui s’est organisé au rez de chaussée de cet endroit, le 30.

04:30:35:20 – 04:30:36:10
Intervenant 4
Six.

04:30:36:11 – 04:30:45:00
Intervenant 2
Rue Jacques Louvel Tessier, dans le 10ᵉ à Paris. N’hésitez pas à nous rejoindre à 2 h. Tu voulais rajouter des éléments sur Jacob ? Finalement, c’est une bonne idée puisque nous sommes là pour ça.

04:30:45:03 – 04:30:59:06
Intervenant 1
Eh ben oui, j’ai entendu dire qu’on faisait une liste d’attributs. Jacques Ou bien oui, je tiens un artistique christique ? Exactement. Oui, je tiens à ajouter ma petite note poétique. Alors pour moi, Jacob, c’est un. C’est un clown déchu dans un monde capitaliste.

04:30:59:10 – 04:31:00:02
Intervenant 4
Oh la vache.

04:31:00:02 – 04:31:01:13
Intervenant 2
Capitaliste, c’est qu’on en dit plus un.

04:31:01:16 – 04:31:02:16
Intervenant 3
Ah bon ? Tu veux dire quoi ?

04:31:02:21 – 04:31:03:15
Intervenant 2
Bah, tu dis rien.

04:31:06:02 – 04:31:07:24
Intervenant 3
C’est un clown déçu, alors on va rester là.

04:31:07:24 – 04:31:09:18
Intervenant 2
Clown est déchu en Indochine.

04:31:10:08 – 04:31:12:06
Intervenant 4
Et c’est la chute.

04:31:13:10 – 04:31:37:24
Intervenant 2
Merci beaucoup Camille pour ce mot clé qui était en réalité un double mot clé. Monsieur Bonus, que je n’ai pas vu boire d’eau depuis 1996, va nous rejoindre pour nous parler de la nuit de lui peut être, et de ce qui va se passer sur le dancefloor d’ici peu de temps. Je suis très content de voir Damien et Monsieur Bonus installe toi sur ces chambres à air et.

04:31:38:16 – 04:31:38:22
Intervenant 4
Sur.

04:31:40:03 – 04:31:56:10
Intervenant 2
Rebondi sur des chambreurs. C’est vrai, ça, ça fait du bien. Alors comment ça va Damien ? Très bien. Toi qui a joué sur les Champs Elysées avec, était ce moment ou tu faisais le sosie de David Guetta ou pas ça ? Alors tu a vu l’expo rapidement ? C’est très bien.

04:31:58:02 – 04:32:05:24
Intervenant 5
Pour moi, c’est le meilleur de toi, de cette époque, de notre époque, de la nuit. C’est dingue parce.

04:32:05:24 – 04:32:08:00
Intervenant 2
Qu’il est fou, donc il arrive à.

04:32:08:00 – 04:32:10:17
Intervenant 4
Rester au bon moment. Pour photographier des moments fous.

04:32:11:11 – 04:32:16:07
Intervenant 2
Pourquoi tu tu aimes la rêve et la tripartite ? Qu’est ce que ça te procure.

04:32:17:22 – 04:32:18:17
Intervenant 4
En 20.

04:32:18:17 – 04:32:33:14
Intervenant 2
20 ans et un vétéran ? Tu peux nous dire qu’est ce que ça me prouve bien ? Alors, pendant que tu réfléchis, je précise à œuvrer pour pour la cause, pour l’Afrique. Il a réalisé un documentaire qui est un des piliers de la culture free party qui s’appelle Word.

04:32:34:08 – 04:32:36:11
Intervenant 5
Ou Entre amis, ou encore à travers.

04:32:36:12 – 04:32:37:23
Intervenant 2
Adventure. C’est une histoire.

04:32:37:24 – 04:32:38:15
Intervenant 4
De spirale.

04:32:39:05 – 04:32:40:20
Intervenant 2
C’était en 2001 et puis après.

04:32:40:20 – 04:32:41:18
Intervenant 5
J’ai fait le film.

04:32:41:18 – 04:33:06:07
Intervenant 2
Sur Les Hérétiques de Drummond en 2010, je crois Hérétique, groupe aussi organisateur de free party. Fin des années 90, White, activiste sonore et activiste sonore notoire au groupe parisien, est sorti du bois avoir fait des attentats et Damien était sympa. Il a mis ça sur sa chaîne YouTube et donc vous pouvez le regarder gratos. Merci Damien. Donc tu dis que tu as pris le temps de réfléchir alors que tu parlais comme comme tu en es capable.

04:33:06:19 – 04:33:08:06
Intervenant 2
Qu’est ce que ? Qu’est ce que ça apporte cette.

04:33:08:24 – 04:33:11:13
Intervenant 5
C’est la thèse de ce moment.

04:33:11:24 – 04:33:13:16
Intervenant 2
Monté sur l’instant présent.

04:33:13:22 – 04:33:15:15
Intervenant 4
Cette zone d’autonomie temporaire.

04:33:16:02 – 04:33:20:12
Intervenant 5
Ou tout peut se passer, ou t’oublies un peu C’est aussi un nettoyage de ta semaine. Ce n’est pas.

04:33:20:12 – 04:33:21:23
Intervenant 2
Qu’il y a des gens qui ont une.

04:33:21:23 – 04:33:22:09
Intervenant 5
Vie, mais.

04:33:22:14 – 04:33:24:05
Intervenant 2
C’est aussi ça permet.

04:33:24:05 – 04:33:25:18
Intervenant 7
Aux gens de se nettoyer, de.

04:33:25:22 – 04:33:26:10
Intervenant 2
Décompresser.

04:33:27:00 – 04:33:28:12
Intervenant 4
C’est compliqué ça sert à ça.

04:33:28:12 – 04:33:51:21
Intervenant 2
Surtout, je pense être un peu un peu fou, limite à qui on veut aussi essayer. Qu’est ce que t’as vu ? Parce que comme moi, je crois que tu continues à sortir comme on a vu évoluer la nuit. Par rapport là, très précisément, je pense aux questions de se mélanger parce qu’autant avant, on avait des soirées plutôt gay, des soirées plutôt hétéro, ça se mélangeaient un peu.

04:33:51:21 – 04:33:56:15
Intervenant 2
Mais là, on est complètement dans le no gender gender et c’est vraiment le bordel.

04:33:57:03 – 04:33:58:03
Intervenant 5
C’est quand même.

04:33:58:03 – 04:34:00:15
Intervenant 2
Plus tolérant, c’est moins violent.

04:34:01:07 – 04:34:05:03
Intervenant 4
Donc je ne suis pas sûr de ça. Je pense qu’on a été ultra tolérant.

04:34:05:10 – 04:34:05:24
Intervenant 2
Dans les années 80.

04:34:05:24 – 04:34:07:22
Intervenant 5
C’est peut être même beaucoup plus qu’aujourd’hui.

04:34:08:10 – 04:34:09:05
Intervenant 2
Oui, on parlait pas de.

04:34:10:10 – 04:34:14:18
Intervenant 5
Vieille, pas d’esthétique obligatoire, il n’y avait pas de sexualité obligatoire.

04:34:15:01 – 04:34:23:00
Intervenant 2
On me regardait l’étiquette de chacun, donc je suis pas sûr que ce soit plus libre aujourd’hui parce qu’il y a la culture club qui est rentré dans le game aussi.

04:34:23:21 – 04:34:24:21
Intervenant 4
Nom déjà on.

04:34:25:18 – 04:34:26:11
Intervenant 5
Sais pas le problème.

04:34:27:00 – 04:34:30:00
Intervenant 2
Qu’est ce que tu vas nous jouer ? Tout à l’heure, il a prévu quelque chose de particulier.

04:34:30:11 – 04:34:36:03
Intervenant 5
De la techno ou de la techno, on se peut. Le principe ? Je reviens donc je vais mettre de la techno.

04:34:36:12 – 04:35:00:23
Intervenant 2
Vous juge winner ? 1 h, c’est bien et tu seras suivie par nos amis d’Himalaya qui ont malheureusement disparu. Je voulais parler avec eux, mais ce sera plus tard ou peut être jamais. Merci d’avoir. Est ce que tu veux t’exprimer sur Jacob comme tu as pu l’apercevoir ? L’entrevoir Le définir, pourquoi pas ? On est là pour ça. Non, je suis quelqu’un d’authentique, de beau.

04:35:01:02 – 04:35:02:02
Intervenant 2
Je suis content de le voir.

04:35:02:02 – 04:35:02:17
Intervenant 5
Évoluer comme ça.

04:35:03:19 – 04:35:05:20
Intervenant 12
Je me rappelle quand il est arrivé au tout début à Paris.

04:35:05:20 – 04:35:08:16
Intervenant 2
Qu’on faisait des chambres ensemble. Ouais, c’est vrai, c’est vrai. Il n’avait pas.

04:35:08:16 – 04:35:10:02
Intervenant 5
Encore sa barbe, qu’il était assez.

04:35:10:03 – 04:35:12:24
Intervenant 2
Rasé de près. Il était encore tout mignon, il était encore informaticien.

04:35:13:08 – 04:35:15:12
Intervenant 5
Donc c’est marrant de le voir évoluer.

04:35:15:16 – 04:35:33:14
Intervenant 2
Surtout qu’il a un regard qui est authentique et qui est rare. Et il est sorti avec un 70 de sang qui sort la nuit et qu’un putain 70 de. Très peu de gens tristes parce que personne fait ça, c’est trop lourd, c’est ça. C’est impressionnant, mais il l’a fait et on l’en remercie. Et je te remercie également pour ce temps.

04:35:33:23 – 04:35:58:03
Intervenant 2
Et je suis pressé de Groovy Rider ou Rodez parce que j’ai appris plusieurs mots différents pour ses pensées. Je l’ai noté fait plus sait le parquet tout à l’heure, surfe sur Mélopée techno. Merci Damien de le retrouver partout et je vous rappelle, son documentaire est accessible gratuitement en ligne. C’est J’ai toujours ce We are we have a dream.

04:35:58:03 – 04:36:22:24
Intervenant 2
Voilà la référence en terme de culture free party. Merci d’être avec nous. 23 h 55 Autant dire qu’il nous reste très peu de temps dédié à la parole. Nous allons partir dans le mix, dans la musique, dans le dix. Est ce que quelqu’un souhaite encore s’exprimer ici et maintenant ? C’est maintenant ici. Des yeux qui me disent non. Toi, tu as, tu as le rouge, c’est à dire que tu n’entends rien, tu n’entend rien et je te remercie.

04:36:24:11 – 04:36:40:24
Intervenant 2
Merci d’avoir été avec nous qui nous écouter. Je dis ça parce que je ne vais plus parler de rapport à plein de choses et surtout au fait que je vais jouer danser un moment. Parce que parler sans cœur d’un mec qui y prend même pas le temps de passer plus de dix minutes avec nous, ça c’est limite que Jacob.

04:36:40:24 – 04:37:04:24
Intervenant 2
Merci de nous avoir invités. Merci A. Le transfo Merci à vous qui nous avez écouté c. Cette émission sera disponible assurée en podcast sur tous les internet. Dernier moment. Si vous voulez vous exprimer. Des gens rentrent dans la salle. Voulez vous exprimer ? Vous voulez dire quelque chose sur l’exposition ? Personne. Toi, toi, toi, personne. OK, on part donc en mode HF.

04:37:04:24 – 04:37:26:18
Intervenant 2
Ça veut dire sans fil, ça veut dire avec les waves ce qu’on appelle les électrostatique tesla, les terres, la communication sans fil sur le dancefloor. Au rez de chaussée du 36, rue Jacques Louvel Tessier, c’est dans le 10ᵉ arrondissement. C’est le traître, le transfo. C’est la Nuit blanche 2022 Si, si, ici c’est Paris. Merci d’avoir été avec nous.

04:37:26:19 – 04:37:32:15
Intervenant 2
C’était la chambre à air. Tout va bien se passer, point comme place à la musique à présent. Danser chez vous.

04:37:32:15 – 04:37:34:04
Intervenant 4
Ou que vous soyez.

04:37:35:07 – 04:37:57:11
Intervenant 2
Applaudissez moi merci. C’est super. Je rappelle quand même la liste des mots clés pour définir Jacob Christ artiste, monde de photos, surprises, humains ailleurs, dépasser les limites, catalyseurs positifs ou négatifs, sniper bienveillant, mystérieux, décalé, grain de folie.

04:37:57:12 – 04:37:57:24
Intervenant 4
Arche.

04:37:58:13 – 04:38:04:06
Intervenant 2
Intense, insertion solidarité. Enfants créateurs destructeurs, aériens terrestres, clowns déchus.

04:38:04:06 – 04:38:05:09
Intervenant 4
Paradoxe, marges.

04:38:05:16 – 04:38:08:01
Intervenant 2
Fils électriques, fous furieux de livres partout.

04:38:08:01 – 04:38:09:04
Intervenant 5
Authentique, beau.

04:38:09:15 – 04:38:10:00
Intervenant 4
À voir.

04:38:10:10 – 04:38:11:09
Intervenant 2
Et bonne danse. Si vous.

04:38:25:16 – 04:38:28:02
Intervenant 1
Tout va bien se passer au point comme la.

Cela vous plaît ! Feel free to support me here.

Xavier Faltot

Xavier Faltot @xavierfaltot @mcmparis @lacontroverse Dans la radio, les magazines, la télé, la rue, le web, et les clubs, en 20 ans, il est passé maître dans l’art du média expérimental. Il joue et compose avec les technologies, les flux et les publics. Hackeur du réel, il travaille à générer des chaos sympathiques, des zones franches où tout se lie et se publie. C’est là qu’il sculpte ses visions d’une société post-capitaliste, post-spectacle. Un endroit où se libérer et briller sans s’éblouir. Il est reporter, gonzo journaliste, VJ Xavier Society for the Blind, le fanzine Le Guide Du Renard, le Xavier de Youtube, le gérant de La Controverse, l’inventeur de La Chambre à Air, le co-créateur de Radiomarais, gangsterreradio.org, RADIO23, democrakidsradio.org, fistfm.org ou encore la cellule multi-média de Le Consulat.
Bouton retour en haut de la page