#MEDIAMUTANT#TRANSMEDIAQUIZZLE WEBLES PORTRAITS VIDÉOMOUVEMENT POUR LA CULTURE DE MASSEPRODUCTIONSTHÉMATIQUESXAVIER SOCIETY FOR THE BLIND

LE TRANSMETAQUIZZ de Bernard Stiegler qui termine ma série de Transmediaquizz.

Bernard Stiegler face à 3 Transmediaquizz :

  • John Jordan :
  • Alex Foti :
  • Zoe Romano :

Ce Transmetaquizz est un montage de ses réactions, la fin de la série.


Transcription automatique par TRANSCRIPTIVE:

00:00:05:14
Il faut maintenant construire un projet industriel.

00:00:11:14
Je crois qu’en effet, nous allons vers un problème majeur. Le très grand décrochage.

00:00:20:04
Mais en même temps, je pense qu il faut, il faut que je pense, faut être capable de raisonner en disant nous allons en terme de décrochage. Il faut être capable de le dire, sachant que le décrochage est éminemment probable. Je dois agir aujourd’hui en posant que après le décrochage.

00:00:36:03
C’est le catastrophe, soit il faudra que la manière dont j’ai vécu avant soit utile, s’il en reste quelque chose court après. Pour après, c’est de faire tout ce qu’on peut pour éviter le décrochage. Parce que sinon, ça n’a aucune crédibilité. Ceux qui n’en ont pas fait tout ce qu’ils peuvent pour aller vers le décrochage n’ont aucun crédit.

00:01:10:22
Quand je suis destinataire de quelque chose, je suis en position d’être dessinateur destiné à quelqu’un et de contribuer à la transe, à l’humiliation. Je peux reconstituer des longs circuits de trois années alors que la dissociation repose sur le fait de court circuiter la transe annualisation, faire venir screens la société japonaise et. Vous ne pouvez plus les fringues, c’est plus vous qui demande biper l’éducation de vos enfants. On s’occupe de tout. Walt Disney va s’occuper de vos baskets, de vos vacances, de vos rêves, mais vous produisez plus rien. Et évidemment, cette évolution qui est arrivée à la fin du 20ème siècle début du 21e siècle, est une espèce d’extrémité qui produit une malaise immense auquel nous sommes aujourd’hui. C’est ce que j’appelle de la dissociation. On a l’impression de ne plus du tout participer à l’invention de la société dans laquelle on. Capitalism n’est pas du tout normal et il n’a pas d’alternative. Il n’est pas du tout le monde en train de mourir, il est en train de se détruire et donc il faut composer avec lui pour le maintenir en vie, en quelque sorte. En même temps, pour s’opposer à quelque chose, pour s’opposer à sa mort, en s’opposant à sa mort, la nôtre, et pour s’opposer à quelque chose qui est en lui et nécrophile et mortifère. Donc, il faut savoir s’opposer. Mais en même temps, pour mener cette lutte d’autres. Sopposer? Il faut être capable de composer avec. Aujourd’hui, il faut faire de la mélancolie de l’homme politique. Il y a une mélancolie généralisée. Mais tout le monde a sombré dans la mélancolie avant la mélancolie. C’était le privilège de Marcel Proust.

00:03:08:22
On appelait ça l’hypocondrie par le fin fond hypocondrie. C’était la bourgeoisie un peu déjantée, un peu malsaine de la névrose viennoise. C’était tous les gens qui se mettent un peu le nombril. Aujourd’hui, la mélancolie est partout. Alors, sous les forts soirs, mélancolique en. Sous des formes très dangereuses. Qui sont la xénophobie, les comportements pulsionnelle? Parce que ça peut.

00:03:43:01
Je pense que la question de l’internet de demain et de l’invention sociale avec Internet savait comment on va organiser techniquement et industriellement des circuits longs et de la salinisation qui vont reconstituer des modèles sociaux, des rôles sociaux où chacun. Un rôle, son rôle à jouer et même une économie de tout ça parce que je crois que tout ça doit, à un moment donné, devra constituer une économie. Mais sans chercher dans un premier temps à produire une rentabilité économique parce qu’elle n’est pas possible. Il faut donner du temps à la pensée pour protéger le truc et pendant ce temps là, l’embryon se développe et donc il faut lui donner des vitamines. Il faut l’alimenter pour que la chose puisse se constituer dans la mesure où nous avons affaire à une rupture technologique. Toutes nos catégories de français, industrielle, économique, sociale antérieure sont caduques. Donc nous savons qu’il y a un levier pivot qui est la rupture technologique de cette rupture. C’est le milieu associatif. Mais en même temps, nous n’avons pas encore les habitudes. Donc, il faut se donner du temps. Je suis très, très pessimiste, moi, par exemple, je considère. J’essaye de prendre la mesure de la situation. Et que je me dis c’est terrible.

00:05:17:16
Et puis.

00:05:20:17
Dès que je me mets à envisager ma chaîne d’accès, ma vision se transforme en. Et je me dis que si je suis pessimiste. C’est de la Suisse capable que soit la situation des fins de mois. En réalité.

00:05:37:11
Si le 8 janvier, les spéculations de Paris s’entêtent dans la ville, les chauffeurs votif.

Xavier Faltot

Xavier Faltot @xavierfaltot @mcmparis @lacontroverse Dans la radio, les magazines, la télé, la rue, le web, et les clubs, en 20 ans, il est passé maître dans l’art du média expérimental. Il joue et compose avec les technologies, les flux et les publics. Hackeur du réel, il travaille à générer des chaos sympathiques, des zones franches où tout se lie et se publie. C’est là qu’il sculpte ses visions d’une société post-capitaliste, post-spectacle. Un endroit où se libérer et briller sans s’éblouir. Il est reporter, gonzo journaliste, VJ Xavier Society for the Blind, le fanzine Le Guide Du Renard, le Xavier de Youtube, le gérant de La Controverse, l’inventeur de La Chambre à Air, le co-créateur de Radiomarais, gangsterreradio.org, RADIO23, democrakidsradio.org, fistfm.org ou encore la cellule multi-média de Le Consulat.
Bouton retour en haut de la page