#MEDIAMUTANTENFIN LIBRESLA CONTROVERSELA RUELE WEBLES PORTRAITS VIDÉOMOUVEMENT POUR LA CULTURE DE MASSEPRODUCTIONSTHÉMATIQUESVIDÉO

Enfin Libres ! À Tunis portraits d’une génération révolutionnaire.

En 2011 juste après la révolution à Tunis, j’ai demandé (avec l’aide d’Héla Jemli) à de jeunes tunisiens leurs impressions sur la révolution.

ENFIN LIBRES est une série de 11 portraits d’une génération enfin libre. Les réponses de 11 jeunes post-révolution sur la base d’une grille de questions. Ils sont face à la caméra à l’intérieur et à l”extérieur.

http://www.enfinlibres.fr

Dans un premier temps, il me parlent d’eux à l’intérieur, assumant qui ils sont vraiment. Et triomphants à l’extérieur, ils disent enfin librement ce qu’ils pensent de leur pays, de la révolution. Du noir et blanc vers la couleur, ils chantent libérés.


J’étais déjà allé à Tunis pour le SMSI (Sommet Mondial sur la Société de l’Information) en 2005. Le pays était en mode dictature. Dans les cafés la consigne était donnée de ne pas parler aux touristes. Alors certains se laissaient aller à la confidence sous couvert que le patron augmente le son. Surveillance et mal-être.


La série est structurée par une grille de questions. Je demande aux interviewés une série de mots clefs et de regarder fixement la caméra comme dans SAO PAULO MON AMOUR avec leur voix en off.

Il y a 11 personnes pour 11 lettres:

E N F I N L I B R E S

Chaque personne fait remonter un mot clef:


LA PLAYLIST DE TOUS LES PORTRAITS.

Tournée à Tunis les 8 & 9 février 2011
http://www.enfinlibres.fr


LES VIDÉOS UNE PAR UNE AVEC LEUR TRANSCRIPTION AUTOMATIQUE PAR TRANSCRIPTIVE.

E / AVENIR

ENFIN LIBRES !

Nom: haythem (Ogra)

Prénom : achour

Age : 27 ans

Profession : musicien producteur de musique électronique musique contemporaine


00:00:03:10
Citoyen tunisien opprimé depuis la naissance. Ça fait quelque temps.

00:00:10:23
Je suis plus opprimé, ex frustré, j’espère. Futur, non frustré. De temps en temps provocateur, méprisants, cons.

00:00:29:17
Parfois Omari.

00:00:35:00
Et en face de toujours, on recherche la grosse pneumonie.

00:00:42:13
Pour moi, le 14 janvier, j’étais sur. J’avais bien à cause de à cause des manifs d’avant. J’ai couru transférer ma chaise, je me suis chopé une pneumonie et du coup, j’étais sur Facebook en train de balancer des infos grâce aux potes qui étaient sur place et qui m’ont envoyé à chaque fois. Et moi, je balancez sur Internet.

00:01:06:07
Voilà, c’était ça 14 juillet, mais 14 janvier. Mais c’était drôle d’État comme.

00:01:17:08
Moi, c’est le sens et la musique essentiellement et je découvre depuis pas trop longtemps, j’essaie d’organiser des choses, des événements, j’essaie d’être un moteur, c’est de trouver les bonnes personnes et de les rencontrer les uns les autres que j’en profite. Comme moi, j’en profite et j’essaie de développer ça. Je suis loin des, mais j’essaie de le développer.

00:01:53:09
Avant, on était, on était là et il y avait quelqu’un qui avait la main ici t’empêcher. T’imagines quand même. En fait, on te prenait un truc à toi dans ton cerveau, le prenait comme ça n’avait pas le droit de toucher, ni à la réduction, ni rien du tout. Et du jour au lendemain, on était là.

00:02:26:10
Frustration?

00:02:32:23
Si l’envie.

00:02:38:08
Destructuration, hypocrisie? Schizophrénies.

00:02:55:08
Emeutes Trabelsi? Bande de cons! Fils de pute et ainsi de suite d’une majorité on TBK de mon entourage, j’en ai quand même moins.

00:03:11:24
On est un peu oui, on est paranoïaque, schizophrène, on va passer notre temps.

00:03:19:17
Les voilà entre tes potes et une personne. Après, dans la maison hantée, une autre personne dans la rue, il faut être une autre personne. Dans les bars, il faut être une autre personne. Enfin, il faut changer de personnalité à chaque fois pour s’adapter parce qu’on n’avait pas le droit d’être soi même. Si tu veux ici, il faut être monsieur tout le monde.

00:03:40:02
Ben. Sinon, tu risques de ne pas avoir ce que tu veux, c’est à nous de construire le pays.

00:03:48:12
Ce n’est pas le président de la République ou quoi que ce soit. Tout ça, c’est fini. C’est nous, c’est l’individu.

00:04:02:23
Dans tous les sens, mais j’essaye franchement depuis depuis presque un an que j’essaie de canaliser tout ça. Franchement, même même au niveau de ma musique, ça s’entend. Ce que je faisais avant? Non, mon projet a été, mais maintenant, ce que je fais dans mon projet au gras, c’est complètement différent. Alors que le projet Atoum, c’était plus des trucs complètement déstructurés rythmiquement, districtde tuerai. C’était le bordel. Et puis maintenant, j’essaie d’apprendre avec.

00:04:34:10
Le projet voguera vraiment à structurer les choses, à travailler sur les détails à l’intérieur de moi, doit être comme ça et j’essaie de me dompter moi même.

00:04:48:19
Mais il y a au moins Creamer ou de Zeeman. Et alors? À la moto auto auto et à de lointaines.


N / ENVIE

Nom: Ben Slimane

Prénom : Farah

Age : 23 ans

Profession : étudiante à la Faculté des Sciences de Tunis « Protection de l’environnement »


00:00:03:00
Bonne des gens qui aiment les gens et j’aime bien rencontrer de nouvelles personnes.

00:00:11:24
Xavier et moi, j’aime bien vivre. Je trouve que la vie est très, très belle et qu’il faut en profiter à chaque moment, surtout maintenant.

00:00:24:07
Moi, je n’ai pas personnellement vécu une anecdote qui m’est propre, mais à moi, il m’a dit juste après le 14 janvier comme a eu le chaos partout dans la Tunisie, une femme voilée, elle était en train de voler, on va dire entre 50 guillemets, parce qu’elle pensait que c’était son Dieu. Une femme voilée qui portait le niqab. Et là, le parti a volé des vêtements à Guess. Et là, elle avait tellement pris le vêtement qu’elle ne pouvait pas les tenir avec sa main. Et elle a tout mis par terre, à la regarder à droite et à gauche, et à l’enlever s’en ira. Elle a tout pris avec moi, donc c’est marrant.

00:01:13:03
J’ai un savoir faire plutôt social. J’ai beaucoup d’amis, certes, et j’ai pas mal d’amis qui aiment bien se confier à moi. Je ne sais pas. C’est peut être un certain don de l’écoute, du partage aussi. Et voilà. Donc, j’aime bien écouter.

00:01:30:02
J’aime bien analyser aussi l’envie de changer.

00:01:40:04
Envie de changer pour pouvoir. Pas pour le mieux, quoi.

00:01:47:00
L’envie de s’exprimer, l’envie de parler comme on veut quand on veut. L’envie de créer aussi.

00:01:57:07
Et l’envie d’être bien avec soi même.

00:02:19:24
Frustration, explosion, Anzhi, vivras et attentes paralysant de très, très belles positions politiques que je partage énormément à 100%.

00:02:36:09
On va dire aussi mes amis, mes amis, ma vie sociale.

00:02:46:08
C’est ce qui m’anime. C’est ce qui me donne envie de me lever le matin, d’étudier, de bosser et de partager beaucoup de choses avec ma famille et mes amis.

00:02:58:15
C’est sans ça.

00:03:00:12
Je crois que personne ne pourra vivre sans avoir un soutien familial et amical.

00:03:09:00
L’Occident, croyez en votre jeunesse et votre peuple.

00:03:16:21
L’envie de vivre sérieusement, l’envie de vivre et l’envie de vivre.

00:03:22:18
Et les gens qui se battent pour, pour, pour faire quelque chose, pour améliorer les choses. L’envie de vivre, de prendre des décisions qui sont peut être pas dans le sens du flux, du flux social, de la masse et sortir un peu du rang. En quoi ça, ça me donne envie de ça?

00:03:44:05
Ça donne envie de vivre, ça existe. J’ai une personne dans une société, mais tuer une personne aussi.

00:03:53:00
Je crois en toi. Et tu, Elly, il faut que tu veux que tu sois représenté. Et quoi? Tu tu fais partie d’une masse. Mais il y a le moi aussi, le Foldès tam tam, tam, tam, tam tam.

00:04:06:13
Nan, le fauteuil.


F / RAGE

Nom : Dahmen

Prénom : Aziz

Age : 22 ans

Profession : étudiant en publicité graphique (Ecole Supérieur des Arts et Métiers de Tunis)


00:00:04:00
Bon vivant, plein de projets, plein d’ambition.

00:00:09:21
Certains disent que un peu trop rêveur, peut être parce que moi, j’ai confiance qu’un jour ou l’autre pourrait devenir le roi du monde, comme le dit.

00:00:26:05
Quand j’étais arrêté, j’étais avec trois filles. On venait de descendre de la voiture et on se dirigeait vers un café pour prendre des cafés et se diriger vers la place Ramdani.

00:00:38:06
Quand les flics ont vu la pancarte que j’avais moi été, ils ont essayé d’arrêter les trois filles qui étaient avec moi. Mais un gosse ne sais pas si c’était un flic ou si c’était une personne dans la rue a poussé le trois d’une façon qu’elles peuvent s’enfuir.

00:00:52:14
Tu vois, au cours de mon interrogatoire la seule chose qui primé sur l’interrogatoire, c’est quand?

00:01:02:11
C’est ce que je donne le nom, un défi pour alors à un moment donné, il me pointe son pistolet à la tête. Il me dit Tu vas dire maintenant les noms des flics, tu vois.

00:01:15:06
Bon, on savait pertinemment qu’il n’allait pas tirer. Mais le geste, il est fort. Il est très symbolique comme geste. Après, après le recul, tu te dis, mais plus tard, je suis Tunisien et les Tunisiens? Samia est de la même race, le même sang coule dans les veines. Mais comment peut me faire ça? Même si, même si Ben Ali était encore président, comment elle peut faire ça? Si?

00:01:44:09
Parce que d’un certain côté, j’aime tellement moi, j’aime bien voir le Château Janco. Comment il ne peut pas aimer son pays et où il vit? You.

00:02:02:12
Comment ça se termine? Engrenage vers 16 heures. C’était un peu la pagaille au poste de police. Les cellules commençaient à se remplir. Un flic. A échappé. Je ne comprends pas ce qui s’est passé dans la foule parce que tout le monde courait un peu dans tous les sens et avait de nouveau de nouveaux personnels qui a été arrêté dans la confusion des flics. Tu vois, j’ai été relâché. Comment j’ai été insulté par un des leurs.

00:02:46:16
Je me situe un peu dans tout ce qui est artistique, tout, tout, tout ce qui est artistique m’intéresse. Déjà que je fais de la peinture pas trop souvent, mais surtout du design graphique aussi, du montage vidéo, des effets spéciaux, mais ça reste très amateur.

00:03:07:04
Mais mon domaine, c’est surtout tout ce qui est graphique.

00:03:12:08
Mais je suis un peu à tout. Tu vois un peu fait mon critique musical. J’ai organisé des concerts, manadier des groupes, du coût, de la culture alternative tunisienne. J’ai un peu passé partout.

00:03:32:22
J’ai senti de la rage quand j’ai vu, quand j’ai vu des gens mourir, quand j’ai vu des détenus éclater des. Des corps déchiquetés de balles. Là, j’ai vraiment senti de la rage. J’ai pas eu peur. Je me suis dit après tout, il n’y a pas plus pire que ça en meurt ou en.

00:04:11:02
Le plaisir, l’extase et le plaisir de cette liberté.

00:04:21:04
J’ai beaucoup, beaucoup de mal à vivre, c’est même même quand je rentre à la maison, j’étais avec les copains. J’ai beaucoup de mal à rentrer et tu vois les autres, c’est.

00:04:38:08
C’est vrai, c’est le cercle qui m’entoure. C’est mon métier. Si, si le cercle se dissout, je me dissaux avec. Tu ne peux pas vivre sans les autres.

00:04:50:04
Ce que je demanderai aux autres, aux Occidentaux, c’est des garanties par rapport aux libertés déjà acquises.

00:04:58:02
C’est qu’il se porte garant de cette révolution pour qu’on puisse enfin souffler parce que parce que la démocratie en Tunisie a changé un peu tout le monde.

00:05:14:06
Maintenant, j’ai 22 ans et j’ai pâteuses, j’ai pas accompli vraiment de trucs qui pourront peut être me servir après mes multis que mon rêve. Que CV que j’ai accompli avec juste ce rêve peut déjà concurrencer plein d’autres mondes qui ont la quarantaine et la cinquantaine. Donc moi, je suis un grand rêveur. Comme je l’ai dit, ma vie, c’est un rêve comme tel et tel.

00:05:45:00
Un homme zamal mon auto namouh Touria et notamment.


I / JOIE

Nom : Chaabouni

Prénom : Neila

Age : 21 ans

Profession : étudiante en commerce international


00:00:04:00
Bon vivant, plein de projets, plein d’ambition.

00:00:09:21
Certains disent que un peu trop rêveur, peut être parce que moi, j’ai confiance qu’un jour ou l’autre pourrait devenir le roi du monde, comme le dit.

00:00:26:05
Quand j’étais arrêté, j’étais avec trois filles. On venait de descendre de la voiture et on se dirigeait vers un café pour prendre des cafés et se diriger vers la place Ramdani.

00:00:38:06
Quand les flics ont vu la pancarte que j’avais moi été, ils ont essayé d’arrêter les trois filles qui étaient avec moi. Mais un gosse ne sais pas si c’était un flic ou si c’était une personne dans la rue a poussé le trois d’une façon qu’elles peuvent s’enfuir.

00:00:52:14
Tu vois, au cours de mon interrogatoire la seule chose qui primé sur l’interrogatoire, c’est quand?

00:01:02:11
C’est ce que je donne le nom, un défi pour alors à un moment donné, il me pointe son pistolet à la tête. Il me dit Tu vas dire maintenant les noms des flics, tu vois.

00:01:15:06
Bon, on savait pertinemment qu’il n’allait pas tirer. Mais le geste, il est fort. Il est très symbolique comme geste. Après, après le recul, tu te dis, mais plus tard, je suis Tunisien et les Tunisiens? Samia est de la même race, le même sang coule dans les veines. Mais comment peut me faire ça? Même si, même si Ben Ali était encore président, comment elle peut faire ça? Si?

00:01:44:09
Parce que d’un certain côté, j’aime tellement moi, j’aime bien voir le Château Janco. Comment il ne peut pas aimer son pays et où il vit? You.

00:02:02:12
Comment ça se termine? Engrenage vers 16 heures. C’était un peu la pagaille au poste de police. Les cellules commençaient à se remplir. Un flic. A échappé. Je ne comprends pas ce qui s’est passé dans la foule parce que tout le monde courait un peu dans tous les sens et avait de nouveau de nouveaux personnels qui a été arrêté dans la confusion des flics. Tu vois, j’ai été relâché. Comment j’ai été insulté par un des leurs.

00:02:46:16
Je me situe un peu dans tout ce qui est artistique, tout, tout, tout ce qui est artistique m’intéresse. Déjà que je fais de la peinture pas trop souvent, mais surtout du design graphique aussi, du montage vidéo, des effets spéciaux, mais ça reste très amateur.

00:03:07:04
Mais mon domaine, c’est surtout tout ce qui est graphique.

00:03:12:08
Mais je suis un peu à tout. Tu vois un peu fait mon critique musical. J’ai organisé des concerts, manadier des groupes, du coût, de la culture alternative tunisienne. J’ai un peu passé partout.

00:03:32:22
J’ai senti de la rage quand j’ai vu, quand j’ai vu des gens mourir, quand j’ai vu des détenus éclater des. Des corps déchiquetés de balles. Là, j’ai vraiment senti de la rage. J’ai pas eu peur. Je me suis dit après tout, il n’y a pas plus pire que ça en meurt ou en.

00:04:11:02
Le plaisir, l’extase et le plaisir de cette liberté.

00:04:21:04
J’ai beaucoup, beaucoup de mal à vivre, c’est même même quand je rentre à la maison, j’étais avec les copains. J’ai beaucoup de mal à rentrer et tu vois les autres, c’est.

00:04:38:08
C’est vrai, c’est le cercle qui m’entoure. C’est mon métier. Si, si le cercle se dissout, je me dissaux avec. Tu ne peux pas vivre sans les autres.

00:04:50:04
Ce que je demanderai aux autres, aux Occidentaux, c’est des garanties par rapport aux libertés déjà acquises.

00:04:58:02
C’est qu’il se porte garant de cette révolution pour qu’on puisse enfin souffler parce que parce que la démocratie en Tunisie a changé un peu tout le monde.

00:05:14:06
Maintenant, j’ai 22 ans et j’ai pâteuses, j’ai pas accompli vraiment de trucs qui pourront peut être me servir après mes multis que mon rêve. Que CV que j’ai accompli avec juste ce rêve peut déjà concurrencer plein d’autres mondes qui ont la quarantaine et la cinquantaine. Donc moi, je suis un grand rêveur. Comme je l’ai dit, ma vie, c’est un rêve comme tel et tel.

00:05:45:00
Un homme zamal mon auto namouh Touria et notamment.


N / REVOLUTION

Nom : Aijaia

Prénom : Omar

Age : 24 ans

Profession : étudiant en master d’anglais


00:00:04:03
I’m a rebellion. I was always, uh, against a lot of things. I don’t think like the most, most of the people here, you know, religion system, a lot of things. And, uh, that’s why I was, uh, always thinking of getting out to this country, trying to, uh, find, find, find myself in another, uh, country like Europe or America. I was in the middle of all that shit, you know? Uh, gunfires uh, uh, do use gas and everything. I was in the middle of that. I was, uh, uh, some people there. Uh, one day I, I didn’t, uh, I couldn’t go back home because they were shooting fire in front of my house. So I have to, uh, to find a place to stay spend the night, you know, and I was, uh, was, uh, with a friend. I went to his place to spend the night. I couldn’t go back home. People will think that I’m good. I’m a good writer, actually, a, some people they want to publish a book about my writings. Um, uh, I write in English, it’s my style. I build it through the years. Uh, I like food. I noticed in many things, um, I’m a singer, always singing like more than eight years, middle, middle band. Okay. At least for the last 15 years, 15 years, uh, I, myself, I was one of the, those people, uh, trying to make something like this for a few years, uh, to

00:02:39:07
write things, to make it happen, but people, uh, are afraid of doing it. And suddenly I’m so happy suddenly it’s, uh, uh, like that one night and this revolution is a popular uprising, riots everywhere in the country. People, uh, declaring their rights during that. They want to, uh, uh, talk. They want to the one, uh, the president go out of this country. A lot of corruption in the last 23 years grew up the system. So we needed this with a little Jasmine riots rights, freedom of speech. I’m not like others. I have my own thoughts, my own, uh, perception of this life. I was never like the others say yes and shut the fuck up. You know, uh, I was, I suffered a lot in this country, in my life because of my, my thoughts, my way of living. I’m asking, uh, people from, uh, other countries to help us support us with our evolution, with everything. have a concept society. I call it the in society, Ian it’s like a Plato said, Ian is a word of thoughts. And Ian in a religious, uh, definition is many, uh, life work experience of suffering. So I took the two concepts of suffering and thoughts, the word of thoughts, and create, try to create a society based on thoughts, your own thoughts and the suffering you’ve been, you endured in your life. So, uh, people that gonna be a part of this society, they’re going to

00:05:53:12
be the elite, the best of the best, like came to like home and they’re gonna help the others, uh, improve their lives. And I’m trying to write a book about it and trying to, uh, make people know about it. Now, a few of my friends they know about it and they want to be a part of that society. So now the Ian is, is my, the, the most important thing for me, because I think my, my perception of the Ian society is going to help my country and a lot of people all over the world. That is, Hey, man. Yeah.,,.


L / FIERTÉ

Nom : Douici

Prénom : Dajla

Age : 22 ans

Profession : étudiante en décoration d’intérieur


00:00:03:19
Shipman, Tunisienne, un chauffeur algérien Depuis que je suis toute petite, je suis dans le domaine de la Cimade, etc. J’ai côtoyé pas mal de personnes dans la politique aussi, qui sont dans l’opposition, l’UGTT, etc. J’étais toujours contre vous. Puis je Funai. Maintenant, je suis étudiant en décoration d’intérieur. Je suis bientôt également actrice dans un feuilleton tunisien qui a pris un très grand succès en Tunisie. C’est une jolie première saison, la deuxième saison en cours de préparation pour la troisième. J’ai joué dans un film tunisien qui s’appelle De plage Les noces de l’été Myrtle Ajimi. Je fais le théâtre qui s’appelle l’Avenue, qui a connu sa première. Après ça. On a arrêté les représentations.

00:01:02:05
Voilà, j’y étais et j’ai vu toutes les catégories sociales, sociales qui puissent être dans une manifestation. Il y avait une SDF qui était à côté de moi, qui était en train de pleurer, disait Moi, je n’ai pas de quoi manger. Je veux qu’il dégage. Je ne sais pas ce que ça veut dire. Dégage, mais elle le dit parce que tout le monde le dit. Pour elle, ça signifie qu’il parte. Tu vois des mecs balafrée de partout et qui veulent les mêmes choses. Voilà donc pour moi le 14. Ça, c’était énorme. Je montais sur le dos de mes amis et je voyais le monde qui arrivait de partout, que tout Tunis était plein. C’était c’était magnifique. Après, tu rentres à la maison, saine et sauve la porte de chez moi et après, tu entends parler que le mec, il est parti. Voilà donc le 14 janvier, c’est la naissance du peuple tunisien. Bon, pas la naissance. Pas parce qu’on a tellement exagéré des choses par rapport à la révolution. Par rapport au 14 mai, c’est la naissance de l’Union du peuple puisque le peuple avant était désuni. Là, pour une fois, le 14, tout le monde a été et il était parti sur le même pied que.

00:02:12:20
C’est mon domaine, c’est la décoration d’intérieur, la comédie, puisque je suis actrice. Si parler? Pas vraiment, mais je sais de mieux faire, de parler et de donner mon avis.

00:02:29:24
Voilà, c’est à peu près ça.

00:02:37:00
Oui, je suis très fier. Je suis très fier d’être Tunisienne. Je suis très fière d’avoir participé surtout à cette révolution. Je suis fière de mon peuple, oui, parce que quand je vois des vidéos, quand j’entends des gens dansent dans des interviews ou quand je les vois à côté, Kiki, qui parle de ce pays qu’on a tous, sans exception, détesté un monde fait de notre vie. Même pendant 23 ans, je ne sais pas, mais on l’a détestait et tout le monde voulait partir. Même les plus vieux, même des retraités, ils voulaient partir maintenant. C’est une fierté que tout le monde aime ce pays. Qu’on soit une fierté devant le monde entier qu’avant un Tunisien. Bof, il y a des gens qui ne connaissent même pas la Tunisie. Et là, tout le monde la connaît, connaît une connaissez son histoire.

00:03:30:02
Là échange, c’est la rage, la haine, la corruption, le mal, la pauvreté, le mal de vivre, le niveau de vie assez bas, la pauvreté gésier.

00:03:56:23
Les différentes catégories sociales.

00:04:04:24
La partie V.R. Les agriculteurs.

00:04:17:16
L’Union populaire. Une race J-pop? Je suis le genre de personne à ne pas juger les autres. Chacun fait ce qu’il veut de sa vie. Chacun fait ce qu’il veut de son corps. Chacun croit à ce qu’il veut.

00:04:33:15
Sauf que je ne juge pas et tu attends pas la liberté des autres. Après, on peut, on peut savoir, on peut dire bonjour et aussi à des choses que je déteste, c’est que quelqu’un qui déteste gratuitement ça. Ça m’énerve parce que on se connaît même pas. On s’est même pas parlé. Peut être une fois de fois, tu entendu parler de moi une fois, deux fois, trois fois maximum et après, tu d’hygiènes. J’aime pas tant que ça.

00:04:59:22
Ça m’arrive aussi de détester des gens gratuitement, mais hamdoullah. Je ne sais pas pourquoi. À chaque fois, cette personne, si je n’aime pas paraître bizarre par rapport aux autres, je vois ce qu’elle fait des sales coups aux gens et tout ça. Sinon, je n’ai pas de problème que je puisse aller avec tout le monde. Pas le peace and love des hippies, non? Je suis vraiment paese avec tout le monde. Je n’ai pas de problème.

00:05:17:15
Si j’ai un mot à dire, je le dis carrément et franchement, parce que sinon, je ne veux pas Holker, on n’a qu’une seule vie.

00:05:24:24
J’essaie de gérer mes relations avec avec harmonie et amour, avec simplicité, avec amitié. Si je peux aider quelqu’un, je suis là pour lui. Si je peux faire quelque chose pour quelqu’un, même si je connais pas exactement. Voilà donc.

00:05:48:18
On a tous subi la même chose, on a tous vécu la même chose, on a été tous corrompus tous. On a tous vécu dans un régime de dictature, mais il faudrait s’unir. Faudrait pas. Bon, je suis contre aucune religion. Je ne suis contre personne que tout le monde fasse ce qu’il veut. Pourquoi pas? Suivant l’exemple de la Turquie qui lance une démocratie dans une liberté, que chacun fasse vraiment ce qu’il veut pour l’Occident. Vous êtes sympa, surtout les Français et les Américains. Vous êtes sympa. Vous avez été là, tout ça par des politiciens, bien sûr, mais on n’a pas vraiment besoin de vous pour vous aider à régler nos problèmes intérieurs du bled. Si vous voulez aider les relations entre Français et Tunisiens, entre Français, Américains, Tunisiens, mais franchement, donnez vos avis. OK. Moi, je vois pas mal de vidéos sur le parlement français. Le gars qui est en train de parler de la Tunisie, qui parle de l’Egypte, qui parle, mais personne ne bouge. Et après, on sait que on sait tous que les politiciens sont des acteurs. C’est plus les meilleurs acteurs que je trouve pas meilleur dans le bon sens. Et vraiment, ils sont tellement bons acteurs et ils ont tous la même chose à dire que finalement, ça ne va pas s’arranger et que j’ai un message à dire que réfléchissez, réfléchissez très bien, que ça tourne autour d’un seul truc.

00:07:09:09
Faites tout ce manteau autour d’un seul pouvoir et que voilà, on est lié à quelque chose. Faut réfléchir et essayer de savoir c’est quoi cette chose? Voilà.

00:07:23:22
Pour moi, la vie, il faut pas prendre tellement sérieux parce que franchement, moi, comme avant tout en geiser, pas exemple dans un couple de personnes qui savent très, très fort 7 ans, 8 ans, 10 ans et un matin, le gars ou la meuf SSF et il n’est plus qui ressemble plus vraiment ce qu’il ressentait pour cet homme. C’est ça la vie. C’est des choses qu’on recense. Des choses et des impressions qui viennent ont cédé des sensations. C’est un instinct puisque voilà, en fait, c’est ce qui fait la vie des gens, c’est leur instinct, c’est leur comportement. C’est une façon de faire qui fait la vie. C’est un laps de temps qu’il faut pour prendre au sérieux. Je ne dis pas qu’il y a une vie après la mort et non pas du tout. Je ne dis pas ça du tout, mais ce que je dis, c’est un laps de temps qui ne va pas prendre au sérieux qu’il faut essayer d’en profiter dans des limites, bien sûr, dans le respect des autres, dont la confiance dans l’amour des autres, dans les valeurs de la politesse. Sinon, elle est belle la vie, on est ailleurs.

00:08:21:23
Ha! Ha! Ha! Ha! Ha! Ha! Ha! Ha! Ha! Ha! Ha! Ha! Ha! Ha! Ha! Ha! Ha! Ha! Ha! Ha! Ha! Ha! Ha! Ha! Ha! Ha! Ha! Ha! Ha! Ha! Ha! Ha! Ha! Ha! Ha!


I / DÉFOULEMENT

Nom : Rzig

Prenom : Zacharia

Age : 23 ans

Profession : étudiant à l’Ecole Supérieur de Commerce de Tunis


B / DÉGAGE

La personne interviewée ne souhaite plus que sa vidéo soit publique.

00:00:03:08
Être humain, tout simplement apatrides.

00:00:08:15
Même si l’âge un peu cette tendance être très patriote, c’est tout. Mais en général, je trouve que ce qui dépasse tous, c’est l’humanité. C’est pas l’appartenance à quelques pays.

00:00:28:04
C’était la peur lorsqu’on a lancé les bombes lacrymo et qu’on nous poursuivait avec des armes, quoi.

00:00:36:05
On s’est réfugié à côté des militaires, mais ça ne s’est pas arrêté. Les flics, à certains moments, c’était très, très peur. J’ai fait tomber deux affaires et j’avais tellement peur que je revenais pas les récupérer. J’ai laissé par terre et que je courais. L’essentiel pour moi, c’était de rester en vie parce que le sang de deux balles et tout ça, ce n’est pas un truc auquel on est habitué.

00:01:04:02
Et la peur peut être exagérée parfois, mais c’est un peu normal parce que c’est nouveau.

00:01:14:09
Je sais faire ce que j’ai envie de faire. Que ce soit de la médecine ou Pila jusque là Gexel, pas du tout. Et que ce soit de la photographie, j’aime faire de la photographie. J’aime bien écrire. Je piemme peindre ça.

00:01:40:12
Dégage!

00:01:43:17
Sermo! Comment dire, ça a un effet hallucinogène. 8 J’étais parmi les gens qui ont crié Dégage, dégage la vague, dégage! Quand elle a commencé, j’étais et c’est aussi un des plus beaux moments de ma vie.

00:02:14:21
Revendications?

00:02:18:03
Anarchie, joie, euphorie, monolithisme. Politique? Corruption? Le système policier. Répression force. Union à la Tunisie citoyenneté. Clan Barbe. Liberté conditionnée, chaos.

00:03:25:21
S’emballait. Utiles, inutiles. Peur? À venir. Je certaine compatis envers les gens étaux et ce qui me fait le plus bouger dans ce monde, c’est l’émotion. Ce que l’autre dégage, est ce que l’autre ment? Moi, ce que je reçois de lui, c’est ce qui me fait bouger. Que ce soit un simple dégoût, que ce soit de l’amour, que ce soit de la surprise, parce que l’autre fait, c’est ce qu’on me fait bouger, c’est mon champ de.

00:04:18:06
Ce serait un peu mégalomane de dire Faites comme nous, mais je dirai quand même.

00:04:23:17
Prenez l’exemple dans le sens où si on tient bon, on peut y arriver. Suffit d’y croire.

00:04:35:04
Ça, ça a beaucoup changé. Je pense que parfois même Jean, je m’en veux d’avoir un jour dénigré un de mes compatriotes. Parce que toute la solidarité que j’avais vu après le 14 janvier, tout le monde qui s’y mettait, ça me rendait fier.

00:04:54:16
Les gens ne sont pas prêts à. L’affaire a laissé tout faire.

00:05:00:17
Ils sont là pour eux eux mêmes pour être actifs et sont actifs.

00:05:06:19
Et ça, ça me rend fier et vachard Charbonniaud. Agnès Taji Radack Beaudonnet, nommé Hanning jadis la Dalen, a aidé Anyang.


R / COUVRE FEU

Nom :BLAIECH

Prénom : Yacine

Age : 27 ans

Profession : graphiste au chômage


00:00:02:10
Est passé maître de l’image.

00:00:11:23
Quand j’étais là bas, dès 9 heures du matin, j’ai pas dormi de la nuit. J’étais l’un des premiers à dire dégage, c’était de joie et attendrez les bonnes. C’est parce que tout le monde avait un doute que ça allait chauffer un peu.

00:00:40:09
D’essayer d’attirer le plus de monde avec les moyens du bord.

00:00:52:00
C’est comme un ramadan, on fait tout le monde dans ce sens avant le coucher de soleil, on reste en famille, on discute ça ça, ça aide au débat, surtout avec la famille, et on ne parle pas politique, forcément chez nous. Donc nous inciter à parler politique, ce qui se passait, que ce qui allait se passer.

00:01:37:07
Le peuple de la révolution.

00:01:44:11
Le couvre feu, les bob. Ben Ali, c’est mon rêve.

00:01:57:04
Si vous voulez vivre dans la nature, vivre dans la nature, être, être en harmonie avec la nature, ça.

00:02:14:15
Faites comme nous. L’espoir est toujours dans nos coeurs. Il faut toujours y croire.

00:02:24:07
De courant, c’est vais être un peu cliché, c’est aimer son prochain, mais ça me touche énormément parce que comme je fréquente, j’habite dans un quartier populaire. Il y a ce côté là, mais il y a une très grande contradiction entre 6 et 7 ans, amis ou ces pires ennemis. T’as deux choix? Oui, je sais que même s’il y a des différences, il y a des et que tout le monde soit en harmonie avec l’autre voulait, dit Abdel J.V.

00:03:08:16
Certes.


E / CHANGEMENT

Nom : Khammessi

Prénom : Mariem

Age : 24 ans

Profession : étudiante en audiovisuel


00:00:02:05
Je suis quelqu’un de très social, très naïf, je l’avoue, pas trop, lâche Percin, qui aime la vie. Pas trop un peu fou.

00:00:20:24
Enfin, un peu fort. J’aime trop là.

00:00:24:08
C’est pourquoi beaucoup. J’aime beaucoup les hommes. J’aime bien ce que je fais.

00:00:30:18
C’est ton image. Beaucoup de.

00:00:40:13
C’était super effrayé. En même temps, j’étais très heureuse, c’était c’était super excitant de crier, de courir, de ne plus avoir peur de s’exprimer, de toucher le seul camp qu’on n’avait même pas le droit de passer juste devant le ministère de l’Intérieur.

00:01:04:03
Donc, c’était une occasion.

00:01:06:09
Pas pour Stéphane Commanditent, parce qu’il y avait sûrement. Il y avait des gens juste qui étaient là pour regarder, pour voir. C’est tout. Mais moi, je voulais être un membre. Je voulais même mourir pour la Tunisie, pour ma Tunisie. C’était tellement on avait mal. On en avait marre de voir ce qui se passait sans rien dire.

00:01:24:05
Et tout du coup, c’est vraiment très bénéfique.

00:01:30:15
Ce qu’on a vécu et ce qu’on va voir d’ici. Jusque là, on va avoir notre liberté totale et valeurs.

00:01:43:00
Je crois que je sais faire tout, je sais tout faire. Oh oui, genre je peux cuisiner, je peux peindre, je sais lire, je peux aimer, je sais convaincre, je peux vendre, je peux faire des films aussi et surtout, je peux rigoler et faire beaucoup de choses.

00:02:15:14
C’est plus lâche parce que j’avoue, j’étais super lâche, je le sais encore, mais plus ou moins moins auto et. Je pense qu’il y a une sorte de force qui a été violée en moi par moi même et là, je l’utilise à chaque fois que j’ai ressenti que j’ai un droit qui se dissout devant mes yeux. Là, je ne peux plus me taire. À chaque fois que je me sent obligé de dire non, je le dis tout court. Ben voilà. Donc, je m’intéresse plutôt plus aux politiques, à la politique, aux valeurs, donc, qu’à d’autres.

00:03:03:12
Beaucoup de choses. Je me sens plus idiote que je suis plus lâche.

00:03:11:23
Le plus important, c’est que je suis plus lâche. Je n’ai plus peur de la mort. Voilà où on a envie de bien. On me.

00:03:32:18
Solidarité, fraternité, liberté, dignité en tous, révolutions, droits de l’homme, voilà.

00:03:46:05
Et surtout, valable avant d’oublier violence et vol. Je suis très fier de ma franchise de moi même. Je sais que chez quelqu’un de bien, peu importe les autres, que ce qu’ils pensent de moi Cheffert, de mes idées, de mes créations, de ce que je dis, de ce que je fais.

00:04:16:00
Voilà, tout peut faire ma fierté. Tout ce que je fais fait ma fierté. Je leur dis Réveillez vous, il est temps. Même si c’est pas si vous avez vécu. Vous avez bien vécu votre vie. Vos vies, quoi. C’est le moment ou jamais pour faire naître une génération qui peut dire non? Qui peut avoir cet droit? Qui peut avoir ce que vous n’avez pas osé avoir avec votre lâcheté?

00:04:50:16
La vie, pour moi, c’est une aventure, une aventure.

00:05:02:19
C’est un mystère, c’est un énigme qu’on doit déchiffrer, comme quand on doit être tout essayer pour savoir ce qu’il y a beaucoup de détails dans ma vie. Il faut tout essayer pour savoir ce qu’on fait. Je ne sais pas. Voilà, la vie, c’est comme un jeu, c’est fait. En fait, c’est un jeu que peut quand on peut gagner, quand on peut se permettre de perdre.

00:05:38:09
Parfois, c’est pas la mort en perdant, c’est pas une chanson, mais malheureusement, je ne sais pas. Je ne sais pas si c’est politique qu’il.


S / TUNISIE

Nom : Mehouachi

Prénom : Faten

Age : 23 ans

Profession : assistante de production dans une école d’Art à Tunis « Art Village »


00:00:05:03
Je suis une boule d’énergie qui ne cesse pas de bouger. J’ai beaucoup d’ambition. Je veux tout faire. Je veux tout réaliser. J’aime en fait, le problème avec moi, c’est que je veux tout faire à la fois. Je vais chanter, je vais jouer de l’année, je veux jouer de la guitare, du piano. Je veux apprendre à jouer du violon. Je fais aussi de la comédie. Je veux tout faire à la fois, je veux tout changer et je crois beaucoup à moi. Et je pense que je vais. Je vais arriver à changer quelque chose.

00:00:39:24
Asséna Je dirais que le 14 janvier, pas de dette, c’est une dette de mektoub, l’augmenter so-called.

00:00:49:08
Je chante et j’écris des poèmes, j’écris des chansons généralement. Je suis très optimiste, même si je suis triste. J’essaie de transmettre l’énergie négative que j’ai. Je ne sais pas, en fait. En fait, ce que je sais, ce que je veux faire, je chante avec eux parce que je fais quand j’écris une chanson. J’aime beaucoup l’humour, même si je suis triste. J’essaie de m’exprimer avec beaucoup d’humour et parfois, je me moque de moi.

00:01:28:24
C’est un pays, c’est un tout petit, mais avec les peuples, c’est très grand.

00:01:37:07
En Tunisie, c’est un mélange de religion, de culture, de choses différentes qui forment un mélange très homogène. Ensemble, ils sont complémentaires. C’est le pays de la tolérance. Il y a aucun souci entre eux, entre musulmans ou chrétiens ou juifs. Il n’y a aucun souci. On est tous là ensemble.

00:01:56:19
Bon, donc, ils disent qu’on aime Kono. Solidaire, notre famille. Après tout. Natoyennes Saputo en arabe.

00:02:20:13
Trahison, l’hypocrisie, Massat, révolution, solidarité et enfin liberté, liberté m’inspire la nature, la famille, pas ma famille spécialement, mais en général et surtout la musique. La musique, oui, mon pays m’inspire beaucoup. Je trouve que mon pays, c’est très beau comme pays, avec les montagnes, avec la mer, avec généralement fait. Il fait beau avec le soleil et tout ça m’inspire trop. J’aime beaucoup chanter pour mon pays.

00:03:03:04
Soyons solidaires, je veux.

00:03:06:17
J’insiste surtout sur tout ce qui est échanges culturels, échanges. En général, oui.

00:03:21:02
Il y a quelques années, on avait tous les mêmes questions. Qu’est ce qui se passe? Pourquoi tout le monde se tait? Pourquoi n’a pas ce courage? On entend parler de trahison. On entend parler de triche, l’hypocrisie de tout ça. Mais pourquoi on parle de ça entre nous? Quand on n’a pas ce courage? Et après ce qui s’est passé, la révolution des morts. On a vu du sang partout dans la rue. On a vu des gens qui n’arrêtent pas de se manifester, qui ont des trucs à dire, à dégager. Et jusqu’à aujourd’hui, on n’est pas sûr qu’on on a la liberté. Mais on n’est pas sûr que c’est bon. La sécurité, on en est sûr de nous. On va rentrer chez nous. Aujourd’hui, tout va bien. On n’est pas sûr de tout ça. Donc, je veux vraiment que tout le monde se sentent en sécurité.

00:04:07:17
J’espère que la stabilité le espère.

00:04:13:12
Marinaleda l’allemand et l’arabe. Marrane, la FAO. On ne sait jamais.

00:04:20:09
Ha! Ha! Ha! Ha! Ha! Ha! Ha! Ha! Ha! Ha! Ha! Ha! Ha! Ha! Ha! Ha! Ha!

00:04:29:05
Merci!


Tous le mots clefs en français et en arabe:

14 janvier جانفي 14
January the 14th

Anarchie الفوضى
Anarchy

Anecdote
طريفة حادثة

Attente
لإنتظارا

Avenir
المستقبل

Changement
 تغيير

Corruption
الفساد

Courage
الشجاعة

Couvre feu
التجول حظر

Déclic
لفاصلا

Défoulement
العاطفي التعبير

Dégage
إرحل

Dernière goutte d’eau
آخر قطرة من الماء

Envie
الرغبة

Éclair
الشعلة

Dignité
الكرامة 

Espoir
الأمل

Excitation
الإثارة

Explosion
الانفجار

Fierté
الفخر

Force
القوة

Frustration
الإحباط

Génération
الجيل

L’intelligence
الذكاء

La joie
الفرح

Le peuple
الشعب

Libération
التحرر

Liberté,
الحرية

Liberté de parole
حرية التعبير

Oppression,
القمع

Peur,
الخوف

Politique
السياسة

Progrès
التقدم

Rage
الغضب

Répression
الظلم

Revendication
المطالب

Révolution
الثورة

Sang
الدم

Silence
الصمت

Solidarité
التضامن

Moi
أنا

Transgression
العدوان

Tristesse
الحزن

Tunisie
تونس

Xavier Faltot

Xavier Faltot @xavierfaltot @mcmparis @lacontroverse Dans la radio, les magazines, la télé, la rue, le web, et les clubs, en 20 ans, il est passé maître dans l’art du média expérimental. Il joue et compose avec les technologies, les flux et les publics. Hackeur du réel, il travaille à générer des chaos sympathiques, des zones franches où tout se lie et se publie. C’est là qu’il sculpte ses visions d’une société post-capitaliste, post-spectacle. Un endroit où se libérer et briller sans s’éblouir. Il est reporter, gonzo journaliste, VJ Xavier Society for the Blind, le fanzine Le Guide Du Renard, le Xavier de Youtube, le gérant de La Controverse, l’inventeur de La Chambre à Air, le co-créateur de Radiomarais, gangsterreradio.org, RADIO23, democrakidsradio.org, fistfm.org ou encore la cellule multi-média de Le Consulat.
Bouton retour en haut de la page