GUIDE DU RENARDL'ÉCOLOGIELA DÉMOCRATIELA TÉLÉVISIONLE CENTRE COMMERCIALLE WEBLES REPORTAGES VIDÉOSTHÉMATIQUESVIDÉOXAVIER SOCIETY FOR THE BLIND

Je vous présente : Les Yesmen.

Les Yes Men (les béni oui oui) sont deux activistes du canular (Jacques Servin1 et Igor Vamos (en), connus sous les pseudonymes de Andy Bichlbaum et Mike Bonanno), qui dénoncent le libéralisme par la caricature.

En se faisant passer pour des intervenants de l’OMC, ils ont entre autres prononcé des discours satiriques sur la privatisation du marché des votes et sur l’apologie de l’esclavage à domicile, lesquels n’ont pas suscité de réaction particulière de la part des spectateurs et participants présents, si ce n’est des remerciements.

Ils ont ensuite diversifié leurs cibles, parmi lesquelles George W. Bush et le groupe chimique Dow Chemical.

Le 12 novembre 2008, ils ont diffusé à cent mille exemplaires dans les rues de New York un faux numéro du New York Times titrant à la une « Iraq War Ends » (« La guerre d’Irak est finie »)2.


Précisions sur Bhopal (Wikipedia)

Le 3 décembre 2004, vingtième anniversaire de la catastrophe de Bhopal, Andy Bichlbaum apparaît en direct sur la chaîne de télévision BBC World en affirmant s’appeler Jude Finisterra et être un porte-parole de Dow Chemical, géant américain de l’industrie chimique qui a absorbé en 2001 Union Carbide, une compagnie qui détenait 50,09 % de l’usine responsable de la catastrophe de Bhopal qui a fait des dizaines de milliers de morts et d’invalides.

Sur leur faux site Web de Dow8, les Yes Men avaient commencé par affirmer aussi clairement et nettement que possible que la Dow Chemicals n’avait en aucun cas l’intention de réparer les dommages de la catastrophe. La Dow avait alors été très critiquée et avait nié (tout comme la fausse Dow, celle des Yes Men) cette affirmation, mais sans prendre de mesure concrète. Les Yes Men avaient donc décidé d’augmenter la pression, d’où l’entrée en scène de « Jude Finisterra » annonçant à la télévision que Dow avait prévu de vendre Union Carbide et d’utiliser les 12 milliards de dollars produits par cette vente pour fournir des soins médicaux aux victimes, nettoyer le site et financer des recherches sur les dangers des autres produits de la compagnie. En 23 minutes, la valeur en bourse de Dow chute de 2 milliards de dollars9. Cette fausse information a été largement répercutée dans les médias pendant deux heures avant d’être démentie par Dow dans un communiqué de presse, ce qui a provoqué une couverture médiatique encore plus importante.

Les Yes Men présentent la mascotte Gilda le 28 avril 2005.

Le 28 avril 2005, lors d’une conférence à Londres devant environ 70 professionnels de la banque, Erastus Hamm, un soi-disant « représentant de Dow », dévoile un calculateur de risque acceptable : un logiciel prétendument capable de calculer, en fonction d’une multitude de paramètres (nationalité surtout), le nombre de morts qu’une entreprise peut faire avant que la situation ne lui devienne préjudiciable. Il présente de plus la mascotte du risque acceptable : un squelette doré grandeur nature nommé Gilda. La présentation, comme d’habitude totalement grotesque et dont l’animation saccadée prête à rire de par son ridicule, montre un squelette doré faisant des pas de danse classique devant diverses photos comme celle du Taj Mahal.

Il explique alors le principe du « golden skeleton » : « quitte à avoir un squelette dans le placard, autant que ce soit un squelette doré ! », c’est-à-dire quitte à faire quelque chose de moralement préjudiciable entraînant la perte de vies humaines, autant que cela soit fait en vue de rapporter un maximum de profits. Il prend l’exemple de l’entreprise IBM qui, lors de la seconde guerre mondiale, fournissait aux nazis des technologies de bases de données afin de les aider à déporter les juifs : « une opération moralement critiquable, mais excellente pour le business », dont il encourage ensuite le principe sur cette base.

Il souligne ainsi les leçons que Dow-Chemicals a su tirer de l’accident de Bhopal : au lieu d’éviter qu’une telle catastrophe ne se reproduise, mieux vaut faire en sorte qu’elle rapporte beaucoup d’argent la prochaine fois. De nombreux hauts-financiers lui demandent à la fin comment acheter ce logiciel…


Reportage pour PINK TV.

Tags

Xavier Faltot

Xavier Faltot @xavierfaltot @mcmparis @lacontroverse Dans la radio, les magazines, la télé, la rue, le web, et les clubs, en 20 ans, il est passé maître dans l’art du média expérimental. Il joue et compose avec les technologies, les flux et les publics. Hackeur du réel, il travaille à générer des chaos sympathiques, des zones franches où tout se lie et se publie. C’est là qu’il sculpte ses visions d’une société post-capitaliste, post-spectacle. Un endroit où se libérer et briller sans s’éblouir. Il est reporter, gonzo journaliste, VJ Xavier Society for the Blind, le fanzine Le Guide Du Renard, le Xavier de Youtube, le gérant de La Controverse, l’inventeur de La Chambre à Air, le co-créateur de RADIOMARAIS et de gangsterreradio.org ou encore la cellule multi-média de Le Consulat.
Bouton retour en haut de la page

Shopping cart

Subtotal
Shipping and discount codes are added at checkout.
Checkout
Fermer