GUIDE DU RENARDVIDEODRONE

Steeve Kurtz’s support night in Amsterdam DeBalie.

Strange meeting in Amsterdam where steve kurtz was talking about his case… this guy is fighting for all american artist future life.


En mai 2004, l’artiste américain Steve Kurtz s’est réveillé pour découvrir que sa femme Hope ne respirait plus. Les ambulanciers convoqués à son domicile de Buffalo ont remarqué du matériel de laboratoire et des boîtes de pétri contenant des cultures bactériennes, que Kurtz a utilisées dans son travail artistique. Sa femme est morte et les ambulanciers ont immédiatement prévenu la police. La Joint Terrorism Task Force est intervenue et a arrêté Kurtz, le soupçonnant de bio-terrorisme. Des agents en combinaison anti-bio-danger – du FBI, du Département de la Défense et de la Sécurité intérieure, entre autres – ont bouclé les rues et saisi du matériel dont Kurtz leur avait déjà dit qu’il était inoffensif (en fait, beaucoup s’il avait déjà été exposé en public) et ont emporté des livres, des papiers, des ordinateurs et son chat.

En l’espace d’une semaine, le commissaire à la santé publique a annoncé que les cultures saisies étaient inoffensives – l’une d’entre elles, Serratia marcescens, pousse couramment sur les joints de carrelage – et que la femme de Kurtz était morte de causes naturelles. Son avocat a qualifié la réponse du FBI de “réaction colossale et excessive”, mais ce n’est que maintenant, quatre ans plus tard, que l’affaire a finalement été classée.

Bien qu’il ait pu être immédiatement évident pour certains que l’enquête sur le bioterrorisme était une erreur embarrassante, le FBI, avec son curieux don pour la ténacité sans fondement, est allé de l’avant et a inculpé Kurtz pour fraude postale et électronique, dont la peine maximale avait récemment été portée de cinq à vingt ans par la USA PATRIOT Act (dont j’ai honte, en tant que citoyen américain, de vous informer qu’il s’agit en fait d’un acronyme pour la loi “Uniting and Strengthening America by Providing Appropriate Tools Required to Intercept and Obstruct Terrorism Act”). Il a affirmé avoir obtenu illégalement des bactéries inoffensives d’une valeur de 256 dollars. Cette semaine, un juge fédéral a jugé que le dossier du gouvernement était “insuffisant à première vue”, ce qui vient appuyer l’affirmation de l’avocat de Kurtz selon laquelle aucun crime n’a été commis.

La raison pour laquelle le FBI a choisi de poursuivre cette affaire n’est pas claire, mais les partisans de Kurtz sont convaincus qu’il s’agissait d’une tentative intentionnelle de punir un artiste qui critique la tendance autoritaire du gouvernement. Comme l’a dit le magazine Nature : “Il semble que les avocats du gouvernement choisissent Kurtz comme un avertissement à la communauté artistique au sens large”.

Pour le FBI, une expérience scientifique se présentant comme un art à motivation politique est peut-être une forme de terrorisme.

Source
The Guardian
Tags

Xavier Faltot

Xavier Faltot @xavierfaltot @mcmparis @lacontroverse Dans la radio, les magazines, la télé, la rue, le web, et les clubs, en 20 ans, il est passé maître dans l’art du média expérimental. Il joue et compose avec les technologies, les flux et les publics. Hackeur du réel, il travaille à générer des chaos sympathiques, des zones franches où tout se lie et se publie. C’est là qu’il sculpte ses visions d’une société post-capitaliste, post-spectacle. Un endroit où se libérer et briller sans s’éblouir. Il est reporter, gonzo journaliste, VJ Xavier Society for the Blind, le fanzine Le Guide Du Renard, le Xavier de Youtube, le gérant de La Controverse, l’inventeur de La Chambre à Air, le co-créateur de RADIOMARAIS et de gangsterreradio.org ou encore la cellule multi-média de Le Consulat.
Bouton retour en haut de la page
Fermer